Hélène Luc se souvient

Dernier ajout : 18 avril 2013.

Le gouvernement vietnamien a donné une grande importance à la célébration du 40ème anniversaire de l’ Accord de Paris ainsi qu’au 40ème anniversaire de la reprise des relations diplomatiques avec la France.
Il a voulu rendre hommage aux anciens combattants, à toutes les familles qui ont perdu un être cher, rappeler la signification historique de cet accord, sa portée immense pour le Vietnam et le monde entier et remercier tous les pays qui avaient apporté leur contribution.
La délégation de la République Démocratique du Vietnam aux pourparlers de Paris, conduite par le ministre Xuan Thuy et son porte-parole et conseiller politique Le Duc Tho, a été hébergée à Choisy-le-Roi dans la maison que Maurice Thorez occupait lorsqu’il était député de la Seine et vice-président du Conseil. Elle était devenue l’Ecole de formation des dirigeants du Parti Communiste Français.
Dans ce numéro de « Perspectives » qui comportait un très bon dossier sur l’Accord de Paris, Vo Van Sung rappelle qu’après avoir séjourné une semaine à l’Hôtel Lutétia, la délégation a demandé au PCF de l’héberger car le gouvernement vietnamien n’avait pas les moyens financiers pour supporter ces dépenses.
C’est à ce titre que nous avons été invités avec Daniel Davisse, Maire de Choisy-le-Roi, et Michel Strachinescu, le chauffeur de Madame Binh, qui dirigeait la délégation du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire (GRP) de la République du Vietnam, hébergée à Verrières-le-Buisson.
16 délégations étrangères ont également participé aux cérémonies. Il est difficile de traduire l’émotion que j’ai ressentie avec, à mes côtés, le colonel An Van Loo membre de la délégation vietnamienne, ancien ambassadeur décoré ce jour-là de la médaille d’Ho Chi Minh, le Président de la République Truong Tan Sang, le Président de l’Assemblée Nationale, le secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam, Monsieur Nguyen Phu Trong, les anciens combattants, des généraux, les jeunes, nombreux, la Présidente du Comité Populaire de Hanoï, les dirigeants de Dong Da, ville à laquelle nous sommes jumelés, le corps diplomatique de nombreux pays dont le premier secrétaire de l’Ambassade de France, l’Ambassadeur de France se « trouvant à Paris ».
L’honneur, revenu à la France, de m’adresser à cette assemblée, est à la hauteur de la responsabilité que nous avons ressentie en France et à Choisy-le-Roi avec le choix de Paris fait pour la tenue de la conférence. Nous avons vécu cela comme un privilège, mais surtout comme une grande responsabilité. Alors toute jeune conseillère générale et responsable du Parti Communiste Français, avec Fernand Dupuy Député-Maire, le Président du Conseil Général du Val-de-Marne, Gaston Viens, Georges Marchais, les militants dont Charles Fourniau, Président de l’AAFV, les amis du Vietnam, les nombreux Vietnamiens vivant en France, nous avons tout mis en œuvre pour assurer à la délégation les meilleures conditions matérielles, mais aussi et surtout pour apporter toute notre contribution à la lutte pour la paix au Vietnam, soutenir les combattants et les efforts diplomatiques du Vietnam. J’ai fait revivre dans cette salle impressionnante (dont les discours étaient retransmis à la télévision), ce que nous avons vécu avec la délégation de la RDV à Choisy le Roi qui accomplissait une mission difficile, loin des siens.
J’ai fait revivre l’espoir et l’élan que l’offensive du Têt, déclenchée les 30 et 31 janvier 1968 avait suscités, forçant l’admiration des peuples du monde entier. Alors, Les patriotes vietnamiens, 80 000 combattants ayant contre eux 543 000 soldats américains, ont subi de très lourdes pertes mais ont apporté la preuve de l’impuissance de la prétention américaine de gagner la guerre.
Les noms de Henri Martin, de Raymond Dien, de Madeleine Riffaud, de Raymond Aubrac bien connus pour leur contribution exceptionnelle ont été très applaudis. Ils sont de ceux qui ont sauvé l’honneur de la France.
J’ai fait revivre cette grande manifestation du 13 mai 1968 qui se déroulait à Paris, trois jours après l’arrivée de la délégation vietnamienne à Orly. Ce jour-là avait eu lieu la jonction des cortèges des étudiants et des ouvriers au cri de Ho Ho Ho Chi Minh, cri de ralliement contre les guerres coloniales et cela dans de nombreux pays, en Allemagne, en Suède, aux Etats-Unis. Pour toute une génération, cela symbolisait la résistance à la toute puissance américaine et un changement social radical.
Le 13 mai 1968, Xuan Thuy et Harriman, l’Ambassadeur américain à Paris, échangeaient leur première poignée de main, tout un symbole !
Mais les pourparlers ont duré près de 5 ans. Il a fallu plusieurs mois pour décider de la forme de la table, finalement elle était ronde. Les Américains pratiquaient un ignoble chantage qui consistait pour les Américains à dire : cessez de ravitailler les combattants du sud en nourriture et en armes et nous cesserons les bombardements au nord.
Ce qui me reste en mémoire, c’est cette volonté inflexible du Ministre Xuan Thuy qui nous affirmait : jamais nous ne céderons, le nord et le sud seront réunis un jour c’est sûr, nous les aiderons jusqu’à la victoire.
