15è Congrès des 5 et 6 décembre 2014

Dernier ajout : 18 décembre 2014.

MOTION D’ORIENTATION
SUITE AU 15ème CONGRES DE l’AAFV, MONTREUIL 2014

PROPOSITION DE P. COSAERT

Depuis plus de cinquante ans, l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne (AAFV) a pour objet « d’entretenir, manifester et développer l’amitié et la solidarité entre le peuple français et le peuple vietnamien » (article 3 des statuts). C’est donc en référence à cet objet que le Bureau national de l’AAFV, élu le 24 janvier 2015 par le Comité national, propose à la prochaine Assemblée générale de l’Association le vote de la motion d’orientation suivante (aucune motion n’ayant pu être adopté lors de l’AG du 6 décembre 2014). Comme il se doit et comme ce fut déjà le cas à Evry en 2011, la présente motion s’inscrit dans la droite ligne et dans la poursuite des activités de l’Association telles qu’elles sont expressément mentionnés à l’article 4 des statuts :

1/ Continuer à faire connaître le Vietnam, sa civilisation, sa vie quotidienne, ses réalisations et ses problèmes contemporains…

Pour les trois années à venir, cette activité implique une prise en compte des transformations récentes du pays (progrès dans les domaines économiques, industriels, scientifiques et technologiques et présence accrue sur la scène internationale, notamment au sein de l’ASEAN et des Nations unies) mais aussi des défis que le pays devra relever (persistance de la malnutrition infantile dans certaines régions, lutte contre le réchauffement climatique, différend récurrent avec la Chine à propos de la mer Orientale et de ses archipels…).
Continuer à faire connaître le Vietnam passe par le développement des moyens dont nous disposons, au premier chef notre revue « Perspectives » avec ses dossiers thématiques, la mise à jour et l’enrichissement de notre site Internet, l’organisation de conférences, de débats sur le Vietnam d’aujourd’hui, d’un deuxième Grand Prix « Jeunes talents », de journées d’études et d’expositions, de projections de films, voire de publications spécifiques sous forme d’ouvrages ou de brochures. Cette activité doit aussi passer par le renforcement d’activités culturelles au niveau des Comités locaux (cours de langue, de cuisine, de laque… dans l’esprit convivial et festif qui est celui de l’AAFV depuis un demi-siècle.
Continuer à faire connaître le Vietnam doit aussi passer par l’approfondissement des rapports de l’AAFV avec ses homologues vietnamiens de l’AACVF et ses partenaires traditionnels que sont l’UGVF, l’UEVF et le CID. Un effort nouveau doit en outre être accompli en direction des chercheurs et institutions spécialisées qui concernent le Vietnam, quelles que puissent être par ailleurs nos différences d’approche et en essayant de surmonter certaines réticences de ceux qui doutent encore de l’indépendance de l’AAFV. Nous devrions notamment renforcer nos échanges avec les musées Guimet et du Quai Branly, l’INALCO et l’AVSE. Sur l’ensemble de ces questions, les autorités vietnamiennes et en particulier l’Ambassade du Vietnam en France doivent demeurer des partenaires privilégiés.

2/ Continuer à œuvrer au développement entre les deux pays de rapports de coopération sur une base officielle ou privée.

En toute modestie et dans la mesure de nos moyens limités, nous devons continuer à jouer un rôle de « facilitateur » dans le renforcement des échanges et de la coopération franco-vietnamienne, par exemple à l’occasion de l’organisation de la grande fête des associations par l’Ambassade du Vietnam en mai-juin 2015 à Montreuil, ou dans le cadre de la mise sur pied d’une journée Vietnam par une Chambre de commerce française (comme ce fut le cas à Lyon et à Toulouse).

3/ Continuer à mener des actions de solidarité.

L’AAFV, même si elle n’est pas une association à caractère humanitaire, continue à considérer que le peuple vietnamien a toujours besoin de la solidarité concrète de ses amis. La solidarité demeure donc un objectif essentiel qui exprime la fraternité avec laquelle notre association se tourne vers les couches les plus démunies de la population et particulièrement les populations des minorités nationales. En répondant à des besoins exprimés localement, nous continuerons à faire aboutir des projets concrets présentés par la Croix-Rouge du Vietnam, en offrant aux familles la possibilité d’une autonomie productive. Parmi les autres initiatives envisagées, l’aide à la formation professionnelle et l’octroi de bourses d’étude doivent être développés.
Il convient de rechercher, au niveau des comités locaux mais aussi au niveau de la direction nationale de l’AAFV, des sources complémentaires de financement (collectivités territoriales, entreprises, fondations…). La direction nationale veillera également à favoriser les synergies avec d’autres associations et, de manière générale, avec les personnes activement engagées dans des actions de solidarité au Vietnam. Nous devons également agir sur les différentes institutions de notre pays pour qu’elles contribuent à cette solidarité.

Notre solidarité va plus particulièrement aux victimes vietnamiennes de l’Agent orange. Nous avons œuvré, de toutes nos forces depuis plusieurs années, à faire connaître ce drame mais sans doute pas encore assez pour retenir durablement l’attention de l’opinion publique. En coordination avec les autres associations d’amitié avec le Vietnam dans les autres pays européens, nous devrions entreprendre des démarches pour que les gouvernements des Etats-Unis et de notre continent contribuent aux secours aux victimes et au traitement des zones contaminées.

