Editoriaux 2015, 2014

Dernier ajout : 5 mai 2014.

Décembre 2015
Perspectives 95
L’ÉDITO
Madame, Monsieur, Cher(ère) Ami(e),
Le 17 octobre dernier se sont tenus à Montreuil le Comité National et l’Assemblée générale de notre Association. Compte tenu des ordres du jour, des débats et des décisions qui ont été prises, j’ai souhaité en faire le sujet de mon édito. Comme je m’en suis exprimé dans mon rapport moral, lorsque j’ai été élu Président le 24 janvier dernier, j’avais conscience de la tâche qui allait être la mienne sans méconnaître les difficultés à la mener. Mais je savais pour cela compter sur de bonnes volontés pour y parvenir.
Aujourd’hui je veux dire que nous avons bien travaillé même si nous aurions pu faire encore mieux. Ce qui est à noter c’est l’implication d’un grand nombre d’ami(e)s de l’Association. Le rapport d’activité présenté par notre secrétaire général en porte témoignage, même s’il nous faut prendre en compte qu’il ne reflète que sept mois de notre activité depuis l’élection du bureau en janvier dernier.
Si nous avons pu participer à l’organisation de multiples initiatives, notamment dans le cadre des évènements anniversaires, nombreux cette année 2015, notre présence et notre implication auront permis que ce soient de grandes réussites.
Cependant nous devons être très attentifs que l’activité de l’Association n’est pas que celle du Siège, mais aussi celle des comités locaux qui n’ont certainement pas été suffisamment mis en avant.
Les rapports financiers 2013 et 2014 présentés par notre trésorière générale nous ont permis enfin de rattraper le retard accumulé pendant deux ans dans la présentation des comptes.
Le travail effectué par notre trésorière générale lui a demandé un temps et un investissement considérables pour mettre à jour les comptes du siège et des comités locaux.
L’approbation de la présentation des comptes en Comité national, puis en Assemblée générale, le rapport de la commission de contrôle financier, le quitus de l’Assemblée générale à son encontre, sont autant de signes de remerciements pour ce tra-
vail d’une très grande qualité.
Les débats ont fait émerger d’autres sujets dont nous avons la responsabilité qui vont nous demander du temps et de l’énergie pour les mener à bien :
La rédaction d’un règlement intérieur complémentaire aux stattuts, qui devrait être discuté et approuvé lors d’une prochaine réunion du Comité national.
La communication qui doit faire l’objet d’un réel travail de réflexion à engager dans un bureau et en Comité national.
Les relations entre le siège et les comités locaux, voire entre les comités locaux eux-même qui existent certes mais ne sont peut- être pas à la hauteur des attentes.
La solidarité qui est une des activités majeures de l’Association, et notamment la mise en commun de projets, qui se fait entre certains comités locaux, mais qu’il serait souhaitable de développer davantage.
La réactivité à des sujets d’actualité dont le positionnement de notre Association est attendu, notre participation à des conférences-débats, etc.
Les groupes de travail à qui nous devons donner l’impulsion nécessaire, à leur décharge pas facile de travailler quand de trop grandes distances sont autant de handicaps pour communiquer. La mise en œuvre du lancement d’une souscription pour l’As- sociation et la revue Perspectives.
Comme vous le voyez, nous n’aurons pas le temps de nous ennuyer. Je ne saurais terminer cet édito sans avoir une pensée émue pour les ami(e)s qui nous ont quittés au cours de cette année 2015 et adresser aux adhérents et donateurs de l’Association ainsi qu’aux lecteurs de Perspectives mes meilleurs vœux pour l’année 2016.
Bien à vous,
Le Président de l’A.A.F.V. Gérard DAVIOT

Perspectives 94 octobre 2015

Édito

L’année 2015 a été très riche en évènements consacrés à des dates anniversaires qui ont marqué l’histoire du Vietnam, le 40è anniversaire de la Réunification nationale et le 70è anniversaire de la déclaration de l’Indépendance.

Parmi ces nombreux évènements, nous retiendrons tout particulièrement la journée des Associations du 6 juin à Montreuil qui a été un très grand succès. Elle a permis à des milliers de personnes de faire connaissance avec le Vietnam, sa culture, son artisanat, sa gastronomie.

