Déclaration sur la Vision des relations Vietnamo – Japonaises

vendredi 18 septembre 2015

Déclaration sur la Vision des relations Vietnamo – Japonaises
voir l’article 1595 en cliquant sur ce chiffre

Du 15 au 18 septembre le secrétaire général du Comité central du Parti communiste du Vietnam (PCV), Nguyên Phu Trong, a effectué la visite officielle au Japon et les deux pays ont une Déclaration sur la Vision des relations bilatérales.

Dans cette déclaration, les deux pays apprécient le fort développement de leurs relations depuis l’établissement de leur « partenariat stratégique pour la paix et la prospérité en Asie » en 2009, puis du « partenariat stratégique approfondi pour la paix et la prospérité en Asie » en 2014. La confiance mutuelle dans la politique se consolide grâce aux échanges et aux contacts réguliers, ainsi qu’aux dialogues entretenus par les ministères, services et secteurs des deux pays. Le Japon est actuellement un partenaire économique de premier rang du Vietnam.

La coopération bilatérale dans la défense et la sécurité, l’agriculture, les sciences et les technologies, l’éducation, la culture, les sports, le tourisme, l’environnement a connu des avancées spectaculaires et se renforce sans cesse. Les résultats de la coopération bilatérale de ces dernières années sont dus à la confiance et la compréhension mutuelles, à la valorisation des intérêts similaires, aux efforts pour améliorer l’efficacité de la collaboration bilatérale qui s’orientent vers l’avenir.
Le Japon est un partenaire de premier rang et sur le long terme

Le Vietnam réaffirme que le Japon demeure un partenaire de premier rang sur le long terme. Le Japon estime hautement le statut du Vietnam dans sa politique extérieure au regard de la région Asie-Pacifique. Les deux pays sont déterminés à approfondir leurs relations dans tous les domaines dans l’intérêt des deux peuples, ainsi que pour la paix, la stabilité, la coopération et la prospérité en Asie-Pacifique et dans le monde.

Les deux pays conviennent de poursuivre leur coopération étroite pour renforcer leurs mécanismes de dialogue, approfondir les relations entre leurs localités, ainsi que celles dans la sécurité et la sûreté maritimes, la cybersécurité, la lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale et la piraterie... Un protocole d’entente entre leurs forces de garde-côtes a été signé.

Le Japon continuera d’assister le Vietnam à améliorer les capacités de ses forces chargées de l’application de la loi en mer, à résoudre les conséquences des bombes et des mines laissées par la guerre, et à participer au maintien de la paix avec l’ONU. Les dirigeants des deux ministères de la Défense ont signé un mémorandum de coopération concernant aussi le maintien de la paix dans le cadre de l’ONU.

  Consolider le partenariat économique

Dans le domaine économique, le Japon assistera le Vietnam dans l’amélioration de sa compétitivité, le renouvellement de son modèle de croissance, et l’application de sa stratégie d’industrialisation dans le cadre de la coopération Vietnam - Japon pour 2020 et ses prévisions pour 2030, ainsi que dans la mise en œuvre de la 4e phase de l’Initiative commune sur l’environnement d’investissement. .
Le Vietnam ouvrira prochainement son marché aux pommes fraîches japonaises, et le Japon, aux mangues fraîches vietnamiennes.
Les deux parties renforceront leur coopération dans le transfert de technologies, les énergies, l’électronique, l’agriculture, l’industrie auxiliaire, le développement des ressources humaines... afin de doubler les échanges commerciaux et l’investissement réciproque d’ici à 2020.

Les deux parties réaffirment leur volonté de coopérer étroitement pour améliorer l’efficacité de l’emploi par le Vietnam des aides publiques japonaises au développement, ainsi que pour développer des infrastructures de qualité.
Les deux pays développeront également leurs relations dans d’autres secteurs comme les sciences et les technologies, la culture, les sports, le tourisme, l’environnement...

 Coopération au sein des forums internationaux

Ils approfondiront leur coopération au sein des organisations et forums régionaux et internationaux comme l’ONU, l’OMC, le forum de Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), le Forum régional de l’ASEAN (ARF), le Sommet d’Asie de l’Est... Ils soutiennent le rôle central de l’ASEAN dans la structure régionale et soulignent l’importance d’une ASEAN autonome, solidaire et puissante. Ils réaffirment leur volonté de collaborer étroitement et de coopérer avec d’autres parties pour achever rapidement les négociations de l’accord de partenariat économique intégral régional (RCEP) et de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).

Les deux pays sont profondément préoccupées par les dernières évolutions complexes de la situation en Mer Orientale, dont les énormes opérations de construction et de remblaiement, lesquelles aggravent les tensions, entament la confiance, et menacent la paix et la stabilité dans la région et dans le monde. Les deux pays soulignent que les pays côtiers doivent respecter le droit international et s’abstenir de tout acte unilatéral susceptible de modifier le statu quo. Ils insistent sur la nécessité de garantir la paix, la sécurité et la liberté de la navigation maritime et aérienne. Ils appellent les parties concernées à éviter tout acte unilatéral aggravant les différends en Mer Orientale, à régler les différends de manière pacifique sur la base du droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, à respecter la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC), ainsi qu’à parvenir rapidement au Code de conduite de la Mer Orientale (COC).

Les deux pays soulignent l’importance du maintien de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne. Elles insistent sur la nécessité de faire preuve de retenue en évitant tous actes susceptibles d’aggraver les tensions, d’observer les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et les engagements de la Déclaration commune des pourparlers à six de 2005, ainsi que de réaliser des avancées concrètes dans la dénucléarisation de la péninsule coréenne.
Pendant cette visite, plusieurs accords de coopération entre les deux pays ont été signés.