4/ Renforcer les capacités d’action de notre association

Il est bien évident que les trois points précédents qui sont constitutifs de l’objet même de l’AAFV ne pourront continuer à être mis en œuvre si notre association ne se dote de moyens humains et matériels supplémentaires au cours des années à venir !
En premier lieu, il conviendra de mettre fin à l’érosion de nos effectifs. La création de nouveaux comités locaux pourrait constituer une solution : ils garantissent toujours davantage notre ancrage local et permettent de poursuivre notre rajeunissement et le renouvellement de nos instances nationales. Compte tenu des difficultés pour des jeunes actifs de participer à des réunions en journée, nous devons aussi mieux impliquer les jeunes retraités. Sur tous ces aspects, nous devons prendre en compte l’évolution des modalités d’engagement des citoyens dans la vie sociale et associative, en inventant de nouvelles formes d’intervention. Pour atteindre ces objectifs, en vue de développer notre association, de continuer à la rajeunir et de faciliter la prise de responsabilité et d’initiatives, nous devons avoir à cœur de toujours développer davantage le travail collectif au sein de notre association, tant au niveau local que national, dans toutes nos instances ou structures de travail.
En second lieu, afin de mener à bien l’ensemble de nos activités et garantir l’indépendance de notre association, il est essentiel d’assurer la stabilité et le développement de nos ressources financières. Des initiatives devront d’urgence être prises en ce sens : la recherche de nouvelles économies de fonctionnement doit être poursuivie et beaucoup d’efforts doivent continuer à être déployés pour disposer de ressources publicitaires ou obtenir le soutien de sociétés, organismes ou fondations intéressés par le Vietnam…

L’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne est notre bien commun : c’est par l’engagement de toutes et de tous dans un esprit fraternel que nous réussirons à faire valoir les idéaux de paix et de justice qui, aujourd’hui comme hier et demain, ont fait et continueront à faire la raison d’être de notre association.

INTERVENTION
de Madame Phạm Thị Thái,
Chef de la Délégation vietnamienne
Au XVème Congrès national représentatif de l’AAFV
(Montreuil-sous bois, le 6 décembre 2014)

Mesdames et Messieurs de la Présidence du Congrès,
Mesdames et Messieurs les Invités, Chers Amis,

Au nom de la Délégation vietnamienne, je me permets tout d’abord de vous dire combien nous sommes honorées et enthousiasmées d’être parmi vous aujourd’hui à ce Congrès national représentatif de l’Association d’Amitié franco-vietnamienne (AAFV), et de lui transmettre la profonde amitié et les chaleureuses félicitations de grande réussite de l’Union des Organisations d’Amitié du Vietnam (VUFO) et de l’Association d’Amitié et de Coopération Vietnam-France (AACVF).

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,
Nous venons de clôturer l’Année croisée France-Vietnam, Vietnam-France, commémorant le 40ème anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre nos deux pays. Cependant, l’histoire contemporaine montre que les relations populaires franco-vietnamiennes se sont établies antérieurement aux relations diplomatiques avec près de trois décennies, que ce sont nos deux peuples qui avaient jeté les bases à l’édification de ces relations et que ce sont l’amitié et la solidarité efficaces et indéfectibles du peuple de France à l’égard du peuple vietnamien durant ces près des deux-tiers de siècle qui ont contribué notablement à la transformation et à l’amélioration graduelles des relations étatiques franco-vietnamiennes vers la qualité de celle d’aujourd’hui.
Remontant le cours de l’histoire d’il y a près de 70 ans, c’étaient la solidarité indéfectible et les activités infatigables de l’Association France-Vietnam au moment òu le nouveau Vietnam indépendant fut à peine fondé, puis celles de l’AAFV durant les années òu le Vietnam était en guerre contre les agresseurs colonialistes et impérialistes qui ont ainsi contribué puissamment à la victoire finale de la lutte du peuple vietnamien pour sa liberté, son indépendance et sa réunification nationale. Et de nos jours, ce sont vos activités à l’AAFV, menées inlassablement au nom de la solidarité avec le Vietnam dans la période d’après-guerre, en informant les lecteurs francais au plus près de l’actualité du Vietnam, en faisant connaitre son histoire, sa culture, ses luttes, ses projets ; en promouvant des relations bilatérales complètes et sincères entre les deux pays et les deux peuples ; grâce à de telles activités, en coordination avec celles des dizaines d’autres organisations non-gouvernementales francaises de divers branches, domaines, métiers et localités du pays créées successivement, vous avez apporté à notre pays votre solidarité et votre coopération chaque jour plus dynamiques et multiformes, et devenez ainsi une source d’encouragement à notre peuple dans son œuvre d’édification et de développement nationaux pour faire du Vietnam un pays démocratique, riche, équitable, prospère et heureux.
En septembre 2013, les relations franco-vietnamiennes se sont élevées au rang de relations de partenariat stratégique. Ce bel acquis résulte, pour une modeste partie, des contributions des organisations populaires dont les nôtres - l’AAFV, le VUFO et l’AACVF- des entités peu connues des masses média modernes. Cependant, nous sommes légitimement fiers de ce peu que nous avons pu apporter à ce beau fruit de la présente coopération franco-vietnamienne. D’autre part, comme la fierté va souvent de pair avec le devoir, nous commencons dès lors, vous et nous, à nous demander comment pourrions-nous faire de notre mieux dans ces nouvelles et favorables conditions afin d’être toujours à la hauteur de notre rôle promoteur au développement des relations franco-vietnamiens, et de pouvoir contribuer davantage à cette œuvre dans les années à venir, et ce, malgré notre modeste condition d’organisations non-gouvernementales ? S’agissant de cela, je dois vous avouer que nos organisations vietnamiennes mêmes n’avons pas encore investi suffisamment d’énergie et de temps à la recherche des réponses adéquates à cette question d’actualité. Profitant de notre présence à votre Congrès, nous serions très heureux si nous pouvions écouter votre avis et vos initiatives relatives à ce sujet si vous y avez pu accorder d’ores et déjà une certaine attention.

