Deux étudiantes à Choisy

Dernier ajout : 12 octobre 2012.

  Sommaire  
Word - 32.5 ko
PDF - 5.8 Mo

Je crois que la vie de chaque personne est comme une chanson avec différentes mélodies. Chaque jour, j’écris moi même des mélodies de ma propre chanson. Il y des mélodies tristes mais il y a des mélodies joyeuses. Dans ma chanson, le séjour en France est une très belle mélodie inoubliable qui est chantée sans cesse dans mon cœur.

Le premier stage de ma vie

Étant étudiante de la classe de pédagogie, je pensais toujours que j’allais faire mon premier stage dans une école. Alors c’est vraiment une surprise pour moi de faire un stage à la Mairie de Choisy-le-Roi, à la Bibliothèque Louis Aragon, à la Bibliothèque des Jeunes, à la Maison pour Tous, à l’Espace Langevin et au centre Archives-Documentation-Patrimoine.
Grâce à ce stage, j’ai appris plein de choses. C’est aussi une très bonne occasion de pratiquer la langue française pour laquelle je me passionne depuis très longtemps.
Après ce stage, j’ai mieux compris l’importance de l’apprentissage d’une langue étrangère. Et cela me motive beaucoup pour continuer sur la voie que j’ai choisie.
Et les gens que j’ai rencontrés pendant mon stage m’ont porté beaucoup d’affection.
Non seulement ils m’ont enseigné beaucoup de choses mais aussi ils se sont préoccupés de nous comme des amis, des membres de la famille. Nous étions toujours bienvenues et accueillies par des sourires et des embrassades. Ainsi je n’étais pas trop loin de chez moi ....

Un voyage inoubliable avec des guides spéciaux

Étudiant le français depuis 14 ans, depuis que je suis petite, chaque information concernant le français et la culture française attire mon attention et m’intéresse. De jour en jour, l’image de la France est devenue de plus en plus profonde en moi. Et je rêvais d’aller un jour en France......
Enfin, mon rêve s’est réalisé. Je suis arrivée en France. Ici j’ai fait un voyage vraiment inoubliable avec les guides spéciaux : ma famille, mes professeurs, mes amis, les personnes qui travaillent à la mairie de Choisy-le-Roi, à la Bibliothèque Louis Aragon, à la Bibliothèque des Jeunes, à la Maison pour Tous, à l’Espace Langevin et au centre Archives-Documentation-Patrimoine et les membres de l’Association d’ Amitié Franco-Vietnamienne.
Ils m’ont emmenée partout : Choisy-le-roi, Grenoble, Paris, Orly. Juvisy......On a plein de souvenirs. On a visité la France en parlant du fonds du coeur de plein de choses. Les guides spéciaux, ce sont des personnes que je ne connaissais pas. Et je trouve magnifique qu’on puisse commencer à se parler si facilement dès la première rencontre. Ce n’étaient pas les bavardages superficiels des personnes qu’on rencontre pour la première fois. On a parlé de tout et de façon très amicale, complice et sincère.
Chaque lieu dans lequel nous sommes passés me laisse de très beaux souvenirs.

Je ne peux pas oublier mes sentiments dès mon premier jour à Choisy-le-Roi, une très belle ville qui a la chance d’être sur les deux rives de la Seine. Jolie, tranquille et paisible... Il me semble qu’avec une promenade à Choisy-le-Roi, toutes les inquiétudes pourraient être enlevées par le vent.
Je me souviens encore de mon excitation quand j’étais à 3800m d’altitude, même si c’était trop froid pour moi mais j’ai contemplé la neige pour la première fois avec une joie indescriptible.
Jusqu’ à maintenant, je pense souvent au moment où on se promenait au Quartier latin, dans le quartier chinois, dans les rues, sur les très beaux boulevards de Paris.
Je n’oublierai jamais comment je suis éblouie devant une infinité d’oeuvres au Musée du Louvre, de l’ Orangerie, …
Comment pourrais-je oublier le jour venté où je suis montée jusqu’ au sommet de la Tour Eiffel. Et tout Paris devant mes yeux ......Splendide et somptueux ! Comme dans les chansons que j’ai entendu chanter

