Relations internationales

Dernier ajout : 6 septembre 2011.

  2 décembre anniversaire sur la Fondation du Laos, vue par les vietnamiens

LE DÉVELOPPEMENT DANS LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE DU LAOS PENDANT LES ANNÉES DERNIÈRES

Aller de pair avec la construction et le développement d’économie nationale, la République démocratique populaire du Laos prend aussi en compte la mise en oeuvre des politiques étrangères afin de rehausser son rôle ainsi que sa position sur l’arène internationale et régionale.
En poursuivant toujours une politique étrangère de paix, d’indépendance, d’amitié, de multi latéralisation, de diversification et de coopération mutuellement bénéfique avec les pays, les entités internationaux, le Laos a obtenu les réalisations remarquables dans ce domaine. Les relations amicales et la coopération avec les pays voisins et amicaux traditionnels n’ont cessé d’être renforcées et approfondies de plus en plus, dont surtout la relation de solidarité exceptionnelle et de coopération intégrale avec le Vietnam. En même temps, la relation stratégique intégrale avec la Chine, la relation stratégique avec le Japon et la Russie sont bien aussi consolidées. En outre, le Laos renforce constamment la coopération voisine avec le Cambodge et la Thaïlande, tout en prenant l’ASEAN pour l’une des priorités importantes dans la coopération multilatérale. Jusqu’à présent, la République démocratique populaire du Laos a établi les relations officielles avec 138 pays, avec 38 missions diplomatiques à l’étranger. Les activités diplomatiques bilatérales du Laos sont de plus en plus dynamiques, concrets et efficaces.
À noter bien que dans les 5 dernières années, le Laos a fait des efforts pour améliorer sa position dans la région et dans le monde entier par le succès d’organisation des grandes conférences internationales telles que : la conférence de partenariat parlementaire Asie-Europe (ASEP 7è), le sommet ASEM 9è en 2012, le haut sommet des dirigeants d’ACMECS 5è et le haut sommet CLMV 6è en 2013, le haut sommet CLVDTA 8è et l’Assemblée générale de l’AIPA 35è en 2014. Toujours avec cela, le Laos a encore montré sa responsabilité dans les autres forums de coopération multilatérale : ayant activement participé à l’ASEAN, au mouvement des non-alignés, à l’organisation des pays francophones, à la coopération sous-région du Mékong, à la coopération de développement du triangle Vietnam - Laos - Cambodge, ayant bien été le président du groupe des pays en développement n’ayant pas de frontières mer en 2012-2013, etc. Les résultats des activités étrangères citées ci-dessus ont contribué à consolider l’environnement stable et pacifique pour le développement socio-économique, à rehausser plus vite la position laotienne sur la scène internationale, à rapporter au Laos plus de force et d’expériences en coopération et intégration internationale, en particulier quand ce pays va prendre en charge le président de l’ASEAN en 2016.
Les résultats obtenues dans la mise en œuvre des politiques étrangères du Laos ont aidé le pays à créer un environnement favorable à la construction et la protection du pays, à promouvoir la paix et la coopération entre les peuples. Avec une politique étrangère active et flexible dans la résolution des situations, on pourrait espérer que la diplomatie de la République démocratique populaire du Laos va obtenir de plus grands succès et rehausser le rôle, la position du pays sur l’arène internationale./.
Tiến sỹ Van Dy Xay Nha Chac

- LES POINTS MARQUANTS DANS LE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE DU LAOS