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,
Sous l’impact de la mise en œuvre depuis près de trente ans de la politique de renouveau, d’ouverture et d’intégration internationale, l’économie du Vietnam d’aujourd’hui connait un bon pas de développement sur tous ses aspects. La vie matérielle et spirituelle de toutes les couches sociales connait une amélioration considérable. Le pays s’achemine vers l’objectif de l’édification d’un pays industriel et moderne. Matérialiser la démocratie et l’égalité sociale dans chacun des progrès obtenus au cours du développement économique est devenu une des préoccupations permanentes et centrales du Parti communiste et de l’Etat vietnamiens. Cependant, malgré ces grandes réalisations, le Vietnam reste un pays agricole à peine sorti de l’état de pauvreté, d’un développement économique peu durable et encore sous la menace de l’enlisement dans le piège ’de pays à revenu moyen’’. Plus de 70 % de sa population vivent encore à la campagne parmi lesquels des minorités ethniques des Hauts Plateaux et des régions reculées dont la vie reste très précaire. L’assainissement de l’environnement intoxiqué, le problème des victimes de l’agent orange/dioxine, les pénibles séquelles toujours imprévisibles des bombes et des mines non-explosées sont toujours là et constituent des problèmes douloureux et aigus pour toute la société. Dans le contexte de l’économie de marché et de son intégration chaque jour plus élargie et plus approfondie à l’économie régionale et mondiale, malgré les efforts conséquents du Parti communiste et de l’Etat vietnamiens, l’écart entre riche et pauvre, entre ville et campagne, la bureaucratie, la corruption, les maux sociaux continuent à s’accroitre et deviennent des défis chaque jour plus grands à l’orientation socialiste même du développement du pays. En plus, comme tous les Etats dans le monde, le Vietnam doit faire face aux grands défis et dangers de portée séculaire et humanitaire tels que la pollution de l’environnement, les épidemies, les désastres naturelles et est parmi les pays les plus tôt victimes des conséquences sans précédents du changement climatique mondial.
Pour comble, ces derniers temps, l’environnement de paix, de stabilité dans la Mer orientale dont notre pays se faisait un devoir constant de préserver de son mieux durant des décennies entières pour pouvoir concentrer tous ses efforts au développement national, se trouve sérieusement menacé. La souveraineté et l’intégrité territoriales en mer du Vietnam ont été grossièrement violées. Des ilôts vietnamiens ont été agressés, emparés de force par la Chine et sont transformés en ce moment même, par cette dernière, en bases militaires, au service de l’expansion hégémoniste chinoise qui ambitionne de s’approprier, purement et simplement, près d’un million de kilomètres carrés de la superficie totale de la Mer Orientale qui, selon les droits internationaux, appartiennent de droit au Vietnam et à plusieurs autres Etats voisins en Asie du Sud-Est.
A ce propos, nous avons plus d’une fois exprimé notre position ferme selon laquelle, tous les litiges portant sur la souveraineté et l’intégrité territoriales doivent être réglés par des négociations pacifiques, en s’appuyant sur les droit internationaux, les parties concernées doivent se baser sur les droits internationaux, se doivent de les observer rigoureusement et de les prendre pour uniques bases pour régler de facon adéquate tout litige. D’autre part, nous devons nous préparer aux mauvaises éventualités si elles surviennent malgré nous, et ce, dans l’esprit de défendre résolument et jusqu’au bout notre souveraineté nationale et notre intégrité territoriales pendant que notre peuple s’attache toujours et très fort à la préservation et à la défense de l’amitié traditionnelle liant le Vietnam à son voisin chinois.
Nous remercions particulièrement l’AAFV, qui, de concert avec plusieurs organisations européennes de solidarité avec le Vietnam, ont élevé à temps leur voix, pour protester contre ces actes chinois violant la souveraineté en mer et l’intégrité territoriale vietnamiennes, soutenant notre position de régler pacifiquement, sur la base des droits internationaux, tous les litiges et différends relatifs à ces problèmes. Sur cette question, nous voudrions particulièrement retenir votre attention et celle de l’opinion européenne sur les manoeuvres chinoises dans sa stratégie ‘ Langue de Bœuf ’ dont le but visible est de grignoter et de s’emparer pas-à-pas de la quasi-totalité de la Mer Orientale. Nous vous demandons d’être attentifs et d’élever votre voix pour dénoncer à temps ces manœuvres et de nous soutenir pour les contrecarrer.
Pour vous dire, chers amis, que dans la présente conjoncture òu nous sommes et dans notre situation actuelle, nous avons un impérieux besoin de recevoir de vous, les amis du Vietnam dans le monde, dont l’AAFV, le peuple de France et nos amis européens, votre solidarité agissante et votre soutien vigoureux et permanents qui nous appuyez fortement dans notre construction nationale pour liquider à jamais la pauvreté, l’arriération, dans notre lutte pour enrayer les maux sociaux et contrecarrer les désastres naturelles tout comme dans nos efforts pour maintenir notre environnement international stable et en sécurité dans la Mer Orientale.
Et encore une fois, nous comptons sur vous, AAFV- puisque vous étiez dès le début, des amis fidèles du Vietnam, vous trouvant constamment à la tête des activités du peuple de France soutenant la lutte de notre peuple contre l’agression américaine. Ce sont vous qui poursuiviez inlassablement votre noble cause de faire connaitre le Vietnam auprès du peuple de France, de leur appeler à soutenir et à aider notre peuple dans sa reconstruction nationale d’après-guerre. Ce sont toujours vous qui avez commencé et continuez à amener des moyens et petits projets humanitaires populaires francaises chez nous pour participer aux programmes vietnamiennes d’éradication de la faim et de réduction de la pauvreté, d’aide aux familles des victimes de l’agent orange/dioxine. Ce sont encore vous qui, ensemble avec plusieurs autres associations européennes d’amitié avec le Vietnam, poursuiviez sans arrêt votre noble combat revendiquant la justice aux victimes vietnamiennes de l’agent orange/dioxine américain, exigeant des Etats-Unis l’endossement de leur responsabilité et le travail en commun avec le Vietnam pour résoudre ces terribles conséquences.
Présentes parmi vous aujourd’hui, nous nous sentons le cœur serré d’émotion et d’enthousiasme d’apprendre que l’AAFV a résersé la totalité des trente pages du numéro extraordinaire de Perspectives France-Vietnam, un cadeau particulier de son Comité Rédacteur au Congrès et qui parait justement le jour de son ouverture aujourd’hui, le 6 décembre, pour informer ses lecteurs sur le problème de l’agriculture du Vietnam, d’un sujet, ou plus juste encore, d’une question stratégique d’une importance vitale pour le Vietnam dans ses guerres pour la libération nationale de naguère tout comme dans son œuvre d’édification, de développement, d’intégration internationale, d’industrialisation et de modernisation du pays à présent ; une question âpre et d’une grande valeur d’actualité qui constitue constamment une des premières préoccupations du Parti communiste et de l’Etat vietnamiens à l’heure actuelle.
Au nom de VUFO et de l’AACVF, je tiens à remercier très chaleureusement ce très beau choix de l’AAFV. Nous le prenons pour un geste symbolique qui justifie une fois de plus l’amitié, la solidarité et la coopération chaleureuses, fidèles et efficaces que votre Association et le peuple de France réservaient depuis toujours à notre peuple vietnamien durant la longueur de l’histoire commune de nos deux pays et de nos deux peuples.
Je réitère nos très vifs souhaits de grande réussite au XVème Congrès de l’AAFV.
Merci de votre attention.

