résolution du 7e Plénum du Comité Central

Dernier ajout : 6 janvier 2009.

PDF - 140.7 ko
résolution du 7e Plénum du Comité Central

RÉSOLUTION DU 7è PLÉNUM DU COMITÉ CENTRAL (9e-CONGRÈS)
DU PARTI COMMUNISTE DU VIETNAM

SUR LES ACTIVITÉS CONCERNANT LES RELIGIONS

1. SITUATION ACTUELLE DES RELIGIONS ET ACTIVITÉS S’Y RAPPORTANT
À travers les étapes révolutionnaires, le PCV et l’État considèrent toujours les travaux concernant les religions, comme une question stratégique d’une importance particulière.
Dans la révolution nationale démocratique, la politique de liberté de croyance et de solidarité des croyants et non croyants, proposée par le Président Hô Chi Minh, a contribué grandement à l’édification du bloc de la grande union nationale, en faveur de la lutte pour l’indépendance et la réunification du pays.
Dans la révolution socialiste, la question des religions connaît de nouvelles évolutions. Le bureau politique du PCV a publié en 1990, la Résolution numéro 24 sur les travaux se rapportant aux religions, indiquant que « Les religions existeront encore longtemps. Les croyances et religions sont les besoins spirituels d’une partie de la population. Les vertus religieuses comptent plusieurs points, conformes à l’édification d’une nouvelle société », et que « l’État autorise l’activité des églises et associations religieuses qui préconisent la pratique de la religion tout en assurant les intérêts nationaux, avec des objectifs et règlements conformes à la loi. L’organisation et l’appareil administratif assurant bien à la fois les activités religieuses et civiles ».
En appliquant la résolution du PCV, la mobilisation des croyants et des dignitaires religieux, au mouvement d’émulation patriotique et à l’édification du bloc de la grande union nationale a progressé.
Les croyants ont contribué activement à l’édification et à la défense nationale. Dans l’ensemble, les organisations religieuses ont élaboré leurs politiques et activités selon la loi. Les religions reconnues par l’État pratiquent leurs activités dans l’intérêt national, réunissant les fidèles dans le bloc de la grande union nationale, menant « bonne vie, belle religion », contribuant à I’œuvre de renouveau du pays. Les branches et les autorités ont pris des initiatives dans l’application des politiques vis-à-vis des religions du PCV et de l’État, dans le développement socio-économique, le maintien de la sécurité politique dans les régions où vivent les croyants, dans la lutte contre les activités abusant des religions et croyances, dans le but de saboter le PCV et l’État.
Les activités religieuses connaissent toutefois des évolutions complexes, porteuses de facteurs qui pourraient provoquer l’instabilité. Certaines personnes, n’observant pas la loi, propagent des idées religieuses illégalement. Certaines autres abusent des religions dans le but de pratiques superstitieuses. On remarque une hausse des plaintes et litiges concernant les terrains et infrastructures des établissements religieux, parfois très complexes et difficiles à résoudre. Dans certains endroits, notamment les régions des minorités ethniques, des gens ont profité des activités religieuses, pour exciter les fidèles dans le but de saboter le bloc de la grande union nationale et provoquer l’instabilité politique.
Les raisons de cette situation : la réforme des travaux concernant des religions est encore modeste tant en contenu qu’en mode de fonctionnement. Et ce, dans le contexte où les forces hostiles cherchent à attirer les fidèles à tout prix. Dans certaines localités, les comités du Parti, les autorités de différents échelons et les cadres, ne saisissent pas pleinement les politiques du PCV et de l’État, sur les religions. Certaines localités règlent les problèmes religieux à la hâte, d’une manière subjective et simpliste. L’institutionnalisation des politiques du Parti et de l’État vis-à-vis des croyances et religions évolue lentement. Le contingent du personnel en charge des travaux de mobilisation concernant les religions, le système politique à l’échelon de base des régions abritant des croyants sont encore faibles. L’éducation et le rassemblement des masses demeurent limités.