Pour continuer et faire valoir les réalisations obtenues pendant les dix premières années du XXIè siècle, la République démocratique populaire du Laos a fait de nouveaux efforts afin de surmonter les difficultés et les défis intérieurs ainsi qu’extérieurs, tout en gagnant de grands succès dans tous les domaines durant la période 2011-2015, dont notamment le développement socio-économique et le maintien de sécurité et de défense.
Tandis que pour plusieurs pays dans le monde et la région, la croissance économique tend à ralentir, le taux de croissance de Laos a non seulement maintenu à un haut niveau mais a encore dépassé celui des périodes précédentes. Si celui en période 2001-2010 a atteint un moyen de 7% par an, en cinq dernières années, il est devenu 8%, dépassant l’objectif indiqué du Parti et d’Etat. Le PIB en 2014-2015 est égal à 102.320 milliards de kips (monnaie laotienne) et est équivalent à 12,65 milliards de dollars ; le PIB par habitant est de 1.844 dollars, soit presque le double en comparaison avec celui du 2010. Tout cela a fait du Laos un pays à revenu moyen inférieur et l’aide à s’échapper de liste des pays pauvres en 2015. C’est une réalisation remarquable que beaucoup de pays pauvres voudraient rattraper.
Au cours des années dernières, il va de soi que le Laos a déclenché de nombreuses politiques de développement économique, dont notamment les suivantes : attirer l’investissement étranger ; apprécier la construction des zones économiques spéciales ; promouvoir toutes les six grandes stratégies commerciales : commerce extérieur, production et gestion d’import-export, services commerciaux et transit, développement du marché et gestion des produits, développement des ressources humaines et administration ; renforcer la coopération économique régionale et associer activement l’essor industriel avec la protection environnementale. Les investissements directs à l’étranger (IDE) sont maintenant un des moteurs de croissance économique laotienne. Depuis que le Laos a adopté la loi des IDE (1988) jusqu’au maintenant, ce pays a attiré plus de 22 milliards de dollars avec plus de 4.500 projets des investisseurs venus de 54 pays et territoires.
Parallèlement aux efforts en croissance économique, le gouvernement laotien s’est beaucoup intéressé à la restructuration de l’économie et au développement des industries principales telles que l’électricité, la construction, l’exploitation minière. Il s’agit encore du secteur hydroélectrique qui a eu de grands bonds, avec une croissance de 3 fois de plus par rapport à celle de la période précédente. En même temps, la macroéconomie laotienne est presque toujours stable, le kip maintient sa valeur. Les épargnes des habitants représentent environ 50% du PIB, les capitaux d’investissement et du commerce international augmentent assez vite. Pendant les seuls 9 premiers mois du 2015, le Laos a attiré 428 millions de dollars en aide publique au développement (APD) ; a mobilisé 2.899 millions de dollars d’investissement direct venus du secteur privé et étranger, dépassant l’objectif indiqué de 48%. Va de pair avec cela est le chiffre d’affaires import-export assez impressionnant : plus de 8 milliards de dollars, soit environ 80% du plan de 2015.
À cela s’ajoutent l’élimination de la faim, la lutte contre la pauvreté en créant des travaux, la restructuration d’économie ainsi que le développement d’infrastructure technique et sociale. Pendant les 5 années passées, le Laos a eu des bons résultats en réalisant les objectifs du Millénaire pour le développement (OMDs) des Nations Unies, le taux des foyers pauvres a diminué jusqu’à 6,59%, dépassé l’objectif de 10a.
Outre les progrès socio-économiques du pays, la situation de sécurité et de politique continue à être bien maintenue. Sous la direction du Parti populaire révolutionnaire du Laos (PPRL) et la gestion responsable, efficace du gouvernement, le régime démocratique du peuple au Laos n’a cessé d’être renforcé, la société est stable, la vie des gens s’améliore par l’encouragement de production et la mise en oeuvre des OMDs. Le système politique de démocratie populaire est bien consolidé vers la construction d’un État de droit du peuple, par le peuple et pour le peuple. La décentralisation entre le central et le local ainsi que la coordination entre les ministères d’État et du système politique sont attentivement prises en compte.
À ne pas manquer que ces dernières années, le Laos a maintenu la stabilité politique, sociale et la sécurité-défense avec aucune fluctuation surprise ou aucun incident de sécurité. Les forces de sécurité publique et d’armée laotiennes ont mis en place plusieurs plans et mesures pour mettre fin aux complots des forces hostiles. La construction de l’ordre civil de sécurité-défense à partir du niveau central jusqu’au niveau local et la coopération internationale sont très efficaces, surtout dans la lutte contre les réactionnaires dans les forêts et dans l’assurance de sécurité des sommets internationaux de haut niveau. C’est le maintien de stabilité politique-sécurité ainsi que le profit de la démocratie populaire qui ont créé la base solide pour les succès socio-économiques et l’élargissement de coopération internationale du Laos.
À côté de cela, la République démocratique populaire du Laos a obtenu des réalisations remarquables dans les affaires étrangères et la coopération internationale, contribuant de manière significative à la construction et protection du pays ainsi qu’à la paix, l’amitié, la coopération et le développement dans la région et le monde. Cela a aussi rehaussé sans cesse la position du Laos sur l’arène internationale.
Grâce aux efforts inlassables, pendant les 5 ans derniers, la République démocratique populaire du Laos a obtenu des réalisations encourageantes dont la plus remarquable est de maintenir un taux de croissance haut et continu. En même temps, les résultats impressionnants dans la mise en oeuvre des objectifs de développement humain, surtout dans l’élimination de la faim et la lutte contre la pauvreté ainsi que la stabilité, la responsabilité et l’amitié en coopération internationale, en particulier la fidélité en relations avec les amis traditionnels ont eu et sont en train d’aider le pays à porter à son plus haut niveau. Tout cela a prouvé une fois de plus la forte vitalité de la démocratie populaire laotienne sous la direction du Parti populaire révolutionnaire du Laos, de l’unité des tribus laotiens, de l’amour du travail et de la générosité du laotien, de l’esprit d’amitié, de solidarité internationale, dont surtout la relation exceptionnelle Laos – Vietnam./.
Tiến sỹ Duorg Di Vikhakes

Octobre 2015

Le Vietnam confirme son intégration internationale active

La participation du président Truong Tân Sang au Sommet de l’ONU sur le développement durable et sa visite officielle à Cuba sont des illustrations vivantes de l’intégration internationale active et dynamique du Vietnam.

Le président Truong Tân Sang prononce un discours lors de la séance d’ouverture du Sommet de l’ONU sur le développement durable.
Photo : VNA/CVN

Les activités du président Truong Tân Sang à l’ONU et à Cuba montrent la politique extérieure du Vietnam pour la paix, la coopération et le développement, ainsi que sa volonté d’être un partenaire fiable et un membre responsable de la communauté internationale. Ce succès avait permis d’améliorer le statut du Vietnam sur la scène internationale et de resserrer sa coopération multiforme avec l’ONU, ainsi que de grands partenaires et des amis traditionnels.

Mobilisés pour les Objectifs de Développement durable

Le discours prononcé par le président Truong Tân Sang lors de la première journée du Sommet de l’ONU a été la contribution la plus remarquable du Vietnam, car il a confirmé sa volonté de mobiliser toutes ses ressources pour appliquer au mieux l’Agenda 2030 et les Objectifs de Développement durable (ODD). Il a en outre mis l’accent sur la garantie de la paix et de la sécurité ainsi que le respect du droit international, lesquels sont des conditions préalables à la réussite des ODD.

Il a également souligné l’importance d’une grande volonté politique, de la mobilisation de toutes les ressources et atouts d’un pays, ainsi que de l’intégration des ODD dans toutes les politiques et les stratégies de développement, avec la priorité accordée à l’homme. Le président vietnamien a de plus insisté sur la nécessité de renforcer les partenariats mondiaux pour le développement.

À cette occasion, le chef de l’État a présenté la stratégie nationale pour le développement durable, la restructuration économique et le renouvellement du modèle de croissance au Vietnam, ses efforts pour collaborer avec les autres pays membres de l’ASEAN en vue de maintenir la paix et la sécurité dans la région, dont la sécurité, la sûreté et la liberté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale.

Dans le cadre du Sommet, Truong Tân Sang a prononcé trois autres discours sur le développement rural et l’égalité des sexes qui sont deux secteurs d’excellence du Vietnam, et le maintien de la paix de l’ONU. Il a annoncé que le Vietnam déploierait rapidement un hôpital de niveau 2 et une unité du génie pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Au regard des activités dynamiques du Vietnam au Sommet, les partenaires reconnaissent le pays comme un exemple en termes de développement socio-économique. Lors d’une rencontre avec Truong Tân Sang, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a particulièrement apprécié les contributions du Vietnam aux négociations des textes du Sommet, son fort engagement politique pour la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Selon lui, si tous les pays consentent à ces mêmes efforts performants, le monde appliquera certainement avec succès les ODD.

