Économie

Dernier ajout : 31 août 2011.

octobre 2012

Le Vietnam, 1er exportateur de café
Le Vietnam a pris la place du Brésil comme 1er pays exportateur de café dans le monde, suite aux mauvaises conditions climatiques dans ce dernier pays.
Les entreprises vietnamiennes doivent cependant améliorer leur marketing pour faire connaître le café vietnamien, composé principalement de Robusta, a déclaré le président de Trung Nguyen, la plus grande entreprise vietnamienne du secteur.
Le rendement à l’hectare a beaucoup augmenté ces dernières années. Cependant, selon le directeur de l’Institut d’Etudes Agronomiques des Hauts-Plateaux, le VN n’a pas vocation à rester le 1er exportateur de café et la production vietnamienne est sur le point d’atteindre son point culminant, l’état a pour projet de diminuer les surfaces cultivables à 500 000 ha en 2020.
Dans le même temps, les producteurs de café assurent cependant qu’ils sont en état d’améliorer la qualité du café vietnamien.
Source : VOA
http://www.voatiengviet.com/content/nganh-ca-phe-viet-nam-vung-day/1514864.html

- Le Vietnam est le pays le plus attractif en Asie du Sud Est pour les investisseurs US.

57% des entreprises américaines ont l’intention de développer leurs investissements au VN, contre 6% en Indonésie et 11% en Thaïlande (étude auprès de 350 chefs d’entreprises ayant des activités dans la région).
Par ailleurs 82% des entreprises US en activité au VN espère augmenter leurs résultats et la moitié d’entre elles projettent de recruter.
Ces données prouvent l’optimisme des firmes américaines envers le VN malgré le ralentissement de la croissance ces dernières années et une certains instabilité macro-économique incluant plusieurs dévaluations de la monnaie nationale et des dettes toxiques détenues par les banques.
Les points positifs du VN : stabilité politique et sécurité pour les personnes.
Les points négatifs : corruption, faiblesse des structures et environnement juridique peu performant.
Sources : (Emission VOA : http://www.voatiengviet.com - Etude de la Chambre de commerce US - Wall Street Journal)

- Moody’s abaisse la note du Vietnam, en raison de la faiblesse des banques vietnamiennes
L’agence de notation Moody’s a annoncé vendredi 28/09/2012 qu’elle a abaissé d’un cran la note du Vietnam, de B1 à B2, avec une perspective stable, en raison des faiblesses du système bancaire.
L’agence met en garde contre le coût lié à la recapitalisation bancaire et qui serait supporté , au moins en partie, par l’Etat.
Le Vietnam souffre d’une crise de son système bancaire, plombé par un trop grand nombre d’établissements dont beaucoup sont mal gérés et criblés de mauvaises dettes.
Par ailleurs, la croissance économique du pays a ralenti à 4,73% durant les neuf premiers mois de 2012, selon les chiffres officiels. Le gouvernement prévoit une croissance de 5,5% pour l’ensemble de cette année après avoir réduit à la baisse ses prévisions d’un point.
D’autre part, le Vietnam est de nouveau confronté à une nouvelle accélération de l’inflation, qui a atteint 6,48% en septembre, cependant encore bien en deçà des 23% atteints en août 2011. Sources : (©AFP / 28 septembre 2012 ) – www.Romandie News 28/09/2012

- Le Vietnam, 1er exportateur de café
- Le Vietnam a pris la place du Brésil comme 1er pays exportateur de café dans le monde, suite aux mauvaises conditions climatiques dans ce dernier pays. Les entreprises vietnamiennes doivent cependant améliorer leur marketing pour faire connaître le café vietnamien, composé principalement de Robusta, a déclaré le président de Trung Nguyen, la plus grande entreprise vietnamienne du secteur. Le rendement à l’hectare a beaucoup augmenté ces dernières années.
Cependant, selon le directeur de l’Institut d’Etudes Agronomiques des Hauts-Plateaux, le VN n’a pas vocation à rester le 1er exportateur de café et la production
vietnamienne est sur le point d’atteindre son point culminant, l’état a pour projet de diminuer les surfaces cultivables à 500 000 ha en 2020. Dans le même temps, les producteurs de café assurent cependant qu’ils sont en état d’améliorer la qualité du
café vietnamien.
Source : VOA http://www.voatiengviet.com/content/nganh-caphe-
viet-nam-vung-day/1514864.html

 ----------------------------------

21 Août

Arrestation d’un banquier de premier plan secoue la finance
Le secteur financier vietnamien était en émoi mardi après l’arrestation d’un des banquiers les plus puissants du pays pour malversations financières, qui a poussé la banque centrale à intervenir publiquement afin d’éviter un mouvement de panique.
partagez

Nguyen Duc Kien, 48 ans, "a été arrêté pour des activités économiques illégales", a indiqué le site internet du gouvernement sans autres précisions.

Il a été placé en garde à vue lundi après une perquisition de la police à son domicile près du lac de l’Ouest, un quartier cossu de la capitale Hanoï, selon le site internet du quotidien Tuoi Tre.

Fondateur de l’Asia Commercial Bank (ACB), l’une des plus importantes banques vietnamiennes, dans laquelle le groupe britannique Standard Chartered détient des parts, Nguyen Duc Kien est décrit par le site Vietnam Net comme l’une des cent plus grosses fortunes du pays.

Son arrestation a causé "une onde de choc" au Vietnam, a estimé le Tuoi Tre. L’action d’ACB est tombée de près de 7% à la Bourse de Hanoï, la chute maximale autorisée en une journée avant que le titre soit suspendu. L’index HNX de la bourse tombait lui même de 5,24% à la clôture.

Le gouverneur de la Banque centrale, Nguyen Van Binh, est intervenu publiquement dans un discours télévisé pour calmer les esprits.

"Pour assurer la sécurité de l’ensemble du système, la Banque centrale du Vietnam a pris les mesures à sa disposition pour assurer la solvabilité de l’ACB et des autres banques en cas de retraits massifs" des épargnants, a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, l’ACB a publié un communiqué affirmant que l’affaire n’affecterait pas ses performances. "C’est un problème personnel", a assuré Nguyen Thanh Toai, directeur général adjoint de l’ACB, précisant que Kien en détenait moins de 5%.

Selon la presse locale, entièrement contrôlée par le pouvoir, Kien détient aussi des actions dans la Sacombank, l’Eximbank, la Vietbank et d’autres institutions financières, dont certaines ont elles aussi souligné la place mineure qu’occupe le banquier dans leur capital.

Il était également partie prenante dans la réforme du système bancaire entamée par les autorités en 2011 pour assainir un secteur plombé notamment par les dettes toxiques et des méthodes de gestion inadaptées, héritées de l’économie planifiée.

Certains analystes estimaient cependant que l’affaire était d’abord liée à des joutes au sein du Parti communiste (PCV) au pouvoir. "Il n’est question que de ça", a ainsi affirmé un observateur étranger.