Prises de notes de Michael LANCON

Le Samedi 6 Décembre, à la salle Franklin de Montreuil, a pris place le XVème congrès de l’AAFV depuis la création de l’association en 1961.

En cette dernière date, les instances représentatives de l’association ainsi que des partenaires associatifs (l’UGVF représentée par Henri Dang et l’AACVF représentée par Mme Hoang Thi Phuong) étaient réunis pour entendre les 4 rapports qui proposaient un point par thématique. Ils firent la démonstration d’une activité qui fut débattue mais soutenue avec la contribution indissociable et indispensable de plusieurs comités locaux.

La présentation des rapports fut introduite par Patrice Jorland, avec celui concernant le bilan moral de l’AAFV pour ces 3 dernières années, après avoir observé une minute de silence en mémoire d’anciens membres décédés depuis le dernier congrès de 2011.

RAPPORT MORAL par Patrice Jorland
Développés en 13 points, dont 3 grands axes, Ils abordaient en premier lieu les situations intérieure (macroéconomique, politique) et extérieure du Vietnam, illustrée par ses différends avec la Chine et, qui, malgré ses efforts d’ouverture pour cette dernière, manque de visibilité aux regards de ses partenaires. Mais aussi, l’état des coopérations entre nos deux pays pour lesquels la signature il y a un an d’un accord de partenariat stratégique permettra de contrebalancer la baisse des crédits publics et le manque d’entrain du privé à y investir en élevant les relations à un niveau supérieur. Y fut également souligné, le rôle de faire comprendre le Vietnam aux français et de renforcer les relations franco-vietnamiennes de l’AAFV.
En second lieu, cela concernait les activités internes et externes de l’association pour lesquelles il fut rappelé tout d’abord que malgré la volonté de consolider la gestion sur la base de ses principes fondateurs, des difficultés internes, notamment budgétaires, ont limité la bonne continuité de certaines activités. Cependant, il y eut quelques réussites : élargissement de l’activité ces 15 dernières années (dont la naissance de la revue « Perspectives » l’instrument privilégié pour informer sur le Vietnam et l’AAFV et le plus direct pour lier les membres), de nouveaux partenariats, de nouvelles rentrées d’argent (dons, recettes publicitaires via « Perspectives ») avec le concours de la Présidente d’honneur Hélène Luc, des succès en événementiels d’ordres culturels (Le Grand Prix Jeunes Talents, l’exposition à l’Orangerie du Sénat) et économiques (Journée du Vietnam à Toulouse en coopération avec la CCI de la ville et de collectivités locales).