Pendant son séjour à New York, la délégation vietnamienne a rencontré les représentants d’une vingtaine de pays pour discuter des questions internationales d’intérêt commun et du renforcement des relations bilatérales. Ces pays ont tous apprécié la réduction de la pauvreté au Vietnam et affirmé qu’avec ses réalisations, le Vietnam est digne d’être un membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mandat 2020-2021. Ils ont affirmé leur volonté de collaborer avec le Vietnam et de l’assister dans la mise en œuvre des ODD d’ici 2030.

En marge du Sommet de l’ONU, le Vietnam et les États-Unis ont organisé diverses activités afin de commémorer le 20e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques, de continuer de promouvoir leur partenariat intégral et de développer les résultats obtenus lors de la visite en juillet aux États-Unis du secrétaire général du Parti communiste du Vietnam (PCV), Nguyên Phu Trong. De nombreux colloques, dialogues et rencontres ont eu lieu.

Après l’ONU, Cuba

Le président vietnamien, Truong Tân Sang (gauche), et le président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de Cuba, Raul Castro, le 29 septembre, à Cuba. Photo : VNA/CVN

Après le Sommet de l’ONU, le président Truong Tân Sang a effectué une visite officielle à Cuba, laquelle a permis d’intensifier la solidarité fraternelle et la coopération intégrale entre les deux pays.

Outre une multiplication des visites de tous échelons, le Vietnam et Cuba ont convenu de développer leurs relations économiques, leur collaboration étroite et leur soutien mutuel au sein des organisations internationales et forums multilatéraux. Ils ont également décidé de contribuer activement à la paix, à la stabilité et à la coopération égale dans leurs régions et dans le monde. À cette occasion, six contrats et projets de coopération ont été signés. Cuba a décoré le président Truong Tan Sang de l’Ordre José Marti, sa distinction la plus noble pour les leaders et hommes d’affaires étrangers.

La visite officielle du chef de l’Etat Vietnamien

 Truong Tân Sang à Cuba

Le président du Vietnam, Truong Tân Sang, et le président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de Cuba, Raul Castro Ruz, ont convenu d’améliorer l’efficacité du Comité intergouvernemental, du Dialogue stratégique au niveau de vice-ministre de la Défense et de la Consultation politique au niveau de vice-ministre des Affaires étrangères entre les deux pays.
Séance de travail entre les délégations vietnamienne et cubaine, conduites par Truong Tân Sang et Raul Castro, le 29 septembre à La Havane.

À l’occasion de la visite officielle du chef de l’État vietnamien à Cuba, les deux dirigeants ont constaté que les relations spéciales entre les deux pays avaient réalisé de nouvelles avancées en tous domaines.
Les visites de délégations de tous échelons se sont multipliées. L’efficacité des mécanismes de coopération bilatérale s’est améliorée. L’application de l’Agenda économique bilatéral signé en mars 2014, et notamment du projet d’assistance vietnamienne pour Cuba dans la riziculture pour 2010-2015, a porté de premiers fruits encourageants. Les relations bilatérales dans la sécurité-défense et la diplomatie se sont consolidées. D’autant plus encourageant que le Vietnam et Cuba possèdent encore de grands potentiels de coopération, particulièrement dans le commerce, l’investissement, les sciences et technologies, l’agriculture, la santé, l’éducation et la formation.

Favoriser au mieux la coopération économique

Les deux présidents ont ainsi décidé d’accorder une priorité à l’accélération des négociations pour signer rapidement un nouvel accord commercial qui substituera la convention conclue en 1996, dans le but de favoriser au mieux la coopération économique bilatérale.

Les deux dirigeants ont été unanimes à chercher à élever la performance des projets de coopération bilatérale dans l’agriculture et l’aquaculture, à favoriser l’accès au marché de leurs entreprises, à lancer des projets dans les secteurs du pétrole, du tourisme, des matériaux de construction, des biens de consommation, des télécommunications, etc. Ils ont également affirmé étudier la possibilité d’établir un mécanisme de coopération pour les recherches et la production de produits pharmaceutiques, ainsi que renforcer leurs relations dans la culture, le sport, le tourisme et l’éducation.
Le président Raul Castro décerne l’Ordre José Marti au chef de l’État vietnamien, le 29 septembre à La Havane.

Par ailleurs, Truong Tân Sang et Raul Castro se sont engagés à resserrer leur collaboration et le soutien mutuel au sein des organisations internationales et des forums multilatéraux afin de défendre leurs intérêts légitimes, d’améliorer leurs statuts sur la scène internationale et de contribuer à la paix, à la stabilité et à la coopération dans leurs régions et dans le monde. Les deux parties ont en outre déclaré leur soutien pour le règlement pacifique des différends territoriaux selon le droit international.

À cette occasion, le Vietnam a offert à Cuba 5.000 tonnes de riz. Le président Raul Castro a adressé ses remerciements aux dirigeants et au peuple vietnamiens pour ce cadeau qui, selon lui, est un témoignage de la solidarité traditionnelle et de la coopération fraternelle entre les deux pays.

Approfondir la solidarité fraternelle

Le dirigeant cubain a estimé que cette visite du président Truong Tân Sang permettrait d’approfondir la solidarité fraternelle, la coopération intégrale et la confiance mutuelle entre les deux pays. Il a particulièrement apprécié le soutien du Vietnam pour la révolution de son pays, dont la 7e Conférence d’Asie-Pacifique de solidarité avec Cuba organisée les 8 et 9 septembre à Hanoi. Félicitant le Vietnam pour ses réalisations, Raul Castro a déclaré que Cuba prenait en haute estime les expériences et enseignements du Vietnam.
Signature d’un mémorandum sur l’échange d’information liées à l’inspection et à la supervision bancaires entre la Banque d’État du Vietnam et la Banque centrale cubaine.