D’autant que le régime multiplie depuis quelques mois les déclarations sur la lutte anticorruption, souvent utilisée à des fins politiques.

"L’atmosphère actuellement, semble-t-il, est d’attraper des gros poissons pour démontrer que le parti fait face à la corruption", a estimé Carl Thayer, expert du Vietnam à l’université de New South Wales en Australie.

Pour lui, le dossier vise le Premier ministre Nguyen Tan Dung, véritable numéro un du PCV. "Les membres du parti s’inquiètent de ce qu’il a pris trop de pouvoir et ils ont besoin de le remettre à sa place".

Plusieurs blogs respectés affirmaient que Kien avait fait des affaires avec la fille du Premier ministre. "Il y a beaucoup de spéculations" sur le sujet, a relevé Thayer. "Cela peut n’avoir aucun lien avec ça (...), mais cela suffit pour envoyer un message".

Nguyen Duc Kien s’est en outre fait connaître du public en tant que manageur du club de foot de Hanoï. Il avait pris l’an passé position contre la corruption qui règne dans le milieu du ballon rond, s’opposant pour la gestion du championnat professionnel à la Fédération vietnamienne de football (VFF).


Juin 2012
Difficile réforme du système bancaire au VN

Le système bancaire vietnamien compte une quarantaine d’institutions publiques et privées. À côté de ces établissements vietnamiens, se trouvent des
banques étrangères dont HSBC, ANZ ou la Les indicateurs de l’économie Japonaise Mizuho Corporate Bank, qui a pris une participation de 15% dans la Vietcombank, la banque vietnamienne la plus importante en terme de capitalisation boursière.
Après des années de hausse rapide de crédits, certaines des grandes banques vietnamiennes sont criblées de créances douteuses, la plupart liées à des entreprises d’État mal gérées et à des investissements immobiliers spéculatifs.
Dans un environnement économique difficile en 2011 (inflation à 22 %, déficit commercial de 12,4 milliards de dollars en 2011), le gouvernement a annoncé un plan de restructuration basé sur des fusions volontaires, faisant absorber les banques en difficulté par celles ayant de meilleurs résultats.
Ce projet est cependant freiné, se heurtant à des ré- sistances provenant des groupes d’intérêts puissants et nécessitant une volonté plus forte des autorités.
Sources : (©AFP / 11 juin 2012 07 h 45)
http://www.romandie.com/news/n/_Vietnam_la_ reforme_du_systeme_bancaire_dans_la_tour- mente97110620120748.asp


Les indicateurs de l’économie vietnamienne au 1er semestre 2012

D’après les chiffres du département des statistiques du VN, la croissance a été de 4,38 % au 1er semestre 2012 alors qu’elle était de 5,63 % sur la même période l’année précédente.
En contrepartie, Le Vietnam a enregistré au premier semestre un déficit commercial (690 millions $), près de dix fois inférieur à celui de la même période de 2011 (6,65 milliards), un résultat qui tend à accréditer le succès dans sa politique de lutte contre les grands déséquilibres macroéconomiques.
Après 2 décennies de forte croissance, le VN s’est retrouvé en 2011 avec une inflation atteignant un pic de 23 % en août 2011, un important déficit commer- cial et une monnaie qui ne cessait de se déprécier. Cette situation a incité les autorités à rechercher un nouveau modèle de développement.
D’après les derniers chiffres, l’inflation a été ramenée à 6,9 % sur un an mais 21 000 entreprises ont fait faillite et le niveau des exportations a diminué du fait d’une baisse de la demande des pays importateurs que sont les USA et l’Union Européenne.

Sources : Les Échos 28/6/12
Journal Tuoi Tre (La Jeunesse) 29/6/12 RFI (émission en vietnamien) du 29/6/12

mai 2011

Vietnam Airlines compte ouvrir une ligne directe Hanoi – Londres et HCM-Ville- Londres à la fin de l’année 2011.

Un considérable retard a été enregistré dans la réalisation du tronçon ferroviaire Nhon - Gare de Hanoi, prévu pour 2016. Les investissements ont été multipliés par 1,5 par rapport aux prévisions. Le consultant n’avait pas prévu tous les facteurs qui influent sur le projet. Le comité des projets des voies ferrées urbaines n’a pas exercé son pilotage régulier et la coordination avec les organismes de gestion n’est pas suffisamment étroite.

7 projets d’infrastructures de transport ont été retenus pour bénéficier des prêts de la Banque mondiale au titre de l’exercice 2011 et des suivants : 3 projets de réhabilitation des réseaux routiers existants dont le projet de développement du transport de la zone littorale du delta du Mékong et 4 projets d’autoroutes : Da Nang – Quang Ngai ; Thanh Hoa – Bai Vot et Dau Giay – Phan Thiet

 Octobre 2010


- Selon la banque Standard Chartered, la parité du dông par rapport au dollar devrait monter à 19 900 dôngs au dernier trimestre et à 20 000 dôngs en 2011 (actuellement à 19 500 dôngs).

- Le 14 septembre dernier, la société franco-italienne ATR a livré le 3ème des 5 ATR72-500 commandés par la compagnie aérienne VALC. Cette commande s’élève à plus de 100 millions de dollars.

- Après une phase expérimentale sur les procédures clientèles en ligne pour les vols internes, Viêtnam Airlines a officialisé courant août ce service et l’élargit aux vols internationaux dans certains pays du Sud Est Asiatique (www.vietnamairlines.com).

- Le gouvernement lance la recherche dans les biotechnologies. Ainsi, un projet sur la modification génétique du soja et la création de variétés transgéniques anti-insectes à l’institut de la riziculture du delta du Mékong, un 2ème è sur le maïs au centre des biotechnologies de Ho Chi Minh-Ville sont en cours de réalisation.

 Juillet 2010


- C’est la technologie japonaise de train à grande vitesse « Shinkansen » que le Vietnam avait décidé d’adopter pour la ligne Hanoi - Hô Chi Minh-Ville. La mise en service était prévue pour 2020, permettant d’effectuer les 1500 km en six heures……

……

 Mais les députés, chose jamais vue, se sont opposé au gouvernement, arguant du coût bien trop élevé du projet (il aurait représenté 60% du PIB).

- C’est Vinci Construction qui réalisera les infrastructures de franchissement du Col de Ca, sur l’axe Hanoi /Ho Chi Minh avec la société concessionnaire vietnamienne Deo Ca Investment JSC. L’élargissement de 9 km de route s’accompagnera de la construction d’une nouvelle section de 11 km avec deux tunnels et trois ponts.

 --------------------------


 Avril 2010


- Reprise du marché immobilier à HCM-V. Des grands noms du marché immobilier ont mis en chantier entre fin 2009 et début 2010 des projets de construction de luxe qui entreront en service en 2011(prix débutant à 1800 dollars/m2).

