De l’Agent Orange aux OGM : Monsanto toujours !

Dernier ajout : 1er février 2009.

  De l’Agent Orange aux OGM : Monsanto toujours !

Reconverti de la guerre chimique à l’agro-alimentaire de famine,
Monsanto poursuit son menaçant développement.

Venez vous informer et débattre

PDF - 158 ko
9 mars 2009

  Soirée-débat
lundi 9 mars 2009
19h à 22h
Salle des fêtes de la mairie de Montreuil

Avec la participation de :

Marie-Monique Robin, journaliste, auteur de Le Monde selon Monsanto
● et de M.- H. Lavallard, Bureau National de l’AAFV,
● Hervé Le Crosnier, Université de Caen
● Fabrice Nicolino, journaliste (sous réserve).

Modératrice : Ruth Stégassy, journaliste à France-Culture

Interventions conclusives :

Hélène Luc, Présidente de l’AAFV et
Dominique Voynet, Maire de Montreuil.

1 place Jean Jaurès, 93 Montreuil
(métro Mairie de Montreuil, terminus de la ligne 9)

 De 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé sur le Sud-Vietnam


 80 millions de litres de défoliants hautement toxiques, dont le tristement célèbre Agent Orange qui contenait de la dioxine. L’objectif de l’opération était de chasser de la jungle les maquisards qui s’y cachaient et de détruire les rizières pour obliger les villageois à se regrouper dans les « hameaux stratégiques ».


Les épandages de défoliants ont provoqué une catastrophe sanitaire et un désastre écologique qui persistent : trente-cinq ans après, l’Agent Orange tue encore.
Monsanto était l’un des principaux fournisseurs de l’Agent Orange et a tiré de ce marché des profits considérables.

Monsanto refuse d’indemniser les victimes.

 Monsanto doit payer !

 La guerre finie, Monsanto s’est reconverti à l’agro-alimentaire. Il produit à la fois un herbicide toxique, le Round Up, et des plantes génétiquement modifiées pour résister au Round Up.

- Bien loin d’être une solution à la faim et à la pauvreté dans le monde, ces plantes ont un rendement inférieur de 6 à 11 % à celui des variétés comparables non transformées. Ces plantes sont brevetées : les paysans n’ont pas le droit de conserver des semences pour l’année suivante et doivent en racheter à Monsanto, qui absorbe un à un les fournisseurs de semences dans le monde. L’invasion des terres agricoles par les semences Monsanto conduit à la ruine les petits agriculteurs dont la production vivrière disparaît.
En Inde, le coton Monsanto est cause quotidienne du suicide
de cultivateurs écrasés de dettes.

Malgré les complicités dont il bénéficie au plus haut niveau de l’Etat,
Monsanto commence à être en difficulté aux Etats-Unis,
son pays d’origine, et développe une campagne de lobbying intense pour envahir l’Europe.

Venez vous informer et débattre, résistez :
grâce à l’action déterminée de tous,

 Monsanto ne passera pas !