Je tiens à remercier tous ceux et toutes celles qui, militants et militantes de notre association, se sont beaucoup investis dans son organisation.
Je veux citer Hélène LUC et Jean-Pierre ARCHAMBAULT pour leur investissement dans le comité de pilotage, Nicole DUCHET-TRAMPOGLIERI, Alain DUSSARPS, Gildas TREGUIER, Annick WEINER pour la compétence avec laquelle ils et elles ont animé leurs ateliers respectifs, Alain RUSCIO et Daniel ROUSSEL pour leur participation aux débats en direct avec le public, le Comité de Choisy le Roi, celui de Bordeaux, de Paris jumelé avec le siège pour tenir le stand de l’AAFV, Nicolas BOUROUMEAU pour le rôle important qu’il a assumé comme responsable-animateur du groupe village des Associations. S’ajoute à cette longue liste de nombreux autres membres de l’AAFV qui ont donné de leur temps.

Nos remerciements vont aussi à Monsieur l’Ambassadeur du Vietnam et à ses collaborateurs, à Monsieur le Maire de Montreuil et à ses services, à nos amis de l’Union Générale des Vietnamiens de France et du Centre d’Information et de Documentation du Vietnam, qui les uns et les autres se sont aussi investis sans compter pour que le succès soit au rendez-vous.

Oui cette journée fut une belle journée. Des débats d’un très bon contenu. Difficile en quelques lignes d’en faire le résumé. Ce qu’il faut retenir de ceux-ci, c’est que le Vietnam n’est pas seul. La coopération avec un nombre de plus en plus élevé de pays, lui confère de nouvelles responsabilités et obligations. Il s’agit dorénavant de regarder les coopérations avec une approche différente.

Comme je m’en suis exprimé au cours de l’Assemblée plénière, l’élévation du niveau de vie du peuple vietnamien, même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, les difficultés des entreprises, des collectivités locales et territoriales participent à ce que de plus en plus de petites associations qui sollicitent des subventions, et qui sont porteuses de petits projets se trouvent confrontées à de grandes difficultés.

Il y a donc pour les intervenants d’aujourd’hui à se mobiliser pour préserver un maillage d’entraide et de coopération qui s’est construit au fil des années.

Le second volet de mon intervention avait pour objet les Assises de la Coopération Décentralisée. Cette manifestation qui a lieu tous les deux ans ne mobilise que les collectivités locales et territoriales, hors les Associations d’amitié et de coopération qui pourtant sont des actrices indispensables. Il s’agit là d’un vide qui doit être comblé en permettant aux Associations de participer à ces Assises.

J’ai bien entendu que Monsieur l’Ambassadeur dans ses conclusions au débat, n’avait pas été insensible à ces questions. Attendons de voir si les Assises de Cantho en 2016 marqueront un tournant. Bien à vous. Gérard Daviot