Parmi toutes les cités
Pour vanter
Ta beauté
Le monde entier est d’accord
Il t’admire
Te désire...
[...]
Veux-tu me laisser te dire :

Oh ! Paris, Paris, Paris,
On t’a chanté sans répit
Oh ! Paris, Paris, Paris
Sur ton charme on a tout dit...
Aucune ville au monde n’a tes attraits

(Mon vieux Paris- Maurice Chevallier)

Quelqu’un m’a dit que le temps est un filtre miraculeux. Il y a des choses qu’on oublie facilement mais il y a des choses qu’on n’oublie jamais. Ce séjour en France est vraiment une très belle mélodie qui reste toujours dans mon coeur et qui fait briller la chanson de ma vie. Ma propre chanson reste encore une très longue partie que je dois continuer à composer. J’espère pouvoir revenir en France un jour pour rédiger de nouvelles mélodies de la France dans ma chanson....

Dang Thuy Duong

 -------------------------------------------------------------------------------

31 JOURS EN FRANCE DE DEUX FILLES VIETNAMIENNES

Je suis étudiante en 2ème année du Département de Langue et Civilisation Françaises de l’Université Nationale de Hanoi. Pendant 14 ans de ma vie, j’ai appris le français à l’école. Lorsque j’étais encore une petite fille de 6 ans, c’était cette jolie langue avec laquelle j’ai grandi comme une deuxième langue après ma langue maternelle vietnamienne. C’est pourquoi je rêve de la France depuis mon enfance et je voulais y aller une fois dans ma vie…

Et un jour j’ai eu cette chance ! Grâce à l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne et à la Ville de Choisy-le-Roi, j’ai pu réaliser mon rêve. J’étais très enthousiasmée et très honorée de pouvoir effectuer un stage d’un mois en France. Le bonheur et aussi les inquiétudes se sont mélangés dans mon cœur avant le départ. C’est nous, les deux filles du Département de Français, Tra et Duong, qui serons des représentantes du Vietnam, qui contribuerons au développement de la relation amicale et de l’échange culturel entre les deux pays. Pour moi, une jeune fille de 20 ans, ce n’est pas facile de me charger d’une mission importante comme ça…Mais pendant un mois en France, j’ai eu à cœur de porter l’image du Vietnam auprès de nos chers amis français !

Aujourd’hui, mes séjours dans la jolie ville de Choisy-le-Roi et en France sont déjà bien loin. Je voudrais à travers cet article vous faire partager mes souvenirs, mes expériences, mes émotions, ce qui s’est passé et ce que j’ai appris pendant un mois en France…Tous sont très précieux pour moi, dans ma vie et aussi dans mes études.

Au fond de moi-même, je voudrais envoyer mes remerciements les plus sincères à l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne, à la Mairie de Choisy-le-Roi, à tous les Français que j’ai eu l’occasion de rencontrer et avec qui j’ai travaillé, à mes Professeurs…à tous ceux grâce à qui j’ai passé un séjour merveilleux et précieux en France. Pour moi c’est une grande chance et je suis vraiment reconnaissante de tout ce qu’on m’a donné.

Voilà, c’est de Choisy-le-Roi que j’ai gardé le plus de souvenirs. J’ai beaucoup visité Paris, pourtant c’est pour cette jolie ville que j’ai éprouvé beaucoup de sentiments. C’est aussi le lieu où j’ai rencontré des personnes très gentilles - mes chers amis français que j’aime beaucoup : les membres de l’AAFV, les personnes travaillant à la bibliothèque et aussi à la Mairie.

Mon séjour en France a duré un mois, pendant lequel nous avons appris beaucoup de choses : des connaissances de l’histoire, de la culture, de la vie et de l’environnement de travail des Français…Et j’ai grandi beaucoup après un mois passé loin de ma famille.

