Les femmes inoubliables de la Piste Ho Chi Minh

Dernier ajout : 16 juillet 2010.

En 2004 Arte a programmé « Les femmes oubliées de la piste Ho Chi Minh ».

Nous étions plusieurs adhérents du comité Gard Cévennes à être profondément touchés devant la situation de ces femmes, véritables héroïnes de la guerre d’Indépendance.

La plupart sont démunies et restées célibataires. À l’âge de fonder un foyer elles réparaient les routes sous les bombes pour permettre d’acheminer de quoi libérer le Sud. Au Vietnam, passé un certain âge il y a peu de chance pour une femme de trouver l’âme sœur.
Nous éprouvions un sentiment d’insatisfaction devant l’ingratitude des autorités qui pourraient apporter une aide matérielle à ces anciennes combattantes civiles.

_ Une démarche inhabituelle

À l’évidence il fallait faire quelque chose même si tous nos projets ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan des besoins. Contact est pris avec notre très chère amie Mme le Professeur Nguyen Thi Hoi, Vice Présidente de la Croix Rouge du Vietnam, instigatrice de tous nos projets depuis 1996.
Contrairement aux pratiques habituelles, nous allons être « force de proposition » : d’ordinaire ce sont nos partenaires vietnamiens qui font des propositions. Mme Hoi connaît le prix payé par ces femmes pour la libération : elle accepte notre idée et elle prend contacts avec les autorités de la province de Nghe An. Cette province du centre Nord, très éprouvée par les bombardements américains, est une région maritime particulièrement pauvre et ravagée régulièrement par des typhons meurtriers.

- Il y a accord pour un projet de microcrédit amélioré d’élevage de 30 vaches reproductrices. Ce type d’action a fait les preuves de son efficacité en bien des circonstances. Il permet la multiplication des bénéficiaires dans le temps : après vêlage dans la première famille la génisse est remise à une autre famille et ainsi de suite chaque année une nouvelle famille hérite d’un « bébé ». En cas de naissance d’un male il est revendu pour acheter une génisse.

Cherchez la femme

En avril 2005, lors d’un voyage, notre groupe de 15 personnes membres de l’AAFV est reçu au comité populaire du district de Dien Chau. C’est la première rencontre de Madame Hoi avec les autorités provinciales. À notre grand étonnement, parmi nos hôtes, ne figure aucune femme ! Je fais part de ma surprise à Madame Hoi qui elle aussi est étonnée. Après discussion nous voyons apparaître deux femmes. Notre ami Christian François a beau terminer le discours d’usage par la superbe phrase d’Aragon « la femme est l’avenir de l’homme » l’ambiance n’y est pas !
Tant bien que mal, nous finissons par aborder le projet « vaches », visiblement nos interlocuteurs restent sur la réserve.
Avant notre départ nous avons pu visiter les maisons propres mais très pauvres des deux anciennes combattantes qui avaient assisté à la réunion

Promesse tenue

Nous rentrons en France bien décidés à réaliser le projet même si le mystère de l’accueil plus que mitigé demeure. Priorité doit être donnée aux besoins qui sont immenses. Durant l’année 2005 nos activités solidaires ajoutées au partenariat de la CCAS du personnel EDF/GDF nous permettront de réunir les fonds nécessaires. Après réception de l’argent, Madame Hoi nous informe que la distribution des 30 vaches n’a pas tardé. C’est la joie pour les bénéficiaires, toutes choisies en fonction de critères sociaux. La tache a dû être ardue !
Quelque temps après nous apprenions enfin les raisons de l’accueil qui contrastait avec ceux très chaleureux que nous connaissons dans les autres provinces. À Nghe An depuis des années les visiteurs s’étaient succédés (journalistes, ONG …) ; les promesses d’aide aussi mais toutes étaient restées sans suite !

Enfin le mystère était éclairci. Nous étions donc les premiers à tenir parole. Il nous est difficilement compréhensible que l’on puisse faire autrement ! Mais visiblement tel n’est pas le cas de tout le monde.

Un accueil mémorable

En novembre 2006 eut lieu la deuxième rencontre. Quelle émotion lorsque les trente femmes rassemblées nous ont accueillies au son de « Vietnam Ho Chi Minh », chanson patriotique qui date de la guerre. Tout le monde la connaît au Vietnam, même si elle n’est pas chantée partout. D’autres airs suivront ; difficile de ne pas craquer dans cette ambiance. Pour certaines de ces héroïnes c’était l’heure des retrouvailles après de nombreuses années. On voyage peu au Vietnam surtout dans les milieux pauvres.

Émotion, quelques larmes aussi sur nos « visages pâles ». Le discours d’Yves a du mal à sortir et Hoi traduit mais c’est dur. On sent dans les paroles de nos hôtes que la reconnaissance va au delà des mots. Nous sommes fêtés comme des héros : c’est le monde à l’envers. Cela nous gène beaucoup.

Quand 3x30 = 240 et plus

Les contraintes d’horaires nous ont limité à visiter seulement une maison de bénéficiaires près du siège du comité populaire où se tenait la réunion. Après des adieux tout aussi émouvants, il y eut un accord tacite avec Mme Hoi : on ne va pas s’arrêter là. Il faut d’autres projets afin que toutes les anciennes de la piste reçoivent une vache. Toujours avec l’aide de la CCAS en 2007 et 2009 deux projets de 30 vaches chacun verront le jour. À ce jour au bout du compte ce sont 240 femmes qui bénéficient d’une vache. Notre ami Alain Dussarps peut en témoigner ; lors de sa mission en 2009 il a rencontré les dernières bénéficiaires et il a vécu avec elles des moments inoubliables (voir article « De retour du Vietnam » Perspectives N° 69, avril 2009). La Présidente de la Croix-Rouge de la province lui a dit qu’avec les naissances, suite à la nouvelle distribution de vaches réalisée en mars, toutes les anciennes de la piste Ho Chi Minh auraient au moins une vache.
Oui chères sœurs désormais vous êtes devenues inoubliables.

Gérard Terrier

Portfolio