Perspectives 93 juin 2015

Le Comité National dans sa réunion du 24 janvier dernier a élu le Bureau National et accepté de me confier la présidence de notre association.
J’ai conscience que cette tâche est une grande responsabilité. Il va me falloir être à la fois disponible et à l’écoute de tous ceux et toutes celles qui, militant(e)s de notre association, du national jusque dans les Comités locaux, œuvrent au quotidien pour faire connaitre le Vietnam, multiplient les initiatives pour mon- ter les projets les plus divers.
L’année 2015 sera celle des grands rendez-vous avec des dates souvenirs qui ont marqué l’histoire du Vietnam.
Les 70 ans de la fondation de la République Démocratique du Vietnam
le 2 septembre 1945. Les 40 ans de la fin des guerres et la réunification du pays le 30 avril 1975.
Les 125 ans de la naissance du Président Ho Chi Minh le 19 mai 1890.
L’année 2015 sera aussi celle du 60e anniversaire de la création de l’association d’Amitié et de Coopération Vietnam France avec laquelle notre
association entretien des liens très fraternels, le 2 juillet 1955.
Notre association prendra toute sa place en participant, voire en étant coorganisatrice, aux initiatives qui marqueront ces grandes dates.
L’année 2015 sera également l’occasion d’organiser d’autres moments de souvenirs ou festifs avec comme thème central la connaissance du Vietnam. Ainsi la 2e journée forum des associations du 6 juin à Montreuil sera un de ces grands rendez- vous. Cette journée initiée par l’Ambassade du Vietnam et la ville de Montreuil, avec le soutien très actif du Centre d’Information et de Documentation sur le Vietnam (CID), l’Union
Générale des Vietnamiens de France (UGVF) et notre association (AAFV), se veut être le prolongement de la 1re journée de Choisy-le-Roi du 19 mai 2012 et du grand succès des multiples manifestations organisées dans le cadre de l’année croisée France Vietnam 2013/2014.
Cette journée doit être un grand moment des festivités associant dans une même dynamique les institutions, les associations et le public, qu’il réside à Montreuil ou ailleurs, le plus large qu’il soit, pour faire connaître le Vietnam.
Je ne saurais, à ce stade de mon propos, oublier au titre de la communication, le rôle prépondérant qu’assure notre revue Perspectives. Son contenu qui conjugue l’activité de l’association et de ses Comités locaux, les témoignages et les compte-rendus des projets initiés au titre de la solidarité et de la coopération, la pertinence et la qualité de ses articles en font une revue très appréciée bien au-delà de nos adhérents.
Nous ne saurons cependant manifester un trop plein d’euphorie, les difficultés que rencontre la presse écrite dans sa diffusion, le désintérêt manifesté à
l’égard des associations sur le plan financier ne nous épargnent pas, aussi l’élargissement du nombre des abonné(e)s à notre revue Perspectives et du nombre d’adhérent(e)s à notre association est plus que jamais à l’ordre du jour.
Cher(e)s ami(e)s lecteurs et lectrices de la revue Perspectives, adhérent(e)s de l’AAFV, c’est l’existence de l’une comme de l’autre, notre capacité à assumer les missions que nous nous sommes fixées qui sont posées, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Bien cordialement Gérard Daviot

Perspectives 92
Des raisons d’agir par temps couvert
Dans le calendrier extrême-oriental, assure-t-on, la chèvre est symbole de gentillesse, de simplicité, de courage et, fantasque à ses heures, elle se distingue
par son attirance pour les arts. Y croit qui veut bien y croire, mais on peut en accepter l’augure pour une année qui a commencé sous un ciel plutôt couvert. De telles nuées risquent de détourner l’attention de ce qui est la raison d’être de notre as- sociation, faire mieux connaître le Vietnam en France, apporter à son peuple la solidarité dont il a encore besoin, œuvrer au développement des relations bilatérales. Nous ne saurions ignorer cette réalité, ni les difficultés qui assaillent nombre de nos concitoyens. Aussi tracer de grands plans sur la comète nous exposerait-il à des déconvenues.
Deux données devraient toutefois nous inciter à la persévérance, le franc succès de l’année croisée France-Vietnam, qui confirme l’existence d’une appétence réciproque, et, réelle avancée poli- tique à l’échelle nationale, la conclusion en septembre 2013 d’un partenariat stratégique entre nos deux pays. La feuille de route apparaît donc claire, prolonger l’élan de la première et concrétiser les intentions de la seconde, ce qui devrait se préciser à l’occasion du voyage officiel au Vietnam du président de la république. En tout état de cause, notre rôle en la matière consiste d’abord à s’informer et à informer de ce qui se prépare ou serait susceptible de se réaliser dans les différents domaines. C’est sur cette base, et sur cette base seulement, qu’une association telle que la nôtre peut jouer un rôle efficace, si elle ne veut pas être confondue avec la mouche du coche. Valoriser l’acquis de l’an- née croisée paraît plus aisé au premier abord, mais cela implique également une plus large, constante et profonde interaction avec les multiples associations, collectivités, établissements et personnes qui s’intéressent au Vietnam et sont en relation avec lui, notamment dans des champs que nous labourons peu, telle la coopération scientifique et technique. Outils d’information, de connaissance et de proposition, perspectives et le site de l’AAFV sont ici aussi irremplaçables.
patrice JORLAND

