Mission Truong Sa 2015

Dernier ajout : 4 juin 2015.

Mission Truong Sa 2015


Les revendications sans fondement historique et juridique de la Chine en Mer d’Orient , les exactions subies par nos pêcheurs , les provocations de ce voisin du Nord (coupure des câbles d’un bateau d’exploration vietnamien en 2012), installation d’une plateforme d’exploration au large des côtes du VN en2014)] ne cessent de me préoccuper profondément depuis plusieurs années.

C’est donc avec joie et fierté que j’ai appris la nouvelle de mon inscription sur la liste des participants à la mission sur les archipels Truong Sa 2015 (21/4/ 2015 – 28 /4/2015).
Cette expédition est organisée conjointement entre le Ministère des affaires étrangères du VN et la Marine vietnamienne.

Avec presque 200 participants (36 Viết Kiều représentant 17 pays d’Europe, d’Amérique et d’Australie et plus de 150 de nos compatriotes vivant au pays et représentant différentes institutions), nous appareillons le 21 avril 2015 de Cat Lai (30mn du centre de Saigon) sur un navire-hôpital de la Marine vietnamienne. Il est prévu 2 jours de voyage avant d’arriver sur la 1ère île, Song Tư Tây.

Nous sommes logés à 16 dans une chambre avec des lits superposés. Ambiance animée dans notre dortoir pendant tout le voyage (les autres dortoirs sont beaucoup plus calmes paraît-il…).

Au soir de cette 1ère journée nous traversons un champ d’exploitation pétrolière avec des plateformes brillamment illuminées. Au même moment les artistes de l’armée (Nha Hat Vang Nghe Quang Doi) donnaient un spectacle sur le pont du bateau.

Je connaissais l’existence de ces forages pétroliers au large du VN. Mais je réalise à ce moment précis que je suis sur un bâtiment de la Marine Vietnamienne, dans les eaux vietnamiennes, au milieu d’un champ de pétrole vietnamien, dans une ambiance de danses et de chants en Vietnamien repris en chœur par l’assistance. Pour un enfant du pays revenu au pays et vivant si loin de sa terre natale, quelle émotion ! Et ce ne sera pas la dernière…

A 5h du matin de la 2ème journée, nous arrivons en vue de l’île de Song Tử Tây

L’île d’une dizaine d’hectares, occupée par une garnison et quelques familles de civils, est bien aménagée. Les installations de défense contre une éventuelle invasion sont en place.
Tranchées, abris souterrains, canons, DCA etc. sont visibles.
Pour des raisons de sécurité, on nous demande de ne pas prendre et publier les photos et récits détaillés de ces équipements.

Après la cérémonie militaire et le briefing sur la situation de l’île par le commandant de la garnison, moment de recueillement devant la statue de Tran Quoc Tuan (Maréchal Tran Hung Dao), visite de la pagode et des habitations civiles.
Ces maisons construites par l’état sont confortablement aménagées et abritent des familles de 3 à 5 personnes. Une école primaire accueille la douzaine d’enfants vivant sur l’île.

Sur cette île une unité de dessalement d’eau de mer fonctionnant à l’énergie solaire vient d’être inaugurée. L’eau douce (eau de pluie, parfois eau souterraine) ne coule pas à flot sur les îles visitées mais est suffisante pour une utilisation quotidienne et raisonnable.
Les conditions matérielles de vie de la garnison sont correctes compensant ainsi la longue période d’éloignement (un an) avec les proches restant sur le continent.

Les 3 îles (Song Tu Tay, Nam Yết et Truong Sa) que nous avons visitées présentent, à quelques particularités près, des similitudes au niveau des infrastructures et occupations humaines. Une piste d’atterrissage existe sur l’une d’entre elle.

Très différentes en revanche sont les « îles immergées » (đảo chìm). Il s’agit de pitons rocheux (immergés à marée haute) et sur lesquels sont édifiés des constructions abritant une dizaine de soldats.
Les conditions de vie ici sont autrement plus rigoureuses. De même la vie est plus dure sur les plates-formes construites sur des pylônes (nhà dàn).

A partir d’une de ces îles immergées, nous avons pu constater les travaux d’agrandissement (et de construction d’îles artificielles) par la Chine dont parlait la presse internationale ces jours-ci.
Une frégate lance-missiles chinoise stationne en permanence à proximité de cette île.