Le président Truong Tân Sang a transmis les salutations des dirigeants vietnamiens au président Raul Castro, au leader Fidel Castro et aux autres personnalités cubaines. Il a vivement félicité Cuba pour ses réalisations économiques et diplomatiques ces derniers temps, avant d’inviter Raul Castro à effectuer une visite officielle au Vietnam. L’invitation a été acceptée.

Les deux dirigeants ont assisté à la signature d’une convention sur la reconnaissance réciproque de diplômes de l’enseignement universitaire, et un mémorandum sur l’échange d’information liées à l’inspection et à la supervision bancaires entre la Banque d’État du Vietnam et la Banque centrale cubaine.

Le président Raul Castro a décerné l’Ordre José Marti au chef de l’État vietnamien. Il s’agit de la distinction la plus noble de Cuba pour les leaders et les hommes d’affaires étrangers ayant des contributions considérables à la paix et à l’humanité.

 - juin 2013

Diplomatie :
La diplomatie vietnamienne a été très active ces derniers mois, comme en témoigne une série de voyages officiels et d’accords à long terme.

Russie : En mai, le premier ministre Nguyen Tan Dung s’est rendu en Russie et en Biélorussie. Dans le premier de ces deux pays, la délégation a visité les chantiers de Kaliningrad où sont construits les six sous-marins de la classe Kilo commandés en 2009 et qui doivent être tous livrés d’ici 2016. Le premier ministre a rencontré Vladimir V. Poutine à Sotchi. Des accords ont été signés pour le développement des échanges touristiques et la poursuite de la coopération bilatérale dans les domaines de la justice et de l’énergie : exploitation des ressources de pétrole et de gaz naturel dans la zone économique exclusive du Viêt Nam, construction de la centrale nucléaire de Ninh Thuan 1. Les échanges commerciaux ne sont ce- pendant pas à la hauteur du parte- nariat stratégique qui a été conclu entre les deux pays. L’ambition est de les porter à 20 milliards de dollars à l’horizon 2020 et de parvenir à un accord de libre-échange.

Chine : Le président Truong Tan Sang s’est rendu en Chine du 19 au 21 juin, à l’invitation de son homologue, Xi Jiping. Des discussions, il ressort la volonté d’appliquer la devise « voisinage amical, coopération intégrale, stabilité durable, orientation vers l’avenir », dans l’esprit « bon voisin, bon ami, bon camarade, bon partenaire », qui inspirait l’accord de partenariat et de coopération stratégique intégrale signé il y a dix ans. Le dialogue idéologique et politique entre les deux partis communistes se poursuivra. Il a été décidé de veiller au rééquilibrage des échanges commerciaux et d’atteindre l’objectif convenu des 60 milliards de dollars avant 2015, d’approfondir la coopération dans une série de domaines (agriculture, pêche, énergie, etc.), de développer les liaisons entre les deux pays, par exemple avec la construction de l’autoroute Lang- son-Hanoi (projet « deux couloirs,
une ceinture économique »). Des décisions ont été prises concernant la sécurité de la frontière terrestre et l’exploitation rationnelle des ressources du golfe du Tonkin. Les « différends en mer » ont été abordés avec « franchise ». Les deux parties « doivent se maîtriser et s’abstenir de tout acte qui puisse aggraver les différends. [Elles] doivent exploiter au mieux la ligne rouge établie entre les deux ministères des Affaires étrangères pour contrôler les crises en mer et régler de façon satisfaisante les problèmes émergents afin que ces problèmes n’affectent pas les relations bilatérales, la paix et la stabilité en Mer Orientale. [Elles] sont convenues de respecter la Déclaration sur la conduite des parties en mer Orientale (DOC), ainsi que de coopérer pour préserver la paix et la stabilité en Mer Orientale », en commençant par la solution des questions les moins complexes.

Thaïlande  : le secrétaire général du Parti communiste vietnamien, Nguyen Phu Trong, a séjourné en Thaïlande du 25 au 27 juin, à l’invitation de la premier ministre, Mme Yingluck Shinawatra. Il a rencontré la communauté vietnamienne résidant dans le pays, a été fait docteur honoris causa de l’université Thamassat et, plus important, a signé un accord de partenariat stratégique couvrant les domaines politique, militaire, sécuritaire, économique et culturel, afin de contribuer à la paix et à la stabilité de la région. Il a été notamment décidé de porter les échanges bilatéraux à 15 milliards de dollars en 2015, de renforcer la connectivité entre les deux pays via le Corridor Est-Ouest, les routes 8 et 12, d’approfondir les échanges universitaires, artistiques et linguistiques. Une attention particulière a été accordée au renforcement de l’ASEAN dont les deux pays sont des membres actifs et d’agir de concert pour la solution des différends en mer Orientale.

Indonésie : Le président Truong Tan Sang s’est rendu en Indonésie les 27 et 28 juin, à l’invitation de son homologue, Susilo Bambang Yudhono. Il a été décidé de porter le niveau des relations bilatérales,
traditionnellement amicales, à celui d’un partenariat stratégique. L’objectif des 10 milliards de dollars pour les échanges commerciaux a été fixé à l’horizon 2018, qui concerne notamment la fourniture de riz vietnamien à l’Indonésie. La coopération devrait s’approfondir dans les domaines de la pêche, de l’énergie, de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les deux pays s’entendront à propos de la délimitation de leurs zones économiques exclusives, agiront de concert pour le règlement pacifique des différends en mer Orientale et en vue du renforcement de l’ASEAN. Ils concerteront leurs actions dans les enceintes multilatérales dont ils sont membres. La coopération entre les deux marines sera développée.

France  : Le lieutenant-général Do Ba Ty, chef d’Etat-major de l’Armée populaire du Viêt Nam, a séjourné en France du 24 au 28 juin, à l’invitation de son homologue, l’amiral Edouard Guillaud. Celui ci a souligné l’importance que la France accorde à la préservation de la paix en Asie du sud-est et a félicité le Viêt Nam pour sa décision de participer aux opérations de maintien de la paix de l’ONU. À cette fin, la France l’aidera de son expérience. La coopération bilatérale en matière de formation et de médecine militaire se pour- suivra et la France agira pour que le Viêt Nam soit admis au sein de l’Organisation hydrographique internationale, basée à Monaco depuis 1970 (la fondation du Bureau hydrographique international remonte à 1921).

