Hué, une ville pleine de charme

Dernier ajout : 28 octobre 2009.

Hué, une ville pleine de charme

En 1306, le roi Cham Che Bong Lai a cédé une partie de son royaume comprenant actuellement les provinces Thua-Thien-Hué et Quang Nam pour prendre la main de la princesse Huyen Tran, et dès cette époque, les Vietnamiens progresseront vers le sud au détriment du royaume du Champa. Vers 1802, Nguyen Anh profitant de la faiblesse des Tay Son, suite au décès de leur roi Quang Trung, héros national, conquit tout le Vietnam. Il proclama Hué en 1802, capitale impériale. Hué demeurera sous la domination des Nguyen jusqu’en 1945.

À la différence de Hanoi (Thang Long), capitale du Vietnam de 1010 à 1802 et dont la cité impériale a été malheureusement presque rasée, Hué a pu préserver une part importante de son patrimoine architectural et culturel, ce qui lui valu d’être le premier site du Vietnam inscrit sur la liste du patrimoine mondial. Les palais, les tombaux royaux, les pagodes, les musées, les maisons-jardins, les bâtiment coloniaux sont harmonieusement répartis autour de la Rivière des Parfums. Elle est si gracieuse que Pham Quynh, homme de lettre originaire du Nord Viet Nam a fait cette comparaison : la Rivière des Parfums ressemble à une douce et belle jeune fille, alors que le Fleuve Rouge peut être comparé à une vieille dame intransigeante . Il a notamment raconté dans un long et très bel article son premier séjour merveilleux à Hué sur la Rivière des Parfums avec un ami poète. D’ailleurs, il est possible de faire comme lui en louant un bateau le matin près de l’Hôtel Huong Giang (à l’Est de la ville) et longeant la Rivière vous visiterez :
-  le Temple Hon Chen, où afflue nombre de visiteurs les troisième et septième mois lunaires, vénérer la déesse Thiên Y A Na.
-  la Pagode Thiên Mu (la Dame céleste) dans son cadre enchanteur, où l’on trouve en particulier une Austin bleue qui a transporté le bonze Thich Quang Duc qui s’immola par le feu en 1963.
-  le Temple de la littérature (Van Thanh) détruit presque complètement au cours des guerres successives après 1945. Ce temple a été rénové avec le soutien très actif de l’Association des Amis des Hué, en coopération avec l’UNESCO et le centre de protection des monuments historiques de l’ancienne capitale impériale Hué. Ce temple, construit après celui de Hanoi, est très peu connu y compris par la population locale. Il est pourtant très important par les stèles de grands hommes d’état comme Phan Dinh Phung, Tong Duy Tan .... Ces stèles rendent hommage aux lettrés qui ne pouvaient devenir grands mandarins qu’à l’issue de concours triennaux difficiles mais ouverts à tous, du plus pauvre au plus riche, une forme de démocratie par le mérite et le travail.

-  La maison-jardin An Hien, dont la propriétaire était Mme Yên (veuve de Nguyen Dinh Chi) une personnalité respectable du Vietnam, ancienne directrice du Lycée de jeunes filles de Dông Khanh (rebaptisé Hai Ba Trung). En 1968, elle a rejoint, la résistance en même temps que le vénérable Thich Don Hau, bonze supérieur de la Pagode Thiên Mu. Le charme d’une maison-jardin tient à l’harmonie entre la maison et le jardin et également avec le monde spirituel, car l’aménagement de l’ensemble doit respecter les règles de la géomancie. Les aristocrates de Hué y ont construit ces maisons typiques avec leur piliers en bois de fer ou de jacquier. L’écrivain Hoang Phu Ngoc Tuong a parlé de cette maison-jardin dans un très bel article plein de poésie « les fleurs et les fruits autour de moi ». Il existe plus de 800 maisons-jardins dans la province, dont plus de 200 dans la ville de Hué. Malheureusement de nouveaux riches d’autres villes sont venus et les ont démantelées et les transportées chez eux pour construire par exemple un club de voile. Conscients de ce danger, les autorités de la région de Hué ont essayé de présenter à leurs supérieurs ces belles maisons-jardins du village Phuoc Tich afin qu’elles soient classées
- Plus loin, se trouve le tombeau de Minh Mang, souverain autoritaire dont le caractère apparaît dans la construction rigoureusement symétrique l’axe symétrique de son mausolée. De son vivant, avec les conseils des géomanciens, le souverain a choisi l’emplacement parfaitement en osmose avec le monument. Lorsque le mausolée a été achevé, le roi y venait de temps en temps pour se détendre ou pour y composer des poèmes.

