APPEL Lorient

Dernier ajout : 26 juillet 2015.

Octobre 2015

Chers amis,
Depuis 1988, APPEL-Lorient coordonne des programmes de coopération médicale dédiés à la santé de la mère et de l’enfant au Viêt Nam, avec des actions "de terrain" menées par une association de proximité.

Vous lirez en PJ une présentation du programme « Naître au Viêt Nam 2012-2018 », avec un rappel des actions menées en 2014 dans un pays qui a bien changé en 20 ans, mais où les besoins sont encore immenses pour améliorer le sort des nouveau-nés et des jeunes handicapés, et plus encore dans les familles démunies.

Chaque année depuis 25 ans, vous êtes conviés à partager un temps convivial avec nos équipes lors de la "Soirée annuelle des ami(e)s d’APPEL-Lorient".

Cette année, cette soirée ne se tiendra pas au printemps comme nous en avions l’habitude mais à l’entrée de l’hiver, profitant de la venue en stage à Lorient de deux médecins de l’hôpital provincial de Khanh Hoa : le Dr Pham Hoang Phong, obstétricien, et le Dr Biên Thi Thuy Dung, pédiatre. Depuis 1992, plus de 40 professionnels de santé vietnamiens ont ainsi été reçus à Lorient.

Lors de cette soirée organisée en partenariat avec nos amis de la communauté vietnamienne du Pays de Lorient, nous vous donnerons les dernières nouvelles de là-bas. Ce sera aussi l’occasion d’échanger sur la coopération entre la Bretagne et le Viêt Nam.

Votre participation à cette soirée est essentielle pour la poursuite de nos actions en faveur des populations démunies, dans un contexte de recul général des soutiens financiers institutionnels.

Nous vous attendons nombreux :

Vendredi 27 novembre 2015 à partir de 19h30
"Les Grands Larges"
Avenue du Général de Gaulle

56100 Lorient

Dans les prochains jours, vous recevrez un courrier d’inscription à cette soirée.

Très amicalement

Dr Gildas Tréguier

Président APPEL-Lorient

PDF - 306.9 ko
Coopération Santé France Viêt Nam Colloque Samedi 21 mars 2015 Hôpital Tu Du 284, Cong Quynh, Q1 HCM-ville, Viêt Nam
PDF - 158.7 ko