- Novembre 2012

Prime Minister Dmitry Medvedev posing under late Vietnamese leader Ho Chi Minh’s statue at the presidential palace in Hanoi on Wednesday. Agreements on oil and space signed between Russia and Vietnam during Medvedev’s trip will mean closer cooperation between the two countries.
The Moscow Times

Kremlin, Vietnam Ink Oil Deal

Agreements on oil and space signed between Russia and Vietnam during President Dmitry Medvedev’s ongoing visit to Hanoi will mean closer cooperation between the two counties.

Vladimir Popovkin, head of the Federal Space Agency, and Nguyen Tan Dung, science and technology minister of Vietnam, signed an intergovernmental agreement on space cooperation Tuesday, Russia’s space agency said in a statement.

“This will give us an incentive to cooperate in the areas of remote sensing, satellite navigations and communications, space medical science and biology,” the statement said.

A separate agreement was reached to create favorable conditions for development of natural resources off continental shelves, analytical agency Investkafe said Wednesday.

Investkafe said Russia will give Vietnamese oil and gas companies access to Russian offshore fields, while Vietnam will invest in joint projects.

One such joint venture has already been successful : Gazpromviet, a partnership between PetroVietnam and Gazprom. Gazpromviet received a license to develop the Severo-Purovskoye gas field on the Yamal Peninsula.

Meanwhile, during a visit to Laos Medvedev commented on Rosneft’s purchase of TNK-BP. He said the deal did not mean that Rosneft’s privatization will be put on ice, Interfax reported.

“The policy of privatization and the government’s withdrawal from certain industries will be continued,” he said.

Juillet 2012
Mer de Chine du Sud : Hanoï et Manille dénoncent le projet de Pékin aux Paracels
AFP 24/7/2012

HANOI - Le Vietnam et les Philippines ont dénoncé mardi la décision chinoise d’établir une garnison militaire sur un groupe d’îlots contestés en mer de Chine méridionale, sur fond de tensions croissantes dans la région autour de ces eaux disputées.
Pékin a annoncé lundi, sans préciser de calendrier, que des troupes seraient fixées à Sansha, dans les Paracels, un des deux archipels de mer de Chine méridionale revendiqués par la Chine et le Vietnam.

L’autre archipel est celui des Spratleys, plus au sud, revendiqué également en partie par les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan.

La décision chinoise viole le droit international, porte gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam (...) et n’a pas de valeur, a déclaré mardi le porte-parole des Affaires étrangères vietnamiennes Luong Thanh Nghi à l’AFP, demandant à la Chine de mettre fin immédiatement à ce projet.
Il a ajouté qu’une note de protestation avait été adressée au ministère chinois des Affaires étrangères.

Les Philippines ont elles convoqué l’ambassadeur chinois à Manille.
Le gouvernement philippin a exprimé ses graves inquiétudes et fait part de ses protestations vigoureuses au sujet de la décision du gouvernement chinois d’établir une garnison sur le récif de Woody, dans les Paracels, a déclaré à la presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
La convocation de l’ambassadeur était également destinée à protester contre l’arrivée il y a plus d’une semaine d’une importante flotte de pêche chinoise près des Spratleys.
Taïwan de son côté va transporter en août sur l’île de Taiping, la plus grande des Spratleys, de l’artillerie et des mortiers, a confirmé mardi un porte-parole des garde-côtes, responsables de la défense de cette île où quelque 130 hommes sont stationnés.

Les relations se sont tendues ces dernières semaines dans la région autour des eaux disputées de mer de Chine méridionale, notamment entre Pékin et Hanoï d’une part, et Pékin et Manille d’autre part.

Cette mer, traversée par des voies maritimes internationales, est riche en ressources halieutiques et ses fonds pourraient receler d’importantes réserves de gaz et de pétrole.

Dans un rapport publié mardi, l’organisation International Crisis Group (ICG) estime que les chances de résoudre ces disputes régionales semblent diminuer, après l’échec récent de l’Asean, qui regroupe les dix pays du sud-est asiatique, à produire un code de conduite permettant de régir les conflits.
Ce code conduite, en discussion depuis dix ans, est censé empêcher les incidents de pêche, de droits de navigation ou d’exploration pétrolière de tourner au conflit, mais ses termes concrets n’ont jamais fait l’objet d’un consensus.

Sans un consensus sur un mécanisme de résolution, les tensions dans la mer de Chine méridionale peuvent aisément dégénérer en un conflit armé, a prévenu Paul Quinn-Judge, directeur pour l’Asie au sein de l’ICG.
Toutes les tendances pointent dans la mauvaise direction et les perspectives de résolution diminuent, déplore ce rapport.
burs/abd-fmp/ros
Romandie News

(©AFP / 24 juillet 2012 13h09)
Pékin s’installe en mer de Chine méridionale
Figaro 24/7/2012
Arnaud de la Grange Correspondant à Pékin
Sur les différends maritimes avec ses voisins, la Chine ne met pas l’arme au pied, au contraire. Elle a annoncé ce week-end avoir approuvé l’installation officielle d’une garnison en mer de Chine méridionale. Il s’agit d’un pas de plus pour sanctuariser ces eaux, qui sont l’objet de multiples querelles avec les pays voisins d’Asie du Sud-Est. Et d’une annonce qui pourrait encore accroître des tensions déjà fortes.
La mesure a été prise par la toute puissante Commission militaire centrale (CMC). Elle est avant tout symbolique, puisque la Chine avait déjà une substantielle présence militaire dans la zone. La garnison de Sansha aura pour mission de « garder la ville, apporter son soutien à des opérations locales de secours (...) et mener des missions militaires » selon l’agence officielle Chine nouvelle. Le mois dernier, Pékin avait déjà franchi une étape en donnant à l’ensemble de cette mer un statut administratif de ville, sous le nom de Sansha, dépendant de la province insulaire de Hainan. Cette jeune localité se situe sur une île de l’archipel Paracel, appelée Yongxing en chinois et Woody Island en anglais. Les îles Paracel sont également revendiquées par le Vietnam et Taïwan. En 1974, au terme d’une confrontation navale avec le Vietnam, la Chine avait pris le contrôle total de l’Archipel.

