Rapport d’activité présenté au XIIIe Congrès de l’AAFV

Dernier ajout : 27 juillet 2008.

Avant de présenter ce rapport d’activité, je voudrais saluer la mémoire de ceux qui nous ont quittés l’an dernier, Lucie Aubrac, Laure Perrin, Luce Netter et René Mina, secrétaire du comité Midi-Pyrénées.

La période couverte par ce rapport est essentiellement l’année 2007. En effet, l’activité de l’AAFV fait chaque année l’objet d’un rapport présenté par le Comité national à l’Assemblée Générale et il n’y a pas lieu de reprendre systématiquement ici les éléments qui ont déjà fait l’objet de votes en AG au cours des années précédentes. Une seconde raison nous conduit à concentrer notre réflexion sur l’année 2007. Il s’agit de la « crise » qui a secoué l’association durant l’automne 2006 ; nous en sommes sortis avec un consensus pour ne plus revenir sur les tensions précédentes. Telle a été la mission confiée par le Comité national au nouveau président et au Bureau national recomposé. De cette façon, loin de se trouver envenimée par des relents conflictuels, 2007 aura été une année particulièrement dynamique. Ayons la sagesse de garder cette attitude constructive.

L’important sera de confronter la réalité de nos activités aux orientations décidées il y a trois ans par le XIIe Congrès. Deux points principaux étaient soulignés :

- La nécessité de réfléchir sur l’avenir de l’association, compte tenu de l’évolution du Vietnam. Nous n’y avons pas manqué et le débat d’orientation d’hier après-midi en a été le point culminant mais non final.

- Le soutien aux victimes de l’Agent orange. Nous y revenons plus loin.

 Nos forces

La démographie de l’association

Adhésions 2003-2008 (données du 8 Avril 2008)
2003 798
2004 772
2005 788
2006 705
2007 622
2008 505 (555)

Pour 2008, nous pouvons raisonnablement escompter une cinquantaine d’adhésions à venir en cours d’année. Je table donc sur 555.

Commentaire

En 2003-2005, l’effectif reste assez stable.
De 2006 à 2008, le recul tourne régulièrement autour de 11 % par an. La « crise » n’y a rien changé ; ce n’est pas rassurant, il s’agit d’une tendance lourde !

Les structures de l’association

Les instances dirigeantes de l’AAFV ont repris leur fonctionnement normal dès le vote du Comité national élisant le nouveau Bureau national à la quasi-unanimité (18 novembre 2006).

Le Bureau national

Le rythme des réunions du BN a été modifié pour tenir compte des contraintes propres aux provinciaux et de celles qui découlent des horaires de travail professionnel. Nous alternions des réunions tenues le samedi de 10 h. à 17 h. et des réunions tenues le jeudi, de 17 h. à 20 h. Ce rythme n’a été qu’un demi-succès.

Le Comité national

La fréquentation du CN a été marquée par des variations en fonction des ordres du jour. En période de tensions internes, on observait une affluence qui contraste avec l’absentéisme dans la période ordinaire de consensus et de décisions assez techniques (la préparation du Congrès).

Le Comité d’honneur

Le dîner annuel du Comité d’honneur a eu lieu le 12 février 2007, sous la présidence de Charles Fourniau. L’ambassadeur du Vietnam, empêché, était représenté par Nguyen Viet Hâ.

Les Comités locaux

À chaque congrès on souligne qu’ils constituent l’avenir de l’association. C’est exact. De plus, dans la désaffection générale envers les associations, les adhésions d’adhérents isolés sont de plus en plus fragiles, faute de pouvoir participer à des activités à la fois stimulantes et chaleureuses.

Montpellier-Hérault et Gard-Cévennes sont toujours très actifs, mais ils signalent que leurs recettes pâtissent de la baisse du pouvoir d’achat. À Montpellier, Christian Courty a remplacé Robert Szabo, qui devient président d’honneur. Gard-Cévennes a fêté ses dix ans. Nice-Côte d’Azur a surmonté les difficultés rencontrées en 2006 et a repris son activité avec un nouveau bureau. Le président est Jean-Marc Chiaramello. La Rochelle connaît un essor solide et multiplie les initiatives.