- Embellie également pour les projets de logements neufs à prix modéré à Hanoi comme à HCM-V où les appartements inférieurs à 1000 dollars/m2 se vendent comme des petis pains.

- Fermeture des salles de transactions de l’or le 30 mars (décision récente du premier ministre Nguyen Tân Dung).
Du coup, des dizaines de milliers d’investisseurs s’orienteront vers d’autres marchés dont l’immobilier un secteur attractif.

- Avec un chiffre d’affaires à l’exportation de plus de 9 milliards de dollars en 2009, le secteur textile et habillement se hisse en tête de liste des produits d’exportation clés du VN.
Ce secteur représente 15% du PIB depuis plusieurs années et a doublé sa valeur d’exportation en 5 ans. C’est l’un des premiers employeurs du secteur industriel vietnamien avec plus de 2 millions de salariés.

- Selon le Ministère vietnamien de l’Industrie et du Commerce, les secteurs tertiaire et commercial ont enregistré la plus forte croissance.

- Les réseaux de distribution se modernisent. En 1995, il y avait 10 supermarchés et 2 centres commerciaux dans tout le pays.
Aujourd’hui, on en compte 400 (y compris les hypermarchés) qui côtoient les 8 3OO marchés traditionnels.

- Les autorités de HCM-V durcissent le ton contre la commercialisation illégale des devises en multipliant les inspections et le traitement des établissements qui présentent leur prix
en devises. Sur le dernier trimestre 2009, 34 magasins appliquant l’étiquetage en dollars ont payé chacun une amende de 25 millions de dongs.
La commercialisation illégale régulière est frappée d’une introduction en instance selon le code pénal.

- D’après les conclusions de la 5è étude sur le niveau de compétitivité des 63 provinces du VN, publié fin janvier, Danang arrive de nouveau en tête devant Binh Duong.
Lao Cai, Dong Thap, Vinh Long et Vinh Phuc sont considérées comme disposant d’une excellente compétitivité. HCMV et Hanoi occupent respectivement les 16è et 33è places.

- Depuis le 1er janvier 2010, Les entreprises de transformation de produits aquatiques exportés vers l’UE doivent certifier l’origine des matières premières.

- Une enquête effectuée en 2009 auprès de 800 000 consommateurs et publiée récemment révèle que parmi les 200 produits et services les plus prisés, 55% sont de marques vietnamiennes, 19% sont fabriqués dans le pays mais de marques étrangères, le reste est importé.

 -----------------------

 janvier 2010

Grâce à l’application de judicieuses politiques monétaires flexibles, à une bonne gestion du marché des devises et de l’or, le Vietnam a réussi à endiguer le ralentissement économique, et à relancer la production et le commerce. Le pays a enregistré une croissance estimée à 5,32%.

La production industrielle s’est accrue de 5,1%. Environ 1,6 million d’emplois ont été créés.

Les priorités du gouvernement pour cette année sont la stabilisation de la macroéconomie, le contrôle de l’importation excédentaire, la prévention du retour d’une inflation à 2 chiffres et le maintien du bien-être social.

Dans les 62 districts les plus démunis, le taux de foyers pauvres s’est établi l’an dernier à 12,3% contre 13,4% en 2008.
Mais le manque de coordination entre les projets ou programmes, l’inefficacité de certains d’entre eux, ont provoqué ici et là des gaspillages de fonds. Trois objectifs sont fixés : stabiliser la macroéconomie, consolider le système de bien-être social officiel et renforcer le système de bien-être social informel.

Le budget de l’État prendra totalement en charge la construction des réseaux électriques dans les régions peuplées par les ethnies minoritaires de la province de Binh Phjuoc (Sud).

La Banque asiatique de développement (BAD) a accordé une aide non remboursable de 2 millions de dollars pour soutenir les minorités ethniques Co Tu affectés par le projet de centrale hydroélectrique Sông Bung 4, district de Nam Giang, province de Quang Nam (Centre). Cette somme servira à réinstaller 300 foyers déplacés.

 --------------------------------------

 octobre 2009

Le Vietnam un géant des technologies de l’information – En 2015, le pays disposerait au minimum de 2 groupes technologiques d’information d’envergure au niveau régional, dont le chiffre d’affaires total atteindrait 10 milliards de dollars par an.
Le plan de développement des technologies de l’information sera soumis au gouvernement en octobre prochain.

Le plan concerne la croissance du chiffre d’affaire qui représente actuellement 17% et 20% du PIB et une assistance gouvernementale aux entreprises.
Actuellement, le manque de main-d’œuvre qualifiée est la première lacune à combler.
Dans l’avenir, environ 30% des étudiants du secteur, après leur sortie de l’école, pourront travailler à l’étranger. D’ici 2015, 250.000 personnes trouveront un emploi dans les entreprises des technologies de l’information, dont la moitié sont diplômés des écoles supérieures.

Nouveaux choix stratégiques des entreprises japonaises
Auparavant, la plupart des investisseurs japonais au Vietnam se concentraient dans la production, beaucoup maintenant se focalisent dans l’import-export.
La sarl Sharp Electronics Vietnam (Sharp VN) a annoncé officiellement sa présence en tant que société d’importation sur le marché vietnamien, après 14 ans de gestion d’un bureau de représentation. Sharp VN a été autorisée à importer des produits électroniques et électriques et assume toutes les responsabilités connexes comme garantie ou service après-vente. Il y a plus d’une décennie, Sony avait ouvert une petite usine au Vietnam. Mais, en 2008, il a décidé de la fermer pour se recentrer sur le commerce. Cette décision a provoqué un choc parce que le Vietnam applique des politiques privilégiées pour attirer les grands groupes électroniques étrangers, pour construire une industrie électronique nationale puissante.

Une conférence, en faveur des 62 districts les plus déshérités du pays. « Entreprises en aide aux districts déshérités » a été organisée par le Comité de pilotage pour le développement de la région Tây Bac, le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, le Comité populaire de la province de Yên Bai (Nord).
Ces districts devront équilibrer leurs ressources financières et, avec le soutien des entreprises, mettre en oeuvre des politiques d’aide au logement en faveur des nécessiteux, réaliser les objectifs fixés pour l’essentiel avant 2010. Les modes d’assistance doivent être adaptés aux mœurs et coutumes des populations locales.

Petro Vietnam joue un rôle exemplaire dans le développement économique du pays et contribue à la mise en oeuvre des politiques sociales dans plusieurs localités défavorisées, il est le premier dans la protection de la souveraineté nationale en mer.
Petro Vietnam exploite actuellement 14 gisements pétroliers dans le pays et un à l’étranger, pour une production totale de 250 millions de tonnes de brut et 50 milliards de mètres cubes de gaz.

