Le GRAND PRIX de l’AAFV

Dernier ajout : 4 janvier 2012.

Une initiative de Patrice Cosaert

 GRAND PRIX DE L’AAFV « JEUNES TALENTS »

VOIR DOSSIER EN CLIQUANT SUR

291

 APPEL À CANDIDATURE

Le Grand Prix « Jeunes Talents » de l’AAFV est destiné à récompenser une production scientifique, artistique ou autre, en lien avec le Viêt Nam.
Sont admises à concourir les productions scientifiques, artistiques ou autres dont le ou les auteurs résident de façon permanente en France (qu’ils soient de nationalité française ou étrangère) et sont âgés de 35 ans au plus (à la date du dépôt de la candidature). Les productions doivent être achevées et/ou rendues publiques depuis moins de deux ans (voir règlement complet au dos).
Le premier Grand Prix est doté
d’une récompense de 3 000 euros en espèces.

PDF - 1.3 Mo
Appel à candidature

- Les candidatures au premier Grand Prix institué pour l’année 2013 devront être expédiées au siège de l’association, le 31 mars 2013 au plus tard le cachet de la poste faisant foi :
Association d’Amitié Franco-Vietnamienne (AAFV)
44 rue Alexis Lepère 93100 MONTREUIL

Pour tout renseignement complémentaire
s’adresser à l’AAFV :
contact aafv.org Tél. 01 42 87 44 34

Membres du Jury : Patrice Cosaert, Patrice Jorland, Francis Netter, Dom de Miscault, Henri Dang, Jean-Pierre Archambault, Hélène Luc, Bernard Doray, (Nicole Trampoglieri n’a pas participé à l’élction).

PDF - 75.6 ko
règlement

 RÈGLEMENT

. Article 1 : Par décision du Comité national de l’Association d’Amitié Franco-Vietnamienne (AAFV) en date du 24 septembre 2011, il a été institué un Grand Prix de l’AAFV « Jeunes Talents » destiné à récompenser une production scientifique, artistique ou autre, en lien avec le Viêt Nam.

. Article 2 : Sont admises à concourir les productions scientifiques, artistiques ou autres dont le ou les auteurs résident de façon permanente en France (qu’ils soient de nationalité française ou étrangère) et sont âgés de 35 ans au plus (à la date du dépôt de la candidature). Ces productions doivent être achevées et/ou rendues publiques depuis moins de deux ans. Les productions qui font l’objet d’un texte écrit doivent être rédigées en français (ou avoir fait l’objet d’une traduction dans cette langue). Les autres doivent avoir fait l’objet d’une exposition publique ou d’une interprétation en public. À titre dérogatoire, la limite d’âge pourra exceptionnellement être repoussée par le jury, sur demande dûment justifiée du ou des candidats concerné(s).

. Article 3 : Les candidats doivent faire acte de candidature par écrit avant une date limite qui sera fixée par le Comité national de l’AAFV sur proposition du Bureau national (31 décembre 2012 pour le premier Grand Prix). Ils joindront à leur lettre de candidature un bref curriculum vitae ainsi qu’une note dactylographiée en français de 5 pages au maximum (éventuellement illustrée ou accompagnée d’un support audiovisuel en cas de besoin), présentant la teneur de leurs travaux et exposant leurs motivations. Ils s’engageront à présenter leur production originale à une date fixée par le jury ou convenue avec celui-ci, et à être présent lors de la cérémonie de remise du prix en cas de succès.

. Article 4 : Les frais éventuellement engagés par les candidats pour participer au concours ne seront pas pris en charge par l’AAFV.

. Article 5 : Un jury, comportant 9 membres, sera formé par le Comité national de l’AAFV sur proposition du Bureau national, pour chaque Grand Prix. Il sera exclusivement composé de membres volontaires de l’AAFV à jour de leur cotisation. Le jury ainsi constitué élira son président et son secrétaire. Ceux-ci assureront conjointement la logistique du Grand Prix avec l’aide des autres membres, et, en cas de nécessité, l’aide matérielle de l’AAFV. Chacun des membres du jury pourra être reconduit dans ses fonctions par le Comité national pour un ou plusieurs autres Grands Prix.