II.POSITIONS ET POLITIQUES VIS-À-VIS DES RELIGIONS
Les activités religieuses et les travaux concernant les religions doivent renforcer la solidarité des fidèles, au sein du bloc de grande union nationale, valoriser la force globale de toute la nation, dans le but de réaliser l’industrialisation et la modernisation du pays, l’édification et la défense nationale, pour un peuple riche, un pays puissant et une société équitable, démocratique et avancée.
Afin de pouvoir réaliser ces objectifs. les comités du PCV et les autorités aux différents échelons doivent bien saisir les positions et politiques
suivantes :
1. Étant les besoins spirituels d’une partie de la population, les croyances et religions existent et existeront avec la nation, dans l’édification du socialisme au Vietnam
Les adeptes des religions sont une partie du bloc de la grande union nationale.
Il faut mettre en œuvre avec constance, la politique de respect et de garantie de la liberté de croyance et de pratique, ou non d’une religion, le droit de mener des activités religieuses normales, en conformité avec la loi. Les fidèles mènent leurs activités religieuses dans le cadre juridique et sont égaux devant la loi.
2. Le PCV et l’État vietnamien appliquent avec constance la politique de solidarité nationale
Réaliser l’union entre les adeptes de différentes religions, entre les fidèles et les athées. Préserver et valoriser les bonnes valeurs de la tradition de culte des ancêtres et de vénération des personnes, ayant des mérites envers la Patrie et le peuple. Il est strictement interdit de discriminer les citoyens pour des raisons religieuses et de croyance. Il est également interdit d’abuser des questions de croyance et de religion, pour pratiquer la superstition ou entreprendre des activités à l’encontre de la loi et des politiques de l’État vietnamien, inciter à la division du peuple, semer des troubles et porter atteinte à la sécurité nationale.
3. L’essentiel des travaux concernant les religions est la mobilisation des masses
L’objectif « pour un peuple riche, un pays puissant, une société équitable, démocratique et avancée » lie les fidèles à I’œuvre commune. Tout citoyen quelque soit sa croyance ou religion a le droit et le devoir d’édifier et de défendre la Patrie.
Le travail de mobilisation des croyants doit les encourager à faire valoir leur patriotisme, à défendre l’indépendance et l’unité nationale ; assurer les intérêts matériels et spirituels du peuple dont les croyants, en appliquant bien les politiques socio-économiques et celles sur la sécurité et la défense nationale.
4. Les activités sur les religions sont la tâche de l’ensemble du système politique
Les travaux touchent plusieurs domaines de la vie sociale, ayant des liens avec les autorités et les branches des différents échelons. Bien les accomplir est la tâche de tout le système politique, dirigé par le PCV. Il faut renforcer et perfectionner l’organisation et l’effectif du personnel spécialisé dans tâches se rapportant aux religions, c’est-à-dire ceux qui en ont la responsabilité directe. Le succès de la gestion étatique vis-à-vis des religions et de la lutte contre l’abus de celles-ci, dans le but de saboter le régime, dépend des résultats de la mobilisation de masse.
5. Pratique et propagation des religions
Tout croyant est libre de pratiquer la religion chez lui ou dans les lieux de culte légaux conformément à la loi.
Les organisations religieuses reconnues par l’État, peuvent mener leurs activités selon la loi et sont protégées par celle-ci. Elles peuvent pratiquer, ouvrir des écoles de formation de dignitaires et de religieux, publier des livres, préserver, restaurer et construire leurs lieux de culte, comme le stipule la loi.
La pratique et la propagation des religions, ainsi que d’autres activités religieuses doivent se faire en conformité avec la Constitution et la loi. Il est défendu d’abuser des religions, dans le but de propager les superstitions. Il est également défendu de contraindre la population à suivre une religion. Il est strictement interdit de propager illégalement les idées religieuses, de violer les règlements de la Constitution et de la loi.
111. LES TÂCHES CONCERNANT LES RELIGIONS
- Appliquer avec efficacité les politiques et programmes de développement socio- économiques, rehausser la vie matérielle et culturelle du peuple, dont les croyants.
- Favoriser les activités religieuses conformément aux politiques et loi de l’État vietnamien.
