« Conférence Scientifique commémorative des 20 ans de l’Institut de Santé (...)

Dernier ajout : 31 mai 2011.

Association Scientifique Franco-Vietnamienne de Psychiatrie et de Psychologie médicale 75 avenue d’Italie – F 75013 Paris (fondée en 1989)

Le Président
A M. le Professeur Nguyen Kim Viet, Directeur de l’Institut de Santé mentale (hôpital Bach Mai, Hanoï).

- Monsieur et cher collègue,
Nous avons reçu le 28 mai 2011 le programme de la « Conférence Scientifique commémorative des 20 ans de l’Institut de Santé Mentale » (Hoi nghi khoa hoc ky niem 20 nam thanh lap Vien Suc Khoe Tam Than).
Le Bureau exécutif s’est réuni pour examiner la situation avec beaucoup d’attention et de sérieux. Le programme de la conférence ne correspond pas au colloque franco-vietnamien comme convenu au long de nos échanges. Aussi, nous avons l’honneur de vous demander de ne pas donner une suite à notre projet commun. Ceci a été pour nous, une difficile et triste décision.

Je vous prie de présenter au comité d’organisation et aux participants de votre conférence commémorative des 20 ans, l’expression de nos sentiments confraternels et nos souhaits de succès.
Nos liens constants et forts d’amitiés historiques avec la psychiatrie vietnamienne depuis notre fondation en 1989 – nos dernières manifestations au Nord remontent à 2009 avec l’hôpital Thuong Tin du Ministère et 2010 avec l’Institut National de Psychiatrie légale – nous inclinent à vous exposer en détail ce qui nous a amené à cette décision de retrait et pour que ces liens resteront excellents et sincères dans le futur.
En juillet 2010, notre démarche initiale a été vers l’Université Médicale de Hanoi : le Doyen avait agréé ce projet à la hauteur des universitaires français à inviter. Vous y étiez présent au titre de l’Université, et pas encore nommé l’Institut. A partir de janvier 2011, nous allons diffuser aux psychiatres de France cette information qui met l’honneur l’Université médicale de Hanoi et sa psychiatrie.

Concernant les préparatifs, notre programme était prêt dès octobre 2010. Nous vous l’avons soumis par les e-mails. A ma demande, nous nous sommes rencontrés le 9 février 2011 à Hanoi, et l’Institut s’est engagé poursuivre seul l’organisation du colloque donnant la date limite du 15 mars 2011 pour annoncer le programme vietnamien. Entre temps, nous étions informés du transfert d’organisation de l’Université l’Institut de Santé Mentale de l’hôpital Bach Mai. Alors que nous – voyageurs venant de loin avions préféré avoir cette rencontre en début de semaine, nous nous sommes pliés aimablement à votre convenance de le faire en fin de semaine. Puis, au lieu de 1 jour et demi (27-28 octobre 2011) comme convenu et déjà publié, l’Institut avait demandé à raccourcir cette durée à 1 jour unique, ce qui est très peu pour un déplacement international. Nous avions alors proposé mais en vain, une demi-journée supplémentaire de visites d’hôpitaux. Enfin dès octobre 2010, nous avions souhaité avoir des invitations pour nos collègues qui voyagent à leur frais ; leur absence autorisée de leur institution étant une contribution à la coopération internationale acceptée par l’administration. A ce jour, nous n’avons reçu aucun document bien que l’Institut nous ait demandé deux fois, la liste.
Concernant la répartition des charges, nous nous engageâmes dès juillet 2010 l’Université Médicale de Hanoi et avec M. le Doyen à mobiliser d’éminents participants de France pour venir à Hanoï. Et pour répondre à votre demande, nous avions précisé que nous ne pouvons rien financer sur place. Il était convenu alors que vous serez notre partenaire scientifique, et de trouver un autre partenaire local pour accéder aux mécénats d’entreprises que vous ne pouvez faire. C’était avec l’esprit ouvert au partenariat multiple France-Vietnam et public-privé que nous sollicitâmes l’Hôpital Franco-Vietnamien de Hanoi qui donnera son accord. Nos échanges de courrier et de programme mentionneront ce partenaire qui en sera plus tard, exclu. Nous en sommes désolés, imaginant bien les conditions sur place. Nous avons présenté nos excuses confraternelles l’Hôpital Franco-Vietnamien de Hanoï.

