Vietnam à la croisée des chemins

Dernier ajout : 7 décembre 2011.

http://daniellesabai.wordpress.com/2011/02/26/conflits-en-mer-de-chine-du-sud/

AAFV, 17 septembre 2011, fête de l’humanité par Philippe Delalande

Vietnam à la croisée des chemins

Prétentions chinoises de souveraineté sur la Mer de Chine méridionale

En 2011 la situation géopolitique en Asie est marquée par la montée en puissance rapide de la Chine, dominante, voire hégémonique en Asie et par la crise économique mondiale
Les revendications chinoises sur la mer de Chine méridionale en sont une manifestation. Le Vietnam, voisin de la Chine est directement concerné

La « langue de bœuf » chinoise qui délimite ses revendications en mer de Chine méridionale
1 Origine : 1946 après le départ des Japonais et de la marine de guerre US
2 La carte « langue de bœuf » est diffusée officieusement fin 1980. 9 tirets longeant les Philippines, la Malaisie, Brunei, L’Indonésie, le Vietnam dessinent une langue de boeuf
3 en février 1992 une loi chinoise affirme la souveraineté de la Chine sur les archipels.
4 Convention sur le droit de la mer 1982 UNCLOS III applicable depuis 1994 ratifiée par la Chine, tribunal international pour le droit de la mer, ITLOS
5 Gentleman agreement ASEAN Chine pour régler pacifiquement les différends dans la zone en 2002 selon le droit de la mer (convention UNCLOS III)
6 Mai 2009, transmission officielle de cette carte à l’ONU, qui devient un document diplomatique international. La Chine revendique sa « mer historique », « espace territorial essentiel »

Agressions chinoises contre le Vietnam
- 1974 : agression chinoise aux Hoang Sa contre marine sud VN + US. Défaite VN. Depuis le VN n’a pu recouvrer sa souveraineté sur cet archipel dont l’île de Woody est le chef lieu.
- 1988 : Truong Sa : Chine chasse les vietnamiens d’îlots près du récif Johnson 64 VN tués
Les revendications et agressions se multiplient fin décennie 1980, contre pêcheurs VN
- 26 mai 2011 navire d’exploration sismologique affrété par le Vietnam Binh Minh 2, agressé à 116 milles de ses côtes (ZEE) : câbles de prospections sectionnés
- Puis début juin, le navire de prospection sismologique Viking 2 pour IDEMITSU japonais sur concession VN subit le même sort 230 milles des côtes sur le plateau continental VN
- Les navires chinois dépendent de l’Agence de surveillance maritime chinoise, créée en 1998 sous ministère du patrimoine foncier et des ressources naturelles. Missions : « assurer l’application de la loi dans les eaux territoriales et ZEE », 330 navires + 36 en construction

Pourquoi ces revendications chinoises et agressions qui en découlent
1 Voie maritime la plus naviguée au monde, indispensable au Japon, Corée et Chine
2 ressources pétrolières
3 raison militaire, la plus importante
Missions de la marine de guerre chinoise
1/ décennie 80« défense active des mers proches »
2/ étendue 2004 au-delà du premier cordon d’îles jusqu’au milieu de Pacifique (Ile de Guam). 3/ Livres blancs 2006 et mars 2011 « étendre les opérations dans les mers lointaines et améliorer les capacités de dissuasion stratégique »
Mission dans l’Océan indien : collier de perles chinois de ports d’escale, avitaillement, réparation, observation : Thilawa près de Sittwe Birmanie, Iles coco mer d’Andaman, Chittagong au Bangladesh, Hambantota au Sri Lanka, Marao au Seychelles, Gwadar au Pakistan
Protection contre piraterie au large de la Somalie,
Intervention en Méditerranée pour rapatrier 32000 travailleurs chinois de Libye.
Démarches pour prolonger le « collier de perles » en Afrique pour protéger investissements et communautés chinoises : Madagascar, Mozambique Guinée équatoriale Angola.
Nécessité pour la Chine de faire reconnaître par la communauté internationale ses droits exclusifs sur la mer de Chine méridionale.
Nécessité impérative que le Vietnam dégage des Hoang Sa, à 186 milles de Yulin et que l’archipel soit un poste de surveillance et de protection de Yulin.
Nécessité de circulation exclusive de sa marine de guerre vers le Pacifique et Océan indien

Moyens militaires de la Chine pour remplir ces missions.
Base des sous marins nucléaires de Yulin dans l’Ile de Hainan : 6 sous marins nucléaires, (total de 58 sous marins, 50 frégates, 27 destroyers, missile balistique DF 21D portée 950 milles)
Acquisition d’un porte avion de l’Ukraine « Varyag » (1eressais en mer Août 2011, opérationnel en 2012) + 1 en construction. (Capacité de projection lointaine), 180 navires amphibies, 81 poseurs- chasseurs de mines Première flotte d’Asie : 225 000 hommes

Que peut faire le Vietnam ?
1 Protestation diplomatique, sans fournir un prétexte au Chinois de redoubler d’agressivité. Le VN ne traduit pas la Chine devant ITLOS, ne saisit pas le Conseil de sécurité
Mais - Le 13 juin, le Vietnam a fait intervenir sa marine de guerre aux Spratleys.
Le Duc Anh, ancien pt de la république : « Il faut dialoguer avec eux avant de recourir au Tribunal international… Le maintien de notre amitié commune est la priorité… »
Nguyên Phu Trong secrétaire général PCV, 7 sept « Le parti, l’Etat, le peuple vietnamiens prennent toujours en considération les relations d’amitié et de coopération avec la Chine »
Député Duong Trung Quôc : Risque de discrédit du Gouvernement dans l’opinion « C’est une question de confiance du peuple et de totale communication avec lui…. Ne créons pas de fossé, de conflit inutile entre le gouvernement et le peuple » Le peuple est hostile aux Chinois.
2 Action diplomatique dans l’ASEAN pour une cohésion défensive (mais accords bilatéraux Chine - Malaisie, Indonésie depuis 2010 nuisent à cette cohésion)
- 3-5 juin réunion de Shangri La à Singapour sur la sécurité en Asie (Ministre VN de la défense, Phung Quang Thanh, Robert Gates secrétaire US à la défense)
- 23 juillet ARF à Bali : ASEAN et Chine adopte une feuille de route pour règlement différends
- 27 juillet conférence des commandants des marines ASEAN : souhait d’un nouveau code de conduite maritime mer de Chine
3. Recherche de l’appui américain
- Sénat US 27 juin condamne l’agression mais pas Hillary Clinton ni Pr. Obama. Déception
- 2010 Droit d’escale marine US à Cam Ranh, (concédé aux soviétiques pour 25 ans en 1979)
- 15 juillet 2011 manœuvre conjointe d’une semaine des marines vietnamienne et US,
- coopération militaire accrue : navires US dans la mer de Chine, protestation chinoise

Conclusion
Est-ce que ces agressions contre le VN ne sont pas des tests sur la réaction des USA. La mollesse des réactions pourrait être interprétée par la Chine comme un feu vert pour poursuivre sa main mise sur la mer de Chine méridionale, ce que le Vietnam craint.