- Après cette visite, vous traversez la rivière et débarquerez sur l’autre rive où un car vous attendra pour la visite les tombeaux de Tu Duc et de Khai Dinh. Sans oublier le tombeau, sur le flan d’une colline de pins, réalisée de notre sculptrice Nguyen Phung Thi pour elle-même son mari.
- Tu Duc, est un roi poète, il a fait construire son tombeau avec des courbes romantiques. On y trouve en particulier le pavillon Xung Khiem, construit sur pilotis, où le souverain venait composer et réciter des poèmes. Au cours de la construction du mausolée, les ouvriers, enrôlés de force se sont révoltés et ont été châtiés par les autorités. Par ailleurs, c’est sous son règne que le Viet Nam dût abandonner l’essentiel de sa souveraineté à la France. Admettant pleinement ses erreurs, le roi se repentit et choisit de baptiser les pavillons de son mausolée d’un nom accompagné toujours par le mot « Khiêm » qui signifie modestie.
- Khai Dinh, l’avant dernier roi, s’est rendu en France et a fait réaliser son mausolée dans un style qui se veut baroque à l’occidental.
- D’autre tombaux méritent une visite : Celui de Gialong, de Thieu Tri...

La citadelle de Hué comprend 3 enceintes conçues à la Vauban. L’incendie en 1947 a détruit une partie de bâtiments, néanmoins, les plus importants ont été progressivement restaurés dans un souci de fidélité. la porte de l'ouestPlusieurs monuments méritent d’être visités : La porte du midi (Ngo Mon), le palais du Trône ou le Palais de la Suprême Harmonie (Dien Thai Hoa) la Cité Pourpre interdite (Tu Cam Thanh), la salle du lecture (Thai Binh), le temple du culte des Empereurs Nguyên (Thé Miêu), le Palais de la Reine Mère (Diên Tho), l’Étang des Eaux d’or (Thai Dich), l’esplanade des grandes salutations (Dai Trieu Nghi), les 9 urnes dynastiques disposées devant le pavillon Hien Lam, la salle des Mandarins et le palais Can Chanh, les 2 portes splendides : Porte de l’humanité est celle de la Vertu...

À noter que le théâtre royal (Duyet Thi Duong) a été restauré grâce à une aide importante du CODEV (Club de Coopération et développement, crée par les agents EDF), en coopération avec l’UNESCO et le centre de protection des monuments historiques de l’ancienne capitale impériale Hué. On peut y voir des spectacles au moment du Festival International.

D’autres sites sont aussi importants : Le lac de la Sérénité (Ho Tinh Tam), les arènes aux Tigres (Ho Quyen), l’Esplanade de Nam Giao, la maison de la Reine Mère de Bao Dai (Cung An Dinh)....

La ville de Hué est aussi réputée pour ses magnifiques et très nombreuses pagodes : La Dame céleste (Thien Mu) déjà citée, Bao Quoc, Tu Dam, Tu Hieu, Dieu De, Quoc Au.... L’imprégnation bouddhiste est telle que nombre de bonzes de grande valeur en sont issue : Mat The, Mat Nguyen, Don Hau, la bonzesse Dieu Khong....

On peut dire sans exagérer que la ville de Hué possède l’une des meilleures cuisines du Vietnam. Les aristocrates et les mandarins tenaient à élever leurs filles en suivant les quatre règles de conduite : la première consistait à être excellente dans les travaux intérieurs (công) dont la cuisine. La ville compte plusieurs spécialités à base d’amidon de riz et de crevettes : Banh Khoai, Banh beo, banh la, banh nam... La présentation, les couleurs, la disposition des ingrédients, le service... obéissent à des règles strictes. Par exemple, vous deviez servir à votre invité un bol à moitié plein, car sinon, il aurait été considéré comme affamé.

