Philippe M. F. Peycam, The Birth of Vietnamese Political Journalism : Sài (...)

Dernier ajout : 12 mai 2014.

http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2014/05/05/review-of-birth-vietnamese-political-journalism-tlc-nmrev-lxix/
5 May 2014

Review of The Birth of Vietnamese Political Journalism

By Haydon L. Cherry, NM-TLC Reviewer

Philippe M. F. Peycam, The Birth of Vietnamese Political Journalism : Sài Gòn , 1916-1930.
New York : Columbia University Press, 2012. Pp. xi, 320 ; maps, list of abbreviations, notes, bibliography, index.

It was the spring of hope ; it was the winter of despair. On 21 March 1926, fifteen hundred people, including street vendors, school teachers, and students congregated on the Rue Lanzarotte in Sài Gòn. At the meeting, Phan Trương Mạnh announced the illegal foundation of the Annam Youth Party and called for all of those assembled to join. The young Vietnamese journalist Lâm Hiệp Châu distributed a new newspaper titled Jeune Annam to the crowd. Leaflets, extremely critical of the colonial government and carrying the names of the radical journalists Eugène Dejean de la Batie and Nguyễn An Ninh, circulated. On the morning of 24 March, the colonial authorities arrested the three journalists. Thousands gathered that evening on the pier of the Messageries Maritimes to await the return from France of Bùi Quang Chiêu, the editor of the Sài Gòn newspaper La Tribune Indigène and a proponent of moderate political reform. French agitators who opposed Bùi Quang Chiêu tried to start a riot as he disembarked. The arrest of Nguyễn An Ninh had alarmed the increasingly incendiary youth who had also learned that the great patriot, Phan Châu Trinh, had died during the previous night. At a rally the following day, Bùi Quang Chiêu failed to denounce the arrest of Nguyễn An Ninh, to the dismay of the restive youth. On 4 April, a funeral procession of seventy thousand people paraded through Sài Gòn to a mausoleum for Phan Châu Trinh in Tân Sơn Nhất. Strikes and demonstrations against French rule broke out in the weeks that followed. Radical activism had replaced more quiescent attempts at reform. The press was transformed, as Vietnamese journalism became more dramatic and confrontational. But by the end of the year political protest had moved from the pages of Sài Gòn’s newspapers to the pavements of its streets. Contest in the press had given way to mass mobilization and militancy.

Political debate first emerged in Sài Gòn newspapers at the end of the First World War. With the encouragement of Governor-General Albert Sarraut, Bùi Quang Chiêu and Nguyễn Phú Khai founded the French-language Tribune Indigène in August 1917. It was the first Vietnamese-owned political broadsheet. Bùi Quang Chiêu was the editor-in-chief and Nguyễn Phú Khai the publisher. Both men were members of the new Vietnamese urban social elite of Cochin China. Bùi Quang Chiêu was born into a scholar-gentry family from Bến Tre in the Mekong Delta and educated at the École coloniale and the Institut national agronomique, both in Paris. After returning to Cochin China he worked as an agricultural engineer. He involved himself in the Société d’enseignement mutuel and helped found the Association amicale des anciens élèves du Collège Chasseloup-Laubat. By 1918, he was president of both. Nguyễn Phú Khai, the son of a retired administrator in the colonial civil service, was born into a Catholic family from Bà Rịa to the southeast of Sài Gòn. La Tribune Indigène described itself as “the barometer of Vietnamese public opinion” (p. 81) but usually took a moderately conservative approach to political and social issues such as the electoral franchise.

After the appearance of La Tribune Indigène, newspaper publishing in Sài Gòn flourished. Within two years, the city boasted no fewer than seven newspapers in romanised Vietnamese and another one in French, all directed at Vietnamese readers.

Nguyễn Phan Long founded L’Écho Annamite with the support of the colonial government in 1920. He was the newspaper’s main contributor and eventually became its director and sole proprietor. Born in Hà Nội, Nguyễn Phan Long returned to his father’s home region of Cochin China in 1916 and worked as a customs official before turning to journalism. L’Écho Annamite, like La Tribune Indigène, opposed various government policies but adopted a conciliatory rather than a confrontational stance.

Over time, the tone of Vietnamese-language newspapers old and new, such as Nông Cổ Mín Đàm [Agricultural Affairs], Công Luận Báo [Public Opinion], Đông Pháp Thời Báo [Indochina Times], and Nam Kỳ Kinh Tế Báo [Cochin China Economic Journal], became less didactic and moralistic and more politically engaged and critical. The editorial influence of an older generation of writers such as Nguyễn Chánh Sắt, Lê Hoằng Mưu, and Hồ Văn Trung gave way to a newer generation of intellectuals, including Cao Văn Chánh, Nguyễn Háo Vĩnh, Cao Hãi Để, and Lâm Hiệp Châu. They wrote for a small but increasingly educated, politically and economically aspirant, and censorious readership.

