octobre 2009

Dernier ajout : 29 octobre 2009.

- Au Vietnam, le 10 août est désormais la Journée de l’Agent Orange, en mémoire des premiers épandages symboliquement datés du 10 août 1961. De multiples manifestations sont organisées pour collecter de l’argent pour les victimes, qu’il s’agisse de bourses scolaires, de prothèses, de traitements ou d’aides à la vie quotidienne : maisons en dur, fauteuils roulants, aides financières, etc.
La VAVA avait réalisé un spectacle non-stop de 24 heures qui a été retransmis par quatre chaînes de télévision et un dîner de Gala à Hanoi. La Croix Rouge a multiplié les initiatives, dont la plus spectaculaire a été une marche de 10 000 personnes dans les rues d’Ho Chi Minh Ville.
Le gouvernement et les comités populaires à tous les échelons se sont impliqués dans cette journée de solidarité active. Des entreprises nationales ou privées ont participé à la collecte, ainsi que des syndicats comme l’union des journalistes.
Ces initiatives ont rencontré un très grand succès et les fonds recueillis sont importants.

- Le journal de la jeunesse d’Ho Chi Minh-Ville, Thanh Nien, a consacré à l’Agent orange une remarquable série de dix articles réalisés à partir d’interviews de spécialistes et d’enquêtes dans des archives. Le porte parole de Monsanto, Bob Pierce, persiste dans le déni le plus intenable. Dow Chemical n’a pas répondu.
Ce dossier, en anglais, est consultable sur notre site, rubrique Une Guerre sans fin, sous-rubrique Agent orange/documents.

- Le cabinet Hatfield Consultants de Vancouver, bien connu de nos amis par les travaux de Wayne Dwernychuk, a remis au Dialog Group son rapport sur la contamination par la dioxine de la région de Danang. Il sera prochainement rendu public. On sait déjà que les taux de dioxine restent très élevés, jusqu’à cinquante fois plus que la norme internationale admise. A un interlocuteur invoquant la nécessité « d’études sérieuses » avant de débloquer des fonds, M. Boivin, directeur de Hatfield Consultants a répondu : « nous savons tout ce qu’il y a à savoir. Il ne nous manque que l’argent pour commencer à travailler ».

- Aux États-Unis, on s’inquiète des malformations et des maladies de plus en plus nombreuses qui atteignent les petits-enfants des soldats exposés à l’Agent orange. Comme au Vietnam, la troisième génération pâtit des conséquences de la guerre chimique.