La raffinerie de Dung Quât, moteur du développement du Centre

Dernier ajout : 19 avril 2009.

La raffinerie de Dung Quât, moteur du développement du Centre

Après quarante-quatre mois de travaux les premiers barils de pétrole made in Vietnam sont sortis le 22 février de la raffinerie de Dung Quât, au Quang Ngai (Centre), une des provinces les plus pauvres du pays. Le bon fonctionnement de cette usine, l’une des plus modernes d’Asie, est en majorité assuré par de jeunes ingénieurs vietnamiens. Cet événement marque un jalon important dans le développement du secteur de l’énergie du pays.
Elle a "englouti" près de 3 milliards de dollars d’investissement mais son chiffre d’affaire annuel escompté est de 55.000 milliards de dôngs, dont 19.000 milliards d’essence, 25.000 milliards de pétrole raffiné… Elle contribuera à moyen terme à diminuer le déficit de la balance commerciale du pays. Au premier trimestre de l’année, elle a créé 1.900 emplois. Enfin, elle dope le développement des industries auxiliaires telles que chimie, mécanique, fabrication de machines…

Du personnel qualifié

Pour faire fonctionner la première raffinerie du Vietnam, plus d’un millier d’ingénieurs, d’ouvriers et de techniciens ont été recrutés puis envoyés suivre des formations dans et hors du pays. Soixante ingénieurs, occupant tous des postes à hautes responsabilités, ont ainsi suivi une formation en Roumanie.

La formation approfondie a été assurée par Technip pour 630 ingénieurs et ouvriers. Cinquante et un ingénieurs ont effectué des stages en Malaisie et en Indonésie afin d’être opérationnels dès l’ouverture de l’usine.

Selon les prévisions, les établissements implantés dans la zone économique de Dung Quât devraient créer quelque 32.000 emplois d’ici à 2010. Et en attendant 2020, près de 100.000 ingénieurs et experts spécialisés dans la pétrochimie, l’aciérie, la construction navale, la construction et la fabrication des équipements pour l’industrie lourde, seront recrutés. Dans un avenir proche, la capacité de production de la raffinerie Dung Quât devrait passer de 6,5 millions de tonnes de carburants actuellement à 10-12 millions de tonnes.

Dung Quât, une des raffineries les plus modernes d’Asie

.
Dès février, les deux premiers produits raffinés sont sortis : diesel pour automobile et pétrole lampant. Dès avril, de l’essence A90, A92, A95 et du kérosène. Une fois à plein régime, cette raffinerie fournira neuf types de produits pétroliers comme propane, essence, diesel, kérosène… au marché intérieur
Le pétrole brut qui alimente Dung Quât est de grande qualité par sa faible teneur en soufre. Il provient du gisement Bach Hô. mais le gisement s’épuise. Le groupe PetroVietnam est à la recherche d’investisseurs qui prospecteraient. En août, la raffinerie fonctionnera à plein régime, soit 3,6 millions de tonnes de produits par an. Selon les prévisions, en 2010 la raffinerie pourrait assurer 30-40% des besoins du marché intérieur en gaz et en pétrole, et contribuera à le stabiliser.

Cette ZI a délivré l’année dernière une licence pour 25 projets, d’un investissement total de 7.000 milliards de dôngs. À présent, elle compte 157 projets, cumulant 10,3 milliards de dollars de fonds. Ces projets concernent essentiellement les secteurs de l’aciérie, de l’industrie lourde, du tourisme… Dans le but d’attirer davantage les IDE, le comité de gestion de cette ZI a appelé des investisseurs japonais, chinois, malaisiens à renforcer leurs investissements.

Dans cette ZE, de grandes usines sont en cours de construction : le chantier naval de Dung Quât, l’usine de Doosan-Vina ou l’aciérie de Guang Lian. Auxquels on peut ajouter le projet du groupe japonais JFE Steel d’une capacité de production annuelle de 6 à 10 millions de tonnes. D’autres projets entreront donc en activité dans les secteurs secondaire et tertiaire.
La planification globale d’aménagement de la ZE sera de plus 46.700 ha.

Dominique de Miscault (d’après différents articles)