Dr Gildas Tréguier
Pédiatre CHBS-Lorient APPEL-Lorient

Coopération Santé France – Viêt Nam
Quelques réflexions Avril 2015

2015. Le Viêt Nam change ... Vite ... Très vite dans certains domaines, dont celui de la santé... Et c’est tant mieux.
Que de changements en 40 ans, entre le dénuement d’un pays en ruines en avril 1975 (Cf. les deux documents passionnants présentés par Arte, 14 avril), et les impressions ressenties par le voyageur qui débarque en ce mois de mars 2015 à HCM-ville ou à Hanoi par le nouvel aéroport !
Le colloque Coopération Santé. Samedi 21 mars 2015. HCM-ville
Organisé le 21 mars dernier par un collectif d’associations à l’Université Pham Ngoc Thach (HCM- ville), le 1er colloque Coopération Santé France - Viêt Nam a été un succès.
Près de 150 personnes y ont participé, représentant plus de 25 associations et institutions sanitaires, avec une forte présence de partenaires vietnamiens et de professionnels de santé ayant une bonne expérience "de terrain".
Bien que ne regroupant qu’une partie de toutes les structures intervenant au Viêt Nam, cette rencontre a constitué un témoignage éloquent de de la diversité et de la qualité des échanges en 2015 dans le domaine de la santé entre nos deux pays.
Après le discours d’introduction (Pr Ngo Minh Xuan, vice-recteur de l’UPNT), le Dr Alain Dorie, attaché de coopération Santé à l’ambassade de France, a présenté un panorama détaillé de la coopération Santé en 2015 : partenariats hospitaliers universitaires et non universitaires, rôle des ONG et des associations, accueil des médecins en France (DFMS, ...), programmes de formation (D.U., EHESP...) et de recherche médicale (VIH), collaboration entre sociétés savantes...
A l’issue du colloque, Mr E. Ly-Batallan, consul général de France à HCM-ville, et le Dr Pham Viêt Thanh, directeur honoraire du Service de la Santé à HCM-ville, ont rappelé la richesse de ces échanges, et souhaité que la santé demeure dans l’avenir l’un des moteurs de la coopération entre les deux pays.
Le choix de travailler par ateliers a permis au plus grand nombre de s’exprimer, à partir de leur expérience de terrain.
Les participants ont pu choisir entre 4 ateliers :
. Coopération Santé et famille
. Coopération Santé et prévention des risques (essentiellement les menaces climatiques) . Coopération Santé, technologies et risques médico-légal
. Coopération Santé, enseignement, formation et recherche.
Le compte-rendu de ces ateliers, que rédigeront les rapporteurs co-organisateurs du colloque (Luong Can Liêm, psychiatre ; David Tran, urgentiste ; Gildas Le Borgne, directeur d’hôpital ; Dao Thu Ha, radiologue ; Gildas Tréguier, pédiatre) pourra constituer une base de réflexion pour l’avenir.
Un ensemble de préconisations sera ensuite adressé aux autorités en charge de la coopération médicale, en France et au Viêt Nam.
Quelques éléments de réflexion
A partir de ce colloque, mais aussi de notre expérience personnelle avec la récente mission « Naître au Viêt Nam » effectuée à HCM-ville et dans la province de Khanh Hoa (partenariat CHBS-APPEL- Lorient-CG56) en mars 2015, quelques éléments de réflexion peuvent être retenus.
. L’émergence de pathologies nouvelles :
En lien étroit avec son développement économique et l’accès du Viêt Nam au rang de pays émergent « intermédiaire », les demandes de coopération portent aujourd’hui sur des spécialités telles que le handicap (enfants et adultes), la gériatrie, l’oncologie, la pneumologie (pollution urbaine), la psychiatrie (y compris en pédiatrie avec les troubles envahissants du développement...).
. La formation :
Une forte demande existe de la part de nos collègues vietnamiens dans des disciplines de plus en plus "pointues" (chirurgie, radiologie, génétique...), ce qui correspond au niveau de développement de la société vietnamienne, avec des professionnels de santé aux compétences de plus en plus affirmées.
Tant à la direction des hôpitaux que dans les structures liées à l’organisation sanitaire (Services de la santé, établissements spécialisés...), ce sont des médecins qui, jusqu’à présent, occupent les fonctions de responsabilité administrative : champ nouveau d’intervention, une demande existe aussi de leur part en termes de formation et d’échanges d’expériences dans les domaines du management hospitalier et de la création de réseaux de compétences (Cf. les réseaux de périnatalité).
. L’accès aux soins :
Les dispositifs d’assurance-maladie et de mutualisation des soins s’étendent progressivement pour les salariés. Mais l’accès aux soins est difficile pour les familles à faibles revenus, les professions non salariées, les populations isolées loin des centres urbains, d’autant que les hôpitaux connaissent eux aussi des difficultés croissantes de financement, compte-tenu du coût de plus en plus important des équipements médicaux. Des programmes tels que le renforcement du rôle des hôpitaux de district (Cf. le système de santé pyramidal du VN), la formation des "médecins de famille" et les stratégies de médecine préventive tentent d’apporter des réponses à ces questions.

Mais, malgré les investissements publics reconnus par la communauté internationale pour favoriser un accès aux soins sur tout le territoire vietnamien, un écart croissant est observé entre certains secteurs de la santé (centres de référence et hôpitaux provinciaux en suractivité, cliniques privées ultra- performantes spécialisées dans des disciplines parfois très lucratives) et les structures sanitaires de base (dispensaires dans les communes, polycliniques dans les districts) parfois sous-équipées, pourtant essentielles pour les soins de santé primaires et où les populations démunies se soignent.
Cette approche de la réalité sanitaire justifie les démarches de type « humanitaire » menées par bon nombre d’associations ayant souvent une excellente connaissance du Viêt Nam, au plus près des familles défavorisées.
Elle permet aussi d’établir des « passerelles » entre ces actions de solidarité et les programmes de coopération médicale qui se situent volontiers en 2015 dans des secteurs hospitaliers à haut niveau de technicité, en réponse aux demandes de plus en plus exigeantes de nos collègues vietnamiens.
. La mutualisation des compétences et des moyens :
Les observateurs de la coopération Santé s’accordent pour souligner l’intérêt de développer des synergies entre partenaires.
Tant du côté français que vietnamien, cela peut signifier le renforcement des liens entre les structures oeuvrant sur des thématiques analogues, mais aussi le soutien des autorités à des convergences de moyens humains, financiers et matériels entre hôpitaux, associations, institutions et sociétés savantes afin d’améliorer l’efficacité de nos échanges et assurer leur pérennité.
Il conviendra aussi de réfléchir ensemble à une définition du cadre juridique de nos pratiques de coopération médicale au Viêt Nam, tant au niveau des engagements institutionnels (autorisation d’exercer au Viêt Nam) qu’à un niveau individuel pour les professionnels exerçant dans des domaines techniques (Cf. le risque médico-légal en chirurgie, par exemple...).
Autant de thèmes d’actualité que les associations porteuses de programmes de coopération médicale doivent prendre en compte pour que leurs propositions soient adaptées à la réalité d’un pays en mutation rapide ...

Echéances :
. La journée des associations. Montreuil. 6 juin 2015
. Les assises de la coopération décentralisée. Can Tho. Juin 2016

Articles de cette rubrique