RAPPORT D’ACTIVITE par Jean Pierre Archambault.
L’activité de l’AAFV s’organise autour de trois thématiques principales, qui s’interpénètrent : politique, solidarité et connaissance du Vietnam. Elle a une dimension nationale et elle s’ancre au niveau local avec les comités. Elle s’inscrit dans le contexte nouveau qui s’est instauré avec la signature d’un accord de partenariat stratégique entre la France et le Vietnam lors de la visite officielle que le Premier Ministre Nguyen Tan Dung a effectuée à Paris du 24 au 26 octobre 2013. A l’occasion de sa visite, M. Nguyen Tan Dung a reçu en audience l’AAFV. Notre activité porte sur le passé, malheureusement encore bien présent avec l’Agent orange, et sur le « Vietnam qui change ». Les relations avec nos amis vietnamiens sont multiples, riches et chaleureuses. L’Année croisée France-Vietnam a connu un franc succès. Les comités locaux jouent le rôle important et précieux que l’on sait. La solidarité demeure un objectif essentiel de l’AAFV. Elle a une dimension politique et une dimension humanitaire. La connaissance du Viêtnam suscite des initiatives variées, de l’exposition à l’Orangerie aux débats que nous organisons, en passant par notre Grand Prix, les cours de langue et de cuisine des comités locaux ou la journée de Toulouse.

RAPPORT SUR LA SOLIDARITE par Alain Dussarps
Le rapport sur la Solidarité est un bilan des actions menées en faveurs des populations les plus pauvres et souvent isolées au Vietnam ou des victimes vietnamiennes de l’Agent Orange. Comme il fut rappelé durant le congrès, « l’AAFV n’est pas une association humanitaire, mais elle considère que le peuple vietnamien a encore besoin de la solidarité concrète de ses amis ».

En avant propos, Alain Dussarps fit quelques précisions pour mieux cerner le contexte des actions de solidarité. Parmi elles, fut cité le rôle important des comités locaux, complété par le CCAS (CE EDF/GDF) et, que madame Nguyễn Thị Hồi (madame Hoï pour ses amis francophones), responsable bénévole et contact de l’AAFV auprès de la Croix Rouge vietnamienne, devrait prendre sa retraite prochainement. Ceci, pose un problème pour l’avenir car sa succession est problématique.

En trois ans (2011 – 2013) l’AAFV a permis le financement de 32 projets dans 17 provinces dans les domaines de l’eau (6), l’éducation (2 maternelles, un internat, des bourses scolaires et universitaires), de la santé (équipement d’un dispensaire), microcrédits élevage en direction des ethnies minoritaires (2 de buffles,5 de vaches, un de truies et un de chèvres), aide aux familles ayant des victimes de la dioxine (trois de construction de maisons du cœur et trois de parrainages de familles)

Donateurs : AAFV nationale (1 réalisation), les comités Gard (13 réalisations), Montpellier (8 réalisations), Franche Comté (4 réalisations), La Rochelle (3 réalisations), Vienne (1 réalisation), Choisy-Val de Marne (2réalisations)

Nous sommes intervenus au
Nord : Lai Chau, Ha Giang, Cao Bang, Tuyen Quang, Quang Ninh et Hanoi
Centre : Phu Yen, Than Tien Hue, Ninh Thuan et Lam Dong
Sud : Cu Chi, Long An, Tra Vinh, Vinh Long, Can Tho, Soc Trang, Kien Giang

Malgré l’amélioration des conditions de vie en général et le recul de la pauvreté il reste encore beaucoup à faire pour aider les ethnies minoritaires et les familles ayant des victimes de la dioxine. Même si les conditions sont difficiles pour collecter l’argent nécessaire il ne faut pas baisser les bras afin de continuer cette aide très appréciée par les autorités en particulier des provinces et districts.

PRISES DE PAROLES
Les prises de paroles font ressortir des difficultés récurrentes dans les relations entre certains membres du bureau et qu’il est vital pour l’association de les régler. L’intégration de membres, plus jeunes, a, d’ailleurs, été envisagée pour insuffler une nouvelle dynamique dans les instances nationales. En outre, bien qu’assez peu repris, il fut remarqué que l’activité de l’association est riche de ses nombreuses actions et qu’il est tout aussi indispensable de trouver de nouvelles sources de financement pour permettre de perpétuer celles liées notamment à la Solidarité et à l’Agent Orange.

Intervention de l’ambassadeur du Vietnam et d’associations partenaires
L’AAFV, un « acteur majeur » très dynamique dont les évènements et actions ont un écho fort
Avant la fin de la première partie du congrès, monsieur Dương Chí Dũng, alors encore ambassadeur de la république socialiste du Vietnam, a rejoins la rencontre durant laquelle il a adressé ses remerciements (complétés par ceux de la mairie de Montreuil, l’UGVF et l’AACVF) à propos de l’engagement, l’aide et la solidarité envers les vietnamiens, de l’AAFV et sa satisfaction en qualifiant l’association d’ « acteur majeur » très dynamique dont les évènements et actions ont un écho fort . Il conclut son intervention en annonçant son intention de devenir membre de l’AAFV à la fin de son mandat.
RAPPORT FINANCIER par Jeanne Goffinet
En Juin 2014 le bureau national et les comités locaux s’étaient réunis et, à cette occasion la trésorerie nationale, alors sans gestionnaire depuis quelques semaines, fut confiée à Jeanne Goffinet. En septembre dernier, la nouvelle trésorière a pu prendre pleinement sa fonction et faire l’analyse de la situation. Plusieurs points ont pu dès lors être développés pour constituer le rapport financier exposé. Ces points faisaient état, entre autres, du retard des comités à faire part de leurs bilans de trésorerie et que cela avait engendré des difficultés pour clôturer les comptes. Pour le reste il s’agissait de la nécessité de standardisation des documents, de collaboration pour favoriser les bonnes relations, de rappeler la dépendance morale des comités vis-à-vis du siège et de sensibiliser à l’organisation d’évènements pour améliorer la capacité de financement de l’association.

