Réouverture du musée Ennery

Dernier ajout : 23 avril 2012.

Réouverture du musée Ennery qui abrite quelque 7 000 objets d’art d’Extrême-Orient


réunis à la fin du XIXe siècle par une fervente collectionneuse
pour son hôtel particulier à Paris.
Le musée Ennery est rattaché au musée des arts asiatiques
Guimet.
Situé 59 avenue Foch, dans le XVIe arrondissement,
il a été rénové de façon à préserver l’esprit
très particulier du lieu.

Adolphe Philippe d’Ennery (1811-1899) est un journaliste,
dramaturge et romancier romantique prolifique et très populaire de son vivant. Il écrit plus de 200 pièces de théâtre (dont « Les deux orphelines »,
créé au théâtre en 1874). C’est l’un des fondateurs
au milieu du XIXe siècle de la station balnéaire de Cabourg.

La collection d’art d’Extrême-Orient « doit son existence
à la perspicacité et à la passion de son épouse
Clémence pour les arts de la Chine et du Japon, manifestées
dès sa jeunesse ».
Clémence Desgranges commence sa collection d’arts
d’Extrême-Orient dès l’âge de vingt ans. Elle ne cesse
de la compléter et l’enrichir, à un rythme accéléré à
partir de 1875, jusqu’à son décès en 1898. Le japonisme
fait fureur dans la France de l’époque et elle en
est l’une des figures.

Clémence fait construire un hôtel particulier en 1875,
près du Bois de Boulogne, pour y vivre et y installer
sa collection, jusque-là répartie entre son domicile
parisien, ses villas d’Antibes et de Villers-sur-Mer.
Elle épouse son amant Adolphe d’Ennery en 1881,
Jules Verne est l’un des témoins.