Changement climatique : quel impact au Vietnam ?

Dernier ajout : 6 avril 2010.

Changement climatique : quel impact au Vietnam ?


La planète s’est réchauffée durant le XXe siècle. Au rythme actuel, sa température augmentera encore, d’ici à 2100, de 2 °C à 4 °C. Dans cette éventualité, il est très vraisemblable que le monde connaîtrait un
bouleversement spectaculaire de grande ampleur :

climat plus extrême, recrudescence des tempêtes et des cyclones, importante modification du régime des pluies et montée significative du niveau des océans et des mers. Au Vietnam, on observerait, selon le Ministère
des Ressources et de l’Environnement, une élévation de la température de 2,3 °C. Le Mékong verrait son débit diminuer, pendant la saison sèche,
du ¼ de sa valeur actuelle et, au contraire, augmenter d’environ 15 % pendant la saison des crues. La montée du niveau de la mer atteindrait 0,75 à 1 mètre et, selon l’Institut d’études du développement du delta du Mékong, 2,4 millions d’hectares de cultures seraient envahis d’eau de mer. Le manque d’eau, comme à l’inverse, l’excès d’eau, ainsi que la perte des terres de cultures, étant de nature à compromettre gravement son objectif de réduction de la pauvreté et celui du développement durable, le Vietnam a pris
certaines mesures pour se prémunir contre les conséquences du dérèglement climatique de la planète.

À ce titre, il avait adhéré à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992 et au Protocole de Kyoto de 1997. Il a pris part en décembre 2009 aux discussions qui ont eu lieu à la Conférence de Copenhague. Au niveau national, la Décision 158/2008/QD-TTg du Premier Ministre a fixé les objectifs à respecter par le gouvernement face au réchauffement climatique (évaluation de l’influence du réchauffement climatique au Vietnam, détermination des mesures d’adaptation envisageables, élaboration d’un programme de recherche, etc.). Un premier forum réunissant tous les hauts responsables concernés s’est tenu en novembre 2009 dans le delta même du Mékong, à Can Tho, pour débattre de ce problème. Can Tho, ainsi que deux autres villes vietnamiennes, Da Nang et Quy Nhon, font en outre partie du « Réseau des villes d’Asie résistant aux effets du changement climatique », où sont entreprises depuis janvier 2009 des études sur les conséquences
du réchauffement climatique.
Nguyen Tien Duc