On nous en fait voir de toutes les couleurs

Dernier ajout : 4 mai 2015.

On nous en fait voir de toutes les couleurs, le 21 avril à Saigon

C’est un petit peu comme à l’occasion de l’année France-Vietnam 2013 – 2014. A cette époque-là, c’est donc si vieux que ça, les événements se succédaient et mettaient en lumière tels ou tels domaines. Des activités, des rencontres, des vernissages, des expositions, des inaugurations, des débats, des concerts, des innovations, toutes et tous avaient reçu ou à peu près le sceau Année France – Vietnam 2013 – 2014.
Ce qui se passe tous les jours depuis le début du mois d’avril et qui se poursuivra au moins jusqu’à la fête du travail ressemble assez à ça. On s’agite, on se prépare, on répare tout, on met en évidence, on déploie et on en met plein la vue. Il faut dire que le quarantième anniversaire de la libération de Saigon et de la Réunification totale du pays, le 30 avril, ça ne se fête pas tous les jours. Il faut vraiment être aveugle ou insensible ou encore vivre au fond d’une caverne, replié sur soi pour ne pas voir qu’un événement considérable se prépare en plein cœur de la ville. pour la première fois, le drapeau du GRP figure dans l'affichage urbain
Tout autour du Palais de la Réunification, ce n’est que chantiers et constructions d’immenses tribunes afin que le 30 avril soit le plus gros événement de l’année et qu’il soit connu du monde entier. On annonce plus de 6 000 personnes qui devraient participer à la grande parade de la célébration de ce quarantième anniversaire. Cet événement de grande envergure débutera à 7h devant le palais de la Réunification et s’achèvera par des feux d’artifices dans huit points stratégiques de la ville. Selon le ministère de la communication et de l’information, environ 600 journalistes locaux et internationaux couvriront l’événement.
Au moment où j’écris ces lignes, des répétitions colossales bloquent la quasi-totalité du centre-ville provoquant de joyeux embouteillages à se demander s’il n’aurait pas été mieux de tous rester chez soi. Bon, c’est pour la bonne cause et puis ça ne va durer que quelques jours pour que tout soit finement réglé.
Mais parlons aussi des événements annexes puisqu’on était parti sur cette idée-là. On a eu, on a et on aura de quoi faire. La palette est vraiment (extra)-large !
Quelques exemples ont retenu mon attention.
D’abord, un effort pour faire en sorte que tous les habitants d’Hochiminh-Ville, mais vraiment tous, puissent bénéficier du réseau électrique national. Ainsi le 17 avril dernier, le Comité populaire du district de Can Gio et la compagnie générale de l’électricité d’Hochiminh-Ville ont organisé une cérémonie pour la mise en service d’un câble sous-marin électrique de 22kV qui approvisionnera désormais en électricité la commune éloignée Thanh An du district de Can Gio.
Ensuite, un geste en direction des intellectuels vietnamiens (enseignants, scientifiques, médecins, recteurs d’université, gestionnaires du pays mais aussi de l’étranger). Deux-cents d’entre eux ont ainsi été réunis le 18 avril pour leur rendre hommage et leur dire que les autorités de la ville prendraient en compte leurs idées et projets pour accompagner le développement futur de la capitale économique du pays.
On peut parler aussi d’expositions. Il y en a des masses et par exemple le 16 avril, au musée de campagne de Hô Chi Minh (2 rue Lê Duân, 1er arrondissement), le Département politique de la 7e région militaire en collaboration avec le Département politique des corps d’armée 1, 2, 3, 4 et du musée d’histoire militaire du Vietnam ont inauguré l’exposition « 40 ans – Printemps de la victoire ». Cette expo sera ouverte jusqu’au 2 mai et son catalogue comprend 205 photos, 165 objets et 20 documents précieux afin de mieux comprendre ce qui s’est passé ce fameux mois d’avril 1975.
La culture est bien au rendez-vous aussi avec une très belle rue des livres organisée tout près de la Poste Centrale et de la Cathédrale Notre-Dame. Un grand nombre d’éditeurs exposent des livres en lien avec les différents événements. Entre autres, la reproduction « géante » de la couverture du livre de Georges Boudarel sur Võ Nguyên Giáp y fait bonne figure. Les kiosques verts qui jalonnent cette rue des livres, cette fête des livres sont d’un très joli vert qui attire l’attention. Ah ce vert ! Ah ce rouge ici ! Mais ce jaune et ce bleu vont particulièrement bien ensemble là. Bref, c’est aussi la fête des couleurs à Hochiminh-Ville. Les illuminations électriques, les drapeaux et autres petits fanions et les grandes affiches barrées du nombre 40 se livrent à une belle concurrence.
Mais les couleurs des différents uniformes des forces de l’ordre sont aussi éclatantes et…visibles. Incontestablement, depuis quelques jours les uniformes de différents verts d’ailleurs sont bien présents à de nombreux carrefours. Ils sont doublés (épaulés) par d’autres uniformes totalement noirs pour certains ou d’un rose saumon pour d’autres qui valent le coup d’œil.
Bref, les festivités sont lancées pour mettre en valeur une ville tentaculaire qui n’a pas fini d’étonner et qui essaie de n’oublier personne dans son incroyable développement.
De notre correspondant

Portfolio

  • L'ouvrage de G. Boudarel à l'honneur