Perspectives 91 N° EXTRAORDINAIRE sur l’agriculture vietnamienne
Décembre 2014

UN NUMÉRO EXCEPTIONNEL

____________________________

La gestation de ce numéro de « Perspectives » a été longue, qui remonte au début de l’automne 2012 lorsque, à l’occasion du passage à Paris d’une délégation du VUFO, le principe d’un numéro conjoint AAFV / Association d’amitié et de coopération Vietnam-France (AACVF) a été retenu, comme contribution commune à l’année croisée France/Vietnam. Il aura beaucoup évolué entre temps pour devenir un dossier copieux et précis sur l’agriculture et les campagnes du Vietnam, entièrement rédigé par nos amis, plus précisément par Mme HOANG Thi Phuong, ancien professeur à l’Institut du commerce extérieur et membre du bureau de l’AACVF. Il va de soi que la responsabilité du texte incombe à cette dernière et que la rédaction de la revue ne pouvait en modifier la teneur.
La question est cruciale pour un pays qui reste majoritairement rural et qui a enregistré d’incontestables succès puisqu’il couvre les besoins vivriers de sa population et est devenu un exportateur de premier rang pour le riz, les noix de cajou, le café, le poivre, le latex et les fruits notamment. On rappellera que l’AAFV avait organisé, le 27 février 1999, une journée d’information et de débat sur « l’agriculture et la paysannerie vietnamiennes » dont les actes avaient été publiés, sous ce titre, aux éditions l’Harmattan. L’ouvrage reste disponible et n’a pas perdu de son intérêt. Les succès ne font cependant pas disparaître les problèmes et les contradictions. Dans un certain sens, ils en créent de nouveau et il n’y a pas à s’en étonner. Comme il y a toute raison de se réjouir de ce que des controverses, parfois vives, aient lieu à ce propos au Vietnam. C’est plutôt quand le débat n’existe pas ou plus qu’il convient de s’inquiéter.
Ce numéro de « Perspectives » coïncidera avec le XVème congrès de l’AAFV, convoqué pour les 5 et 6 décembre 2014, salle Franklin, 60 rue Franklin, à Montreuil sous bois. Nul doute que les congressistes auront à cœur de s’attacher à l’évolution du pays ami et des relations franco-vietnamiennes, qui sont la raison d’être de notre association et fondent sa solidarité active.

