Les dates du nouvel an asiatique

• 26 janvier 2009 : Boeuf
• 14 février 2010 : Tigre
• 03 février 2011 : Lièvre
• 23 janvier 2012 : Dragon
• 10 février 2013 : Serpent
• 31 janvier 2014 : Cheval
• 19 février 2015 : Chèvre
• 08 février 2016 : Singe
• 28 janvier 2017 : Coq
• 16 février 2018 : Chien
• 05 février 2019 : Cochon
• 25 janvier 2020 : Rat


2008 année du rat

 26 janvier 2009 - 13 février 2010 année du boeuf

La fête du nouvel an asiatique est à l’origine la fête du solstice d’hiver qui marquait la fin de l’hiver et l’arrivée prochaine des beaux jours, cette fête remonte à l’Antiquité et à l’époque était surtout fêtée par les paysans. Le solstice d’hiver commença à marquer le début de la nouvelle année lunaire, petit à petit cette coutume se popularisa pour devenir le jour de la vénération du ciel et des ancêtres. Elle débute le onzième jour du onzième mois du calendrier lunaire pour s’achever le dernier jour du douzième mois lunaire.

Les devantures des magasins et des maisons sont parsemées d’emblèmes décoratifs, sortes de porte-bonheur pour la nouvelle année.
Les sentences parallèles, sont formées de deux bandes de papier munies d’inscriptions se rapportant à des voeux pour la nouvelle année, la famille, etc... On les colle généralement de chaque côté de la porte d’entrée de la maison, mais la famille peut aussi les suspendre sur les murs de la pièce principale. Les caractères, souvent dorés, sont généralement calligraphiés sur fond rouge - couleur du bonheur, mais aussi parce que, dit-on les mauvais esprits craignent le rouge - sauf si la famille a souffert d’un décès au cours de l’année, auquel cas une bande de papier vierge de couleur blanche se substitue modestement aux sentences flamboyantes traditionnelles.

Un autel est spécialement dressé en l’honneur des dieux, orné d’une bande de papier sur lequel figurent tous les dieux et les sages. Appelé "l’autel au ciel et à la terre" il reste en place tout au long de la période de la fête du printemps et n’est ôté qu’au moment de la Fête des Lanternes. On achète des fruits en pots dont les mandarines représentent des lingots d’or, ou à défaut, on accroche à des branchages de cyprès des pièces de monnaie. Ces arbres miniatures destinés à attirer la fortune, sont appelés "l’arbre qu’il suffit de secouer pour faire venir la fortune" yao qian shu. Sur les murs on accroche des fleurs de prunus et des branchages de pins qui, ajoutées aux sentences parallèles intérieures, achèvent de donner une atmosphère de fête à la maison.

Toute la journée et, jusqu’au lendemain, pétards et tambours battent leur plein afin d’éloigner les esprits néfastes. Dans le même ordre d’idées, on dépose au seuil des portes des branchages de bois secs servant à repérer ces mêmes esprits malveillants, qui en marchant auraient ainsi fait du bruit.

 " La danse du lion "

Le lion ouvre toujours le bal du réveillon. Au rythme des battements de tambours, de cymbales et de gong, des équipes composées de sept à dix danseurs animent les rues chinoises, dissimulés sous le corps d’un fauve géant en papier mâché, drapé de tissus multicolores. Cette activité sportive comprenant toute une série de culbutes et de sauts périlleux, nécessite une habilité extraordinaire. Une tradition ludique, typique du Nouvel An, qui remonte à l’Antiquité. Pour faire plus d’effet les paupières, la bouche et les oreilles du lion sont mobiles. Le lion ne danse pas seul. Il est accompagné du bruit des percussions et des pétards. Le moment culminant de la danse, c’est quand le lion dévore un chou vert dont il recrache les feuilles pour garder le paquet rouge caché dedans, action accompagnée d’un crescendo des percussions pour lui donner toute son intensité dramatique.

 La danse des dragons

Le dragon étant un animal représentant la bravoure, la noblesse et la chance, une danse du dragon fait partie des festivités.
Plusieurs hommes se cachent dans un immense dragon de papier coloré et lui font faire d’impressionnantes acrobaties. Cette danse est accompagnée du bruit des tambours et des pétards.

  L’heure du Rat

(entre onze heures et une heure)
L’heure du rat marque le moment où tous les esprits viennent sur terre participer à la fête. Des offrandes sont faites aux dieux et aux ancêtres. On dispose sur l’autel des dieux - l’"autel au Ciel et à la Terre" - bâtonnets de sucrerie à base de miel, et des gâteaux de lunes surmontés d’une marque rouge, empilés en forme de petites pagodes ; des fruits secs ; des pommes etc.. Les offrandes restent jusqu’à la Fête des Lanternes et hommage leur est rendu les jours suivant en brûlant de l’encens.
Aux ancêtres et aux esprits, on laisse le loisir de jouir du banquet autour duquel on a disposé des bâtonnets d’encens. Une fois le festin virtuellement fini, les plats sont supposés être moins savoureux après leur passage, c’est pourquoi - et aussi parce qu’ils ont eu le temps de refroidir- la famille les réchauffe quand le tour est venu aux vivants de profiter du banquet. A une heure du matin on brûle l’image des dieux et des sages, et on installe une nouvelle image, dont c’est précisément le retour. Après le banquet, les parents donnent aux enfants des enveloppes rouges contenant de l’argent. Puis la famille va se coucher tout habillée pour quelques heures et dès l’aube les rites reprennent.

 Le Banquet du Printemps

Le banquet est aussi appelé "banquet aux dieux de la fortune" (hommage leur est rendu le lendemain du nouvel An et ce jour-là la famille jouit à nouveau du banquet). Le repas du réveillon réunit exclusivement la famille. Il commence tard dans la soirée et se termine à l’aube du premier jour. Certains mets (la viande séchée et salée) doivent parfois être préparés depuis le début du douzième mois. La variété des plats se retrouve dans la tradition d’un repas composé d’aliments symbolisant le bonheur, la chance, la réussite et la longévité. Ainsi sont communément servis des plats frits à l’huile, symboles de la chance et de la prospérité ; des aliments de forme ronde (boulettes de viandes, pâtisseries, fruits) symboles de la réunion ; des vermicelles translucides, symboles de la fortune ; des nouilles, symboles de la longévité. Il n’y a pas de menu exact préétabli, il est laissé à l’imagination des exécutants.