quand l’art contemporain vietnamien s’invite à Paris en octobre (...)

Dernier ajout : 23 octobre 2015.

JPEG - 74.9 ko
au jeu de paume DdMiscault©

Au Musée du JEU DE PAUME

quand l’art contemporain vietnamien s’invite à Paris en octobre 2015

Nguyen Trinh Thi est la pionnière du cinéma indépendant vietnamien. Depuis 2007 (Love man love woman est son premier film), elle tourne sans demander l’autorisation des autorités vietnamiennes quitte à ce que ses films n’obtiennent pas de visa d’exploitation. En 2009, elle crée à Hanoi un laboratoire de films documentaires et expérimentaux qui porte le nom de Doclab, homonymie de Doc Lap qui en vietnamien signifie ‘indépendant’. Elle y présente des films notamment étrangers sans visa de la censure.

Nguyen Trinh Thi est aussi la pionnière du cinéma expérimental vietnamien. Elle fait un travail critique sur la mémoire historique, n’hésitant pas à remonter des documentaires et films de fiction produits par les studios d’État. Depuis 2012, avec Jo ha kyu, elle expérimente des formes nouvelles de narration où la découverte d’une ville comme Tokyo est aussi pour l’auteure une redécouverte de soi. Lettres de Panduranga est de la même veine qui imbrique images du pays Cham et réflexions personnelles de façon très réussie.

Le ciné-club Yda a inauguré son activité en juin 2008 avec le film Love man love woman, puis en janvier 2013 a consacré à Nguyen Trinh Thi une rétrospective avec 5 de ses films Love man love woman - Spring comes winter after - Chronicle of a tape recorded over - Song to the front - Jo ha kyu. Ce qui est vrai, c’est que le cinéma expérimental de Trinh Thi déconcerte pas mal de spectateurs habituels de Yda. THH

Une témoin : "J’ai beaucoup apprécié le film de N. T. Thi... Ce n’est ni propagande, ni langue de bois, ni hypocrisie mais la vérité.
Il faut parler des minorités ethniques au Viêt Nam (et surtout des Cham) qui subissent toutes les spoliations possibles et imaginables : interdiction de suivre leur religion, langue et culture, confiscation de leurs terrains, sédentarisation forcée dans des "maisons" en tôle,...
Le chef des Cham a été emprisonné car il parle français.
Je suis allée à la fête Katé ; au retour à Sài Gon, j’ai été convoquée par la police !
Il ne faut pas s’étonner de la radicalisation des Cham musulmans...
J’en ai marre aussi des spectacles ou les Kinh parodient les chants, danses et costumes des minorités : c’est vraiment ridicule et choquant !" le 24 octobre 2015

ET ASIA NOW PARIS à l’Espace Cardin du 20 au 22 octobre

Ouvrir, décloisonner, découvrir et partager : ASIA NOW Paris Asian Art Fair est une foire à taille humaine (une vingtaine de galeries invitées) qui invite à repenser l’art contemporain asiatique.
45 artistes du Cambodge, Chine, Hong Kong, Indonésie, Corée, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Vietnam avec la Galerie QUYNH qui exposait Hoang Duong Cam et Trong Gia Nguyen et l’exposition des œuvres de Nguyen Hai Tuan. dans le cadre de la galerie milanaise Primo Marrela

JPEGNguyễn Thái Tuấn
Vietnam, b. 1965

Nguyen Thai Tuan was born in 1965, he studied at the school of Fine Arts of Hue where he studied propaganda art, which he got bored of very quickly. He is one of the most important Vietnamese artists of his generation that remained and worked in his country, while many other artists were trained in the United States.

His work questions the history and fragility of humanist values and the affirmation of subjectivity in opposition to political power. He produced several series of paintings, among which is Heritage that shows in the background buildings and monuments related to Vietnamese history. He seeks to portray a critical space between the past and the present.

Portfolio

  • installation de Nguyen Trinh Thi Dd©miscault
  • Nguyen Trinh Thi musée du jeu de paume
  • Quynh Pham
  • Nguyen Hai Tuan Asia Fair espace cardin