Antoine Dong Nguyen écrit

Dernier ajout : 27 août 2012.

Nguyễn Hữu Ngọc Ðồng écrit :

Dans mon pays les dieux vivent vieux et heureux
Notre religion est de sourire parmi eux
Des fruits et des fleurs pour quêter leur faveur
Et l’on se recueille sans en avoir peur
Dans mon pays, on danse pour la beauté
De l’amour, du corps, de toute chose créée
On parle fatalité puissance du temps
Pour nous le ciel est un personnage important
Dans mon pays le Mékong est une pensée
Nous vénérons jusqu’à l’eau de la rosée
La permanence de l’âme instruite
Et le fleuve le guide du temps dans sa fuite
Dans mon pays, on peut y voir les gens ivres
Être proche de leurs yeux, les entendre vivre
Les jeunes filles portent encore le blanc
Les femmes ont la grâce vive du vivant
Dans mon pays l’amour est sœur et patrie
Nos chanteurs épousent notre poésie
Les enfants y jouent avec d’autres enfants
Les hommes avec les femmes de temps en temps
Le Viêt Nam de joie de vivre ou d’ironie
De fleurs de cerisier pour ma famille mes amis
De rizières, de chrysanthèmes et d’encens
La terre où mon cœur redevient un enfant