VIETNAM : LA PALME D’OR DE L’OPTIMISME

jeudi 6 janvier 2011

VIETNAM : LA PALME D’OR DE L’OPTIMISME

_______________________________________________________

Dans son édition du 3 janvier 2011, « le Parisien libéré » consacre deux pages aux résultats du sondage « la Voix des peuples » (Voice of the People) effectué par BVA et le réseau Gallup dans plus de 50 pays, afin d’évaluer l’état d’esprit des populations au seuil de l’année nouvelle. Il en ressort que les Français se retrouvent en queue de classement, 61% d’entre eux estimant que 2011 sera « une année de difficultés ». Cette lucidité ne saurait surprendre de la part de nos compatriotes, mais le quotidien ne cache pas sa surprise de voir le Vietnam obtenir la palme d’or de l’optimisme, ce qui le conduit à compléter son analyse par un article signé Odile Plichon et intitulé « Viêt Nam : le miracle économique, c’est bon pour le moral ». Nous le reproduisons dans son intégralité, le style restant de la responsabilité de la rédactrice :
« En 2010, le taux de croissance y a dépassé les 6,8% - un dynamisme envié dans le monde entier. La compagnie Vietnam Airlines a doublé ses profits grâce à l’envolée du trafic passagers. Et, samedi dernier encore, un nouvel aéroport international était inauguré dans le delta du Mékong : à terme, il transportera 5 millions de personnes par an.
Dans le sondage BVA, les 87 millions de Vietnamiens décrochent la palme mondiale de l’optimisme, loin devant la Chine, le Brésil et le Pérou. A voir le « miracle » qui s’opère dans leur pays ces derniers temps, on les comprend.
Un Etat toujours officiellement communiste
En l’espace de quinze petites années, le nombre d’habitants recensés comme étant sous le seuil de pauvreté a chuté de 15 millions. L’espérance de vie, elle, a bondi de plus de vingt-sept ans depuis 1960, dépassant désormais 73 ans chez les femmes. Le taux de scolarisation en primaire frôle désormais les 100%. Enfin, grâce à son tissu industriel (sic) dynamique, le Viet Nam est devenu le premier exportateur mondial de café (robusta) et le deuxième de vêtements vendus en Amérique.
Mieux encore : même la récente crise n’a pas stoppé net l’élan de cet Etats toujours officiellement communiste mais qui s’est ouvert en 1986 à l’économie de marché. « Beaucoup de pays émergents ont non seulement bien résisté à la crise mais en ont profité », confirme Céline Bracq de BVA.
Seul point noir, dans cet océan de quasi-béatitude : l’envolée préoccupante de la dette, qui a récemment conduit deux agences de notation internationales (Standard & Poor’s et Moody’s) à dégrader la note allouée au Viet Nam. Les perspectives de croissance pour 2011, elles, sont plus euphoriques que jamais. D’ici à 2020, le pays ambitionne d’atteindre un niveau de richesse par habitant (PIB) flirtant avec les 3000$ (2244 euros), ce qui les propulsera dans le club des pays développés. »