DEBAT D’ORIENTATION
Il faut que l’AAFV soit plus ouverte aux jeunes, qu’elle soit en adéquation avec le Vietnam d’aujourd’hui, sans tabou.

Durant le débat d’orientation de l’après-midi, pour la bonne continuité des activités de l’AAFV, des propositions ont été faites visant à s’appuyer sur des documents de référence tel qu’un prévisionnel de projet additionné d’un budget du même ordre, ainsi que le rapport d’orientation rédigé lors du précédent congrès et le rapport moral 2014. C’est ajouté aux délibérations d’autres éléments pour mettre fin aux disfonctionnements internes : un secrétaire général qui joue son rôle pleinement pour lequel par précaution les tâches seront précisées en amont, la nécessité de définir à l’écrit les rapports avec les comités de mutualiser les projets et celle de garantir l’indépendance de décision et d’actions des membres de l’association. Comme répété à plusieurs reprises, l’AAFV doit être plus ouverte aux jeunes, tout autant que sa revue, malgré ses améliorations, et qu’elle traite de sujets représentatifs du Vietnam d’aujourd’hui, de ses débats de fond (le retour de Monsanto…), sans tabou.
Enfin de congrès un nouveau Comité National a été élu et la commission de contrôle des finances cherchant une troisième personne pour compléter son équipe c’est vu accueillir parmi ses membres madame Charlotte Dang Ngoc Chan, qui s’était proposée. Dans la foulée il fut décidé de constituer « un collectif provisoire » ayant pour mission principale d’expédier les affaires courantes dans l’attente de l’élection du bureau national n’ayant pas pu être effectué ce jour, le 24 janvier 2015.

Résultats des votes effectués durant le congrès

Vote sur l’approbation du rapport moral
34 présents, 23 exprimés, 10 abstentions, 1 personne ne prend pas part au vote
Vote sur l’approbation du rapport d’activité
34 présents, 19 exprimés, 14 abstentions, 7 contres, 1 ne prend pas part au vote.
Vote sur l’approbation du rapport de la solidarité
34 présents, 33 exprimés, 4 abstentions, 0 contre, 1 ne prend pas part au vote.
Election du nouveau Comité National
34 présents, 33 exprimés, 3 abstentions, 1 contre.

Liste des nouveaux membres élus au Comité National

BEWENDE Nadine
FROMONTEIL Paul
LAVAL Sébastien
GOMEZ Jean-Claude
LAURENCON Michaël
ONG Nicolas
DORAY Bernard
JULLIAN Anne-Laure
DAVIOT Gérard
DE MISCAULT Dominique
LUC Hélène
ROUSSEL Daniel
TRAMPOGLIERI Nicole
CLAVEQUIN Didier
TERRIER Gérard
ARCHAMBAULT Jean-Pierre
RUSCIO Alain
WEINER Annick
VIEUX-MARCAUD Marie-France
BARBARIN Eveline-Vân MARCONIS Monique
COURTY Christian
PHAN Bao Long
BOUROUMEAU Nicolas
DREUX Michel
GOFFINET Jeanne
ISRAEL Annie-Rose
ISRAEL Jean-Pierre
KRINER Jocelyne
NGUYEN Hai Nam
QUENNEDEY Benoît
COSAERT Patrice
DUSSARPS Alain
FOULON Dominique
TREGUIER Gildas
DE MARCH-WALLER Danielle
REYMONDON Louis

Congrès de l’AAFV

Il se déroulera les 5 et 6 décembre 2014 à la salle Franklin, 60 rue Franklin, Montreuil, métro Mairie de Montreuil (à l’exception de la visite de l’exposition, voir ci-après).

Une minute de silence sera observée à la mémoire des amis décédés depuis le précédent congrès.

Raymonde Dien dédicacera l’ouvrage qu’elle vient d’écrire « Mémoires de Raymonde Dien ».

Le programme.

Le vendredi 5 décembre 2014

13h30 : visite de l’exposition « Les Indochinois dans la Grande Guerre 1914-1918 » au siège de l’UGVF, 16 rue du Petit Musc Paris 4ème, métro Sully-Morland

17h : L’agriculture vietnamienne par Mme Hoang THI PHUONG

18h30 : L’« Etat développeur », tel qu’il s’est déployé en Asie orientale depuis les années cinquante, modèle dont le Vietnam s’inspire, par M. Lautier, économiste