. Article 6 : Les membres du jury examineront individuellement ou collectivement les différents dossiers de candidature. Ils privilégieront les productions contribuant le mieux, selon eux, à la connaissance du Viêt Nam et de sa culture, et/ou à leur rayonnement. Ils pourront solliciter l’avis de personnalités extérieures en fonction des compétences particulières de celles-ci. En réunion plénière, le jury établira à l’issue d’un vote à bulletins secrets la liste des candidats qu’il souhaite auditionner. À l’issue des auditions, il désignera de la même façon le dossier lauréat. Dans les deux cas, pour qu’une délibération puisse être considérée comme valable, cinq membres au minimum du jury devront être présents et les absents ne pourront se faire représenter.

. Article 7 : La récompense à remettre au lauréat sera déterminée par le Comité national de l’AAFV sur proposition du Bureau national, en fonction des opportunités qui s’offrent à lui, mais devra être annoncée dès l’ouverture du concours. Pour le premier Grand Prix, la récompense a été fixée à trois mille euros (en espèces).

. Article 8 : Le Grand Prix sera remis au lauréat par la Présidence de l’AAFV à l’occasion d’une cérémonie publique dont l’organisation incombera à L’AAFV. Cette dernière pourra ainsi lancer toutes les invitations qu’elle estimera opportunes et pourra se faire assister matériellement par toute personne, association ou entreprise publique ou privée de son choix.

Le grand Prix de l’AAFV a été décerné à Béatrice WISNIEWSKI pour son travail sur :

 La tradition céramique vietnamienne du premier millénaire de notre ère

De l’apparition des fours à haute température à l’émergence d’une production organisée : étude archéologique Sous la direction de M. Pierre-Yves Manguin, Directeur d’Études à l’École française d’Extrême-Orient. Béatrice Wisniewski a reçu la mention très honorable avec félicitations du jury, le 18 décembre 2012.

" La thèse a pour objectif d’identifier les traits distinctifs de la tradition céramique vietnamienne du premier millénaire de notre ère. Cette période historique particulière de la colonisation chinoise du Viêt Nam est marquée, dans le cadre de la céramologie, par une innovation technologique majeure : l’utilisation des fours à haute température pour la cuisson des objets. Il en résulte la production de pièces aux caractéristiques nouvelles reflétant aussi bien les avancées techniques de l’artisanat de la céramique que l’émergence d’une société métis- sée aux traits caractéristiques : la société sino-vietnamienne. Les sites de fours de la région Nord du Viêt Nam, bien que peu nombreux, se révèlent particulièrement actifs à une période où, en dehors de la Chine, aucun pays d’Extrême-Orient n’emploie la technologie des fours à haute température. Les signes de l’appropriation progressive par les potiers vietnamiens de l’usage de ces fours s’associent donc à la production des premières céramiques à glaçure sur le territoire.
À la fin du millénaire, l’amorce de changements dans les pratiques allie l’augmentation visible des rendements des fours au développement de la production de céramiques à glaçure. Cette réaffirmation de la maîtrise technique des artisans s’accompagne d’une réorganisation de la production, préalable aux développements de la céramique des dynasties Lý et Trần. Les sources archéologiques incitent à replacer la tradition céramique vietnamienne dans un contexte plus large, celui d’un unique dialogue avec la Chine, et permettent de réaffirmer son inscription dans les réseaux d’échange régionaux et interrégionaux actifs de la grande économie marchande."

