AG 2015 Motion d’orientation

Dernier ajout : 6 octobre 2015.

MOTION D’ORIENTATION ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE l’AAFV, MONTREUIL 2015

Depuis plus de cinquante ans, l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne (AAFV) a pour objet « d’entretenir, manifester et développer l’amitié et la solidarité entre le peuple français et le peuple vietnamien » (article 3 des statuts). S’appuyant sur ses comités locaux, elle est une association d’amis, populaire, indépendante et ouverte. Elle demeure fidèle à la ligne tracée par ses fondateurs, associant la France « telle qu’elle est » au Vietnam « tel qu’il est ». Notre activité doit donc naturellement s’adapter aux situations dans nos deux pays et tenir compte de l’évolution de leurs relations bilatérales, particulièrement suite à la signature du partenariat stratégique entre nos 2 pays en 2013 et à la réussite de l’année croisée France-Vietnam en 2014.

1/ Continuer à faire connaître le Vietnam, sa civilisation, sa vie quotidienne, ses réalisations et ses enjeux contemporains…

Pour les trois années à venir, cette activité implique une prise en compte des transformations récentes du pays (progrès dans les domaines économiques, industriels, scientifiques et technologiques et présence accrue sur la scène internationale, notamment au sein de l’ASEAN et des Nations unies) mais aussi des défis que le pays devra relever (persistance de la malnutrition infantile dans certaines régions, lutte contre le réchauffement climatique, différend récurrent avec la Chine à propos de la mer Orientale et de ses archipels…).
Continuer à faire connaître le Vietnam passe par l’organisation de conférences, de débats sur le Vietnam d’aujourd’hui, d’un deuxième Grand Prix « Jeunes talents », de journées d’études et d’expositions, de projections de films, voire de publications spécifiques sous forme d’ouvrages ou de brochures. Cette activité doit aussi passer par le renforcement d’activités culturelles au niveau des Comités locaux (cours de langue, de cuisine, de laque…) dans l’esprit convivial et festif qui est celui de l’AAFV depuis un demi-siècle.
Continuer à faire connaître le Vietnam doit aussi passer par l’approfondissement des rapports de l’AAFV avec ses homologues vietnamiens de l’AACVF et ses partenaires traditionnels que sont l’UGVF, l’UEVF et le CID. Un effort nouveau doit en outre être accompli en direction des chercheurs et institutions spécialisées qui concernent le Vietnam, quelles que puissent être par ailleurs nos différences d’approche et en essayant de surmonter certaines réticences de ceux qui doutent encore de l’indépendance de l’AAFV. Nous devrions, notamment, renforcer nos échanges avec l’Institut Français, les musées Guimet et du Quai Branly, l’INALCO et l’AVSE. Sur l’ensemble de ces questions, les autorités vietnamiennes et en particulier l’Ambassade du Vietnam en France demeurent des partenaires privilégiés.

2/ Continuer à œuvrer au développement entre les deux pays de rapports de coopération sur une base officielle ou privée.

En toute modestie et dans la mesure de nos moyens limités, nous devons continuer à jouer un rôle de « facilitateur » dans le renforcement des échanges et de la coopération franco-vietnamienne, par exemple à l’occasion de l’organisation de la grande journée des associations par l’Ambassade du Vietnam en juin 2015 à Montreuil, ou dans le cadre de la mise sur pied d’une journée Vietnam avec une Chambre de commerce française ou d’autres partenaires (comme ce fut le cas à Paris, Lyon et Toulouse). Notre implication dans le tourisme social et solidaire permettrait également de concilier développement économique et connaissance du Vietnam. L’action en direction de toutes les institutions de notre pays, et particulièrement en direction des collectivités territoriales pour le renforcement de la coopération décentralisée, est un levier d’importance pour atteindre tous ces objectifs.

3/ Continuer à mener des actions de solidarité.

