Nous avons mangé la forêt : une leçon d’ethnologie

Dernier ajout : 25 juillet 2008.

JPEG - 35.2 ko
Georges Condominas

Georges Condominas. Après avoir traversé le magnifique musée du quai Branly –aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais il y a un tel choix de privilégier l’esthétisme des objets qu’on se demande s’ils ne perdent pas un peu de leur mission didactique- l’exposition Condominas nous ramène à l’austérité. Georges Condominas –il a alors 27 ans- a partagé deux ans durant, en totale immersion, la vie quotidienne des habitants de Sar Luk.

Ce village est situé au sud de la province de Dac Lac, plus près en fait de Dalat que de Buon Ma Thuot. C’est cette province de Dac Lac dont nous avons parlé dans le précédent bulletin, mais on est bien loin des villageois du lac Lak, attendant le (rare, trop rare !) touriste avec un éléphant à portée de voix, et des étals remplis de beaux tissages. Les Mnong Gar vivent presque nus -ceinture-tabliers pour les hommes, longues jupes pour les femmes- mais tous sont parés de beaux bijoux.

JPEG - 68.2 ko
retour

Ils habitent, comme d’autres de la province, dans des maisons longues où vit une grande famille. Ce sont des cultivateurs semi-nomades, pratiquant l’essartage : si plusieurs personnes sont mortes au village, il faut déménager ; si plusieurs buffles ont été sacrifiés, il faut déménager aussi… Pour établir leurs champs, ils brûlent un pan de la forêt ce qui se dit en Mnong Gar « manger la forêt ». Cette agriculture sur brûlis n’est pas destructeur pour la forêt car ces parcelles, cultivées guère plus d’un an, sont ensuite laissées en jachère jusqu’au retour de toute la végétation. La vie du village s’organise autour de la culture du riz dont la récolte s’accompagne de tout un rite, car il faut l’amadouer, ne pas fâcher l’âme du riz qui pourrait s’échapper… Cela s’appelle le « rite du nouage », avec du riz mouillé du sang d’une poule sacrifiée. L’autre temps fort, c’est le sacrifice du buffle, qui scelle les alliances entre amis et le pacte avec les génies.

JPEG - 88.2 ko
Musée du Quai Branly

L’exposition présente tous les objets de la vie quotidienne qui ont été utilisés durant le séjour de Georges Condominas à Sar Luk. Un petit film de 25 minutes monté à partir des photos de l’ethnologue nous montre aussi la guérison d’un malade par la chamane, les rites funéraires… Tout son travail sur le terrain
- carnets, notes, croquis, photos, venant illustrer les objets- est largement exposé. Le village a beaucoup changé car il a été détruit par la guerre en 62. Du Sar Luk traditionnel ne reste que le témoignage de Condominas.

PDF - 1.1 Mo
Dossier de Presse

La présentation de cette exposition au musée d’Ethnographie de Hanoi, durant 6 mois, fut donc très importante pour les habitants de Sar Luk venus la voir, mais aussi pour les Hanoiens et les touristes qui furent très nombreux à la visiter.

JPEG - 68 ko
Musée du Quai Branly
JPEG - 460.3 ko
entrée du Musée d’Étnographie de Hanoi en avril 2008
JPEG - 190.8 ko
Musée d’Éthnographie de Hanoi
JPEG - 184.1 ko
Musée d’Éthnographie de Hanoi
JPEG - 466.5 ko
Musée d’Éthnographie de Hanoi
JPEG - 572.4 ko
JPEG - 582.9 ko
JPEG - 141.8 ko
JPEG - 565.3 ko
JPEG - 46.7 ko