The Vietnamese press and its readership became more radical during les années folles of the early 1920s. In 1923, Vietnamese readers learned that the colonial government intended to allow a consortium of French financial interests to develop new facilities for the port of Sài Gòn and to manage those facilities for a term of fifteen years. Newspapers such as La Vérité, La Voix libre, Saigon Républicain, Nông Cổ Mín Đàm, and Công Luận Báo opposed the proposal, while others, including L’Impartial, its Vietnamese-language counterpart Trung Lập Báo, Le Courrier Saïgonnais, Le Progrès Annamite, and Lục Tỉnh Tân Văn [News of the Six Provinces], supported the plan and suffered a decline in readership as a result.

In the wake of the port monopoly affair, an eccentric young retour de France named Nguyễn An Ninh began to publish La Cloche Fêlée. The newspaper became so popular that its weekly print run reached 2,000 and accounted for just under ten percent of the total sales of the Saigon press. In issue after issue, Nguyễn An Ninh and Eugène Dejean de la Bâtie, the illegitimate son of a French diplomat and a Vietnamese street vendor, passionately attacked the venal governor of Cochin China, Maurice Cognacq, and his corrupt administration.

After the presses at La Cloche Fêlée stopped in 1924, L’Indochine, founded in 1925 by Paul Monin and the future French culture minister André Malraux, and Đông Pháp Thời Báo, edited by Trần Huy Liệu, became the two Sài Gòn newspapers most critical of the colonial administration. But the tumultuous events of spring 1926 led the authorities to arrest muckrakers in the press and demonstrators on the streets. Newspapers such as Tân Thế Kỷ [New Century], a Vietnamese-language daily which sold an average of six thousand copies per issue, directly criticized the colonial government and its censors. Other journals, including Công Giáo Đồng Thinh [Catholic Voice], marshalled readers around particular causes such as the social plight of rickshaw pullers. Vietnamese newspaper became less and less venues for reasoned opposition and debate and more and more tools of political mobilization.

In The Birth of Vietnamese Political Journalism, Philippe Peycam describes the evolution of the “newspaper village” (làng báo) in colonial Sài Gòn in terms of the transformation of the “public sphere.” This concept comes from German critical theorist Jürgen Habermas’s 1962 Habilitationschrift, entitled Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft [The Structural Transformation of the Public : An Inquiry into a Category of Bourgeois Society]. Habermas argues that a “bourgeois public sphere” of open, rational debate among private individuals first developed in the absolutist states of eighteenth- and early nineteenth-century Europe and then declined during the rest of the nineteenth century and in the twentieth. The Habilitationschrift was translated into French in 1978 and into English only in 1989. It soon became an important theoretical inspiration for historians of early modern Europe, and later for historians of modern Asia.

Peycam’s interpretation of Habermas shares three important similarities with the works of other historians inspired by the German theorist. First, Peycam is principally concerned with the first part of Habermas’s book, which addresses the emergence and consolidation of the public sphere during its early history. Second, Peycam conceives of the public sphere mainly in spatial terms. He relies on the French translation of Habermas’s Habilitationschrift, which renders the title as L’Espace public : Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. The English translation of the work’s title, The Structural Transformation of the Public Sphere : An Enquiry into a Category of Bourgeois Society, similarly imports a spatial metaphor by translating Öffentlichkeit (“public,” “publicity,” “publicness”) as “public sphere.” The main implication of this spatial metaphor is to conceive of the “public” as having a location (in print, in this case), rather than being the quality of a group of individuals in association. Third, Peycam is only superficially concerned with the economic basis for the changes in Vietnamese journalism that he describes. Habermas, on the other hand, links his discussion of the transformation of the public sphere in Europe to the growth of capitalist relations of production.