La presse officielle chinoise reconnaît que Sansha est désormais la plus petite ville chinoise de niveau préfectoral, pour sa population - avec à peine un millier d’habitants - comme pour sa superficie, seulement 13 kilomètres carrés de terres. Mais elle précise qu’en revanche, elle est la plus étendue du pays, avec deux millions de kilomètres carrés de mer... Pour affirmer leur présence, les autorités chinoises assurent que Sansha dispose de sérieuses infrastructures comme une poste, une banque, un supermarché et un hôpital. Le Vietnam a immédiatement protesté contre cette « soi-disant ville de Sansha », créée illégalement sur des terres relevant de sa souveraineté. Pour la troisième fois en un mois, une manifestation antichinoise a eu lieu ce week-end à Hanoï. L’envoi d’une importante flottille de pêche chinoise vers l’autre archipel contesté des Spratleys a encore avivé les tensions.

Asseoir sa souveraineté
En s’appuyant sur une forte montée en puissance des flottes « civiles » de la State Oceanic Administration (SOA) ou de l’administration de surveillance des pêches, dont les bateaux sont désormais équipés d’armes lourdes, Pékin s’emploie inlassablement à asseoir sa souveraineté sur la zone par une politique du fait accompli. En 2010, la mer de Chine méridionale a été élevée au rang « d’intérêt vital », dans le sillage de Taïwan, du Tibet et du Xinjiang. Ce qui signifie que Pékin ne souffrira aucun compromis.

C’est avec le Vietnam que le conflit est le plus vif, mais les ambitions chinoises se heurtent à presque tous les autres riverains, dont la sensibilité est avivée par la
richesse en ressources de ces 1,7 million de kilomètres carrés d’eau. Les Spratleys sont ainsi revendiquées - en partie ou en totalité - par les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan. Depuis le mois d’avril, un face-à-face tendu oppose Chinois et Philippins autour du récif de Scarborough, revendiqué par les deux pays. À la mi-juillet, un navire de guerre chinois s’est même malencontreusement échoué dans la zone.

Au-delà des questions de fierté nationale, les ressources en hydrocarbures de ces eaux chaudes nourrissent les tensions. Et le « retour de l’Amérique » dans la région internationalise le sujet, au grand dam de Pékin. À la mi-juillet toujours, les ministres des Affaires étrangères des dix pays de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) se sont séparés pour la première fois sans publier de communiqué final, après de sérieuses divergences sur la manière de gérer leurs conflits territoriaux avec la Chine.

Une riche famille japonaise veut vendre ses îles
Le casse-tête territorial et diplomatique n’est pas banal. Et le conflit oppose deux des plus grandes économies mondiales. Une riche famille japonaise, qui possède plusieurs îles au sud du Japon, vient d’annoncer son intention de les vendre à la municipalité de Tokyo. Et ce dès mars 2013, à l’expiration du bail puisqu’elles sont pour l’heure louées au gouvernement japonais.

Jusque-là, pas de problème. Sauf que ces îlots font partie de l’archipel des Senkaku - Diaoyu en chinois -, revendiqué par le Japon et la Chine. Taïwan a aussi des prétentions sur la zone. Au printemps, le gouverneur de Tokyo, Shintaro Ishihara, connu pour son tropisme nationaliste, avait indiqué qu’il était prêt à acheter les quatre îles à la famille, ajoutant qu’une souscription publique avait déjà rapporté 1,37 milliard de yens (14 millions d’euros). Et trois mois plus tard, le premier ministre Yoshihiko Noda avait suscité l’ire de Pékin en laissant entendre que le gouvernement était prêt à les acquérir.

Ces eaux disputées ont été déjà été le théâtre de nombreux incidents. Le plus sérieux, provoquant une crise entre les deux pays, s’est produit en septembre 2010, avec l’arrestation du capitaine d’un chalutier chinois accusé d’avoir délibérément éperonné un navire de garde-côtes japonais.

Accords vietnamo-japonais

Le VN et le Japon partage le même point de vue concernant la protection de la sécurité de navigation en Mer de d’Orient. Les ministres des affaires étrangères des 2 pays sont parvenus a cet accord à l’issue d’un entretien à Hà Noi le 14/7/12.
Par ailleurs, les 2 pays s’engagent à renforcer leur coopération en vue de la production des "terres rares" en 2013.L’exploitation de ces minerais dans la province de Lai Chau fournira 20% des besoins du Japon en 2013 (3 000 tonnes). Cette production sera de 7 000 tonnes au plus tôt en 2014.

 -----------------------------------

http://www.sggp.org.vn/vanhoavannghe/2012/6/291712/

 -----------------------------------------------

Hommage au pêcheur opiniâtre
Revue de presse du 19/12/2011

Gloire aux personnes exemplaires et modestes, s’exclame Lao Dong. 7 collectifs et 14 particuliers étaient hier à l’honneur dans le cadre de la 9ème édition du programme Les gloires du Vietnam. Il s’agit des personnes qui s’illustrent dans le travail, dans le maintien de l’ordre et la lutte contre la criminalité. Parmi eux : un pêcheur connu pour son opiniâtreté à aller pêcher dans les eaux de l’archipel Hoang Sa (malgré maints arraisonnements par la Chine) et un garçon âgé de 14 ans qui a sauvé 11 personnes de la noyade et repêché les corps de 8 victimes d’un naufrage.

aout 2011

Journal BBC Vietnam.com

Cập nhật : 05:51 GMT - thứ hai, 2 tháng 8, 2010

TQ chiếm 90% các gói thầu EPC ở VN

Au Vietnam, la Chine occupe 90% des adjudications de contrats constructions industrielles EPC (Engineering, Procurement and Construction : conception, installation, fourniture de matériel, main d’œuvre, construction directe ou en sous-traitance).