Le samedi 6 décembre 2014

9h30-12h30 :

accueil

- rapport moral Rapport moral AAFV 2014

Plus de trois années se sont écoulées depuis le congrès précédent. Ces années ont été marquées par d’importantes évolutions.
A propos du Vietnam :
1- Le Vietnam est parvenu à stabiliser sa situation macroéconomique, en contrôlant l’inflation et en maintenant un taux de croissance dépassant 5% de l’an, mais il subit lui aussi les effets de la crise mondiale, en même temps qu’il est confronté aux difficultés et contradictions d’un pays en voie de développement ayant choisi de « plonger dans la mondialisation ». L’enjeu, pour lui, est de parvenir à construire un système productif autonome. C’est cela que notre association doit être en mesure de comprendre si elle veut faire mieux connaître le Vietnam en France et contribuer, dans la mesure de ses moyens, à renforcer la relation franco-vietnamienne.
2- Le différend qui oppose le Vietnam à la Chine à propos de la mer Orientale et de ses archipels a connu des phases de tension aigüe. L’AAFV a tenu à s’informer de façon indépendante, son analyse a été reprise par les associations européennes d’amitié avec le Vietnam et, avec ces dernières, elle a appelé à un règlement pacifique de la question sur la base des données historiques et des principes du droit international. La position du Vietnam a recueilli un assez large soutien international, mais son action internationale est loin d’être comprise, ce qui conduit parfois à des incompréhensions auxquelles nous devons être attentifs.
3- Aussi peut-on se réjouir de la signature d’un accord de partenariat stratégique entre la France et le Vietnam, en septembre 2013, à l’occasion du voyage officiel du premier ministre vietnamien. Cette décision doit permettre de hisser les relations bilatérales à un niveau qualitativement supérieur. Cela parait possible sur les plans diplomatique et culturel, comme en témoigne le succès indiscutable de l’année croisée France-Vietnam 2013-2014. On ne peut cependant ignorer la réduction constante des crédits d’aide publique au développement, auxquels les collectivités territoriales, dont les moyens sont par ailleurs appelés à baisser, ne peuvent se substituer, ni compter sur l’audace et la clairvoyance des entreprises françaises. La connaissance concrète que l’AAFV a de ces domaines –APD, coopération universitaire et scientifique, relations économiques-, pourtant importants, reste très insuffisante.
A propos de l’association :
4- Je m’étais retiré du Bureau national et des responsabilités de secrétaire général lors du précédent congrès. C’est uniquement parce qu’Hélène Luc a ensuite annoncé son désir de réduire le temps qu’elle consacrait à l’AAFV et parce que nul autre adhérent n’a accepté de lui succéder que j’ai été élu président en juin 2013. Mon intention était de consolider les principes et modes d’activité de l’AAFV, débat aussi large, libre et responsable que possible, prises de décision collectives et respect des décisions prises collectivement, gestion scrupuleuse et économe, de façon à dégager les ressources nécessaires à la solidarité, à la revue « Perspectives » et au site internet. Or, l’activité régulière de l’association a été perturbée, voire entravée, par la nécessité financière où nous nous sommes trouvés de nous séparer de notre secrétaire, par la démission du trésorier national, puis de Marie-Hélène Lavallard qui avait longtemps coordonné le secrétariat administratif.
5- Donnée extrêmement positive, mais malgré tout précaire, il a été possible de conclure des partenariats, de recueillir des dons et d’obtenir des pages publicitaires dans la revue grâce à la détermination et à l’entregent d’Hélène Luc, qui avait accepté de devenir présidente d’honneur chargée de ce travail littéralement déterminant. Cela a été notamment le cas pour l’année croisée, avec le Grand prix Jeunes talents, piloté par Patrice Cosaert, et avec l’exposition « Vietnam Un et Multiple, 54 visages et parures de la nation vietnamienne », présentée avec succès à l’Orangerie du Sénat.
6- Par contre, le travers apparu précédemment s’est accentué, à savoir la verticalité qui fait du Bureau national l’organe délibératif et exécutif de l’association, alors que les statuts le définissent comme l’exécutant du Comité national élu par le congrès. Si les réunions du comité ont été tenues régulièrement, la fréquentation a été insuffisante et la participation des comités locaux pour le moins inégale. C’est là un problème sérieux : d’une part, le débat tend à se limiter à un cercle étroit, qui est conduit à décider de tout –définition de l’oligarchie- sans en avoir toujours la compétence ; d’autre part, les relations entre le siège, qui a un rôle essentiellement administratif, et les comités locaux se distendent. Le congrès précédent avait décidé de constituer des groupes de travail afin de permettre une participation plus large, allant au-delà même du comité national. Seuls le comité de rédaction de « Perspectives » et le réseau Solidarité ont fonctionné, avec, dans une certaine mesure, les groupes « Agent orange » et « Connaissance du Vietnam ». Tous les autres (tourisme, entreprises, collectivités locales, financement, francophonie) n’ont joué aucun rôle. L’intention était juste. Reste à comprendre pourquoi elle n’a pas eu les effets espérés.
QUE FAIRE ?
7- Certaines des difficultés rencontrées sont en passe d’être surmontées, puisque Jeanne Goffinet a accepté d’assumer les lourdes responsabilités de trésorière nationale et qu’un nouveau mode de fonctionnement du secrétariat administratif se met en place. On peut également penser pouvoir former autour de Dominique de Miscault une équipe capable de développer notre site dont la fréquentation est d’ailleurs très honorable. Mais il est impératif que nous parvenions à rétablir une relation continue et confiante entre le siège et les comités locaux, à associer un nombre plus large d’adhérents à l’activité de l’association et je ne fais qu’évoquer le serpent de mer du rajeunissement de l’association et de ses instances élues, à propos duquel nous parlons beaucoup, sans guère d’effets.
8- Le congrès décidera de l’orientation à donner au travail de l’association pour les années à venir. Je rappelle celles qui avaient été prises. L’AAFV n’est pas une association humanitaire, mais elle considère que le peuple vietnamien a encore besoin de la solidarité concrète de ses amis. Le choix que nous avons fait est celui de projets réalisés à la base et en coopération avec la Croix-Rouge du Vietnam afin de donner à des familles pauvres et à des villages isolés les moyens d’avoir une activité productive et/ou d’éduquer leurs enfants. Sans qu’elle se dirige exclusivement vers eux, cette solidarité va en particulier aux victimes vietnamiennes de l’Agent orange, sur les plans politique et juridique, bien entendu, mais d’abord et avant tout de manière matérielle, à la base encore une fois, c’est-à-dire au niveau des familles touchées. C’est là la conclusion que nous avions tirée du tribunal international de conscience qui s’était réuni à Paris. Nous devons chercher à ajouter d’autres formes à celles qui nous permettent de collecter des fonds pour la solidarité, car les difficultés financières rencontrées par nombre de nos concitoyens se font en effet sentir.
9- « Perspectives » est l’instrument privilégié par lequel nous pouvons informer sur le Vietnam et l’AAFV. Il forme également le lien le plus direct entre les membres de l’association et il faut souligner ici que les adhérents isolés, c’est à dire non membres d’un comité local, sont dans leur immense majorité abonnés à la revue. La décision a été prise de préserver à tout prix l’existence de la revue, d’en garantir le financement et, ce qui n’a pas été le cas, d’en accroître la diffusion. Une des voies pourrait être d’associer davantage d’amis à sa rédaction, mais force est de reconnaître que les vocations ne se bousculent pas.
10- Contrairement à ce que certains de nos amis peuvent penser, l’activité de l’association s’est élargie depuis une quinzaine d’années, au sens où elle publie régulièrement une revue, tient un site Internet et conduit une action de solidarité d’une autre ampleur. Dans le même temps, elle fait face à des contraintes financières et au vieillissement de ses membres. Nous restons sur la corde raide.
11- Ce qui permet à l’association d’exister est son indépendance totale, tant vis-à-vis des autorités publiques, qu’elles soient françaises ou vietnamiennes, nationales ou locales, que des entreprises privées ou publiques et des formations politiques, professionnelles ou religieuses. C’est en préservant cette indépendance citoyenne que nous pouvons dialoguer et coopérer avec les milieux les plus divers, sur la base de nos principes fondateurs, pour les objectifs que nous nous sommes fixés, et eux seuls.
et rapport d’activité. Patrice Jorland