Nous sommes accompagnés pendant ce périple par un groupe d’artistes (chanteurs et danseuses) de l’armée qui ont apportés distraction et réconfort à nos jeunes combattants.
Je suis frappé par la jeunesse qui se lit sur le visage de ces soldats. Certain de leur détermination à remplir leur devoir pour défendre les îles, j’ose cependant espérer qu’ils n’auront pas à affronter encore une guerre comme ont dû le faire leurs aînés et parents.

Pour cela la lutte doit se porter en amont sur le plan politique et diplomatique. Le droit international est de notre côté. Nous devons expliquer et gagner à notre cause l’opinion publique nationale et internationale.
Et si une confrontation armée devrait se produire, il est indispensable que nous ayons des amis et alliés pour nous soutenir comme cela avait été le cas dans le passé.

En 1988 la Chine a pris possession par la force de l’île Gạc Ma, exécutant 66 de nos marins.
Notre bateau s’est donc arrêté au large de cette île et une cérémonie à la mémoire des combattants disparus a eu lieu. Intense moment d’émotion dans l’assistance ! Les yeux ont rougi, les larmes ont coulé sur bien de visages lors de l’émouvant éloge funèbre prononcé par le vice-amiral, chef –adjoint de notre mission. Une gerbe de fleurs ainsi que l’autel avec les offrandes ont ensuite été déposés dans la mer.

On nous a rapporté que pendant cette halte, notre bateau a reçu un message signalant que nous sommes dans les eaux chinoises et qu’il faut lever l’ancre dans l’heure qu’il suit. De même des fusées éclairantes sont tirées lorsque notre navire est passé à proximité d’une autre île occupée par la Chine. Décryptage : ne vous approchez pas !
L’ambiance n’est donc pas à la franche camaraderie !

La mer étant agitée, les 2 derniers jours de navigation étaient assez pénibles pour certains d’entre nous.
Les vagues faisant des creux de 3 - 4 m, les canots ne pouvant pas s’approcher des plateformes (nhà dàn), nous n’avons pu rendre visite aux soldats installés entre ciel et mer dans ces espaces réduits. Ces marins nous attendaient ; quelle déception de part et d’autre !
Ne pouvant débarquer sur les plateformes, on se contentait de se saluer en faisant de grands signes de la main pendant que les artistes, entourés des membres de la mission, transmettaient par radio les chansons, espérant ainsi apporter à ces combattants un peu de chaleur et rompre leur isolement au milieu de cette immensité marine. Un grand moment d’émotion.
Emouvant aussi cette soirée où le bateau levait l’ancre pour quitter l’île de Truong Sa.
Pendant que le navire s’éloignait, l’ensemble de la garnison ainsi que les habitants étaient sur le quai pour nous dire au-revoir. Rassemblés sur le pont, nous les saluons, entonnant en chœur « Nối Vòng Tay Lờn », « Quốc Ca », « Như có Bác Hồ trong ngày vui Đại Thắng »… Le bateau disparaissait dans la nuit alors que les mains au loin s’agitaient toujours … Nous ne nous résignons pas à nous quitter. « Cảm động quá ! »... Ces 3 mots simples prononçés par le reporter de VNWeekly debout à mes cotés résumaient le sentiment profond qui nous envahissait à ce moment là.

Le Viet Nam est fermement résolu à défendre l’espace maritime et insulaire lui revenant de droit. Nos responsables politiques et militaires s’y attellent dans ce sens. Ils ont cependant un rôle difficile car devant doser subtilement fermeté et jeux diplomatiques.

Que pouvons-nous faire, à notre modeste niveau ?
Essayons d’informer et de sensibiliser nos proches, nos amis, nos connaissances, nos compatriotes Viet Kieu, nos amis Français, de la réalité de la situation : prétentions chinoises sur 80% de la Mer de l’Est, possession par la force de l’archipel Hoang Sa (1974) et d’une partie de Truong Sa (1988), et en ce moment même agrandissement et construction d’îles artificielles et de piste d’atterrissage en mer d’Orient.

HD
Mai 2015

HD
Mai 2015

.

Portfolio