Produits laitiers nationaux à la conquête du marché

Il a été démontré, études à l’appui, que les produits laitiers nationaux n’ont rien à envier en termes de qualité à leurs homologues étrangers. Mais ces derniers continuent de dominer le marché, auréolés du prestige largement surfait du "made abroad". Les fabricants nationaux ont décidé de passer à l’offensive.
Maintenant, la tâche la plus importante pour les entreprises nationales, c’est d’informer les consommateurs pour les convaincre d’acheter vietnamien...
La Compagnie générale des produits laitiers du Vietnam (Vinamilk), leader national dans ce secteur, a présenté les résultats des contrôles effectués par l’Institut national de la nutrition et des centres d’expertise de la qualité de Hô Chi Minh Ville, qui montrent que ses produits respectent totalement les normes de qualité, notamment en matière de teneur en lipides.

 ---------------


 Septembre - Octobre


Nouveaux choix stratégiques des entreprises japonaises
Auparavant, la plupart des investisseurs japonais au Vietnam se concentraient dans la production, beaucoup maintenant se focalisent dans l’import-export.
La sarl Sharp Electronics Vietnam (Sharp VN) a annoncé officiellement sa présence en tant que société d’importation sur le marché vietnamien, après 14 ans de gestion d’un bureau de représentation. Sharp VN a été autorisée à importer des produits électroniques et électriques et assume toutes les responsabilités connexes comme garantie ou service après-vente. Il y a plus d’une décennie, Sony avait ouvert une petite usine au Vietnam. Mais, en 2008, il a décidé de la fermer pour se recentrer sur le commerce. Cette décision a provoqué un choc parce que le Vietnam applique des politiques privilégiées pour attirer les grands groupes électroniques étrangers, pour construire une industrie électronique nationale puissante.

Cao Binh, chef du magasin Hachi Hachi spécialisé dans la vente de produits japonais importés (à Ho Chi Minh-Ville), l’achat de marchandises au Japon et la revente au Vietnam est plus facile qu’auparavant, non pas grâce aux réductions de taxes mais au fait que les entreprises japonaises veulent renforcer leurs exportations vers le Vietnam. « Avant, il fallait passer de grosses commandes pour attirer l’attention des fabricants japonais. Mais, à présent, il suffit de 500 unités ou plus pour qu’ils acceptent », explique-t-il.

Selon de nombreux experts, en raison du ralentissement économique et de la baisse du pouvoir d’achat des Japonais, beaucoup d’entreprises du pays du Soleil-Levant cherchent à élargir leurs débouchés, et le Vietnam est une cible de choix. Selon les Services du plan et de l’investissement de HCM-Ville, Binh Duong et Bà Ria-Vung Tàu, des centaines d’entreprises commerciales étrangères se sont implantées ces derniers temps, dont de nombreuses entreprises japonaises.

Selon le Service de l’industrie et du commerce de HCM-Ville, depuis près de 2 ans, 64 bureaux de représentation commerciale japonais ont été créés, la plupart spécialisés dans l’import-export. Et beaucoup d’entre eux ont été transformés en sociétés commerciales. Selon le directeur d’une entreprise japonaise, l’environnement d’investissement et commercial au Vietnam a changé, surtout depuis l’adhésion du pays à l’OMC. « Les changements dans les politiques d’ouverture du marché, comme l’autorisation d’établir des sociétés à capital entièrement étranger dans les secteurs du commerce et de la distribution, nous ont poussé à réévaluer nos stratégies d’approche du marché vietnamien ».


 Mai - Juin


 Bauxite

Le débat à propos de l’exploitation massive des gisements de bauxite sur les Hauts Plateaux du Centre s’amplifie. Les adversaires du projet craignent une atteinte irréversible à l’environnement en raison de l’exploitation à ciel ouvert qui suppose l’élimination de la couverture de terre arable et une pollution stérilisante par les déchets de terre rouge résultant du traitement du minerai dans les usines d’aluminium. Ils déplorent les déplacements de population entraînés par l’ouverture des chantiers et craignent l’installation durable sur place des ouvriers chinois de Chinalco, partenaire de Vinacomin. Enfin, les travaux d’infrastructure gigantesques qui sont nécessaires font douter de l’intérêt économique du projet.
En avril, 135 scientifiques et intellectuels ont adressé une pétition à l’Assemblée Nationale, demandant la révision du projet. Le général Giap lui-même est intervenu à trois reprises, notamment en raison des risques pour la sécurité nationale. Le gouvernement a réagi en réunissant un séminaire de scientifiques et d’économistes, à l’issue duquel le vice premier ministre Hoang Trung Hai a assuré que le projet ne serait pas mené sans précaution et que le gouvernement allait procéder à des réajustements. Deux seulement sur quatre des chantiers prévus seraient maintenus et le rythme ralenti. La presse a rapporté récemment la position de Nguyen Minh Thuyet, député de Lang Son, demandant des réponses plus précises aux inquiétudes du public.
Les blogs jouent un rôle important dans le développement de la controverse.

⇒ 2008 a connu une croissance de 6,18% du PIB. Le Vietnam est toujours considéré comme une des 12 économies du monde dont la croissance sera forte malgré la crise.

⇒ L’objectif de croissance du PIB est revu à la baisse (5,5% au lieu de 6,5%). Celui de croissance des exportations nationales devra être ramené à 3% contre 13% et l’indice des prix à la consommation à moins de 10% contre moins de 15%,

⇒ Les prix des marchandises de première nécessité ont augmenté de 5-15%, voire 17-18% à cause de la hausse du prix des matières premières et de l’essence.

http://www.humanite.fr/2009-06-10_Tribune-libre_Vietnam-doi-moi-et-crise-mondiale
Article paru le 10 juin 2009


Vietnam : « doi-moi » et crise mondiale

Par Paul Fromonteil, vice-président (PCF) de la région Poitou-Charentes.

Le monde est en train de changer de bases. D’Asie en Amérique Latine en passant par les autres continents, les effets dévastateurs de la crise historique du capitalisme ne conduisent nullement au pessimisme. Au-delà des résistances, des novations originales naissent et se confortent. Par exemple regardons du côté du Vietnam ! En charge des responsabilités dans les importantes relations et coopérations que la région Poitou-Charentes entretient depuis quinze ans avec le Vietnam, j’ai pu pénétrer au coeur d’un pays qui, après quarante années de guerres terribles, a connu des évolutions fantastiques. Sur chaque dossier j’ai pu mesurer l’importance des avancées, la nature des problèmes qui persistent ou qui apparaissent. En tant que communiste j’ai trouvé un intérêt particulier dans un pays qui, bien avant la décomposition des pays est-européens dits « socialistes », s’est engagé dans la recherche de voies nouvelles : le doi-moi ou politique de renouveau .