Par contre les créations de 2005 n’ont pas toujours pleinement réussi. Endeuillé par le décès de René Mina, Midi-Pyrénées connaît une éclipse faute de parvenir à renouveler son équipe dirigeante. Maine et Loire a dû fermer, à la suite du déménagement de son président. Franche-Comté ne tient que par son président, Didier Clavequin. Quant à Châtellerault, c’était une illusion qui s’est dissipée.

Parmi les projets de 2005, Ile de France, créé en 2006, est actif mais se heurte aux problèmes de dispersion géographique et de communications propres à la Région parisienne.

En somme, s’il est éminemment souhaitable de créer des comités locaux, il est judicieux de ne pas en perdre de vue la nature : un regroupement en vue d’échanges amicaux et d’activités communes. Un trop petit nombre de membres rend leur existence précaire.
Désormais, il y aura une réunion annuelle des comités locaux avec le Bureau national, la veille d’un comité national par commodité. La première a eu lieu le 22 juin 2007. La suivante s’est tenue le 11 avril 2008.

Les Groupes de travail

Les amis qui acceptent des responsabilités d’organisation ont besoin d’être épaulés par d’autres personnes. C’est la fonction des groupes de travail, ponctuels comme le groupe de préparation du congrès ou permanents comme nous peinons à en créer pour les conférences par exemple ou plus modestement pour les mises sous pli du courrier. C’est pourtant la condition pour que les responsables ne soient pas écrasés et ne se découragent pas. Les appels publics ne donnent guère de résultats. Ce devrait être un souci des membres du Comité national que de recruter par démarches personnelles.

Les ressources financières

La situation financière de l’association se trouve alourdie du fait de la diminution du nombre des adhérents ; les détails comptables figurent dans le rapport financier présenté au Congrès. Nous sommes là devant une question cruciale.

L’équipement à Montreuil

Il a fallu remplacer un ordinateur et l’imprimante, à bout de souffle.
La base de données informatisée est encore loin d’être opérationnelle. Un espoir de solution est en vue. Ce serait une bonne nouvelle pour tout le monde et au premier chef pour Fouzia Karkabou, notre secrétaire à Montreuil. Nous ne la remercierons jamais assez de son efficacité, de sa gentillesse et de son inaltérable bonne humeur.
Le sous-sol a été débarrassé de ce qui l’encombrait et réaménagé de manière plus utile. Des archives, notamment photographiques, attendent qu’un archiviste de bonne volonté se fasse connaître.

 Nos moyens d’expression

La revue et le site

Perspectives France Vietnam

Le Comité de Rédaction, sous la responsabilité de Dominique de Miscault, assure d’une façon exemplaire la périodicité de la revue, notamment avec le « dossier » central de chaque numéro. En 2007, les quatre dossiers ont porté respectivement sur « Le cinéma vietnamien », le « Métissage », « Aspects religieux du Vietnam » et « Nouvelles du Vietnam » ; en janvier 2008, sur « Les villages des métiers ».

Mais deux problèmes n’ont guère avancé par rapport à 2005 :
- Le financement. Certains comités locaux ont apporté en 2007 une aide notable en abandonnant leur ristourne sur les cotisations. Je les en remercie vivement. Pour 2008, s’y joindra un don d’un autre comité. Mais pour 2009 il n’en sera pas de même, en raison des mauvaises rentrées financières en cours. L’introduction de publicité, dont l’efficacité reste contestée, supposerait en tout cas que quelqu’un s’en occupe.
- La diffusion au numéro est bénéfique tant sur le plan financier que pour faire connaître la revue et l’association. Elle a été assurée en 2007 par une amie qui ne peut plus continuer et il n’y a pas encore de relève.
En conclusion, si le travail du comité de rédaction est satisfaisant, il manque une régie publicitaire et un service de diffusion.

