Hélène Luc à l’honneur

Dernier ajout : 6 octobre 2012.

2012

Un diplôme d’honneur a été remis à Hélène LUC pour son action inlassable pour le Vietnam, à l’occasion de l’inauguration du stand du journal Nhâ Dhân à la fête de l’Humanité le 14 septembre dernier, en présence de Mr l’Ambassadeur de la République Socialiste du Vietnam en France, Mr Duong Chi Dung.

JPEG - 36 ko

Le rédacteur en chef adjoint de Nhâ Dhân a tenu à remercier Hélène LUC, Présidente d’honneur de l’AAFV, pour son activité "débordante" pour le Vietnam. Ce fut un moment très émouvant, sous la photo de la salle des conférences internationales où ont été signés les accords de Paris en 1973.

L’AAFV et Perspectives se joignent à cet hommage et remercient Hélène Luc de son activité à la présidence de l’AAFV pendant près de 5 ans, activité qu’elle continuera avec autant d’enthousiasme aux côtés de Patrice JORLAND, le nouveau président de l’association, et du comité national.

THérèse KY, Présidente de l’UGVF, et PHAN HIEU GINH ont également reçu la même distinction. Qu’ils en soient chaleureusement félicités.

-----------------------------------------------------

A peine élue présidente de notre association Hélène Luc s’est retrouvée sous les feux de la rampe. Le 10 juin, au cours d’une cérémonie aussi chaleureuse d’émouvante à la salle Royale de Choisy, André Lajoinie lui a remis les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur.
Dans son discours d’accueil, Daniel Davisse, Maire de Choisy, a retracé la vie politique d’Hélène dans sa ville et plus largement, ses activités militantes, ses engagements multiples pour la justice, le droit des peuples, la solidarité, la paix.
Raymond Aubrac à son tour a évoqué leur amitié de longue date née dans les combats communs passés et actuels, notamment pour le futur Musée de la Résistance et a fait un vif éloge de sa personnalité, de sa pugnacité, de sa droiture, avant de conclure : « Vous me faites penser à Lucie ».
Enfin André Lajoinie, avant de la décorer, a mis l’accent sur son rôle au Sénat, dont Christian Poncelet avait fait aussi un éloge remarqué lorsque Hélène a pris sa retraite de sénatrice.

Hélène, très émue, a répondu en évoquant son parcours, depuis son enfance à Saint Etienne dans sa famille avec ses six sœurs, son père mineur anti-fasciste italien immigré, sa mère née à Sienne. Elle aurait voulu devenir institutrice mais c’était impossible. Elle a débuté en travaillant comme ouvrière du textile et en reste fière. Puis sont venues la Résistance, les luttes contre les guerres coloniales, l’engagement dans la vie parlementaire. Citant son mari Louis, maire de Choisy lors du séjour de la délégation vietnamienne aux discussions qui devaient aboutir aux Accords de Paris, elle déclare : « une de mes plus grandes satisfactions, c’est d’avoir réussi à mener une activité intense, très prenante, tout en créant une vie familiale qui s’est développée harmonieusement au fil du temps. » Et de conclure : « C’est l’amour des autres qui permet d’être heureux soi-même et si on est plus heureux, on est plus fort, plus joyeux. »

La nombreuse assistance a applaudi cette leçon d’art de vivre couronnant l’évocation d’un parcours qui force le respect. On notait la présence des Ambassadeurs de Cuba et d’Arménie, d’un représentant de la Palestine, de parlementaires, d’élus des collectivités territoriales, du Préfet Bergougnoux et de très nombreux amis d’Hélène parmi lesquels Jacques Maître et d’autres membres de l’AAFV