Presque chaque jour, nous marchions en direction de la Mairie pour travailler à la Médiathèque Louis Aragon. Et à Choisy-le-Roi il y a une chose que j’adore vraiment : VERT PARTOUT ! J’ai trouvé des arbres, des fleurs de toutes les couleurs, le long de la route, sur les balcons des appartements, sur les murs, ... Et j’ai compris pourquoi des parisiens ont choisi cette petite ville comme lieu pour résidence.

La deuxième chose que j’aime à Choisy-le-Roi (mais je pense que c’est vrai aussi en France et dans les pays développés en général), c’est qu’on se préoccupe vraiment des enfants ! Tout ce qu’on fait, c’est dans l’intérêt des enfants. J’ai trouvé à Choisy-le-Roi des bibliothèques où beaucoup d’enfants viennent souvent comme La Bibliothèque des Jeunes ou la Maison pour Tous…On m’a dit qu’en France, on attache de l’importance aux livres pour les enfants parce que les petits peuvent apprendre le vocabulaire et la capacité de concentration quand ils écoutent leurs parents les leur raconter. J’ai travaillé à l’Espace Langevin, un centre de loisirs de la Ville où on l’on met beaucoup de jouets et de jeux à disposition des enfants, et bien sûr, on leur apprend à jouer. Ici sont créées les meilleures conditions pour que les enfants puissent se développer en jouant, en lisant les livres ou en écoutant raconter des histoires et en participant à des activités collectives.

Voilà quelques images de l’activité « ludomobile » et « sonomobile » :

De plus, le parc Des Gondoles est un lieu qui me plait beaucoup. En fait, c’est une ferme pédagogique que la Ville a aménagée afin que les enfants puissent connaître les animaux et comprendre la vie à la campagne sans devoir quitter la ville. Je pense que c’est vraiment une bonne idée pour éduquer les enfants ! J’adore toujours les enfants. Et comme ma spécialité à l’université est la pédagogie, je m’intéresse beaucoup à l’éducation des enfants, spécialement en étudiant les méthodes éducative pratiquées dans les pays étrangers.

Donc, presque chaque jour, Duong et moi, nous allons à la Médiathèque Louis Aragon pour travailler. Nous avons par exemple appris comment fonctionne le système « cyberlux », comment faire un scanner à la discothèque. Nous avons rangé les livres, les disques…, et nous les avons nettoyés.
J’ai constaté que les Français aiment bien marcher et prendre les moyens de transport en commun tels que RER, métro, bus, au lieu de prendre leurs propres voitures. Marcher et prendre des moyens de transports en commun, c’est bon pour la santé mais c’est aussi un bon moyen de protéger l’environnement. Une flèche pour deux cibles !

Pendant un mois en France, j’ai trouvé que les Français ont une culture du salut très originale. On fait toujours le bisou en disant « bonjour » et « au revoir », deux bisous à chaque joue, voire quatre. Une culture très aimable ! Au Vietnam, on dit seulement « chao (+ le nom de la personne) », parfois on serre la main et courbe un peu le dos pour montrer son respect.
Une autre chose, j’ai trouvé qu’il y a beaucoup de Français qui connaissent bien mon pays et se préoccupent du Vietnam. En revanche, les enfants que j’ai connus en France ont une vue très différente du Vietnam de celle des adultes et ils m’ont posé de drôles de questions comme :
-  Quel matériel utilise-t-on pour construire une maison au Vietnam ? (les petits pensent que nous la faisons en bois ou avec les feuilles des arbres)
-  Est-ce qu’il y a des moyens de communication comme Internet au Vietnam ?
-  Comment peut-on faire le feu au Vietnam ?
Et plusieurs questions concernant le nombre d’enfants que les parents vietnamiens peuvent avoir. Ils sont tous très surpris d’apprendre que le gouvernement limite les naissances à 2 enfants pour chaque couple marié ! (Mais c’est en raison de l’explosion de la population qu’au Vietnam on doit faire le planning familial.)

J’ai eu la chance de visiter presque tous les monuments célèbres de Paris, le château de Versailles. J’ai aussi essayé de rouler en vélo public à Paris.

Pour conclure, un petit mot en Vietnamien que je voudrais envoyer à mes amis français : « Tôi yêu các bạn, Việt Nam yêu các bạn ! » (Je vous aime, Vietnam vous aime aussi). Merci beaucoup…
Tran Vu Huong Tra.

