Réduire le nombre de morts sur les routes au Vietnam

Dernier ajout : 19 janvier 2012.

Réduire le nombre de morts sur les routes au Vietnam


lu dans la presse vietnamienne

. Comme vient de le rappeler le Premier ministre
Nguyen Tan Dan, « l’année 2012 sera l’année de
la sécurité de la circulation ». Il a rappelé à la fois
l’objectif et la méthode : « réduire les embouteillages
et les accidents de circulation est de la responsabilité
de tous ». Chaque jour, dans ce pays, les accidents
de la route font entre 35 et 40 morts. Depuis 2007,
le Vietnam enregistre en moyenne chaque année au
moins 12 000 morts et plus de 9 000 blessés. La rapide
croissance économique qui a marqué la fi n des années
1990 et les années 2000 s’est traduite par l’afflux
de millions de motos sur les routes du Vietnam, et
aussi par une augmentation spectaculaire du nombre
de personnes conduites en urgence dans les services
de traumatologie. À Viet Duc, le principal centre de
traumatologie situé au nord du Vietnam, les accidents
de la route (dont 74 % sont des accidents de motos)
sont responsables de 64% de l’ensemble des blessures
traitées.

Les accidents de circulation deviennent donc
catastrophiques et la sécurité routière s’impose comme
une priorité. Aujourd’hui, le Vietnam bénéficie d’une
aide de 100 millions de dollars émanant de différents
donateurs, dont la Banque mondiale, afin de renforcer
la sécurité routière. Les efforts se concentrent sur les
trois routes les plus dangereuses du pays, où ont lieu
plus de 50% des accidents mortels. Dans le cadre
de son premier projet consacré exclusivement à la
sécurité routière, la Banque mondiale soutient les
initiatives visant à améliorer la construction routière,
la réglementation, la prévention et les mesures à
prendre suite à un accident. Elle aide également
les autorités à rendre obligatoire le port du casque,
à sanctionner la conduite en état d’ivresse et à
introduire des règles qui n’existaient pas ou n’étaient
que rarement respectées lorsque le projet a démarré
en 2005. Une des causes évoquées dans un rapport
gouvernemental est le manque de respect de la loi
par la population.

. Le gouvernement se fixe comme
objectifs de réduire de 5 à 10% le nombre de morts,
le nombre de blessés et le nombre d’accidents de
la circulation, de remédier progressivement aux
embouteillages à Hanoi et à Ho Chi Minh-Ville
, et de
réduire au maximum les embouteillages de plus de 30
minutes. À long terme, tous les projets d’urbanisation
devront consacrer 16 à 26% de leurs fonds au
développement des infrastructures de transports. Les
transports en commun sont appelés à se développer,
les administrations seront déplacées hors du centre
ville, et les Hôpitaux situés en centre ville ne devront
plus être agrandis.

Investir dans les infrastructures et les services
, fixer
des règles et des procédures, les faire respecter à tous
les niveaux et par tous, former les usagers, sont autant
de défi s que le Vietnam va devoir relever dans les
années qui viennent.

PDF - 1 Mo
pour des routes sûres