La Franc-Maçonnerie mère du colonialisme. Le Cas du Vietnam

Dernier ajout : 28 février 2012.

Claude Gendre

- 

La Franc-Maçonnerie mère du colonialisme. Le Cas du Vietnam

L’ouvrage de Claude Gendre met en exergue, dès son titre, le paradoxe dont il veut traiter.
Comment la Franc-Maçonnerie, associée à des idéaux de libération des peuples et des esprits, création des Lumières, serait-elle devenue au XIXème siècle, et surtout sous la IIIème République, le plus sûr soutien du colonialisme ?
L’auteur entend traiter de cette question principalement à partir de l’exemple du Vietnam.
La thèse soutenue est clairement résumée dans sa conclusion :
Les Francs-Maçons du XVIIIème siècle justifiaient la Colonisation pour des raisons idéologiques libératrices, à la différence de l’État qui y trouvait un intérêt géopolitique et économique.
À la fin du XIXème siècle, on assiste à l’accession au pouvoir des élus républicains modérés, presque tous Francs-Maçons. À la différence des Maçons républicains « radicaux » comme Clémenceau, ou Camille Pelletan qui ironisait sur le « droit » de « civiliser les barbares à coups de canon », les modérés majoritaires sont sensibles aux théories pseudo-scientifiques d’un Paul Bert « justifiant » la colonisation par un racisme avéré. Ces républicains « opportunistes » et Francs-Maçons, d’ailleurs unis par une étrange alliance objective avec les milieux de la droite cléricale « missionnaire », fourniront aux intérêts économiques des colons un voile commode, un artifice idéologique pour rendre le colonialisme prétendument soluble dans les Valeurs de la République.

Tout ceci est exposé par l’auteur dans une alternance des chapitres historiques qui précisent la situation des Francs-Maçons en France et dans les Colonies, spécifiquement au Vietnam, (la fin de l’ouvrage s’ouvrant rapidement au reste de l’Empire), et des chapitres qui déclinent la biographie des principaux acteurs Francs-Maçons dans l’histoire de la colonisation de ce pays, gouverneurs, militaires, ou résistants comme Ho Chi Minh.

Histoire de la Franc-Maçonnerie, Histoire du Vietnam pré-colonial, histoire de la conquête, biographies… n’est-ce pas un peu trop pour un ouvrage de dimensions modestes et dont la structure éclatée présente des inconvénients : répétitions, synthèse rendue difficile, détails plus ou moins intéressants sur les personnages concernés...

Pour ce qui est de la présentation, l’édition s’enrichit d’un certain nombre de photos. Françoise Paradis