La médaille Fields attribuée à Ngô Bao Châu

Dernier ajout : 9 octobre 2010.

photo DdMEn ouverture du Congrès International des Mathématiciens, qui se tenait cette année à Hyderabad (Inde), le professeur Ngô Bao Châu a été distingué, avec trois autres mathématiciens, par l’Union Mathématique Internationale en se voyant décerner la médaille Fields, une récompense attribuée tous les quatre ans à au plus quatre mathématiciens de moins de 40 ans.

JPEG - 48.9 ko

Dès ses études secondaires au Vietnam, Ngô Bao Châu s’est fait remarquer par ses talents mathématiques récoltant deux médailles d’or aux Olympiades Internationales de Mathématiques avec le plus haut score possible. Après une année d’études supérieures à Hanoi, il a poursuivi ses études universitaires en France à l’École Normale Supérieure où il a été initié à la géométrie algébrique, une des branches les plus ardues des mathématiques, requérant une grande capacité d’abstraction. Sous la houlette de Gérard Laumon, directeur de recherche au CNRS, il a soutenu une thèse à l’Université Paris-Sud. Il a très vite rejoint lui-même le CNRS comme chargé de recherche avec pour affectation l’Université Paris-Nord. Son domaine de prédilection est le programme de Langlands, un vaste ensemble de relations conjecturales qui ambitionne de faire une fertilisation croisée entre deux branches des mathématiques à priori bien distinctes, la géométrie algébrique et l’analyse, avec des conséquences très importantes en théorie des nombres. Gérard Laumon en est un des meilleurs spécialistes et a déjà vu un de ses élèves dans ce domaine, Laurent Lafforgue, couronné par la médaille Fields.

photo DdMNgô Bao Châu a été en résidence à l’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS) comme visiteur CNRS sur la période 2001-2004. Dans Les Déchiffreurs, livre-album de Jean-François Dars, Annick Lesne et Anne Papillault publié aux Éditions Belin en 2008, on peut lire sous sa plume ce commentaire à propos d’un travail qu’il avait effectué à l’Institut : « après tant d’efforts, j’avais fini par écrire un lemme de dix lignes qui n’avait rien d’étonnant si ce n’est qu’il ne semblait pas connu auparavant … j’ai compris que cet après-midi-là, j’avais vécu l’un des moments les plus décisifs de ma carrière ». Cette phrase sonne encore plus juste aujourd’hui… après plusieurs années de dur labeur passé à l’Université Paris-Sud, où il est devenu professeur, et à l’Institute for Advanced Study de Princeton, où il a été invité les trois dernières années, qui lui a valu la récompense suprême pour un travail remarquable par sa profondeur et sa haute technicité. Début septembre 2010, Ngô Bao Châu a rejoint l’Université de Chicago qui lui a offert un poste de professeur. Sa démonstration monumentale du « lemme fondamental » (qui lui a valu d’être distingué), un article magistral de 169 pages, est parue en juin 2010 aux Publications Mathématiques de l’IHÉS.
J. P. Bourguignon
Directeur de l’IHÉS,
Institut des Hautes Études Scientifiques

Les trois autres lauréats sont Cédric Villani (France),
Stanislas Smirnov (Russie) et Elon Lindenstrauss (Israël).