Des évolutions spectaculaires… Le Vietnam a évolué de façon spectaculaire : taux de croissance proche de 7 %, doublement du niveau de vie moyen, etc. Engagé dans une « économie de marché à orientation socialiste » dont l’objectif était de répondre aux besoins impérieux d’éducation, d’emplois, de progrès social pour une population qui est passée de quarante millions à quatre-vingts millions d’habitants et qui dépassera prochainement les cent millions. Les besoins ont tendance à croître plus rapidement que la croissance elle-même… C’est stimulant pour le développement, tout en générant de nouvelles contradictions. Des inégalités persistent ou se développent même si le rapport du PNUD met en évidence le fait que le Vietnam est un des rares pays dans le monde où l’on peut noter d’importants progrès dans le recul de la pauvreté. Le Vietnam n’a pas mis en coupe réglée son agriculture sous la domination des institutions financières ; ses choix politiques s’inscrivent dans la globalisation mondiale mais à l’inverse des théories de la légitimisation du capitalisme, c’est-à-dire de la libéralisation des mouvements des capitaux, de la privatisation des biens communs ; quelles différences l’on doit constater avec le Bangladesh, Madagascar, par exemple : on ne peut donc être étonné du silence que les médias observent à l’égard du Vietnam. Nous sommes aux antipodes des principes du libéralisme : le marché est considéré comme un moyen et non comme un but. Des questions nouvelles émergent et prennent une importance de plus en plus forte : d’une part, assurer un type de développement durable, économe des ressources naturelles ; d’autre part, donner de nouvelles dimensions aux rapports entre les pouvoirs, la société et les individus.

… confrontées à la crise mondiale Ce développement a naturellement percuté sur la crise mondiale du capitalisme financier. Cela s’est exprimé dans des formes particulières avec une inflation à 23 % sur l’année 2008, mettant en cause la progression des niveaux de vie ; des difficultés dans certains secteurs de production ont pris une certaine ampleur (selon les médias locaux quatorze entreprises et quatre mille emplois ont été mis en cause à Ho-Chi-Minh ville. Cela oblitère incontestablement les objectifs et tendances dans lesquels le Vietnam est engagé. Mais force est de constater que la marche en avant n’a pas pour autant été stoppée. Le taux de croissance s’est stabilisé à 6,2 %, la récolte du riz est supérieure de 2,6 millions de tonnes à celle de 2007. Le déficit commercial s’est creusé mais a été compensé par une très forte hausse des investissements permettant la poursuite de la création d’emplois et dopant la monnaie. La Bourse est en baisse mais le développement industriel se poursuit, l’économie et le commerce se stabilisent. Nous sommes très loin des tendances mondiales même si de nouvelles aggravations prévisibles de la crise mondiale du capitalisme pourraient avoir encore des contrecoups sévères au Vietnam comme ailleurs. Pourquoi en est-il ainsi ? D’abord parce que le Vietnam a fait des choix politiques de développement qui ne nourrissent pas les mécanismes mêmes de la crise. Le Vietnam subit les conséquences de la crise mais il n’est pas à l’origine de la crise ; il a même les moyens de s’en protéger. Le Vietnam a besoin dans son développement d’apports financiers mondiaux mais il s’appuie d’abord sur son marché intérieur ; il a conservé les moyens d’une maîtrise globale - y compris financière - de son économie. Les atouts du Vietnam sont politiques : le choix d’une économie de marché à orientation socialiste permet au Vietnam de maintenir son cap à travers les secousses planétaires. Après la réunion du Comité central du Parti communiste vietnamien, le premier ministre a présenté en octobre les mesures pour faire face aux énormes taux d’inflation et au déficit commercial. Certes, il a réduit des dépenses publiques et relevé les taux d’intérêt mais son premier souci a été de veiller à l’augmentation du niveau de vie - notamment pour faire reculer la pauvreté et accorder une très grande attention au monde rural. Le Comité économique et social pour l’Asie et le Pacifique et la Banque asiatique de développement (BAD) viennent de publier leurs rapports économiques et sociaux annuels ; ils confirment le jugement du président de la Banque mondiale : le Vietnam est « un exemple de réussite dans l’histoire du développement » et devrait bientôt passer dans le groupe des pays à revenus moyens. Avec la crise historique du capitalisme la « ré-emergence » de vieilles civilisations comme en Chine, aux Indes, au Vietnam doit retenir une attention particulière car il y a là des éléments importants pour une nouvelle étape du développement de l’humanité. Les valeurs humaines ne peuvent avoir une dimension universelle qu’en intégrant tous les apports des civilisations de la planète.

http://humaniteinenglish.com/spip.php?article1230

Vietnam : “Doi moi” and the World Crisis

Translated samedi 13 juin 2009, par Guy Langloy

The world is shifting its base. In Asia, Latin America and other continents, the devastating effects of this historical crisis of capitalism do not necessarily lead to pessimism, but rather quite the opposite. There are economies that are not only resisting but also innovating in bold new ways. For example, let us consider Vietnam.

Having been in charge of exchanges and cooperation between the Poitou-Charente region of France and Vietnam for the last fifteen years, I have had the opportunity intimately to know a country that, in spite of forty years of war, has been able to record an amazing growth. I was able to measure in each aspect of its economy the degree of its progress and to examine the nature of persisting or emerging problems. As a Communist, I found of particular interest the fact that long before the collapse of the so-called East European “socialist” countries, Vietnam had already embarked in a search for new perspectives : “Doi moi” or Policy of Renewal .

Vietnam has evolved in a spectacular fashion. The growth rate is close to 7% and standard of living has doubled. National policy is based on a “socialist oriented market economy” whose objective is to meet the pressing needs of education, employment and social progress for a population that has grown from forty million to eighty and will reach one hundred million in the future. However needs increase faster than growth itself. They stimulate development while creating new contradictions…

Vietnam has not bled its agriculture by placing it under the domination of financial institutions. Old inequalities persist and new ones develop even if the UNDP report recognized that Vietnam is one of the rare countries in the world where poverty is receding. Bangladesh and Madagascar offer a stark contrast. It is amazing that the media has been silent on this subject.

We are at the opposite end of liberalism. Political choices come within the scope of globalization but do not follow the legitimizing theories of capitalism regarding the liberalization of capital transfers or the privatization of common goods. The market is a means not an end. New questions emerge with accrued importance : on one hand secure a durable development that is not wasteful of natural resources, on the other hand give new dimensions to the relationship between the State, society and individuals.

This development program was of course affected by the financial world crisis. A 23% inflation rate over 2008 has threatened the standard of living of the people. Local media has reported that 14 enterprises employing 4000 workers may close in Ho-Chi-Minh City. This obviously has an impact on the objectives and tendencies of the development policy.
However, it must be noted that the march forward has not been stopped. The growth rate has stabilized at 6.2%, rice production has surpassed the harvest of 2007 by 2.6 million tons. Although the trade deficit had deepened, it was compensated by a strong growth in investments : the creation of new jobs was therefore possible. The Stock Market dropped but did not affect industrial development. Economy and trade are stabilized.

Even if the world crisis reaches new heights that could impact Vietnam, we are very far from global tendencies. Why ? First, Vietnam made political choices that do not feed into the mechanism of the crisis. It was affected by it but did not create it. It even has means to protect itself from it. Vietnam needs foreign investments but its base is its domestic market. It has kept a global power over its economy and finance.

