Les villages des métiers

Dernier ajout : 29 août 2009.

Situé au nord de Hanoi, dans le district de Gia Lâm, le village de Kiêu Ky est réputé depuis longtemps pour sa fabrication de quy.

QUY sont ces feuilles d’or très minces servent à dorer les statues de bouddha, les sentences parallèles, les objets de culte…

Kiêu Ky appartient actuellement à la commune du même nom, on y fabrique des quy depuis plus de quatre siècles. Ce village vénère comme génie tutélaire le lettré Nguyên Quy Tri (13e siècle). Lors d’un voyage en Chine, la technique des quy lui fut apprise, et il l’a transmise aux villageois.

La fabrication des feuilles se fait en 5 étapes.
La première est la préparation de l’encre. Un mélange de noir de fumée, résine de pin et colle de buffle pilonné. Cette phase est essentielle car ce n’est que grâce à cette encre spéciale que les feuilles d’or étalées pourront résister au martèlement sans se fragmenter.

La 2e étape est la préparation d’un papier spécial, fabriqué à Bac Ninh (Nord) qui est d’abord bouilli pendant une demi-journée. Ensuite, on l’enroule dans du tissu pour le protéger, et on le martèle jusqu’à ce qu’il devienne transparent.

La troisième étape, on aplatit à coups de maillet un dixième de taël d’or pour former un carré de 20 cm de côté, qui est ensuite découpé en 20 petites feuilles d’or appelées "diêp".

Quatrième étape, on place entre 2 papiers encollés 500 feuilles qui sont frappées sur une enclume. Un savoir faire est indispensable à cette étape.

Deux heures après, les feuilles d’or chaudes recouvrent toute la surface du papier. Après refroidissement on la sépare du papier (5e étape). On la découpe en 9 et on recommence le même processus encore 3 fois. On obtient à la fin une feuille d’or ultra fine de 1.600 cm² (40 cm x 40 cm)…

Les bâtiments culturels et historiques en sont pourvus. Ainsi les quy de Kiêu Ky sont utilisées à la décoration des statues, des panneaux transversaux, des sentences parallèles… Les ateliers de Kiêu Ky fournissent souvent des quy à d’autres villages de métier comme Son Dông, Vu Lang, Ha Thai (Hanoi), Mai Dông, Dông Quang (Bac Ninh), Liên Ninh, Cat Dang (Nam Dinh), Bao Hà (Hai Phong)… Utiliser les feuilles d’or de Kiêu Ky dans la peinture contribue à donner de l’âme aux œuvres.

Les habitants de Kiêu Ky comprennent mieux que quiconque la place de ce métier dans leur vie. Aujourd’hui le village de Kiêu Ky compte une centaine de familles spécialisées dans la fabrication et le commerce des quy, sans compter les produits utilisés pour la laque. Le village reçoit de nombreuses commandes. Chaque année, après le 12 janvier du calendrier lunaire, de nombreux artisans de Kiêu Ky, sac au dos, partent s’occuper de la restauration des pagodes et des maisons communales. Ceux qui restent dans le village continuent à fabriquer des quy.