Bilan de la solidarité 2006-2008

Dernier ajout : 14 février 2008.

Entre les deux congrès l’AAFV a continué ses actions de solidarité en direction des minorités ethniques et des victimes de l’agent orange. Contrairement à notre engagement pris à l’unanimité lors du dernier congrès nous n’avons pas pu financer le projet Cu Chi, faute des mécénats espérés et nous avons dû le ramener de 140 000 à 40 000 euros, en accord avec Madame Nguyen Thi Hoi. Le comité Ile de France, qui n’avait pas encore de projets arrêtés, a décidé de participer au projet Cu Chi. A ce jour, nous avons envoyé 24 000 euros dont 9000 de la CCAS [1], 5000 du comité Ile de France, 2400 du comité La Rochelle et 7600 de dons reçus au Siège.
Depuis des années nos actions de solidarité répondent à des demandes exprimées par les futurs bénéficiaires auprès des Croix Rouges locales. Ces projets, après avoir reçus l’agrément des autorités locales, sont transmis à l’AAVF qui les fait suivre à Alain Dussarps. La Croix Rouge d’Ho Chi Minh Villle a lancé un appel auprès des commerçants qui a permis la collecte de sommes couvrant une part notable du budget initial. Lors de ma visite à Cu Chi le 10 Avril 2008 j’ai pu voir que les besoins sont encore nombreux.
Nos domaines d’intervention :
- l’aide aux victimes de l’agent orange (23 actions) sous forme de parrainages, bourses scolaires, construction de maisons, d’élevage de vaches, truies, chèvres, buffles ou zébus, formation professionnelle.
-  Eau (6 actions) : adduction, puits, réservoirs de stockage
-  Écoles maternelles (3 écoles)
-  Centre de formation (1 centre)

Durant ces trois années l’AAFV et ses comités locaux Gard-Cévennes, Montpellier, Ile de France, 49-Maine et Loire , Franche Comté et La Rochelle ont collecté 130 014 euros qui ont permis le financement de 33 projets dans 16 provinces ; au Nord Son La, Dien Bien, Lai Chau, Ha Giang, Tuyen Duang et Nghe An ; au Centre Quang Tri , Da Nang, Binh Dinh et Nhinh Thuan ; au Sud Cu Chi, Dong Thap, Tien Giang, Vinh Long, Ben Tre et Soc Trang

En plus la FAPU [2] a versé 10 500 euros pour deux autres projets d’élevage, le Conseil Régional PACA a financé un projet d’élevage de truies de 8000 euros et la CCAS a donné 83760 euros.
Nous avons aidés directement 925 familles victimes de l’agent orange : 10 maisons construites, 40 bourses scolaires, 133 parrainages, 360 truies et 382 vaches. Sans compter l’effet boule de neige du micro crédit amélioré.

Total de l’aide : 232 274 euros pour 36 projets

Pour la première fois nous avons travaillé à Da Nang avec la VAVA.

Chaque année Alain Dussarps et des représentants des comités locaux se sont rendus sur le terrain pour vérifier les réalisations. Tout est parfait grâce au travail de Mme le Professeur Nguyen Thi Hoi Vice Présidente de l’AAVF , de Quan Huu Tu le Secrétaire Général de l’AAFV et des membres souvent bénévoles des Croix rouges provinciales.
Nos actions de solidarité sont un acte politique car elles entrent dans les programmes gouvernementaux 134 (minorités), 135 (lutte pour l’éradication de la pauvreté) et 139 (développement des régions isolées)
Les plus hautes autorités de Vietnam connaissent nos actions de solidarités ; en 2007 le Secrétaire Général du Parti Communiste Vietnamien a contacté Alain Dussarps pour féliciter l’AAFV pour ses réalisations de solidarité et nous encourager à les multiplier. Lors de l’entrevue du Premier Ministre du Vietnam accordée à l’AAFV par deux fois il a remercié et demandé la continuation de ces actions. En Mars lors de sa mission au Vietnam Alain Dussarps a rencontré la Vice Présidente de la République qui l’a remercié pour l’activité en direction des ethnies et des victimes de la dioxine. Elle a insisté sur l’efficacité de ces projets qui correspondent aux besoins de la population défavorisée et aux orientations gouvernementales.

Nous ne faisons ni de la charité ni de l’humanitaire, nous améliorons les conditions de vie des plus démunis du Vietnam. Lors de ma mission de Mars-Avril je me suis rendu dans une quinzaine de provinces où nous avons permis le financement de projet ; devant les marques de reconnaissance des bénéficiaires j’étais gêné ; j’ai côtoyé la misère tous les jours et c’est un crève-cœur de devoir refuser les propositions de projet. Pour la première fois j’ai l’impression que la misère a progressé. Plusieurs causes à cela : l’inflation (14,7 officiellement mais en réalité 17 à 18%), les conditions climatiques qui ont entraîné une perte de 60 à 70% de la récolte du riz dans le Nord et le Centre ; le froid ainsi que les épidémies comme fièvre aphteuse, langue bleue, peste porcine, grippe aviaire ont provoqué la mort de dizaines de milliers d’animaux ce qui a fait doubler voire tripler les prix au kilo. Seules 2 de nos vaches sont mortes grâce au travail des vétérinaires et à la constructions d’étables et porcheries.

Pour trouver le financement de nos projets nous organisons des animations au niveau des centres de vacances de la CCAS, de villes ou villages, des expositions, des conférences, des projections de films, etc., ce qui nous permet de participer a un autre grand axe de notre association : la connaissance du Vietnam à travers nos expositions et nos interventions..

Rappel de quelques chiffres : le seuil de misère est fixé à 200 000 VND [3]
/mois/personne soit 8 euros, celui de la pauvreté à 403 000 VND/mois/personne soit 16 euros (chiffres de l’ONU). Les personnes visitées avaient moins de 4 euros/mois/personne

Information de la banque mondiale après évaluation de la situation économique du Vietnam depuis 1993 - 2006 : il y a 34 millions de personnes hors de la pauvreté, ainsi que des milliers de communes (Journal de la Jeunesse 7/3/08)
D’après le ministère de finances, d’après le bilan du projet de réduction de la pauvreté au Vietnam, 53/64 provinces sont classées pauvres puisque leur revenu annuel n’arrive pas à couvrir leurs dépenses en fin 2007.
Le GDP/tête prévu par le ministère d’investissement et de planification, en fin 2008 : seules 31 provinces/61 arrivent à dépasser 950 USD.
Il faut planifier non seulement de réduire la pauvreté des familles, mais il faut arriver à la réduire au niveau communal, voire provincial surtout dans les 10 provinces (en 2008) qui ont un GDP en dessous de 500 USD.
En 2007, 5 provinces particulièrement pauvres (Lai Chau, Bac Kan, Dac Nong, Ninh Thuan et Hau Giang) demandent à l’Etat de mettre beaucoup d’attention avec des mesures prioritaires pour les infrastructures, pour l’économie, la production et le travail pour les gens.
Alain Dussarps

Notes

[1CCAS : Caisse Centrale d’Activités Sociales de l’EDF-GDF

[2FAPU : Fondation Aide Populaire d’Urgence, www.fapu.org

[3VND : Viet Nam Dong. Le dong est la monnaie vietnamienne. Un euro vaut actuellement environ 25 000 dong (juillet 2008).

Portfolio

  • Agent orange 1
  • Dotation_cuchi