Its trump cards are political : the socialist oriented market economy is helping the country stay its course in spite of planetary turmoil. After the meeting of the Central Committee of the Vietnamese Communist Party, the Prime Minister described in October the measures taken to counter inflation and trade deficit : a reduction in public expenditures, a raise of the interest rate but not at the expense of living standards, the anti-poverty campaign and rural development.

The United Nations Economic and Social Commission for Asia and the Pacific and the Asian Development Bank (ADB) in their latest annual reports confirm the opinion of the World Bank President : Vietnam is “an example of success in the history of development” and should be switched into the category of countries with medium incomes.

Within the context of this historical crisis of capitalism, the re-emergence of old civilizations such as China, India and Vietnam is an important event for the future development of our humanity. Human values can only have a universal dimension when they integrate the inputs of all the peoples on this planet.

⇒ L’investissement direct étranger chute de 76,3%, au cours des 5 premiers mois de l’année, par rapport à 2008. Les États-Unis, grâce à 9 nouveaux projets enregistrés depuis le début de l’année, sont en tête de la liste des investiseurs Ils sont suivis de la Corée du Sud, de Hong Kong, de Singapour et de Taïwan.

⇒ Le Vietnam ressent la nécessité de prendre des mesures à long terme pour la croissance économique nationale. La ruralité est au centre des préoccupations des députés. Le gouvernement a appliqué une bonification d’intérêt de 4% pour des crédits bancaires destinés à la mécanisation de l’agriculture.

⇒ Les exportateurs de produits aquatiques vietnamiens répondent aux normes de l’UE

⇒ Le Groupe d’industrie navale du Vietnam (Vinashin) s’intéresse beaucoup aux secteurs de l’industrie auxiliaire, pour pouvoir remplir ses objectifs commerciaux.

— Ces derniers temps, la physionomie du secteur rural et les conditions de vie des paysans se sont nettement améliorées. Mais ils rencontrent encore des difficultés pour l’écoulement des produits. Le café, la canne à sucre, les poissons-chats... accusent les fluctuations des prix.

⇒ La lutte contre la pauvreté et l’assistance au développement des localités en situation difficile sont prioritaires. Il est prévu une augmentation immédiate du budget réservé aux programmes d’assistance et la construction d’infrastructures dans ces localités. Le revenu devrait y être multiplié par 6 d’ici 2020.

⇒ Fruits et Légumes : vers une production en grande partie bio pour 2015
Ainsi l’aménagement des plantations de litchis se développent dans 4 provinces de Quang Ninh, Lang Son, Hai Duong et Bac Giang (Nord). La production de ces 4 provinces répond aux besoins.
A Hanoi, 5000 hectares supplémentaires seront dévolus à la production de légumes bio. Un label de qualité sera créé.

— Après avoir adopté en janvier 2004 le protocole de Carthagène (Colombie) et en janvier 2006 la stratégie de développement et d’application des biotechnologies pour 2006-2020, le gouvernement vient de réunir une conférence à ce sujet à Ho Chi Minh Ville. Des cultures expérimentales pourraient être faites en 2010. Les recherches génétiques se concentreront sur le soja, le maïs et le riz.
Leur budget s’élèverait à 1.000 milliards de dôngs

⇒ Selon les prévisions d’EVN, la pénurie en électricité devrait durer quelques années. La construction de centrales à sources énergétiques renouvelables requiert un capital 2 à 4 fois supérieur à celui des centrales traditionnelles. La priorité est donnée à ces dernières et aux centrales nucléaires. Toutefois des usines hydro électriques de taille moyenne seront construites par des entrepreneurs qui feront appel au crédit étranger, l’état se portant caution .

⇒ Les entreprises informatiques ont fait de la protection des logiciels et de la formation du personnel qualifié leurs 2 principaux objectifs pour les années à venir.

⇒ Le delta du Mékong est une zone économiquement importante, au relief et climat favorables, l’agriculture et la pêche y sont intensives… Ces atouts sont mal exploités du fait d’une main-d’oeuvre locale peu qualifiée et d’un taux très insuffisant de main d’œuvre qualifiée.

⇒. Dans le cadre du programme de coopération entre le Vietnam et les Emirats, près de 3.000 moutons et chèvres ont été importés dans la province de Ninh Thuân.

⇒ Le gouvernement veut supprimer dans le futur les importations de sel et de maïs. D’ici la fin 2009 grâce au projet de Quan The qui entre en service, il n’y aura plus d’importations de sel. Pour le maïs, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural améliore les variétés et le rendement et supprimera d’ici peu les achats à l’étranger.
La production de coton et le soja ne répondent pas encore à la demande intérieure. Membre de l’OMC, le Vietnam est dans sa phase d’intégration à l’économie internationale et se concentre sur le développement de produits agricoles de pointe.

⇒ Le L’économiste américain Paul Krugman, prix Nobel d’économie 2008 était au Vietnam, sur invitation de l’école PACE de Hô Chi Minh-Ville, pour un séminaire international sur la crise mondiale dans la mégalopole du Sud.

⇒ La Ford Foundation se retire du Vietnam


 Avril 2009

Le journal en ligne VnExpress.net vient de publier le classement 2008 des 100 personnes les plus fortunées en Bourse vietnamienne. Doàn Nguyên Duc 47 ans, président du conseil d’administration du groupe Hoàng Anh Gia Lai, arrive en tête du palmarès avec plus de 6.000 milliards de dôngs d’actions.
Deux femmes arrivent en 5 et 6 positions…

Anti-récession : taux d’intérêt bonifiés pour doper l’économie

Le ministère de l’Industrie et du Commerce met l’accent sur l’importance de la réduction des importations excédentaires.

La Banque mondiale intensifiera ses assistances au Vietnam

Une région économique dynamique Tây Nguyên (5 provinces des hauts plateaux du Centre). L’important réseau fluvial est le atout. Le Tây Nguyên produirait quelque 5.000 MW en 2010, soit l’équivalent d’un tiers de la production électrique nationale. Création d’un réseau de petites et moyennes centrales. Cette zone dispose d’un centre commercial et d’un supermarché.
Le programme (135) national de développement socioéconomique des communes particulièrement en difficulté des régions ethniques et montagneuses a enregistré ces dernières années des résultats satisfaisants.

Construction de 88 ouvrages (électricité, voie de circulation, école et centre médical) tel est le bilan du programme 135 mis en oeuvre depuis 1997 dans le district de Kim Bôi, province de Hoà Binh (Nord). Ce programme destiné à améliorer les infrastructures locales, à commencer par la consolidation des établissements scolaires…
100% des communes ont un poste et un centre médical,
*la construction de 165 km de voies de communication
*la réfection de 221 salles de classes
*26 maisons culturelles communales.
*les jeunes ont désormais l’opportunité de suivre des formations professionnelles afin de trouver un emploi stable et rémunérateur.

