Province de CAO BANG

Dernier ajout : 29 octobre 2009.

Province de CAO BANG

Cao Bang est une province montagneuse frontalière de la Chine. C’est dans cette province que nous avons commencé en 1993 nos actions de solidarité en direction des ethnies minoritaires par la construction d’un dispensaire.

L’ancienne route RC 4 reliant Cao Bang à Lang Son a été durant la guerre française le cadre de sanglantes batailles en particulier à Dong Khe et Thanh Ke.

Les attraits touristiques de Cao Bang comprennent le lac Thang Hen à Tra Linh, les chutes de Ban Gioc

JPEG - 109.9 ko

à Trung Khanh. Il y a aussi plusieurs sites où le Président Hô Chi Minh a habité avant la révolution d’août 1945.

JPEG - 126.9 ko

À Pac Bo existe la grotte de Coc Bo qui servait de refuge au Président Hô Chi Minh en 1941, à son retour de 30 années passées à l’étranger. Au pied de la montagne Karl Marx se trouve le ruisseau Lénine, tous deux baptisés ainsi par Hô Chi Minh lui-même. À la baraque de Khuoi Nam, à 1 000m de la grotte de Coc Bo, Hô Chi Minh a présidé le 8e Plénum du Comité Central du Parti communiste du Vietnam, en mai 1941.
Près de la grotte se trouvent un intéressant musée et un mémorial à la gloire du jeune Kim Dong qui à 14 ans en 1943, en se sacrifiant, sauva la vie d’Ho Chi Minh et des membres de son état major dont le Général Giap.

De nos jours, ce lieu historique constitue un site touristique très séduisant avec ses belles montagnes et ses rivières.

À Ban Gioc se trouvent les plus belles chutes d’eau du Vietnam. La rivière Quay Son se divise en trois pour donner naissance à de superbes cascades.

À seulement 2 km de la cascade se trouve l’immense grotte de Nguom Ngao, considérée comme l’une des plus belles grottes du Vietnam.
Le lac Thang Hen est superbe avec sa grotte. À proximité de Thang Hen, se trouve le lac Thang Luong au milieu duquel émerge une jolie montagne.
Avant la création de la province de Bac Kan le magnifique parc naturel du lac Ba Be se trouvait dans la province de Cao Bang.

À Cao Bang j’ai vécu des moments inoubliables ; pour la première fois j’ai côtoyé des ethnies minoritaires (Nung, Tay et H’Mong) lors de l’inauguration du dispensaire. A cette occasion j’ai rencontré deux jeunes filles H’Mong vert de 17 et 21 ans ne parlant pas vietnamiens, n’ayant jamais été à l’école, qui par l’intermédiaire de deux interprètes (un français vietnamien, l’autre vietnamien H’Mong) m’ont fait part de leur désir d’avoir une école dans leur village. Mme Hoi leur expliqua la marche à suivre pour présenter un projet.
L’année suivante nous avons financé ce projet d’une école primaire, de 23 zébus pour chacune des familles et quelques machines à coudre.

Quatre ans plus tard dans le cadre d’une mission nous sommes revenus et c’est avec joie que j’ai revu mes deux jeunes amies qui étaient mariées, mères de famille, communiquaient en parlant vietnamien, savaient lire et écrire. Moment d’émotion lorsqu’elles remirent à ma fille Sandrine une tenue traditionnelle qu’elles avaient faites elles-mêmes avec les machines à coudre de la solidarité. De tels moments ne peuvent être vécus que sur le terrain et nous récompensent de nos efforts pour collecter l’argent nécessaire.

Autre grand moment d’émotion lorsque j’ai revu la petite fille de la Présidente de la Croix Rouge de la province. Ce bébé était condamné à mourir à cause d’une déformation cardiaque lorsqu’à la télévision ses grands parents virent un reportage sur l’équipe de l’hôpital du cœur d’Ho Chi Minh Ville des docteurs Carpentier et Deloche. Suite à une visite médicale à Hanoi le pronostic fut qu’elle pouvait être sauvée par une opération à cœur ouvert. Gros problème le prix de l’opération : 40.000 francs. Après une collecte par la Croix Rouge il manquait 25.000 francs que l’on me demanda de trouver de retour en France. Malgré tous les refus en particulier du milieu médical me disant qu’elle ne survivrait pas, avec les camarades de la CGT d’EGF Paris-Ouest nous avons collecté cette somme et aujourd’hui c’est une belle jeune fille qui vit à Cao Bang

Outre les réalisations citées précédemment nous avons construit quatre écoles maternelles chez les Tay et les H’Mong, une adduction d’eau pour un village de l’ethnie Dao Blanc et équipé une pharmacie. Depuis 2003 nous n’avons plus reçu de projets et donc nous n’avons plus aidé cette province.

Alain Dussarps