Le site www.aafv.org

Comme beaucoup d’associations, l’AAFV avait laissé son site pratiquement en jachère au fil des années. Rien ne s’était passé en 2006. En 2007, la relance était en gestation. J’outrepasse les bornes de ce rapport pour vous dire que nous avons engagé la phase de reconstruction. La première démarche a consisté dans la refonte de l’arborescence des rubriques et dans une restructuration radicale avec un nouveau logiciel. Le changement principal est la possibilité de déléguer la gestion de certaines rubriques, avec mise en ligne directe par le responsable (à cette fin Gérard Sibert a assuré un premier stage de formation technique). Par exemple, le président d’un Comité local alimentera lui-même la rubrique de son comité. Un tel fonctionnement permet d’enrichir considérablement le site dans des délais relativement brefs ; chacun peut donner une plus grande visibilité aux actions qu’il a en charge ; le web devient un outil qui facilite le fonctionnement transparent de l’association et la participation de tous... Ce support contribue à donner une visibilité à nos actions sans commune mesure avec la situation précédente. Le rayonnement de l’association, sa notoriété, son développement peuvent ainsi changer d’échelle. Nous avons passé contrat avec un graphiste, Alain Escudier, qui collabore avec Dominique de Miscault pour la dimension esthétique de la nouvelle formule.
La responsabilité éditoriale d’ensemble a été confiée au comité de rédaction de la revue, ce qui facilitera la coordination entre les deux supports. Toutefois, la rénovation n’est pas encore achevée et le contenu du site ne se trouve pas encore ouvert aux visiteurs.

Les activités éditoriales

Les Actes de la Conférence du Sénat étaient parus en 2006. Pour les traductions du livre L’Agent orange au Vietnam, les difficultés ont persisté. Nous entrevoyons néanmoins une issue pour la publication de la traduction anglaise par un éditeur vietnamien. La traduction italienne est achevée et sera éditée chez l’Harmattan-Italie.
Les conférences du cycle Connaissance du Vietnam seront éditées en brochures dans la mesure du possible.

Les conférences

En novembre 2007 nous avons pu rouvrir le cycle de conférences Connaissance du Vietnam que Monique Chemillier-Gendreau avait lancé selon le vœu du XIIe Congrès, puis dû interrompre pour des raisons de salle. C’est Anne Hugot Le Goff qui en a repris la responsabilité. La première conférence a été celle de Raymond Aubrac, dans une salle de l’AGECA. Ensuite nous avons obtenu une salle gratuite à la mairie du XIIIe arrondissement, où le cycle se poursuit.

 Nos partenaires

Les contacts avec nos partenaires ont été maintenus et développés.

Les relations avec le Vietnam

Le Comité National réuni le 20 octobre 2007 a unanimement désigné Jean Cabane, désormais établi à Danang, comme représentant permanent de l’AAFV au Vietnam. Le PACCOM en a été informé. Jean agira sur mandat du BN et lui rendra compte. Il a déjà participé à des rencontres avec diverses ONG et avec les services de l’Ambassade de France. Il est allé à Ho Chi Minh Ville consulter Mme Nguyen Thi Hoi sur notre idée de prôner la formation professionnelle des personnes qui travaillent dans les centres de réhabilitation pour victimes de l’Agent Orange. Il a d’ailleurs rédigé une note de synthèse très éclairante.

En décembre 2006, je me suis entretenu à Hanoi avec notre ambassadeur, Jean-François Blarel. Celui-ci a depuis lors été remplacé par Hervé Bolot. En visite privée à Paris, Madame Nguyen Thi Binh a tenu à rencontrer amicalement le nouveau Bureau national le 16 décembre 2006.

Nous avons été reçus en audience le 30 septembre 2007 par M. Nguyen Tan Dung, Premier ministre vietnamien, lors de sa visite à Paris. Il a été très chaleureux et nous a promis l’aide de l’ambassade pour notre documentation sur la situation actuelle du Vietnam. Le changement d’ambassadeur a différé l’exécution de cette promesse que nous ne laisserons pas oublier. L’ambassadeur Nguyen Dinh Bin est venu à Montreuil prendre congé de l’AAFV avant de quitter son poste. Son successeur, Le Kinh Tai, nous a honorés d’une visite à notre siège le 10 mars dernier. Il était accompagné de notre ami Nguyen Viet Hâ, qui rentre au Vietnam ; celui-ci nous a présenté son successeur, M. Bui Lê Thai, chargé des relations entre l’ambassade du Vietnam et les associations françaises.

