Année des victimes de l’Ao - 2011

Dernier ajout : 1er juillet 2011.

2011, ANNÉE DES VICTIMES DE L’AGENT ORANGE

C’est le 10 août 1961 qu’eurent lieu les premiers épandages de défoliants, dont l’Agent orange qui contenait de la dioxine, sur le territoire vietnamien par l’armée de l’air américaine. Le Vietnam en commémorera le 50e anniversaire cette année par de multiples manifestations.

La guerre du Vietnam (1961-1975) est connue pour les bombardements massifs au Nord Vietnam. Plus insidieuse, d’abord ignorée du grand public, la guerre chimique livrée au Sud de 1961 à 1971 a entraîné des conséquences dramatiques qui durent encore. C’est un désastre environnemental immense et une catastrophe humaine multiforme : économique, socioculturelle et sanitaire qui touche maintenant la troisième génération.

Le gouvernement américain et les firmes de produits chimiques impliquées éludent leurs responsabilités. Pourtant les choses n’en restent pas là.

Le 16 juin 2010 à Hanoi, le Dialogue Group Etats Unis-Vietnam [1] a rendu public son quatrième rapport qui comporte deux parties, une Déclaration et un Plan d’action.

La Déclaration adopte un ton direct qui rompt avec les précautions de langage habituelles. Elle salue les efforts déployés par le Vietnam depuis 1980 pour faire face par lui-même aux conséquences des épandages, tout en rappelant les modestes aides humanitaires octroyées par des ONG, dont la Fondation Ford.

Elle est suivie d’un Plan d’action qui devra mobiliser 300 millions de dollars, à raison de 30 millions par an. L’énumération des tâches à mener à bien dans ce laps de temps occupe quatre pages. Le programme est ambitieux et on peut douter que 300 millions y suffisent.

D’ailleurs, le Dialogue Group n’a aucun pouvoir de décision et ne dispose d’aucuns fonds. Le problème des conséquences des épandages est donc bien loin d’être réglé.

Mais un point mérite d’être souligné : le Dialogue Group s’adresse directement au gouvernement américain pour financer la majeure partie du budget prévu.

L’aide humanitaire est sans commune mesure avec les besoins. C’est au niveau des États que doivent s’organiser le soutien au Vietnam et l’exigence de justes réparations.
Les entreprises productrices des défoliants, principalement Monsanto et Dow Chemical, doivent participer à cette aide et ainsi assumer leurs responsabilités.

Réunis à Ivry (France) le 21 mai 2011 à l’occasion du 50ème anniversaire de l’AAFV, les représentants de quatre associations de solidarité avec le Vietnam s’engagent à faire connaître au public le drame que le Vietnam vit, plus de trente-cinq ans après la fin de la guerre. Ils déploieront tous leurs efforts pour convaincre leurs parlementaires respectifs de la nécessité d’un soutien rapide et massif aux victimes vietnamiennes de l’Agent orange et au Vietnam dont la nature a été ravagée par les défoliants.

Signatures :

Notes

[1Le Dialogue Group réunit des citoyens, des hommes politiques et des scientifiques des deux pays pour envisager de remédier aux conséquences des épandages de défoliants au Vietnam, dans une perspective humanitaire. Il a été fondé en 2007 sous l’égide de l’Institut Aspen grâce à un financement de la Fondation Ford.