JPEG - 88.3 ko

Le 23 janvier 2014, le Grand Prix de l’AAFV a été remis à Béatrice Wisnievski dans les locaux de l’EFEO


26 janvier dans Vietnam +

Une thèse sur la céramique vietnamienne reçoit le grand prix de l’AAFV
26/01/2014 | 17:50:00

L’Association d’amitié France-Vietnam décerne son grand prix ’’ Jeune talent’’ à une recherche sur la tradition de la céramique vietnamienne. (Photo : Bich Ha/VNA)
Dernière heure
• Inauguration de la fête florale de Hô Chi Minh-Ville
• Près de 5.000 antiquités trouvées dans une épave à Quang Ngai
• Programme artistique de célébration de la fondation du Parti
• Théâtre : un menu copieux et équilibré pour le Têt
• La maison traditionnelle des Ede : longue comme un son de gong
• Cân Tho : ouverture de la 3e fête des gâteaux traditionnels du Sud
• Exposition sur le bouddhisme à Ho Chi Minh-Ville
• Ouverture de 131 marchés aux fleurs à Hô Chi Minh-Ville
L’Association d’amitié France-Vietnam (AAFV) a décerné son grand prix « Jeune talent » à une recherche sur la tradition de la céramique vietnamienne lors d’une cérémonie organisée le 23 janvier au siège de l’Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO) à Paris.
Il s’agit de la thèse de doctorat de Béatrice Wisniewski, de l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction de M. Pierre-Yves Manguin, directeur d’études à l’EFEO.

Lors de la cérémonie de remise du prix, M. Patrice Cosaert, membre de l’AAFV, président du jury du prix « Jeune talent », a apprécié la qualité du travail de Béatrice Wisniewski, estimant qu’il s’agissait d’un projet pertinent scientifiquement.

Il a ajouté que le jury a reçu plusieurs projets candidats, tous très pointus et intéressants. Ces derniers portent entre autres sur la coopération décentralisée entre la région Ile-de-France et le Comité populaire de Hanoi (projet « Hanoi en photos et en dessins originaux »), le transfert culturel sous la période coloniale française, l’échange et le partage des ressources éducatives entre enseignants en mathématiques au Vietnam, la pratique du « ca tru »…

Il a précisé que devant des candidatures aussi remarquables, le jury a dû privilégier les travaux contribuant le mieux à la connaissance du Vietnam ainsi qu’à son rayonnement.

Prenant la parole à cette occasion, Béatrice Wisniewski a exprimé son « bonheur » de recevoir ce prix et sa « fierté » de contribuer à présenter au grand public le travail novateur du Vietnam en matière de céramique.

Elle a révélé qu’elle est venue au Vietnam quatre fois, pour une durée de deux à huit mois pour chaque mission. Elle est allée à Duong Xa (province de Bac Ninh) et Tuan Chau (province de Quang Ninh) pour participer à des fouilles archéologiques, à côté de collègues de l’EFEO et de l’Institut d’Archéologie du Vietnam. « Cette thèse de doctorat m’a pris sept années. J’ai commencé à travailler sur l’archéologie du Vietnam dès mon Master 1, donc, cela fait en tout presque neuf ans que j’étudie la céramique vietnamienne », a-t-elle confié.

Dans sa thèse intitulée « La tradition céramique vietnamienne du premier millénaire de notre ère. De l’apparition des fours à haute température à l’émergence d’une production organisée », Béatrice Wisniewski a identifié les traits distinctifs de la tradition céramique vietnamienne du premier millénaire, période marquée par la colonisation chinoise.

Elle a prouvé que les artisans vietnamiens avaient étudié les techniques chinoises en les réinventant pendant une longue période. Il en résulte qu’à la fin du premier millénaire, les potiers vietnamiens avaient réussi la production de pièces aux caractéristiques très particulières, notamment les céramiques à glaçure. Cette réaffirmation de la maîtrise technique des artisans était accompagnée d’une réorganisation de la production, préalable aux développements de la céramique des dynasties Lý et Trần (XI-XIVe siècle).

Le grand prix « Jeune talent » de l’AAFV récompense une production scientifique, artistique ou autre, en lien avec le Vietnam. Le premier grand prix est doté d’une récompense de 3.000 euros en espèces.-VNA

Portfolio