Cinéma itinérant

Dernier ajout : 26 juillet 2008.

Cinéma itinérant : vitrine du cinéma national

Ces 10 dernières années, les équipes chargées du cinéma itinérant ont proposé quelque 500 séances aux habitants vivant dans les régions reculées et éloignées. Malgré les succès obtenus, il reste des difficultés à surmonter.

Le pays compte actuellement 363 équipes, relevant des centres de distribution de films ou des compagnies cinématographiques, chargées du cinéma itinérant. Un chiffre qui reste faible en comparaison à la demande croissante de la population.
La province de Thanh Hoa (Nord) est un exemple qui illustre parfaitement cette situation. Par manque d’effectif, les équipes de cinéma itinérant ne peuvent couvrir que 2.000 villages reculés de nombreuses communes limitrophes avec le Laos. Avec la possibilité d’organiser 1.500 séances par an, le Service provincial de la culture et de l’information doit privilégier les hameaux qui ne reçoivent ni les ondes télévisées, ni l’électricité. Ces hameaux bénéficient de 2 séances par an pour les plus reculés et d’une séance par mois pour les plus proches.

Il s’agit là d’un travail colossal pour les 3 équipes, chargées du cinéma itinérant pour toute la province. À cela s’ajoute la faible compétence du personnel de ces équipes. Étant en grande partie des jeunes volontaires, leurs membres ne sont pas des spécialistes du cinéma.

En outre, les équipements, les moyens de transport et les moyens techniques que nécessite le cinéma itinérant, ne sont pas suffisants. Un autre problème est la faible rémunération du métier. Face à tant de difficultés, le manque de professionnalisme n’est pas étonnant car très peu de personnes choisissent ce métier.
Pour leur part, les habitants des districts reculés sont toujours ravis d’accueillir chaleureusement les équipes de cinéma itinérant. Et c’est sans doute la raison pour laquelle une partie des membres des équipes sont attachées à leur métier.

Des réformes nécessaires

Pour résoudre ces problèmes, la Loi de la cinématographie est entrée en vigueur en janvier dernier. Ce texte a partiellement répondu aux attentes des personnes chargées du cinéma itinérant et de la production de films destinés aux habitants vivants dans les régions montagneuses. Cette loi permet désormais aux studios de cinéma de fonctionner sous la même législation que les entreprises. Concernant le cinéma itinérant, 100% des frais de mission des équipes sont maintenant assurés et pris en charge par les services concernés et les localités.
Lai Van Sinh, chef du Département de la cinématographie, fait savoir que le modèle de cinéma itinérant du Vietnam est vivement apprécié par les autres pays dans la région. Il est important que les personnes chargées du cinéma itinérant tirent de réelles expériences de leur travail et mettent en place des stratégies pour mieux couvrir les villages des régions les plus isolées. Grâce à quoi, le cinéma itinérant deviendra une vitrine du cinéma vietnamien.
Dans l’immédiat, les missions du Département de la cinématographie sont de mieux cerner les goûts des spectateurs et d’organiser des formations de mise à niveau pour les personnes chargées du cinéma itinérant. Ledit département souhaite augmenter la production de films portant sur les sujets comme la révolution ou l’histoire nationale.
Thanh Bình/CVN
(13/09/2007)