- Accélérer le mouvement d’émulation patriotique, édifier la vie selon la devise
« bonne vie, belle religion » au sein des fidèles, dignitaires et religieux. Édifier le bloc de
grande union nationale, réussir le renouveau, l’édification et la défense nationale.
- Valoriser le patriotisme des adeptes d’une religion, pour qu’ils coopèrent volontairement, dans la lutte contre les complots des forces hostiles, qui sous couvert des questions religieuses et ethniques, tentent de saboter l’union nationale et le régime.
- Guider les adeptes à entretenir des relations extérieures conformément aux politiques du PCV et de l’État. Accélérer la communication sur les politiques en faveur des religions, du PCV et de l’État. Lutter contre les allégations mensongères et diffamatoires des forces hostiles à l’extérieur, sur la situation des religions ainsi que les travaux les concernant au Vietnam.
- Dresser le bilan de l’application des directives et résolutions du PCV, sur les travaux se rapportant aux religions. Renforcer les recherches de base et la récapitulation de la réalité, pour fournir des arguments scientifiques à l’édification et à l’application des politiques, vis-à- vis des religions, sur le court et le long terme.
IV.LES MESURES PRINCIPALES
1. Rehausser la perception, unifier les positions, définir les responsabilités du système politique et de toute la société, sur les questions religieuses.
- Accélérer la communication sur les positions et politiques du PCV et de l’État vis-à- vis des religions, à l’intention des cadres, des membres du PCV et du peuple, dont les dignitaires, religieux et fidèles.
- Éduquer la tradition patriotique et le sens de défendre l’indépendance et l’unité nationale. Faire en sorte que les religions soient liées avec la nation, avec le pays et le socialisme, que les croyants participent activement à l’édification et à la défense nationale
- Préserver et valoriser la tradition de culte des ancêtres et de vénération des personnes méritantes envers la Patrie et la nation. Respecter les croyances traditionnelles des ethnies minoritaires et des fidèles d’une religion. Renforcer la concorde entre les adeptes de différentes religions et entre les croyants et non croyants. Lutter contre les pratiques superstitieuses et l’abus de la religion, dans le but de porter atteinte aux intérêts de la Patrie et du peuple.
2. Renforcer la mobilisation des masses, édifier des forces politiques à l’échelon de base
- Appliquer le statut démocratique à l’échelon de base. Rénover le contenu et la forme de la mobilisation des croyants, répondant aux besoins de ces derniers, de pratiquer leurs religions.
- Renforcer le rôle du Front de la Patrie et des organisations de masse, dans la communication des politiques, à l’intention des dignitaires, religieux et croyants.
3. Accroître la gestion étatique sur les des religions
- Augmenter l’investissement dans les projets et programmes nationaux et les appliquer avec efficacité, afin d’accélérer le développement socioéconomique et culturel, de rehausser la vie matérielle et culturelle des habitants des régions en difficulté, celles montagneuses, des croyants et des ethnies minoritaires.
- Promulguer dans les meilleurs délais l’Ordonnance sur les religions et les documents guidant son application ; préparer l’élaboration de la Loi sur les croyances et religions.
- Renforcer la vigilance, élaborer des plans concrets et prendre des initiatives afin de contrer tout complot des forces hostiles, qui sous couvert les questions religieuses cherchant à provoquer la division du peuple et à porter atteinte à la sécurité nationale.
- Guider la participation des religions à la socialisation des activités sanitaires, culturelles, sociales et de l’éducation selon les principes suivants :
Encourager la participation des organisations religieuses reconnues par l’État conformément aux fonctions et principes d’organisation de leur religion et de la loi.
La participation des fidèles, dignitaires et religieux en tant que citoyen est encouragée et favorisée selon la loi.
- Unifier les politiques sur les maisons et terrains utilisés à des fins religieuses ou ayant des liens avec la religion.
En ce qui concerne les terrains, appliquer les lois en vigueur.