Nhà máy Nhiệt điện Hải Phòng đang bị chậm trễ trong xây dựng
Retard dans la construction de l’usine thermo-électrique de Hai Phong.
Thống kê trên báo Việt Nam cho hay tuy đầu tư trực tiếp không cao nhưng các doanh nghiệp Trung Quốc lại chiếm lĩnh thị trường tổng thầu EPC trong các công trình thượng nguồn.

Des statistiques dans la presse vietnamienne montrent que, bien que son investissement direct soit faible, la Chine s’est emparée du marché des adjudications de constructions industrielles en amont des plus gros chantiers.

Thông tin trên chuyên trang diễn đàn doanh nghiệp VNR500 của báo điện tử VietnamNet nói tuy lượng đầu tư trực tiếp FDI của Trung Quốc vào Việt Nam trong 20 năm qua chỉ tương đương 1,5% tổng vốn FDI, nhưng "tới 90% các công trình điện, khai khoáng, dầu khí, luyện kim, hóa chất…của Việt Nam đều do Trung Quốc đảm nhiệm " với tư cách tổng thầu EPC.

Le journal électronique Vietnam .net, dans sa page spécialisée VNR500 consacrée aux hommes d’affaires et industriels déclare que, bien que l’investissement direct étranger (Foreign Direct Investment) venant de Chine au cours de ces 20 dernières années ne dépasse pas 1,5% de l’ensemble de l’investissement direct étranger, « La Chine s’est adjugé jusqu’à 90% des chantiers vietnamiens relatifs à l’énergie électrique, l’exploitation minière, le pétrole et le gaz, la sidérurgie, la chimie »

Hợp đồng tổng thầu EPC là hợp đồng trong đó nhà thầu thực hiện toàn bộ các công việc từ thiết kế(dresser un projet) kỹ thuật tới cung ứng vật tư , thiết bị, thi công công trình và chạy thử bàn giao cho chủ đầu tư.
Bản tin trên trang VNR500 nói thực tế chưa có thống kê chính thức, nhưng 90% là tỷ lệ ước tính của "các quan chức ngành công thương ".

Un contrat d’adjudication EPC prévoit que l’adjudicataire s’acquitte de la totalité des travaux, du projet technique à l’installation, fourniture des matériaux, construction et main d’œuvre, passation de service en sous-traitance…

Thông tin nói trên tuy không hẳn mới, nhưng nó một lần nữa cho thấy đang có quan ngại trước sự hiện diện ồ ạt của các công ty Trung Quốc trong các lĩnh vực xây dựng cơ sở hạ tầng, khai khoáng, năng lượng... thuộc loại tối quan trọng của quốc gia.

Cette information donnée plus haut, bien que pas vraiment nouvelle montre une fois de plus l’inquiétude devant la présence impétueuse des entreprises chinoises dans les domaines de la construction des infrastructures, de l’exploitation minière, de l’énergie… secteurs d’une extrême importance nationale.

Dự án kinh tế trọng điểm
Des projets économiques cruciaux
Bộ Công Thương được dẫn nguồn đưa ra con số vào tháng 7/2009 cho thấy, có 30 doanh nghiệp Trung Quốc đang tham gia làm tổng thầu EPC hoặc đối tác đầu tư trong 41 dự án ở Việt Nam.

Le ministère du commerce et de l’industrie cite une source datée de juillet 2009 selon laquelle sur 41 projets au Vietnam, 30 industriels chinois sont adjudicataires ou partenaires de contrats EPC.

"41 dự án này đều là dự án kinh tế trọng điểm, hoặc dự án thượng nguồn, liên quan mật thiết tới tài nguyên quốc gia hoặc an ninh năng lượng."

« Ces 41 projets sont des projets cruciaux ou projets en amont en relation très étroite avec les ressources nationales et la sécurité en matière d’énergie »

Trong số này có 12 dự án về điện lực, 4 dự án dầu khí, 5 dự án khai khoáng, 5 dự án luyện kim, 5 dự án hóa chất, 3 dự án cơ khí và 7 dự án thuộc lĩnh vực công nghiệp nhẹ và dịch vụ.

Parmi ces 41 projets, 12 concernent l’électricité, 4 le pétrole, 5 l’exploitation minière, 5 la sidérurgie,5 la chimie, 3 la mécanique et 7 la petite industrie et les services.

Về khai thác bauxite, các công ty Trung Quốc áp đảo thị trường.
Lĩnh vực năng lượng điện được cho là có dự tham gia mạnh mẽ nhất của các nhà thầu Trung Quốc.
Hai tập đoàn Điện khí Thượng Hải và Tập đoàn Đông Phương của Trung Quốc có mặt trong các dự án quan trọng xây dựng các nhà máy nhiệt điện Quảng Ninh 1, Quảng Ninh 2, Hải Phòng 1, Vĩnh Tân 2, Duyên Hải 1...

Concernant l’exploitation de la bauxite, les entreprises chinoises sont l’écrasante majorité.
Le domaine de l’énergie électrique est celui où la participation des adjudicataires chinois est la plus forte.
Les deux groupes chinois d’électricité et de gaz Shanghai et Dong Phuong sont présents dans les importants projets de construction d’usines thermoélectriques tels que Quảng Ninh 1, Quảng Ninh 2, Hải Phòng 1, Vĩnh Tân 2, Duyên Hải 1...

Các công ty Trung Quốc khác cũng tham gia dự án Vũng Áng, Kiên Lương. Gói thầu dự án nhà máy nhiệt điện Kiên Lương được nói trị giá tới 2 tỷ đôla, ký với nhà thầu Trung Quốc hồi tháng 7/2010.
Điều đáng chú ý là đa số các dự án đang bị chậm tiến độ.
Lý do các doanh nghiệp Trung Quốc hay thắng thầu được cho trước hết là vì giá thấp, trong khi theo Hiệp hội Cơ khí Việt Nam, "cơ chế đấu thầu ở Việt Nam thực chất là đấu thầu về giá".
Tuy nhiên, các nhà thầu Trung Quốc luôn mang vào Việt Nam không những công nhân lao động, mà cả nguyên vật liệu và trang thiết bị.
Hiệp hội Cơ khí đánh giá như vậy "vô hình chung, chúng ta đã tạo công ăn việc làm và GDP cho nước bạn và làm gia tăng nhập siêu".