discussion générale, solidarité, comités locaux

Les interventions des invités (ambassadeur du Vietnam en France, maire de Montreuil, présidents de l’UGVF et de l’AACVF se situeront peut-être en fin de matinée.

Word - 160.5 ko

l’Union des Organisations d’Amitié du Vietnam (VUFO) et l’Association d’Amitié et de Coopération Vietnam-France (AACVF) sont très heureuses d’envoyer une délégation-mixte de quatre personnes, à savoir :
Madame Phạm Thị Thái, membre du Bureau exécutif du Présidium de VUFO, Directrice générale du Département de l’Europe de la dite Union, Chef de la délégation ;
Madame Hoàng Thị Phượng, ancien professeur en matière de commerce extérieure de l’Institut de Commerce extérieure du Vietnam, membre du Bureau exécutif du Comité national de l’AACVF ;
Madame Vũ Thị Thuận, master en sciences naturelles, fonctionnaire de l’Académie des Sciences et Technologies du Vietnam, membre du Comité national de l’AACVF :
Madame Nguyen Thi Hong Ngan, secretaire permanente de l’AACVF.

Raymonde Dien dédicacera ses mémoires dans la matinée

JPEG - 47.6 ko

.

Pas besoin pour vous d’être là l’après-midi

14h-17h :

rapport financier, discussion

débat d’orientation

élection du CN

17h30 : réunion du CN élu par le congrès

comité national élu par le congrès des 5 et 6 décembre : Jean-Pierre Archambault, Nadine Bewende, Nicolas Bouroumeau, Didier Clavequin, Patrice Cosaert, Christian Courty, Gérard Daviot, Danielle De March-Waller,Dominique de Miscault, Bernard Doray, Michel Dreux, Nicole Duchet-Trampoglieri, Alain Dussarps, Dominique Foulon, Paul Fromonteil, Jeanne Goffinet, Jean-Claude Gomez, Annie-Rose Israël, Jean-Pierre Israël,Jocelyne Kriner, Michaël Laurençon, Sébastien Laval, Hélène Luc, Monique Marconis, Nguyen Hai Nam, Nicolas Ong, Phan Bao Long, Benoît Quennedey, Louis Reymondon, Daniel Roussel, Alain Ruscio, Gildas Tréguier, Annick Weiner, Gerard Terrier, Marie-France Vieux-Marcaud.

Henri Martin et Daniel Royer sont invités permanents.

Collectif provisoire  : Jean-Pierre Archambault, Nicolas Bouroumeau, Gérard Daviot, Michel Dreux, Alain Dussarps, Paul Fromonteil, Jeanne Goffinet. Hélène Luc.

JPEGJPEGJPEGJPEG Pousse-toi de là que je m’y mette ! JPEGJPEG

Portfolio