Le renouvellement de l’autorisation annuelle de travailler au Vietnam, délivrée par le PACCOM, n’avait pas été demandé. Il nous a fallu plus d’un an pour l’obtenir. Nous sommes enfin en règle.

Nos relations avec la VAVA sont traitées plus loin, à propos du soutien aux victimes de l’Agent orange.

En octobre 2007, à Montreuil, se sont tenues les Assises de la coopération décentralisée. La coopération décentralisée ne concernant que les collectivités territoriales, les ONG n’ont eu qu’un rôle très marginal dans ces Assises. Néanmoins une douzaine de membres de l’AAFV étaient présents et ont participé aux travaux. Ils ont pu intervenir dans certains ateliers, notamment à titre de rapporteurs. Le temps fort a été la signature de la convention liant le Vietnam, le cercle de Yélimané au Mali et la ville de Montreuil, sous l’égide de la FAO (programme PADDY). La délégation vietnamienne accordait une importance majeure aux questions économiques. Les Assises ont été l’occasion de rencontres fructueuses avec les entrepreneurs français et de nombreux accords ont été mis à l’étude ou conclus.

Les relations en France

Nous avons poursuivi les relations avec le Conseil Général de Seine Saint Denis, pour qui nous avons assurés des causeries et une exposition, et qui nous a invités régulièrement à propos de son partenariat avec la province de Hai Duong. La mairie de Montreuil a fait appel à nous pour la Semaine Culturelle accompagnant les Assises de la Coopération décentralisée en octobre 2007. Dans l’un et l’autre cas, il ne semble pas que le résultat des élections de mars 2008 doive modifier le cours des choses. Nos premiers contacts à ce sujet sont encourageants.

Alertée par les amis vietnamiens, l’Assemblée Générale du 24 mars 2007 s’est adressée à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle pour leur demander de s’engager à maintenir le Vietnam sur la liste des pays bénéficiaires d’une aide prioritaire au développement (APD). Nous avons reçu une seule réponse, d’ailleurs positive (venant de Marie-Georges Buffet).

Enfin nous avons d’excellentes relations avec la nouvelle direction de l’UGVF.

Les relations avec les associations étrangères

- En Europe

La réunion des associations européennes d’amitié envisagée pour 2006 n’a pas paru réalisable.
Le réseau Le Lien Vietnam / the Vietnam Link a permis de nombreux échanges d’informations à propos de l’Agent Orange, du procès de New York et des actions menées par les uns ou les autres. Le 29 avril 2007, 10e anniversaire de la décision de l’ONU instituant une journée internationale de commémoration des victimes des guerres chimiques, huit associations européennes se sont engagées solennellement en adoptant et en publiant la pétition de la VAVA.
L’AAFV a été invitée à l’Assemblée générale de l’Association d’Amitié Allemagne Vietnam, en 2007 et en 2008.

- Aux États-Unis

Nous sommes en relation avec le VAORRC, que préside Merle Ratner et avec l’association War legacy project, de Susan Hammond, qui a succédé au FFRD.

- Ailleurs

Le réseau AOWG fournit des informations nombreuses et précises sur la situation et les difficultés des victimes de l’Agent orange dans le monde entier, notamment au Vietnam, aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie, ainsi que sur les initiatives en leur faveur.

 Le soutien aux victimes de l’Agent Orange

Il devait être, aux termes du XIIe Congrès le « domaine d’action privilégié pour les trois ans ». Il n’a pas cessé dans les comités locaux. Pour les instances nationales, il a repris avec vigueur après un fléchissement. Là plus encore qu’ailleurs se mêlent soutien politique, information et soutien matériel. Les initiatives prises par les comités locaux faisant traditionnellement partie du rapport sur la solidarité, je m’en tiens ici à ce qui concerne la direction nationale.