Par ailleurs la vie culturelle et intellectuelle à Hué a connu une longue et riche période, de grands poètes y vivaient : Xuan Dieu, Huy Can, To Huu, Te Hanh, Thanh Tinh, Nam Tran.... Un très grand critique littéraire Hoai Thanh y a préparé, à côté d’un atelier de forgeron, une colossale étude des poètes Vietnamiens dits « modernes » qui a fait date. On se souvient encore de son passionnant débat avec Hai Trieu sur « l’art pour l’art et l’art pour la vie ». N’oublions pas que Phan Boi Chau, révolutionnaire et homme de lettres était exilé à Hué, plusieurs années avant sa mort, et malgré de nombreuses contraintes, il a encouragé le patriotisme chez les habitants de Hué. Cette atmosphère culturelle persiste jusqu’à nos jours.

JPEG - 158.3 ko

À ma connaissance, les artistes vietnamiens résidant à l’étranger sont assez nombreux, mais la ville de Hué est la seule qui ait ouvert sa porte à deux artistes vietnamiens de la diaspora Vietnamienne : Diem Phung Thi, sculpteur et le peintre Le Ba Dang

JPEG - 175.7 ko
JPEG - 190.2 ko

. La maison de Diem Phung Thi (1 rue Phan Boi Chau) est hélas laissée à l’abandon depuis son décès, heureusement, nous venons d’apprendre que les autorités de Hué s’intéressent à sa rénovation. Le peintre Le Ba Dang, bien connu en Europe (en particulier en France où il réside), aux États-Unis et au Japon, après avoir aidé son village natal Bich La Dong, a crée il y a quelques années , la Fondation Le Ba Dang au 15 Le Loi, en plein centre, sur la rive droite de la Rivière des Parfums, tout près du Pont Trang Tien et de l’Hôtel Morin.

Dans un rayon de moins de 200 Km autour de Hué se trouvent des sites très intéressants et particuliers dont plusieurs sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Cinq sites matériels y sont déjà inscrits, en plus de Hué, les quatre autres sont : la grotte de Phong Nga - Ke Bang au nord de Hué, Hoi An et My Son au sud.

Deux autres patrimoines immatériels sont : Musique de cour royale de Hué et les Chants et musique des Ethnies de Tay Nguyen.

Plusieurs autres endroits méritent d’être visités au nord de Hué :

Le tunnel de Vinh Moc, qui a été construit pour la défense, alors que celui de Cu Chi était offensif, le pont Hien Luong qui a servi de frontière entre le Nord et le Sud, la ligne Mac Namara, le pont Dakrong, Khe Sanh, la piste Ho Chi Minh qui rappellent la guerre avec ses combats héroïques, l’émotion est très forte si on prend le temps de visiter le cimetière national de Truong Son. La route qui relie le Centre Viet Nam au Laos est très belle.

- À l’ouest, sur la montagne, le district A Luoï, les habitants appartiennent aux groupes ethniques Ca Tu, Ta Oi...

- Situé à 7 Km à l’est de Hué, le pont couvert Thanh Toan a été reconstruit grâce à l’aide d’une dame généreuse et fervente.

- À 80 Km au sud du Hué, vous trouvez la très belle plage de Lang Co et à l’Ouest, le Parc National de Bach Ma avec sa faune et sa flore extraordinaires.

- Ensuite vous quitterez Hué par le Col des nuages (Hai Van), où vous trouverez de remarquables points de vue sur la baie entrecoupée de promontoires .

- Plus au Sud, la ville de Da Nang avec sa montagne de marbre, son très intéressant musée Cham et ses belle plages avec ses nouveaux Resorts qui attirent les touristes.

Puis, tout près de Da Nang, Hoi An est réputée pour ses maisons traditionnelles, ses puits, ses pagodes chinoises et son pont couvert japonais.

Enfin, à 45 Km de Hoi An, le site de My Son est un ensemble de sanctuaires construit par les Cham à partir du IVème siècle dans un cirque montagneux.

- Le Huy Can
- Président du l’Association des Amis du Hué
- Président l’honneur du CODEV Viet Phap
- Vice-Président de Fraternité Chrétienne avec le Vietnam, Cambodge, Laos