 -------------------------------------------------------------------------------------

De Dong Da à Choisy-le-Roi, impact d’un carnet de voyage.

En égrenant les 31 jours, deux jeunes étudiantes vietnamiennes ont fait de la ville de Choisy- le- Roi un coin de paradis. Des rêves de connaître la France ont pu se réaliser cet été 2012. Un été pas comme les autres, et un mois de juillet passé en compagnie de professionnels et d’administrateurs qui ont vu débarquer deux jeunes filles curieuses de tout et de rien. Tout est nouveau. Un rien suffit pour écarquiller des yeux, ouvrir les oreilles et faire marcher les méninges ! Heureusement que l’invitation par l’AAFV de Choisy-le-Roi leur a donné l’occasion unique de découvrir Paris, ses merveilles culturelles à travers les musées, les lieux historiques, la Tour Eiffel, les Champs Elysées, les hauts lieux de la gastronomie française, mais encore Notre Dame de Paris, l’Hôtel de Ville. Flâner le long des quais de la Seine et faire du vélo avec Alain tout en allant au musée Carnavalet, n’est ce pas là un privilège très riche ?

Les bibliothèques et en particulier la Bibliothèque nationale de France François Mitterrand , belle et énorme comparable à un musée, aussi ont une place dans le programme bien construit. Un avantage plaisant de pouvoir aller faire les soldes à "Belle Epine". Effectivement, pour les filles, que de belles robes d’été ou d’achats à effectuer si le porte monnaie le permet. Mais savent-elles aussi que les soldes sont les occasions uniques pour déstocker les vêtements et permettre aux commerçants de se rattraper sur les méventes de l’année ? Rien de comparable avec les enseignes "soldes" dans les magasins de luxe à Hanoi ou à Hochiminhville. En France on parle de mercatique quand il s’agit de finances organisées pour les grands magasins parisiens et aussi dans toutes les villes françaises.

Et de raconter au jour le jour les évènements. Le plus important est d’arriver à se faire accepter comme faisant partie du lot de jeunes apprenantes qui ont fait du français une langue de partage. Parler la langue, échanger, se connecter à un système administratif ou encore faire un dessin sur un bol en céramique. Le lotus, le paysan avec le buffle, le cerf volant sur le champ de riz, sont-elles encore des images du Vietnam rural qui frappent l’imaginaire des onze enfants de Choisy le Roi en partance pour le pays de l’Oncle Hô pour la première fois ? Il est certain que les jeunes filles auraient voulu tout raconter, dire les choses et d’autres pour préparer les jeunes élèves des Ecoles de Choisy pour leur première visite au Vietnam. Eventuellement comment éviter le décalage et la modification d’une organisation régulière, cet écart constaté, volontaire ou non entre la vie française et le train de vie vietnamien.

Bien que la médiathèque de Choisy-le-Roi regorge de petites merveilles, il est certain que Trà et Duong n’ont pas lu "le voyage de Paris à Java" car Honoré de Balzac les aurait bernées, voire éblouies avec les descriptions d’un voyage vécu dans l’imaginaire. Toutefois, elles auraient compris que les civilisations les plus anciennes avaient beaucoup d’attirance, celles d’Asie et d’Europe surtout. Même maintenant, l’Orient et l’Occident se croisent mais comment ne pas s’arrêter sur les détails décrits par le carnet de voyage de nos jeunes visiteuses, pour comprendre le décalage entre orientaux et occidentaux ?