Le programme 135 a également contribué à changer la physionomie de Gia Lai, une province montagneuse des hauts plateaux du Centre.

Le supermarché Big C
Thang Long-Hanoi a organisé une campagne "Produits à prix cassés" en février, tandis qu’en mars il valorisait " la beauté vietnamienne" campagne destinée à informer les femmes qui représentent les 2 tiers de la clientèle

 Industrie

le Nord devrait souffrir des difficultés liées au manque d’électricité.
L’électricité est acheminée du Sud au Nord via les lignes de 500 kV entre Hoà Binh-Hà Tinh-Dà Nang-Pleiku-Phu Lâm. EVN devrait acheter à l’étranger, cette année 25,58 milliards de kilowattheures à un prix élevé.

Cette année, le pays prévoit de mettre en service 15 nouvelles usines, soit près de 3.400 MW. D’ici à 2011, le Vietnam devrait donc faire face à un déficit annuel de 22-31%.

Électricité : l’énergie éolienne en pleine expansion

À partir du 1er mars, le prix de l’électricité augmente en moyenne de 8,92% par rapport à celui appliqué en 2008, le kilowattheure coûtera en moyenne 948,5 dôngs (hors TVA).

la 2e raffinerie du Vietnam à Nghi Son
- province de Thanh Hoa (Nord), à 200 km de Hanoi sera opérationnelle en 2013. Sa production sera 1,5 fois supérieure à la raffinerie de Dung Quât

L’élaboration du projet de construction de la première centrale nucléaire, d’une puissance totale de 4.000 MW, se poursuit. Sa mise en chantier est prévue en 2015, dans la province de Ninh Thuân (Centre),

Nanotubes de carbone made in Vietnam. La production des nanotubes de carbone en laboratoire est de 100-300 g par jour.
Le Centre des recherches et du développement de la zone de hautes technologies de Hô Chi Minh-Ville ont utilisé du marc de café et de la bagasse pour produire des nanotubes de carbone. C’est la raison pour laquelle le prix de leurs produits est réduit de moitié.

Une co-entreprise vietnamo-japonaise consentirait à près de 55,8 milliards de dollars pour le TGV Nord-Sud. Cette ligne à double voie à grande vitesse de 1.555 km reliera Hanoi à Hoà Hung et Hô Chi Minh-Ville avec 25 stations. Les premiers tronçons seraient ouverts vers 2020.


 Janvier 2009

Une soixantaine d’importateurs de riz de 14 pays africains et 120 exportateurs vietnamiens, lao et cambodgiens se sont récemment réunis pour la première fois lors d’une conférence à Ho Chi Minh Ville. Objectif : augmenter les exportations de riz de ces trois pays vers le continent africain.

Le Vietnam devient un des premiers exportateurs mondiaux de noix de cajou. Les anacardiers plantés dans le Sud et les Hauts Plateaux du Centre produisent plus de 300.000 tonnes de noix par an, dont plus de la moitié sont exportées.

L’assurance-vie se développe rapidement au Vietnam (hausse d’environ 14 % entre 2007 et 2008) ce qui attire de nombreuses compagnies d’assurance étrangères.

Il y a maintenant 70,4 millions d’abonnements téléphoniques au Vietnam, ce qui correspond à plus de 80 % des habitants. Deux compagnies se partagent le marché, la Compagnie générale de la Poste et des Télécommunications et la Compagnie générale des télécommunications de l’Armée.

Les organisations syndicales vietnamiennes veulent tirer profit des expériences suédoises, aussi syndicalistes vietnamiens et suédois ont discuté à Hanoi de l’amélioration du dialogue social et de la négociation de conventions collectives, lors d’un colloque de deux jours, sous l’égide de la Confédération générale du Travail du Vietnam (CGTV) et de la Confédération syndicale suédoise.

Le Moyen-Orient est considéré comme un marché majeur pour les produits vietnamiens. Les Emirats arabes unis et la Turquie sont les deux premiers marchés, mais le Vietnam commerce aussi avec l’Arabie saoudite et Israël. Montant des échanges en 2007 : 1,2 milliard de dollars, dont 700 millions d’exportations vietnamiennes.

Le gouvernement a approuvé le plan d’investissement de près de 15 milliards de dollars pour les projets de réseau ferroviaire urbain de Hanoi et de HCM-ville à l’horizon 2020, dont 13 milliards financés par les investisseurs étrangers.

Un séminaire intitulé « Petites et moyennes entreprises (PME) : rôle, défis et perspectives » a eu lieu à Hanoi. Il s’agit de mettre en valeur le rôle des PME et de proposer des mesures d’aide à ces entreprises afin qu’elles puissent sortir de leurs difficultés. Les PME représentent 94% des entreprises du pays et emploient environ 50 % des personnes travaillant en entreprise.

Le ministre de la Construction projette de construire entre 2009 et 2015 184.000 logements sociaux, destinés notamment aux agents de fonction publique à faible revenu.

 Octobre 2008

Le Vietnam devient un des premiers exportateurs mondiaux de noix de cajou. Les anacardiers plantés dans le Sud et les Hauts Plateaux du Centre produisent plus de 300.000 tonnes de noix par an, dont plus de la moitié sont exportées.

L’assurance-vie se développe rapidement au Vietnam (hausse d’environ 14 % entre 2007 et 2008) ce qui attire de nombreuses compagnies d’assurance étrangères.

Il y a maintenant 70,4 millions d’abonnements téléphoniques au Vietnam, ce qui correspond à plus de 80 % des habitants. Deux compagnies se partagent le marché, la Compagnie générale de la Poste et des Télécommunications et la Compagnie générale des télécommunications de l’Armée.

Les organisations syndicales vietnamiennes veulent tirer profit des expériences suédoises, aussi syndicalistes vietnamiens et suédois ont discuté à Hanoi de l’amélioration du dialogue social et de la négociation de conventions collectives, lors d’un colloque de deux jours, sous l’égide de la Confédération générale du Travail du Vietnam (CGTV) et de la Confédération syndicale suédoise.

Le Moyen-Orient est considéré comme un marché majeur pour les produits vietnamiens. Les Emirats arabes unis et la Turquie sont les deux premiers marchés, mais le Vietnam commerce aussi avec l’Arabie saoudite et Israël. En 2007, le montant des échanges commerciaux entre le Vietnam et le Moyen-Orient a atteint près de 1,2 milliard de dollars, dont 700 millions d’exportations vietnamiennes. Celles-ci sont, pour l’essentiel du riz, du café, des produits textiles, des ordinateurs et composants électroniques, des chaussures, des produits de la mer et des dérivés du bois. Le Vietnam importe du pétrole, des produits de la pétrochimie, des engrais et de l’acier.

La situation économique d’octobre s’est sensiblement améliorée par rapport aux mois précédents. Une série de mesures gouvernementales a permis de juguler la hausse des prix (en particulier, le prix des vivres) et de relancer l’économie nationale.

