Non Nuoc, le village des sculpteurs sur pierre

Dernier ajout : 2 août 2008.

Le village de Non Nuoc, ville de Dà Nang (Centre), est renommé depuis plusieurs siècles pour ses sculptures sur pierre. Réputées dans le pays, elles s’exportent aussi au Japon, aux États-Unis et en Australie.

Non Nuoc est situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Dà Nang. Un après-midi de juin, nous prenons la route de ce village. Soleil brûlant mais brise marine salutaire. Au bout de 15 minutes, nous nous arrêtons dans la rue principale du village, arrondissement de Ngu Hanh Son. Au bout de la rue, autocars et taxis attendent patiemment les visiteurs qui fouinent avec enthousiasme dans les boutiques de sculptures.

Vers le 17e siècle, des artisans des provinces centrales de Thanh Hoa et de Nghê An s’implantèrent au pied de la chaîne de montagnes de Ngu Hành Son. Ils y établirent des hameaux et se mirent à tailler les pierres arrachées dans des montagnes, d’abord pour réaliser des ustensiles de la vie quotidienne puis, au fil des décennies, des choses plus artistiques : stèles, statues religieuses pour pagodes, tombeaux et palais royaux. Sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), on fit appel à des artisans de Non Nuoc pour bâtir des palais. Certains d’entre eux acquirent même des titres importants au sein de la cour impériale.

La sculpture sur pierre à Non Nuoc est une affaire de famille. Le savoir se transmet de père en fils. Les enfants sont mis à contribution dès leur plus jeune âge pour polir les oeuvres au papier-émeri. À 17-18 ans, ils peuvent vraiment commencer leur carrière. Selon l’artisan Nguyên Van Thành, 33 ans, "pour devenir un artisan qualifié, on doit passer au moins 3 ans d’apprentissage et parfois 10 ans pour les moins doués".

Un métier rémunérateur

Le village de Non Nuoc compte actuellement environ 400 foyers spécialisés dans le commerce des sculptures. Les magasins proposent une centaine de modèles différents. Depuis l’interdiction par la municipalité de Dà Nang en 1990 de s’approvisionner en matière première dans les montagnes de Non Nuoc, les fabricants doivent acheter des pierres dans les provinces de Thanh Hoa, Nghê An et Quang Nam. Le prix varie entre 3 et 5 millions de dôngs [1] le mètre cube. Quelques ateliers ont même importé des pierres du Pakistan au prix de 20 millions de dôngs le mètre cube pour réaliser des sculptures de haute qualité.

Les sculptures sur pierre du village de Non Nuoc sont particulièrement appréciées par les gens des provinces du Centre et du Sud, surtout de Dà Lat (province de Lâm Dông) et de Hô Chi Minh-Ville. Elles sont aussi vendues à l’étranger (Japon, États-Unis et Australie principalement). La prospérité des ateliers a contribué à faire changer la physionomie du village de Non Nuoc.
Le développement du village a aussi créé beaucoup d’emplois pour les ouvriers des provinces voisines de Quang Nam et de Thanh Hoa. Les petits et moyens ateliers emploient de 5 à 15 ouvriers en moyenne, qui reçoivent chacun de 1,3 million à 1,5 million de dôngs par mois, les plus chevronnés de 2 millions à 2,5 millions de dôngs.

"Ces derniers temps, la ville a organisé des colloques sur le développement du métier traditionnel du village. Nous avons besoin de politiques prioritaires en faveur des entreprises, surtout des PME. Nous voudrions également élargir la coopération avec les agences de voyages pour accueillir plus de touristes sur place", a conclu Nguyên Van Thanh.

Vân Anh/CVN (extraits)

Notes

[11 million de dongs : environ 40 € (août 2008)