Patrice JORLAND



L’agriculture et le monde rural jouent en permanence un rôle très important pour chaque nation et chaque état. Pays en voie de développement visant l’industrialisation et la modernisation, le Vietnam ressent profondément l’importance stratégique de cette question.
Depuis l’indépendance du Vietnam en 1945 jusqu’à nos jours, l’agriculture est reconnue pour l’importance de son rôle et de ses contributions au cours des guerres pour la libération nationale et dans le développement économique du pays. C’est l’agriculture qui a ouvert la voie au Renouveau du Vietnam en 1986. Elle a jeté la base de la croissance économique, donné l’impulsion pour cet essor et constitué le facteur garantissant la stabilité économique, politique et sociale du pays. L’économie vietnamienne d’aujourd’hui connaît d’ores et déjà un bon développement sur la quasi-totalité de ses aspects, mais seuls ses produits agricoles sont connus comme les principaux éléments marquant l’intégration économique du Vietnam dans l’économie mondiale.
L’agriculture et le monde rural sont également la base du processus d’industrialisation et de modernisation du Vietnam. Ils fournissent les mains- d’œuvre, les vivres et les féculents de base pour l’alimentation de toute la société, y compris des branches industrielles. Ils fournissent aussi à l’industrie un certain nombre de matières premières, notamment à l’industrie de transformation et à celle des denrées alimentaires, contribuant à augmenter les moyens d’exporter et assurant ainsi le grand marché des produits industriels.
Près de trente années s’étant écoulées depuis que la politique de Renouveau s’applique dans l’ensemble du pays, le Vietnam reste, dans la quasi-totalité de sa structure économique, un pays agricole connu pour son point de départ bas, plus de 70% de sa population vivant encore à la campagne, son économie rizicole homogène, sa structure de monoculture. La part de l’agriculture dans le PNB est encore très grande, le rendement des terres cultivées et la productivité du travail restent encore très bas. Ainsi industrialiser et moderniser l’agriculture et les campagnes demeure une des préoccupations centrales de l’Etat vietnamien.
La paysannerie vietnamienne est, elle aussi, une question stratégique. Les paysans nourrissent la société toute entière. Ils constituent en même temps les premières forces nationales ayant, au cours des siècles, engendré l’histoire de l’édification et de la défense du Vietnam. De nos jours les paysans continuent à être le pilier de l’ensemble des forces participant directement au processus d’industrialisation et de modernisation de l’agriculture et du monde rural dans le pays. Ils en sont à la fois l’objectif et la force motrice et un moindre développement enregistré dans l’agriculture n’a d’autre objectif que de créer des conditions susceptibles d’élever le niveau de vie matérielle et spirituelle des paysans. Ainsi développer l’agriculture et le monde rural est à la fois une cause de la paysannerie et en faveur de la paysannerie.
Dans le Vietnam d’aujourd’hui, pour de multiples raisons, l’agriculture et la paysannerie se considèrent, paraît-il, comme le secteur économique et la force sociale les moins bénéficiaires des acquis du Renouveau national. L’agriculture vietnamienne fait constamment face au plus grand et âpre défi de sa capacité concurrentielle, car son rendement et la qualité de ses produits sont encore bas. Faute d’un manque de cohésion entre production et marché dans l’agriculture, les paysans se trouvent en permanence dans un cercle vicieux : s’ils obtiennent une bonne récolte, ils ne peuvent pas vendre leurs produits et ils restent appauvris lorsqu’ils ont une mauvaise récolte ou sont frappés par des calamités naturelles ou l’agression de parasites. Ainsi quelles que soient les circonstances, les paysans se sentent dans leur tort. Cela les pousse souvent à changer spontanément les plantes ou les animaux domestiques ; ils ne sont pas encouragés à accumuler les précieuses expériences du travail de la terre et à travailler durablement dans l’agriculture. Les dirigeants vietnamiens sont tous conscients du fait que l’Etat n’accorde pas encore assez d’attention à la paysannerie et à ses problèmes, qu’il n’a pas encore mis en œuvre les politiques et les moyens matérialisant avec efficacité sa devise de mettre le Développement au service de l’Homme, et donc que ce développement, s’il se réalisait, ne pourrait être durable.
Le Vietnam travaille énergiquement pour atteindre l’objectif de « devenir un pays puissant, prospère, démocratique, équitable et avancé ». Industrialiser, moderniser l’agriculture et le monde rural, élever le revenu des paysans, améliorer leur vie matérielle et spirituelle sont à la fois une tâche de première importance et les conditions nécessaires pour aboutir à une agriculture industrialisée et moderne et une campagne vietnamienne avancée.
La série d’articles proposés aux lecteurs de Perspectives France-Vietnam dans le présent numéro 91 a pour mission d’être de très modestes esquisses concernant un grand et vaste problème du Vietnam contemporain. En les portant à la connaissance des lecteurs français, les amis vietnamiens de l’AACVF voudraient d’une part leur donner des informations relatives à ces gros problèmes d’actualité au Vietnam, problèmes qui leur sont peut-être peu connus jusqu’à présent, et d’autre part faire éventuellement naître en eux de nouvelles attentions et de nouvelles priorités de coopération portant sur l’agriculture et le monde rural dans le cadre de leurs activités de solidarité et de coopération avec le Vietnam.
L’AACVF voudrait formuler de chaleureux remerciements à l’Association d’Amitié franco-vietnamienne AAFV, amie fidèle et très proche du Vietnam, pour avoir choisi ces épineux mais très importants problèmes relatifs au développement ultérieur du pays et de la nation vietnamiens comme contenu de ce numéro 91 de Perspectives France-Vietnam.
Merci et bonne lecture à toutes celles et ceux qui ont ce numéro en leurs mains.
Hà Nôi, octobre 2014
Nguyen Huy Quang
Président de l’association d’amitié et de coopération Vietnam-France (AACVF)