Le gouvernement a approuvé le plan d’investissement de près de 15 milliards de dollars pour les projets de réseau ferroviaire urbain de Hanoi et de HCM-ville à l’horizon 2020. Celui de Hanoi qui comprendra sept lignes, dont une ligne aérienne, demandera 7,34 milliards de dollars dont 5,54 milliards financés par des investisseurs étrangers. Celui de HCM-ville représentera 7,5 milliards de dollars dont 6,3 milliards financés par les investisseurs étrangers.

Un séminaire intitulé « Petites et moyennes entreprises (PME) : rôle, défis et perspectives » a eu lieu à Hanoi. Il s’agit de mettre en valeur le rôle des PME et de proposer des mesures d’aide à ces entreprises afin qu’elles puissent sortir de leurs difficultés. Les PME représentent 94% des entreprises du pays et emploient environ 50 % des personnes travaillant en entreprise.

Le ministre de la Construction projette de construire entre 2009 et 2015 184.000 logements sociaux, destinés notamment aux agents de fonction publique à faible revenu.

 septembre 2008


Cinq mille employés environ se sont mis en grève dans l’usine de chaussures « Kingmaker Footwear », près de HCM-Ville. Les travailleurs réclament une revalorisation de leurs salaires qui s’élèvent actuellement à soixante dollars par mois.

Exxon et British Petroleum sont au centre des tensions entre la Chine et le Vietnam. La Chine menace de rompre ses contrats si Exxon et BP s’associent à PetroVietnam pour l’exploration d’un gisement pétrolifère dans les Paracelses.

Le Vietnam est aujourd’hui le premier pays asiatique en terme d’importation de soja et par contre exporte des dérivés du coton. Le gouvernement vient donc d’annoncer un fort développement des cultures transgéniques qui devraient atteindre de 70 % dans la production nationale de soja, coton et maïs, d’ici à 2020.

 août 2008

Le gouvernement vietnamien envisage d’ajuster la norme nationale de pauvreté pour tenir compte de l’évolution des prix. A la campagne, pour être considérée comme pauvre, une famille doit disposer d’un revenu mensuel par tête de 300.000 dongs et de 390.000 dongs en zone urbaine. Un tel ajustement porterait le taux national de pauvreté à 16,5-17,5% de la population en fin d’année, contre 14,8% en 2007.

Les exportations vietnamiennes se sont accrues de près de 38% entre janvier et juillet 2008 par rapport à la même période de l’année 2007. Mais les importations ont bondi de près de 57% dans le même temps.

Une usine d’engrais azotés a été mise en chantier à Ca Mau. L’usine appliquera des technologies avancées du Danemark, d’Italie et du Japon. Elle aura en 2012 une capacité annuelle de 800.000 tonnes d’urée.

Le montant des investissements étrangers au Vietnam au cours du premier semestre 2008 a triplé par rapport à la même période de l’année 2007 pour atteindre plus de 31,6 milliards de dollars. Taïwan est le premier pays investisseur, avec près de 8,2 milliards de dollars dans 64 projets, suivi du Japon avec 7,1 milliards de dollars dans 47 projets, du Canada (4,2 milliards de dollars) et de Singapour (3,56 milliards de dollars).

La croissance du PIB a atteint 6,6 - 6,7% au premier semestre, ce qui promet une croissance annuelle de 7% au moins. La récolte abondante de riz a dopé la production agricole de près de 3%.

Les économistes du groupe HSBC (Hong Kong and Shanghai Bangking Corporation) ont écrit dans le journal hongkongais "Bing Gua" que l’économie du Vietnam a une importante potentialité de croissance, bien différente de celle de la Thaïlande en 1997.

Le groupe français Alstom Transport souhaite investir dans la construction d’un métro à Hanoi. Le Plan global de communications de Hanoi comporte des investissements dans les projets de métro, les lignes devant entrer en service en 2013. Les projets pour les lignes de métro « Bo Hô - pont Thang Long » [investissements japonais] et « gare de Hanoi –Nhôn » [investissement de plus de 500 millions d’euros provenant des aides publiques au développement, dont plus de 200 millions de la part du gouvernement français], devront être achevés en octobre. Le 3e projet, « Ngoc Khanh-Lang-Hoà Lac », est actuellement étudié par des consultants malais. Ces voies ferrées traverseront souterrainement une série de rues de la capitale.

La société Sanyo -HQ Vietnam lancera en septembre prochain dans la province de Bac Giang (Nord) la construction d’une usine de lecteurs optiques de DVD d’un coût d’investissement de 95 millions de dollars, avec 12.000 emplois à la clef.

 juillet 2008

Le Viet Nam exporte ses fruits et légumes , principalement en Chine (60% des exportations), au Japon, à Taïwan, en Russie et aux États-Unis ; en 2008, les exportations devraient atteindre 350 millions de dollars, soit une hausse de 17% en un an. Pour l’Europe, la qualité instable des produits reste un frein et des coopérations pour améliorer cette qualité ont été établies avec les Pays-Bas et l’Allemagne.

La province de Tiên Giang (Sud) se lance dans le bio. Cette province recense plus de 68.000 ha d’arbres fruitiers, soit un quart de la superficie arboricole du delta du Mékong et produit annuellement près d’un million de tonnes de fruits : mangue, durian, avocat, pamplemousse, ananas, cerise et fruit du dragon. Cho Gao... Ces fruits sont aussi appréciés à l’étranger. Certains d’entre eux ont leur propre label. Les techniques de production répondent aux normes GAP (Good Agriculture Pratices), mais pour pénétrer le marché européen, il faudra appliquer des normes plus sévères (EurepGAP).

La stratégie de développement du delta du Mékong implique l’implantation de centrales électriques thermiques. Deux centrales à Cà Mau fournissent une puissance totale de 1.500 MW. A Ô Môn, quatre centrales délivreront 2.640 MW. À Soc Trang, un projet réunit quatre groupes de turboalternateurs de 600 MW chacun, un ensemble d’entrepôts et des quais capables d’accueillir de grands navires ; une usine du même type, d’une capacité d’environ 1.000 MW, est prévue à Trà Vinh. L’EDF doit investir dans la province de Hâu Giang avec la construction d’une centrale à charbon de 3.600 MW. Ces équipements devraient utiliser essentiellement dans le futur du charbon importé, d’où l’importance de l’aménagement des ports.

Sur les cinq premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires total des entreprises à capital étranger est évalué à 12 milliards de dollars, soit une hausse de 20% par rapport à l’année précédente. Ces entreprises ont créé 25.000 emplois pendant cette période, portant leur nombre d’employés à 1,2 million. Elles utilisent des technologies avancées dans des secteurs-clés : télécommunications, immobilier, gestion urbaine, production industrielle. Imprimantes, motos, appareils électroniques, postes de télévision, sont maintenant recherchés sur les marchés étrangers.