Deeper engagement with Habermas has much to offer historians of modern Vietnam. The newspapers that Peycam discusses published not only journalism and political commentary but also advertisements for Job cigarettes, Nestlé condensed milk, Citroën automobiles, French-educated Vietnamese doctors, the Pharmacie Solirène, jewellers, and the Eden cinema, among many others. The economy of Cochin China and its capital Sài Gòn boomed after the First World War, buoyed by the growth of the Asian rice trade. Vietnamese readers encountered not only new political ideas and debates but also new commodities and services, often on facing pages of the same broadsheets and tabloids. They formed new political aspirations and new economic wants, needs, and tastes at the same time. One of the strengths of Habermas’s theory is that it suggests that changes in political debate can be linked to economic changes, particularly changes in consumption. At the end of the 1920s, as the colonial economy went into decline and then suffered the shock of the Great Depression, it became harder and harder for young, educated, middle-class Vietnamese to satisfy the new tastes and needs that they had developed in the preceding decade. The shift from rational debate to radicalism in the press mirrored changes in its readers’ wealth and purchasing power.

The Birth of Vietnamese Political Journalism reveals the vibrant political debates that took place in the Sài Gòn press after the end of the First World War. And it offers striking portraits of a range of French and Vietnamese writers, journalists, and intellectuals. Historians of Vietnam will find in the volume abundant theoretical and documentary resources for making sense of the bewildering economic, social, and political changes that swept through French Indochina in the early twentieth century.

Haydon L. Cherry is Assistant Professor of History at the North Carolina State University.

References
Jürgen Habermas, Strukturwandel der Öffentlichkeit : Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft. Darmstadt & Neuwied : Luchterhand, 1962.
Jürgen Habermas, L’Éspace public : Archéologie de la publicité ́ comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Translated by Marc de Launay. Paris : Payot, 1978.
Jürgen Habermas, The Structural Transformation of the Public Sphere : An Enquiry into a Category of Bourgeois Society. Translated by Thomas Burger. Cambridge, Mass. : MIT Press, 1991.

C’était le printemps de l’espoir ; c’était l’hiver du désespoir. Le 21 Mars 1926, quinze cents personnes, dont des vendeurs de rue, les enseignants et les étudiants se sont rassemblés sur la rue Lanzarotte à Saigon. Lors de la réunion, Phan Trương Manh a annoncé la fondation illégale du Parti de la jeunesse Annam et a appelé à tous ceux qui sont assemblés à le rejoindre. Le jeune journaliste vietnamien Lâm Hiep Châu distribuait un nouveau journal intitulé Jeune Annam à la foule. Dépliants distribués étaient très critiques envers le gouvernement colonial et portait les noms des journalistes radicaux comme Eugène Dejean de la Bâtie et Nguyen An Ninh, . Dans la matinée du 24 Mars, les autorités coloniales ont arrêté les trois journalistes. Des milliers se sont réunis ce soir-là sur le quai des Messageries Maritimes à attendre le retour de France de Bùi Quang Chiêu, l’éditeur du journal Saigon La Tribune Indigène et un partisan de la réforme politique modérée. Agitateurs français qui s’opposent Bùi Quang Chiêu tenté de déclencher une émeute quand il débarquait. L’arrestation de Nguyen An Ninh avait alarmé les jeunes de plus en plus incendiaires qui avaientt également appris que le grand patriote, Phan Châu Trinh, était mort la nuit précédente. Lors d’un rassemblement le jour suivant, Bùi Quang Chiêu n’a pas pour dénoncer l’arrestation de Nguyen An Ninh, au grand dam de la jeunesse agitée. Le 4 avril, un cortège funèbre de soixante-dix mille personnes ont défilé dans Saigon au mausolée pour Phan Châu Trinh à Tan Son Nhat. Les grèves et les manifestations contre la domination française ont éclaté dans les semaines qui ont suivies. L’activisme radical avait remplacé les tentatives plus calmes pour la réforme. La presse en a été transformée, tandis que le journalisme vietnamien devenait plus dramatique et conflictuel. Mais à la fin de l’année la protestation politique avait quitté les pages des journaux de Saigon pour s’étendre aux trottoirs et les rues. La presse avait fait place à la mobilisation de masse et de militantisme.

Le débat politique est apparue dans les journaux de Saigon à la fin de la Première Guerre mondiale. Grâce à l’encouragement du gouverneur général Albert Sarraut, Bùi Quang Chiêu et Nguyễn Phú Khai fondaient la Tribune Indigène en août 1917 en langue française. C’était la première broadsheet politique vietnamienne occasion . Bùi Quang Chiêu était le rédacteur en chef et Nguyễn Phú Khai l’éditeur . Les deux hommes étaient membres de la nouvelle élite sociale urbaine vietnamienne de la Cochinchine . Bùi Quang Chiêu est né dans une famille de lettrés de Ben Tre , dans le delta du Mékong et ses études à l’ École coloniale et l’ Institut national agronomique , à Paris . Après son retour à la Cochinchine , il a travaillé comme ingénieur agronome . Il s’est impliqué dans la Société d’ Enseignement mutuel et a aidé à fonder l’Association amicale des Anciens Élèves du Collège Chasseloup Laubat - . En 1918 , il était président de fois . Nguyễn Phú Khai , le fils d’un administrateur à la retraite dans la fonction publique coloniale , est né dans une famille catholique de Ba Ria au sud-est de Saigon . La Tribune Indigène se décrit comme « le baromètre de l’opinion publique vietnamienne " ( p. 81), mais en général a adopté une approche conservatrice modérée aux questions politiques et sociales telles que la franchise électorale .