Perspectives 90 septembre 2014

UNE SAISON REUSSIE

______________________________________

Bien qu’il soit encore trop tôt pour en dresser un bilan exhaustif, la saison du Vietnam en France, qui s’était ouverte en janvier dernier pour se clore officiellement en ce mois de septembre 2014, peut être saluée comme un succès. A un triple titre, nombre des manifestations, richesse du programme, qui n’est d’ailleurs pas complètement bouclé, diversité des intervenants. Parmi ces derniers se sont côtoyés des établissements institutionnels, tels les musées Guimet, Cernuschi, Albert Kahn, du quai Branly, de l’Histoire vivante, des lieux dévolus à l’art contemporain (Mac Val ou Carré de Nîmes), des municipalités, des acteurs locaux ou privés, des associations, des centres universitaires. La culture a prévalu, arts plastiques, scène, cinéma, musiques traditionnelles, photographie, littérature, la liste n’étant pas limitative. Cela ne saurait surprendre : c’est par la culture qu’un groupe humain se comprend et peut espérer comprendre les autres. Si les sciences, les techniques et l’économie paraissent avoir été laissées au deuxième plan, cela n’a pas été une règle absolue et au moins deux grands colloques auront encadré la saison, celui dédié aux relations franco-vietnamiennes depuis 1954, en janvier dernier et, en ce début du mois de septembre, celui consacré à l’art et à l’archéologie du Vietnam, rencontres internationales dont les actes devraient être publiés. L’AAFV peut se féliciter de leur avoir été associée, comme d’avoir été en mesure de monter ses propres projets, dont « Perspectives » rend compte par ailleurs.
Les craintes que nous pouvions avoir, à la fin de l’année dernière encore, ont été levées et il faut voir dans ce succès la confirmation du bien-fondé de notre association, au sens où, dès 1961, celle-ci s’était donné comme objectif premier de faire mieux connaître et comprendre le Vietnam en France. Le fait que nous ne sommes plus les seuls, et qu’au contraire les acteurs auront été nombreux, ne peut que nous réjouir. En matière d’amitié, point de monopole ni d’exclusive. Aussi notre congrès, qui se tiendra en décembre prochain, devrait-il faire de cette réussite et de ce qu’elle recouvre un des points centraux de sa réflexion.

Patrice Jorland

Perspectives 89 Juillet 2014

Perspectives 88 - Janvier 2014
Cheval de bois
Au cours du cycle des six décennies, advient l’année du cheval de feu et l’on observe alors, dans certains pays tel le Japon, une baisse brutale du nombre des naissances, car la croyance veut que les représentantes du beau sexe nées sous ce signe aient un caractère si trempé qu’elles sont impropres au mariage. Comme on ne pratique plus l’exposition des enfants, on évite ce risque en n’en ayant pas. Nous ne disserterons pas sur ce qui est superstition et préférons renvoyer nos lecteurs à l’entretien avec le professeur Léon Vandermeersch page 16, qui ouvre une réflexion d’une autre nature.
En l’occurrence, le Têt qui vient sera celui du cheval de bois. Cet animal a la réputation d’être vif, brave, généreux et élégant, tandis qu’à l’élément bois est associé un mouvement d’activation et de croissance. Il croît, s’élève vers la lumière, se courbe et se re- dresse. Bon augure pour cette année qui devrait être celle du Vietnam en France et qui, pour l’Association
d’Amitié franco-vietnamienne, a été annoncée par la remise de son premier Grand Prix Jeunes Talents. Le dossier de ce numéro de « Perspectives » lui est consacré. Nous sommes convaincus que les lecteurs apprécieront l’intérêt de cette initiative, portée de bout en bout par notre ami Patrice Cosaert. D’autres projets sont en préparation, en particulier la présentation, à la fin juin, d’une grande exposition consacrée aux visages multiples du Vietnam, à l’Orangerie du Sénat, dans les jardins du Luxembourg, à Paris.
La période des vœux n’étant pas close au moment où ces lignes sont écrites, nous souhaitons à tous les membres de l’AAFV et à tous ceux qui nous font l’honneur de lire « Perspectives » une année 2014 de bonheur et de succès, sous le signe du cheval de bois.
Patrice Jorland