L’AAFV, même si elle n’est pas une association à caractère humanitaire, continue à considérer que le peuple vietnamien a toujours besoin de la solidarité concrète de ses amis. La solidarité demeure donc un objectif essentiel qui exprime la fraternité avec laquelle notre association se tourne vers les couches les plus démunies de la population et particulièrement les populations des minorités nationales. En répondant à des besoins exprimés localement, nous continuerons à faire aboutir des projets concrets présentés par la Croix-Rouge du Vietnam, en offrant aux familles la possibilité d’une autonomie productive. Parmi les autres initiatives envisagées, on peut citer notamment l’aide à la formation professionnelle et l’octroi de bourses d’étude ou encore le soutien aux ethnies minoritaires sous le seuil de pauvreté.

La direction nationale veillera également à favoriser les synergies avec d’autres associations et, de manière générale, avec les personnes activement engagées dans des actions de solidarité au Vietnam.

Notre solidarité va plus particulièrement aux victimes vietnamiennes de l’Agent orange et à leurs familles. Nous avons œuvré, de toutes nos forces depuis plusieurs années, à faire connaître ce drame mais sans doute pas encore assez pour retenir durablement l’attention de l’opinion publique. En coordination avec les autres associations d’amitié avec le Vietnam dans les autres pays européens, nous devrions entreprendre des démarches pour que les gouvernements des Etats-Unis et de notre continent contribuent aux secours aux victimes et au traitement des zones contaminées. : Justice doit être rendue aux Vietnamiens victimes de crime contre l’Humanité de la part des gouvernements et firmes nord-américains.

4/ Renforcer les capacités d’action de notre association

Pour continuer à mettre en œuvre les trois points précédents, qui sont constitutifs de l’objet même de l’AAFV, notre association doit se doter de moyens humains et matériels supplémentaires au cours des années à venir !
Il conviendra de renforcer nos effectifs. La création de nouveaux comités locaux pourrait constituer une solution : ils garantissent toujours davantage notre ancrage local et permettent de poursuivre notre rajeunissement et le renouvellement de nos instances nationales. Compte tenu des difficultés pour des jeunes actifs de participer à des réunions en journée, nous devons aussi mieux impliquer les jeunes retraités. Sur tous ces aspects, nous devons prendre en compte l’évolution des modalités d’engagement des citoyens dans la vie sociale et associative, en inventant de nouvelles formes d’intervention. Pour atteindre ces objectifs, en vue de développer notre association, de continuer à la rajeunir et de faciliter la prise de responsabilité et d’initiatives, nous devons avoir à cœur de toujours développer davantage le travail collectif au sein de notre association, tant au niveau local que national, dans toutes nos instances ou structures de travail.
Le développement continu de notre journal « Perspectives », ainsi que de notre site internet, est à ce sujet déterminant par le rôle qu’il joue comme vitrine des activités de notre association et de ses comités locaux, en créant des liens entre les adhérents, y compris lorsqu’ils n’appartiennent à aucun comité organisé. Mais « Perspectives » est, premièrement, une revue et pas seulement un bulletin. Deuxièmement, elle doit également traiter de la réalité du Vietnam, en étant ouvert à d’autres points de vue pour engager un dialogue avec l’ensemble des acteurs de la coopération franco-vietnamienne. Enfin, elle doit rendre compte des activités du Conseil national et des Comités locaux.
Afin de mener à bien l’ensemble de nos activités et garantir l’indépendance de notre association, il est essentiel d’assurer la stabilité et le développement de nos ressources financières. Des initiatives devront d’urgence être prises en ce sens : la recherche d’une meilleure efficacité de nos dépenses de fonctionnement doit être poursuivie et beaucoup d’efforts doivent continuer à être déployés pour disposer de ressources publicitaires ou obtenir le soutien de sociétés, organismes, institutions, collectivités territoriales ou fondations intéressés par le Vietnam…

L’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne est notre bien commun : c’est par l’engagement de toutes et de tous dans un esprit fraternel que nous réussirons à faire valoir les idéaux de paix et de justice qui, aujourd’hui comme hier et demain, ont fait et continueront à faire la raison d’être de notre association.