Après l’apparition de La Tribune Indigène , l’édition de journaux à Saigon prospéré . En deux ans, la ville comptait pas moins de sept journaux en vietnamien romanisé et un autre en français , tous dirigés aux lecteurs vietnamiens .

Nguyễn Phan long fondateur de L’ Écho Annamite avec le soutien du gouvernement colonial en 1920 . C’était le principal contributeur du journal et devint son directeur et propriétaire unique . Né à Hanoi , Nguyen Phan longue revient à la région d’origine de son père de la Cochinchine en 1916 et a travaillé comme agent des douanes avant de se tourner vers le journalisme . L’Écho Annamite , comme La Tribune Indigène , s’oppose diverses politiques gouvernementales , mais a adopté une conciliation plutôt que d’une attitude de confrontation .

Au fil du temps , le ton des journaux anciens et nouveaux de langue vietnamienne , comme Nông co Mín Djam [ Affaires agricoles ] , Công Luan Bao [ l’opinion publique ] , Djong Phap Thoi Bao [ Indochine fois] , et Nam Ky Kinh Te Bao [ Cochin Chine Journal économique ] , est devenu moins didactique et moralisateur et plus engagé politiquement et critique . L’influence éditoriale de l’ancienne génération d’écrivains tels que Nguyễn Chanh SAT , Le Hoang Muu , et Hồ Văn Trung a fait place à une nouvelle génération d’intellectuels , y compris Cao Văn Chanh Nguyen Hao Vĩnh , Cao Hai DJE , et Lâm Hiep Châu . Ils ont écrit pour une petite mais de plus en plus instruits , politiquement et économiquement aspirant , et censure lectorat .

La presse vietnamienne et son lectorat se radicalisent pendant les années folles du début des années 1920 . En 1923 , les lecteurs vietnamiens ont appris que le gouvernement colonial destiné à permettre à un consortium d’intérêts financiers français à développer de nouvelles installations pour le port de Saigon et de gérer ces installations pour une durée de quinze ans. Des journaux comme La Vérité , La Voix libre , Saigon Républicain , Nong co Mín Djam , et Công Luan Bao opposés à la proposition , tandis que d’autres , y compris L’Impartial , son homologue en langue vietnamienne Trung tour Bao , Le Courrier Saïgonnais , Le Progrès annamite , et Luc Tinh Tân Văn [ Nouvelles des six provinces ] , a soutenu le plan et a subi une baisse de lectorat en conséquence.

Dans le sillage de l’affaire de monopole du port , une jeune excentrique retour de France nommé Nguyễn An Ninh a commencé à publier La Cloche fêlée . Le journal est devenu si populaire que son hebdomadaire tirage atteint 2000 et représentait un peu moins de dix pour cent du total des ventes de la presse Saigon . En numéro après numéro , Nguyễn An Ninh et Eugène Dejean de la Bâtie , le fils illégitime d’un diplomate français et un vendeur de rue vietnamienne, passionnément attaqué le gouverneur vénal de la Cochinchine , Maurice Cognacq et son administration corrompue .

Après les presses à La Cloche fêlée arrêtés en 1924 , L’Indochine , fondée en 1925 par Paul Monin et le futur ministre de la culture français André Malraux , et Djong Phap Thoi Bao , édité par Trần Huy Lieu, sont devenus les deux journaux Saigon plus critique de l’administration coloniale . Mais les événements tumultueux de printemps 1926 ont conduit les autorités à arrêter muckrakers dans la presse et les manifestants dans les rues . Des journaux comme Tân Ky [ New Century ] , un quotidien en langue vietnamienne qui a vendu une moyenne de six mille exemplaires par numéro , directement critiqué le gouvernement colonial et ses censeurs . D’autres journaux , y compris Công Giao Đồng Thinh [Voix catholique ] , Marshalled lecteurs autour de causes particulières comme la situation sociale des tireurs de pousse . Journal vietnamien est devenu de moins en moins des lieux de l’opposition et de débat et de plus en plus d’outils de mobilisation politique motivée .