Bien que nous ayons confirmé la venue des personnalités de qualité – dont des médecins chefs, des experts internationaux, des professeurs…, j’ai été d’abord troublé lors de notre rencontre du 9 février 2011 par la demande réitérée du porte parole de l’Institut d’une contribution financière, et pour la même forte somme qu’en juillet 2010. Ensuite, j’ai été étonné d’apprendre que les thèmes français proposés au colloque seraient tous des « petits sujets » déjà connus du Vietnam ; des thèmes sur les diagnostics qui anticipent les réunions de l’OMS/WHO, sur la pratique à Paris des prises en charge globales des addictions et toxicomanies, sur l’ethnopsychiatrie culturelle, sur les expertises, sur le droit des malades… Enfin, j’étais surtout très choqué d’entendre qualifier notre association de « pauvre et vile » (nghèo và hèn) par le porte parole, conseiller de l’Institut qui continuera de s’exprimer sans aucune réaction officielle. L’esprit de notre organisation scientifique depuis son engagement au Vietnam n’est pas de considérer la psychiatrie vietnamienne comme un domaine touristique dont on aurait payé l’hébergement et la visite. Tout ceci n’est pas habituel à notre charte éthique et dans ces conditions de « négociation », je vous avais proposé notre retrait. Nous avions conclu malgré cela, à un malentendu et l’Institut s’engagea de façon plénière à organiser seul, sans l’hôpital franco-vietnamien, ce colloque international. L’Institut donnera la date limite du 15 mars 2011.

Nous recevons seulement le 28 mai le programme. Le titre, le contenu et le déroulement de la « Conférence Scientifique commémorative des 20 ans de l’Institut de Santé Mentale » (Hoi nghi khoa hoc ky niem 20 nam thanh lap Vien Suc Khoe Tam Than) sont clairs et précis. Cet anniversaire ne concerne pas notre association, ni la psychiatrie franco-vietnamienne dont nous avons la modeste prétention de la porter d’une certaine manière au Vietnam. Nous pensons avec bonne volonté que nos thèmes et notre méthodologie n’ont pas leur place dans votre programme. Par rapport l’annonce princeps, nous aurions menti à nos délégués et à nos éminents participants de les faire venir à Hanoi sans les tables rondes prévues, ni le programme annoncé. Enfin, nous avons eu raison de ne pas nous immiscer dans votre activité par du financier.

Nous vous avons annoncé dès février 2011 que l’Ambassade de France près de la République Socialiste du Vietnam a eu l’aimable attention de nous entendre et de penser aider le colloque franco-vietnamien par une équipe d’interprétariat. Bien entendu, elle n’est plus concernée aujourd’hui par votre conférence commémorative interne à laquelle nous serons absents.
Je sais que vous êtes tout récemment nommé l’Institut de Santé Mentale en plus de vos hautes fonctions l’Université médicale de Hanoi. C’est pourquoi, ces explications détaillées nous semblaient nécessaires pour ne pas contrarier votre récente installation l’Institut, ni gêner votre mission pour une psychiatrie vietnamienne moderne et ouverte que nous connaissons et soutenons. Nous souhaitons sincèrement un grand avenir sous votre égide, à l’Institut après cette commémoration.

Je vous prie de transmettre mes remerciements aux Drs Nguyen Van Tuan et Duong Minh Tam, vos collaborateurs pour leurs efforts, disponibilités et persévérances.

Veuillez croire Monsieur le Professeur en l’expression de notre parfaite amitié et de nos sentiments confraternels.
Dr Luong Can Liem, M.D., Ph.D., Président. Paris, le 31 mai 2011.
Copies : 1) l’Université médicale de Hanoi ; 2) l’Ambassade de France à Hanoi ; 3) l’Hôpital Franco-Vietnamien de Hanoi.