Les plaintes concernant les maisons et établissements religieux, dont le droit d’utilisation a été transféré aux autorités locales ou aux organisations de masse sont réglées selon les lois en vigueur. Les maisons ou terrains offerts par les organisations religieuses, dont le don est certifié par les documents, ne sont pas restitués.
- Les organisations religieuses doivent être reconnues par l’État et mener leurs activités conformément à la loi.
4. Renforcer les travaux organisationnels
- Consolider et perfectionner le personnel en charge des travaux concernant les religions du PCV, des autorités, du Front de la Patrie et des organisations de masse. Bien définir les fonctions, tâches, attributions et envergure de la gestion étatique sur les religions des différents échelons. Élaborer les règlements afin de valoriser la force et l’efficacité de ces travaux.
- Appliquer la planification de la formation du personnel en charge des travaux concernant les religions, en accordant des politiques appropriées.
- Accorder une attention juste à la formation et au recyclage du personnel en charge des travaux, se rapportant aux religions à différents échelons. Ceux effectuant ces travaux dans les régions des ethnies minoritaires doivent être formés pour comprendre les us et coutumes et la langue de l’ethnie dont ils ont In charge.
V. ORGANISATION DE LA MISE EN ŒUVRE
1. Les comités du PCV de différents échelons doivent faire connaître aux cadres les Résolutions sur les travaux concernant les religions, sur la valorisation de la force du bloc de la grande union nationale et sur les activités concernant les ethnies, pour les leur faire saisir à fond. Les cadres chargés des activités concernant les religions, ceux des localités abritant beaucoup de croyants ou celles ayant des problèmes religieux, doivent étudier en profondeur ces résolutions. Bien planifier et appliquer la communication sur ces résolutions en faveur des dignitaires et fidèles.
2. Le Comité du PCV de l’Assemblée nationale et le groupe chargé des travaux du Parti au sein du gouvernement dirigent la concrétisation de cette résolution en politiques et lois, élaborent le programme d’action de l’Assemblée nationale et du gouvernement et dirigent l’application par les autorités locales. Si le réajustement des lois et ordonnances concerne les religions, il faut disposer d’articles à part, stipulant les règlements concrets sur les problèmes religieux.
3. Les Comités du PCV de différents échelons, en se basant sur la situation concrète de leur localité, élaborent le programme d’action pour appliquer cette résolution et faire en sorte qu’elle soit bien matérialisée.
4. Le Comité du PCV du Front de la Patrie et les organisations de masse élaborent le programme d’action pour appliquer cette résolution.
5. La Commission de mobilisation des masses relevant du Comité central du PCV observe et contrôle l’application de cette résolution et fait des rapports périodiques au Bureau politique et au secrétariat sur les résultats de l’application. Concernant celle-ci, il faut proposer à temps les réajustements pour bien matérialiser les politiques et mesures afin d’exécuter la résolution.
1. CROYANTS
1. Bouddhistes : 2. Catholiques : 3. Protestants : 4. Caodaïstes : 5. Hoa Hào :
6. Musulmans : Total
VUE GÉNÉRALE DES RELIGIONS AU VIETNAM (Selon les rapports et statistiques de 1997)
7.620.803 5.028.480 412.344 1.147.527 1.306.969 93.294
15.609.417
Il. DIGNITAIRES ET CLERGÉS :
1. Bouddhistes : 27.884 Hôa Thuong (Bonzes supérieurs) : 241 Ni Truong (Chefs des clergés) : 32
Thuong Toa 452 Ni Su (Bonzesses) 331 Dai Duc, Ni Cô, Tâng Ni Sinh 26.828
2. Catholiques : 14.942 Évêques : 33 Curés : 2.200 Moines : 1.514 Sœurs : 10.647 Séminaristes : 548
3. Protestants : 661 Pasteurs : 161 Missionnaires : 450
4. Caodaistes : 5.608
Musulmans : 734 Total : 50.000
111. LES LIEUX DE CULTE
Bouddhistes : Catholiques : Protestants : Caodaistes : Hoa Hào : Musulmans : Total :
14.017 5.456 499
1.037 196 89
21.294
Source : Comité du gouvernement chargé des religions