Les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange poursuivent leur combat pour obtenir réparation, notamment à travers des procédures judiciaires mettant en cause les firmes productrices des défoliants. Nous continuons fidèlement à les soutenir, hier avec des pétitions, maintenant avec d’autres moyens d’action sur les opinions publiques. Récemment encore, lors du jugement inique rendu le 22 février par la Cour d’Appel de New York, l’AAFV a pris l’initiative d’une déclaration commune, signée par huit organisations européennes d’amitié avec le Vietnam et par de nombreuses organisations françaises. Cette démarche a été ignorée des medias européens mais largement saluée par la presse vietnamienne.

En décembre 2005, à notre siège de Montreuil, une délégation de la VAVA nous avait fait part d’un vaste projet pour les victimes de l’Agent Orange : construire à Danang un hôpital de 300 lits. Nous avons immédiatement formulé une proposition fort différente : doter d’une formation professionnelle adéquate les personnes qui interviennent dans les petits centres locaux de rééducation fonctionnelle ; cette formation aurait été assurée par un centre de recherche et de formation créé à Danang. En mars 2007, à Hanoi, la VAVA nous a dit que ce projet était adopté, mais par la suite elle a semblé revenir au projet de grand hôpital. Depuis nous sommes sans nouvelles. À notre connaissance, la décision reste en suspens.

Par ailleurs, la VAVA nous a demandé en janvier 2007 de soutenir la pétition qu’elle lançait parallèlement au procès de Brooklyn et qui mettait directement en cause la responsabilité des États-Unis dans le désastre sanitaire dû à l’Agent Orange. Nous avons fait le nécessaire, notamment en utilisant notre site. Le chiffre de 3000 signatures a été atteint à l’automne et la pétition, traduite par nos soins, a été répercutée aux associations du réseau Le Lien Vietnam. Toutefois, la VAVA semble avoir abandonné cette campagne, et donc nous aussi.

Le 18 juin 2007, au moment où s’ouvrait à New York le procès en appel des victimes de l’Agent orange contre les firmes de produits chimiques, nous avons été partie prenante dans une manifestation solennelle de soutien (à Paris, Fontaine des Innocents). L’AAFV avait reçu des messages de solidarité de nombreuses personnalités, dont Raymond Aubrac, Christian Poncelet, président du Sénat, Jacques Bruhnes, fondateur du groupe Vietnam de l’Assemblée Nationale, de Robert Charvin et Norman Paech, co-auteurs de l’Appel international des Juristes, et d’associations amies : l’AAVF, Belgique-Vietnam, Grande-Bretagne-Vietnam, Suisse-Vietnam, le Mouvement de la Paix, tandis que plusieurs manifestations semblables étaient organisées en Allemagne par l’Association Allemagne-Vietnam.

 La solidarité

J’ai placé ce thème à la fin du Rapport d’Activité parce que nous allons passer ensuite immédiatement au Rapport d’Alain Dussarps rendant compte de nos actions de solidarité sur le terrain, puis aux rapports des Comités Locaux, qui reviendront sur la question. Nous aurons ainsi l’ensemble des éléments pour donner à la solidarité toute la place qu’elle mérite dans notre débat.

Remettre en question le bien-fondé des actions de solidarité avec le Vietnam supposerait qu’on oublie que ce pays reste pauvre, très pauvre, avec un PIB par habitant de l’ordre de quelques dollars par an. Serait-il plus élevé que cela ne rendrait pas la solidarité inutile : personne n’a proposé en France la dissolution du Secours Populaire.

La montée en puissance de l’économie vietnamienne fait ressortir à nos yeux la nécessité de ne pas laisser sur le bord de la route les populations les plus défavorisées, au premier rang desquelles les victimes de l’Agent orange. Pour contribuer à une orientation préférentielle vers le développement social, l’AAFV concentre ses efforts de solidarité vers des groupes qui ont absolument besoin d’un soutien extérieur pour devenir acteurs et bénéficiaires du développement. Le micro-crédit en bétail symbolise très bien cette politique, mise en œuvre par nos Comités Locaux, en accord avec la Croix-Rouge vietnamienne. On va en trouver une synthèse concrète dans le rapport d’Alain Dussarps.

Jacques Maître
Président sortant

Articles de cette rubrique