A Choisy-le-Roi, les délégations affluaient, défilaient venues des usines Renault, Rhône Poulenc, des fonderies Prestil, des Galeries Lafayette mais aussi de toute la France et d’Europe, porteuses de pétitions des manifestants de Berlin, de Belgique, des 80 000 manifestants américains devant la Maison Blanche avec Jeanne Fonda, du rassemblement des 40 000 venus de toute l’Europe à Paris.
De nombreuses personnalités françaises et étrangères de toutes opinions rendaient visite à la délégation comme Aragon, Elsa Triolet, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Alfred Kestler, Raymond Aubrac, Jeanne Fonda, Raymond Souquières, des prêtres, des pasteurs, des bonzes, notre regretté Charles Fourniau.
Entre 1967 et 1971, les avions américains ont déversé 72 millions de litres d’herbicide dont 40 millions d’Agent orange (dioxine) et contaminé 4 800 000 personnes laissant 1 million de veuves, 100 000 aveugles, 950 000 orphelins. C’est la 4ème génération touchée par la naissance des bébés victimes de la dioxine et, à ce jour, le gouvernement américain et Monsanto n’ont toujours pas reconnu leur responsabilité et indemnisé les victimes vietnamiennes. Nous avons visité le Village de la Paix à Ho Chi Minh Ville avec ces enfants devenus adultes, victimes de l’Agent orange.
J’ai remercié le gouvernement vietnamien d’avoir organisé une telle commémoration. Elle était nécessaire pour se rappeler que la victoire a été rendue possible par l’héroïsme du peuple vietnamien, par la solidarité internationale.
Cette victoire a aussi été le résultat du soutien accru des pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine.
Lorsqu’en 1980 une délégation de Choisy-le-Roi conduite par son maire Louis Luc a été invitée au Vietnam, nous avons eu le bonheur de rencontrer le Général Giap qui reste un personnage extraordinairement populaire avec Madame Binh, à qui j’ai rendu l’hommage qu’elle mérite Il nous a serrés dans ses bras en nous disant : nous n’avons jamais douté de la victoire même aux pires moments car pour faire la guerre il faut des hommes et des armes. Les américains avaient les armes les plus puissantes, les plus nombreuses mais pas les hommes et les femmes motivés, nous oui !
Nous avons participé à de nombreuses rencontres. Celle que nous avons eue à Ho Chi Minh Ville au Musée de la guerre avec d’anciens combattants, la femme de Van Troï, « la femme au sourire » condamnée à 20 ans de prison, qui a répondu à ses juges « je ne les ferai pas car le Vietnam sera libre avant », avec Madame Hoï qui représentait la Croix Rouge avec laquelle notre ami Alain Dussarps travaille depuis 20 ans pour la solidarité avec les plus pauvres et pour laquelle j’ai demandé en France l’obtention de la légion d’honneur. On m’a souvent parlé de notre AAFV, de son action, de Charles Fourniau et c’est avec fierté que je répondais que notre association avec Patrice Jorland, son Président, et la Présidente d’honneur que je suis, avec notre revue « Perspectives », continue le combat pour faire ce que Charles Fourniau prédisait dès 1974 : il faudra développer la coopération sur un pied d’égalité avec le Vietnam, il faudra compter avec ce pays qui jouera un rôle important dans le sud-est asiatique, c’était prémonitoire !
Aujourd’hui, le Vietnam est en ébullition, des progrès immenses ont été accomplis pour les plus pauvres, pour industrialiser le pays, former ses ingénieurs. Un sondage de 2011 révèle qu’il est devenu le 1er pays le plus optimiste (sur 57 interrogés) mais cela ne va pas sans difficultés.
Il reste beaucoup de pauvreté, les écarts de revenus se creusent et posent problème, des progrès dans la gestion des entreprises publiques restent à faire. La crise fait aussi son œuvre mais des chantiers abandonnés redémarrent, les entreprises françaises continuent d’investir mais souhaitent plus de transparence dans les affaires et le gouvernement français doit faire plus pour une véritable coopération.
Des discussions passionnées ont lieu pour amender la Constitution comme l’a décidé le dernier congrès du Parti Communiste qui a affirmé que la démocratie reste à parfaire.
Il me revient en mémoire les jours inoubliables vécus à Choisy-le-Roi les bons et les mauvais jours comme le 2 septembre 1969 où nous avons appris la mort du Président Ho Chi Minh. Ensemble avec la délégation, nous lui avons rendu hommage, tous terriblement bouleversés.
Ho Chi Minh, cet homme de paix, de justice, de cœur voulait construire un monde de liberté, d’égalité, de fraternité, il demeure l’exemple de simplicité pour son peuple.
C’est une véritable histoire d’amour que je vis avec le Vietnam depuis que, lycéenne, je luttais contre la guerre coloniale française, avec l’Union des Jeunes Filles de France, en passant par le séjour de la délégation à Choisy-le-Roi, le groupe d’amitié du Sénat puis avec Raymond Aubrac auprès de qui j’ai beaucoup appris.
L’année croisée France-Vietnam sera, j’en suis certaine, une étape pour renforcer les liens d’amitié et de coopération si forts qui existent entre nos deux pays.

Hélène LUC
Sénatrice Honoraire
Présidente d’Honneur de l’AAFV

Portfolio