Documentations et opinions

Dernier ajout : 4 mai 2015.

De Gilles de Gantes
bonjour Dominique
Nous nous sommes rencontrés quelques fois par l’intermédiaire de Charles Fourniau, dont j’ai été l’élève.
Merci de la référence au travail de Liêm-Khê LUGUERN dont j’ai lu avec plaisir l’entretien dans le bulletin de l’AAFV.
Mes propres travaux s’inspirant des méthodes de la micro storia et des angles d’approche des subaltern studies, j’ai été enthousiasmé par les réponses de Mme Luguern auxquelles je souscris sans réserve. J’ai particulièrement goûté les passages où elle discute des chiffres (de 300 000 à 20 000 voire 15 000), celui où elle déplore la réduction des Vietnamiens à des riziculteurs (çà ressemble furieusement aux Noirs qui auraient le sens du rythme ou aux Laos qui seraient indolents) et surtout à l’aspect sexuel (nié par les Français comme par les Vietnamiens).
Enfin un travail sérieux qui dépasse les surenchères mémorielles. Je comprends celles-ci dans un cadre militant et je les trouve très utiles de ce point de vue, mais présenter, comme le font la plupart des médias, les sur-affirmations qu’elles entraînent nécessairement comme ’la’ vérité, la seule vérité, une vérité telle que la moindre nuance fait passer son auteur-e au mieux pour un-e ignorant-e au pire pour un-e réactionnaire amène à détruire la connaissance par la Raison, la seule connaissance utile à la compréhension du monde.
Merci de votre travail.
Gilles de Gantès
Aix-en-Provence AOM, Chercheur associé à l’IRSEA

- PS : le titre Riz amer est celui d’un très beau film néo-réaliste italien dont la toile de fond est le travail des repiqueuses de riz dans la plaine du Pô. On y voit très bien l’exploitation, non pas des colonisés dans ce cas, mais des femmes (cas italien évoqué par Mme Luguern dans l’entretien).

- http://www.travailleurs-indochinois.org/
-http://indomemoires.hypotheses.org/15994

- mais aussi : cliquez sur 1411 Lam Le

- encore cliquez sur 1517 Lê Ba Dang