Dans La naissance de Vietnamiens journalisme politique , Philippe Peycam décrit l’évolution du « village de la presse » (LANG BAO ) à l’époque coloniale Saigon en termes de transformation de la « sphère publique ». Ce concept vient de 1962 Habilitationschrift de théoricien critique allemand Jürgen Habermas , intitulé Strukturwandel der Öffentlichkeit . Untersuchungen zu einer der Kategorie bürgerlichen Gesellschaft [ La transformation structurelle de la fonction publique : Une enquête sur une catégorie de la société Bourgeois ] . Habermas soutient qu’une " sphère publique bourgeoise " de plein débat rationnel entre particuliers d’abord développé dans les Etats absolutistes du XVIIIe et au début du XIXe siècle européen , puis a diminué pendant le reste du XIXe siècle et au XXe siècle. Le Habilitationschrift a été traduit en français en 1978 et en anglais seulement , en 1989 . Il est vite devenu une source d’inspiration théorique important pour les historiens de l’Europe moderne , et plus tard pour les historiens de l’Asie moderne .

L’interprétation de Peycam de Habermas part trois importantes similitudes avec les travaux d’autres historiens inspirés par le théoricien allemand . Tout d’abord, Peycam s’intéresse principalement à la première partie du livre de Habermas , qui traite de l’émergence et de la consolidation de la sphère publique au cours de son histoire des débuts . Deuxièmement, Peycam conçoit la sphère publique principalement en termes spatiaux . Il s’appuie sur la traduction française de Habermas Habilitationschrift , ce qui rend le titre que l’Espace publique : Archéologie de la publicité Comme dimension constitutive de la société bourgeoise . La traduction en anglais du titre de l’œuvre , la transformation structurelle de la sphère publique : Une enquête sur une catégorie de la société bourgeoise , importe de même une métaphore spatiale en traduisant Öffentlichkeit ( " public", " publicité ", " caractère public " ) comme " sphère publique . " la principale conséquence de cette métaphore spatiale est de concevoir le« public » comme ayant un emplacement ( dans la presse, dans ce cas) , plutôt que d’être la qualité d’un groupe d’individus en association . Troisièmement, Peycam est que superficiellement concerné avec la base économique pour les changements dans le journalisme vietnamien qu’il décrit . Habermas , d’autre part , lie son débat sur la transformation de la sphère publique en Europe à la croissance des rapports de production capitalistes .

Engagement plus profond avec Habermas a beaucoup à offrir historiens du Vietnam moderne . Les journaux qui Peycam discute publié non seulement le journalisme et le commentaire politique, mais les publicités pour les cigarettes emploi également , le lait condensé Nestlé , les voitures Citroën , les médecins français vietnamien instruite, la Pharmacie Solirène , bijoutiers , et le cinéma Eden , parmi beaucoup d’autres . L’économie de la Cochinchine et sa capitale Saigon a grondé après la Première Guerre mondiale , soutenue par la croissance du commerce de riz asiatique . Lecteurs vietnamiens rencontrés non seulement de nouvelles idées et de débats politiques, mais aussi de nouveaux produits et services, souvent sur des pages en regard des mêmes journaux grand format et tabloïds . Ils ont formé de nouvelles aspirations politiques et de nouveaux besoins économiques , les besoins , les goûts et dans le même temps . Un des points forts de la théorie de Habermas est qu’il suggère que les changements dans le débat politique peuvent être liés à des changements économiques , en particulier les changements dans la consommation . A la fin des années 1920 , alors que l’économie coloniale est entré en déclin et a subi le choc de la Grande Dépression , il est devenu plus difficile pour les jeunes, instruits de la classe moyenne vietnamienne pour satisfaire les nouveaux goûts et des besoins qu’ils avaient développé dans de la décennie précédente . Le passage d’ un débat rationnel au radicalisme dans la presse reflète les changements dans la richesse de ses lecteurs et de pouvoir d’achat .

La naissance de Vietnamiens journalisme politique révèle les débats politiques dynamiques qui ont eu lieu dans la presse Saigon après la fin de la Première Guerre mondiale . Et il offre des portraits saisissants d’une série d’écrivains français et vietnamiens , des journalistes et des intellectuels . Les historiens du Vietnam trouveront dans le volume d’abondantes ressources théoriques et documentaires pour donner un sens aux changements économiques, sociaux , et politiques déconcertantes qui ont balayé l’Indochine française au début du XXe siècle.
Google Traduction pour les entreprises :Google Kit du traducteurGadget TraductionOutil d’aide à l’export