Jean OBERTI nous a quitté le 22 juin

Dernier ajout : 22 juillet 2015.

Jean Oberti a longtemps fait partie du comité national de l’AAFV.
Il est nommé dans Perspectives 77.

Jean OBERTI nous a quitté le 22 juin
Notre amie Nguyen Thi Hoi qui est l’interlocutrice et la maitre d’œuvre depuis des années de l’AAFV auprès de la Croix Rouge vietnamienne se rappelle avec émotion :

… « Lui qui m’était si cher. Il était encore venu l’année dernière à Hochiminhville avec son épouse Michou – Je remarquais sa démarche difficile, mais nous étions si heureux de nous revoir. Son dernier message m’annonçait qu’il avait été frappé d’une pneumonie sévère à son retour du Viet Nam.
Jean Oberti nous avait beaucoup aidé à rentrer en contact avec l’Institut Pasteur de Paris pour venir développer notre Institut Pasteur d’Hochiminhville, abandonné depuis 1955 suite au départ des français et pour trouver des bourses pour nos stagiaires en France y compris pour moi-même en 1985 - stage rémunéré. Avec Henri Carpentier, Jean Oberti avait largement œuvré à l’acheminement et au transfert de technologies et de matériels nécessaires au bâtiment BCG de l’Institut Pasteur, et à l’équipement de LAM comme celui de l’Hôpital Pham Ngoc Thach, donnant à ces établissements un statut international reconnu par l’OMS. Il a développé et créé des laboratoires destinés au dépistage du Sida et autres, tel l’Institut d’hygiène et d’épidémiologie de Hanoi. Il a été très efficace dans la coopération scientifique entre l’Institut de Biologie et la Faculté de médecine de Montpellier. Pour le centenaire de l’Institut Pasteur d’HCMV, en 1991 lors d’un très long discours Jean Oberti avait reçu les remerciements adressés a tous nos partenaires dont H. Carpentier et d’autres personnalités parisiennes et suisses.
Jean Oberti a fait un travail scientifique important avec moi sur les méningites à méningocoque, publié dans le bulletin de l’OMS, ce qui participa à la fabrication du vaccin anti-méningocoque qui protégea nos enfants en 1985/86 contre l’épidémie qui sévissait à Hochiminhville causant des morts rapides dont nous n’avions pas encore d’expérience. Nous lui devons beaucoup. Lui même orphelin dès sa naissance d’une mère de 15 ans, il avait été adopté par une famille paysanne des Hautes Pyrénées. Elève brillant, l’assistance publique l’a soutenu jusqu’à l’obtention de son diplôme de Docteur en médecine.
Il était énergique et courageux, il croyait en l’avenir, toujours optimiste, il fonçait, surpassant, toutes les difficultés résolvant les problèmes avec rapidité. Il a été adjoint au Maire de Montpellier : très apprécié par tous pour sa personnalité et son efficacité dans le travail administratif. Pour nous vietnamiens, il était un modèle de vie utile, rendant service avec plein de gentillesse et de coeur, un ami charmant, toujours souriant. Ceci est un bien « contagieux » pour nous tous. Ces dernières années il souffrait de la maladie de Parkinson, maladie dont mon mari est aussi atteint, mais malheureusement Jean est parti avant lui. Je suis choquée, moi qui avait été invitée à passer un séjour à Lattes près de Montpellier, chez eux avec ses enfants. Je l’ai devant les yeux toujours souriant, plein d’énergie et de joie de vivre .... » Hoï