Voilà, Trà et Duong ont été accueillies à l’aéroport par Catherine Adde. Ensuite la réception en Mairie par Daniel Davisse, Maire de Choisy le Roi, et son premier adjoint et élu à la Vie Internationale Jean-Joël Lemarchand et Nicole Trampogliéri, Présidente de l’AAFV de Choisy le Roi. Les jours suivants se suivent et ne se ressemblent pas, tels les moments passés à l’Ecole Municipale des Arts Plastiques avec Marianne Montchougny et Marion Davril pour un atelier céramique. La visite au département de Physique de l’Université Paris VII-Diderot a été pour elles une rencontre intéressante pour comparer le matériel de recherche mis à la disposition des étudiants parisiens. Ou encore la rencontre avec SE Trinh Ngoc Thai pour les initier aux Accords de Paris de 1973. Ainsi, elles savent que la France en général et les deux villes Choisy-le-Roi et Verrières-le-Buisson vont participer aux manifestations des 40 ans des Accords de Paris (1973-2013). Ce sont des évènements importants de l’Histoire du Vietnam contemporain. Pas de doute, elles vont ensuite raconter ce qu’elles ont retenu des leçons de l’histoire par un diplomate et de surcroît francophone !

1973-2013 : Célébration du 40e anniversaire des Accords de Paris .03/09/2012 | Service Vie Internationale Crédit photo site de Choisy le Roi.fr

Leur installation au studio a été aussi joyeuse puisqu’elles ont trouvé le calme, les fleurs et un environnement agréable ont fait le reste. Nos jeunes étudiantes ont aussi été accueillies chez des amis Français et Vietnamiens et d’après leurs écrits, les échanges ont été fructueux. Elles ont pris beaucoup de photos et reçu autant de cadeaux et diverses attentions. Ainsi leur période de vie éloignée de leurs familles (restées accrochées aux nouvelles via les courriels et les appels téléphoniques) aura en quelque sorte changé leurs regards vis-à-vis de la France et des Français. Espérons que la francophonie aura des lendemains qui chantent encore grâce à la géopolitique contemporaine !

Même la virée à Grenoble pour revoir un professeur a permis à Duong de découvrir la neige, le froid mais aussi la chaleur envahissante de l’amitié entre une enseignante et son élève. Au Vietnam, le respect et la reconnaissance des élèves envers leurs professeurs sont fêtés tous les ans au mois de novembre, dans toutes les écoles et universités. Même le plus petit village des régions éloignées des mégapoles a son jour des maîtres. Confucius a laissé en Asie en général et au Vietnam en particulier un véritable impact de la reconnaissance des valeurs humaines. Rien d’étonnant que de vouloir revoir son ancien professeur.

Lors de la réunion du 6 octobre 2012, en présence de M. le Maire et de toute l’équipe d’accueil de nos jeunes étudiantes Trà et Duong, nous avons pu assister à un échange riche des expériences des éducateurs et des responsables qui ont fait leur maximum pour donner à Trà et Duong des souvenirs mémorables de leur séjour. Des questions concernent la préparation en amont d’un tel échange. Peut-être mieux connaître les attentes des jeunes qui vont arriver et parer à toute improvisation. Eventuellement composer un programme adapté selon les désirata, de part et d’autre.

Nous avons bien aimé l’histoire de la chambre hantée, excuse donnée par l’une des deux, pour ne pas rester seule dans l’appartement. Il est vrai qu’au Vietnam, on croit encore que les maisons sont hantées par l’esprit des morts. Pour parer à cette possibilité, les Vietnamiens brûlent des bâtons d’encens et offrent un repas sur l’autel de l’ancien occupant. Ce n’est pas une superstition mais un fait des us et coutumes. Il est naturel que notre jeune étudiante ait eu quelque crainte et qu’heureusement pour elle, une "bonne âme" ait pu l’héberger en attendant le retour de sa camarade.

Par ailleurs, Trà et Duong viennent de familles de milieux sociaux différenst. Il est vrai que les parents ont fait un effort financier pour permettre à leurs filles de réaliser le rêve de voir Paris et de rentrer les yeux émerveillés. Ce privilège n’est pas donné à tout le monde. Trà et Duong en ont bien conscience et ont su à travers le récit de leurs échanges souligner l’impact important de leur visite à Choisy-le-Roi. De leur côté, les responsables de la Mairie et de l’AAFV ont su appliquer une empreinte toute affectueuse à nos deux jeunes étudiantes. Qu’ils en soient remerciés par ces quelques lignes !.

Nguyen Dac Nhu-Mai
Présidente, Apfsv
Association pour la Promotion des Femmes Scientifiques Vietnamiennes.