LE VIETNAM FACE A SON AVENIR Paris, 5 mai 2010

Les co-organisateurs de la journéesComme annoncé dans « Perspectives 73 », l’AAFV a organisé le 5 mai dernier, et de concert avec le Cercle des Amitiés France-Vietnam fondé par le sénateur honoraire Jacques Oudin, une journée d’information, de débat et de proposition sur les relations franco-vietnamiennes. Bien qu’elle ait tardé à s’annoncer, l’assistance était nombreuse, qui a rempli l’amphithéâtre de 150 places de l’Association française des assurances, dans le quartier de l’Opéra à Paris : personnalités politiques, hauts fonctionnaires, universitaires, entrepreneurs, responsables de collectivités territoriales, militants associatifs, étudiants français et vietnamiens.

Ouverte par les allocutions d’Hélène Luc et de Son Excellence M. Le Kinh Tai, ambassadeur plénipotentiaire de la République Socialiste du Vietnam en France, clôturée par une synthèse des travaux présentée par M. Jacques Oudin et par une riche réflexion de M. Paul Jean-Ortiz, directeur d’Asie-Océanie au ministère des Affaires étrangères, qui a tenu à rendre hommage à l’AAFV et, nommément, à Charles Fourniau, enrichie par les interventions des présidents des groupes parlementaires d’amitié de l’Assemblée nationale et du Sénat, MM. Michel Voisin et Christian Poncelet, la journée voulait éclairer le paradoxe suivant : malgré de bonnes et denses relations politiques, les échanges économiques entre les deux pays sont loin d’atteindre le niveau souhaitable, situation que déplorent les deux gouvernements.

Quatre tables rondes
ont examiné successivement la situation actuelle du Vietnam, les difficultés qui sont les siennes, les voies du développement des coopérations entre les entreprises françaises et le Vietnam et enfin le cadre général dans lequel elles s’inscrivent.

Les lecteurs de « Perspectives » sont informés de l’évolution du Vietnam : croissance forte du produit intérieur brut, que la crise mondiale a ralentie sans la briser, réduction de la pauvreté et de la malnutrition en particulier, population jeune, dynamique, industrieuse et ambitieuse, niveau d’instruction sans commune mesure avec celui des pays de même niveau économique, insertion pacifique et fructueuse au sein de l’Association des nations de l’Asie du sud-est (ASEAN) et rôle international reconnu – le temps de l’embargo est terminé –, stabilité politique.

Ils savent également qu’un tel processus est contradictoire, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. La balance des paiements est déséquilibrée, du fait notamment des échanges avec la Chine voisine, et le pays reste dépendant des investissements étrangers. Toutes les régions ne connaissent pas la même croissance, en dépit des efforts du gouvernement central et de la décentralisation, qui n’est cependant pas en soi une panacée. L’essor rural est nécessaire, mais l’exode rural pose avec une acuité renforcée les défis de l’urbanisation et de l’aménagement du territoire.

Les intervenants ont souligné la volonté politique de changement maîtrisé, évitant tout autant la crispation sur un état antérieur que l’improvisation aventureuse. Le maître-mot, c’est « la longue durée ». Travailler sur le long terme, avancer à un rythme acceptable par la population, progresser par étapes, éviter les à-coups, ménager les transitions, autant de façons de concilier stabilité et changement. La stabilité politique découlant du régime du parti unique est un moyen de cette maîtrise du changement et de la planification à long terme. Elle en est aussi un résultat, aussi longtemps que les autorités se montreront capables d’assurer le développement économique dans la paix civile.

C’est également dans la durée que les relations bilatérales doivent s’inscrire, ce qui implique de prendre la mesure des besoins énormes du Vietnam, de ne pas rechercher l’argent facile, de comprendre qu’il n’y a de développement que social et non discriminant. Parce qu’elle était axée sur l’économie, la journée a tenu à dégager des secteurs prioritaires de coopération et d’échanges, à savoir les infrastructures et l’urbanisme, les services à la population, l’industrie.

Plusieurs exemples d’actions ont été présentés :
l’eau et l’assainissement, soit en ce qui concerne l’approche globale (loi sur l’eau) soit de manière plus ponctuelle, avec des transferts de technologie en matière de dépollution (coopération décentralisée), soit encore en matière de formation ;
le secteur de la Santé, qui est en pleine refondation ;
celui des communications (téléphone, Internet, technologies de l’information, télévision) ;
le développement des parcs technologiques, propice à l’installation des PME-PMI ;
la banque et l’assurance, secteur très ouvert et encore modeste. D’autres domaines n’ont pu être évoqués faute de temps : l’énergie, les transports (dont l’aéronautique), les biotechnologies et l’agro alimentaire, les nouveaux matériaux, la mécanique de précision, tous secteurs dans lesquels les entreprises françaises trouveraient sans doute un champ d’activité intéressant.

Les voies de la coopération et du partenariat sont multiples, étatique, décentralisée entrepreneuriale. Développer cette dernière peut se réaliser par diverses modalités : faire connaître le Vietnam et les opportunités qu’il offre, développer les accords-cadres comme dans le cas de l’eau, de la santé, du développement durable, de l’énergie, des universités ; rendre les outils existants plus opérationnels (UbiFrance, Forum entreprises et finances France-Vietnam, Haut Conseil pour le développement de la coopération et les problèmes législatifs), développer les échanges de formateurs et d’ingénieurs.

Le succès de l’initiative était mesurable au nombre et à la satisfaction générale des participants. Cette journée a été utile, qui a également permis à notre association de rencontrer d’autres acteurs de la relation franco-vietnamienne. Sous un format similaire ou adapté, des initiatives de ce type peuvent être engagées en région. L’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne entend bien s’y employer, fidèle en cela à sa raison d’être. Patrice Jorland

Portfolio

  • Christian Poncelet
  • Duc Co Minh
  • Jacques Oudin & Philippe Delalande
  • Michel Voisin
  • Patrice Jorland
  • Paul Jean-Ortiz