La Pagode du Luth de Nguyên Tuân

Dernier ajout : 13 novembre 2012.

La Pagode du Luth de Nguyên Tuân

éditions La Frémillerie, 144 pages, 13 €

JPEG - 32.7 ko

Ce classique de la littérature vietnamienne a été la trame du film Me Thao réalisé par la cinéaste Viet Linh. Nguyên Tuân, écrivain engagé dans la révolution, est considéré comme un des "grands" auteurs contemporains du pays.

Dans ce conte, un jeune seigneur, Lanh Ut, est plongé dans le plus profond désespoir par la mort de sa femme, victime d’un accident de train. Cloîtré dans son domaine de Me Thao, il passe son temps à boire, encouragé par son infiniment dévoué intendant Ba Nhõ. Celui ci entend parler d’une luthiste réputée, Dame To. Veuve, elle a fait serment à son défunt époux, avec qui elle jouait, de plus toucher à son luth. Elle finira par céder à Ba Nhõ, qui l’accompagnera, et mourra victime de la malédiction du luth.
Ce qui est surprenant dans ce récit est son côté gothique. La transplantation d’un kapokier géant prend l’aspect mythique d’un combat avec un monstre. Le concert final, avec l’agonie du malheureux Ba Nhõ, est tout aussi cinématographique : les cordes se rompent, exsudant un sang visqueux et bleuâtre....

On ne peut cependant qu’être amusés par un petit épilogue, écrit manifestement ultérieurement et dans un but bien précis. L’auteur prend à partie Dame To, lui reprochant d’être devenue nonne (une voleuse, qui vole la nourriture et l’habillement, dit il.....). Continuez à chanter, Dame To, pour encourager les ouvriers qui trébuchent et tombent par exaltation et fatigue. Le chant doit résonner avec les coups de sarcloir du paysan dans son champ. N’écoutez pas ce Bouddha qui prône l’extinction du désir, alors qu’il n’y a pas d’aspiration plus légitime, plus profonde, plus belle et plus généreuse que la passion révolutionnaire.
Anne Hugot –Le Goff