Entretien aves le Pr F Bricaire

Dernier ajout : 15 décembre 2011.

La maladie contagieuse : pieds mains bouches


Syndrome pieds mains bouche

Dans la liste des dix événements les plus importants au Vietnam en 2011 figure en neuvième position la maladie pieds mains bouche.
En effet, en 2011, la maladie s’est propagée dans les 63 provinces du pays ; 90 00 cas ont été recensés ; 150 personnes, pour la plupart des enfants, sont décédées. Cette maladie a gravement affecté la vie quotidienne de la population et causé une grande inquiétude au sein de la société.
Pour en savoir plus, nous sommes allés interviewer le Professeur Bricaire, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à la Pitié Salpêtrière (AP-HP). L’intégralité de l’entretien est accessible sur le site de l’AAFV.

Le syndrome pieds-mains-bouche est une maladie infectieuse qui sévit dans beaucoup de pays du monde. C’est une maladie connue depuis très longtemps. Elle atteint essentiellement les enfants. Elle est due à deux principaux virus : les coxsackie et un entérovirus immatriculé n° 71 qui est essentiellement présent dans le tube digestif.

Elle se manifeste par une éruption érythémateuse au niveau des pieds et des mains sous forme de petites taches rouges et par des ulcérations à l’intérieur de la bouche. La maladie peut être accompagnée de fièvre.
Dans la grande majorité des cas, c’est une maladie bénigne qui disparaît au bout de quelques jours.

Mais exceptionnellement, la maladie peut entraîner des troubles neurologiques (méningites, encéphalites…) qui laissent des séquelles parfois lourdes et dans certains cas la maladie peut provoquer des décès qui sont la conséquence de ces pathologies neurologiques.
Ce syndrome survient sur un mode épidémique.
Il a fait parler de lui suite à une forte poussée en Chine il y a quelques années. C’est là que l’entérovirus 71 a été isolé. Il n’est donc pas surprenant qu’un pays voisin comme le Vietnam ait à souffrir actuellement de ce problème.

Le virus étant présent à l’intérieur de l’intestin, il s’évacue par les selles. Pour éviter la contamination, il faut donc impérativement renforcer les règles fondamentales d’hygiène : se laver les mains, nettoyer les sols et l’environnement, … À ce jour, on ne dispose ni de traitement, ni de vaccin. Le seul moyen de casser ce phénomène épidémique, c’est d’insister sur le lavage des mains et sur les règles d’hygiène au domicile.

Comme nous avons pu le constater dans les rues d’Ho Chi Minh Ville, le Ministère de la santé et les autorités locales ont lancé une campagne sur ce thème par voie d’affiches. Nous attendons des informations sur l’évolution de l’actuelle épidémie au Vietnam et nous espérons que les mesures prises vont conduire à son extinction.
Christian Do Huu et Nicole Trampoglieri