D’autres entreprises chinoises participent aux projets de Vũng Áng et Kiên Lương. Le contrat d’adjudication du projet centrale thermo électrique de Kiên Lương, d’un montant de 2 milliards de dollars a été signé en juillet 2010 avec l’entreprise chinoise.
Le fait que les projets prennent du retard est un sujet de préoccupation .
La raison de la conquête de ces adjudications par la Chine tient au fait qu’ils proposent des prix bas, vu que, selon l’Association mécanique du Vietnam, « le système d’adjudication au Vietnam n’est en fait basé que sur le prix » (pas sur la qualité NDT).
Cependant, les entreprises chinoises importent au Vietnam pas seulement la main d’œuvre mais aussi les matériaux et équipements.
L’association mécanique estime que « de façon invisible, nous avons créé du travail et de l’emploi pour le PNB d’un pays ami et avons augmenté notre balance déficitaire ».

Octobre 2010


- La Cité impériale de Than Long à Hanoi devient le 900è site sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Édifiée sur les vestiges d’une citadelle chinoise du 7è siècle, lieu du pouvoir politique régional durant 13 siècles, elle exprime une culture originale du Sud Est Asiatique de la basse vallée du fleuve rouge.

- La 2ème conférence internationale sur les relations Vietnam-Afrique a regroupé une cinquantaine de délégations africaines et d’organisations étrangères menant des projets de coopération tripartite avec le Vietnam et l’Afrique autour du thème du développement durable : sécurité alimentaire, agriculture, industrie, énergie et investissement ont été longuement débattus.

- Coopération renforcée entre le Vietnam et l’Australie notamment dans l’Économie, le Commerce et l’Investissement. Un partenariat d’entreprises australiennes se concrétise autour du projet de production d’alumine et d’aluminium et la construction d’une voie ferrée pour le transport de ces produits.

- Les autorités chinoises ont annoncé jeudi 16 septembre qu’un bathyscaphe avait planté le drapeau chinois au fond de la mer de Chine. Ce submersible a effectué 17 plongées de mai à juillet et est descendu jusqu’à 3 759 mètres. L’annonce de ces plongées souligne les ambitions de Pékin dans la course aux ressources des océans. « Ce succès montre aussi que notre pays est devenu l’un de ceux qui détiennent les technologies de plongées dans les abysses » a expliqué Liu Feng, ingénieur chargé des plongées en eaux profondes, à la télévision.

juillet 2010

- L’environnement des affaires au Viêtnam intéressent vivement les entreprises japonaises qui projettent d’élargir leurs activités à l’étranger.

- L’Organisation Internationale de la Francophonie, l’Association internationale des Maires francophones, l’agence universitaire de la francophonie et TV5 Monde se sont associées à la ville de Huê pour mettre en oeuvre la Maison des Savoirs (MDS) afin de promouvoir la langue française. La MDS regroupe des espaces multimédia, un centre de documentation spécialisée et un espace socio culturel. Elle est un service public municipal.

- Le Vietnam est un des 6 pays asiatiques participant à la 43e Foire internationale d’Alger (FIA), (2 au 7 juin). Placée sous le thème "Algérie : opportunités d’investissements stratégiques", la FIA a regroupe plus de 360 entreprises algériennes et 835 entreprises de autres 40 pays.

- --------------------------

Avril 2010

- Le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Hô Xuân Son, a insisté sur l’importance de l’ouverture, le 25 mars, d’un Consulat général du Vietnam à Houston (État du Texas).

- En tant que membre de l’ONU et de l’UNESCO, le Vietnam continue de participer activement aux activités s’inscrivant dans la Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable (DEDD).

- Une délégation du Ministère de la défense du Vietnam, conduite par le vice-ministre Nguyen Chi Vinh, a participé à Tokyo à la deuxième réunion des hauts fonctionnaires de la défense du Japon et de l’ASEAN.

- Une délégation du ministère vietnamien de l’Industrie et du Commerce, conduite par son vice-ministre Bui Xuan Khu, a effectué une visite de travail du 21 au 26 mars à Cuba.

- Philip Roesler, médecin allemand d’origine vietnamienne (né à Soc Trang, adopté à 9 mois), est nommé ministre fédéral de la santé.
Il devient ainsi le plus jeune ministre d’Allemagne et le premier de souche vietnamienne.

- Selon l’accord de partenariat économique Viêtnam-Japon (VJEPA) en vigueur depuis le 1er octobre dernier, les entreprises vietnamiennes qui achètent leurs matières premières au Japon bénéficient d’une taxe d’importation réduite de 0% au lieu de 5 à 10%.

 ------------------------


Janvier 2010


Le ministre de la Défense Phùng Quang Thanh a effectué du 10 au 15 décembre une visite de travail aux États-Unis où il a discuté avec son homologue américain, Robert Gates. Le général Phùng Quang Thanh a qualifié de franche, d’ouverte et de constructive cette discussion. "Le rapport bilatéral dans le domaine de la défense appartient aux relations communes entre le Vietnam et les États-Unis et ne porte aucunement atteinte à un tiers pays", a-t-il affirmé.

Le Président de la République Nguyen Minh Triet et son épouse se sont rendus en visite d’Etat en Italie, en Espagne et en Slovaquie, du 10 au 20 décembre. M. Triet a aussi rencontré le Pape et a déclaré que le Vietnam était près à développer ses relations avec le Vatican.

Pour la première fois s’est réunie à Hanoi la Conférence des Vietnamiens d’outremer (21 novembre). 1500 personnes sont venues du monde entier.

À Copenhague le Premier ministre, Nguyen Tan Dung a fait une intervention remarquée à propos des responsabilités des pays riches et de leurs devoirs envers les pays pauvres.

 ASEAN

En 2010, le Vietnam assure la présidence de l’ASEAN. Il succède à la Thaïlande
Le Vietnam sera chargé de la consultation et de la coordination des points de vue des pays membres sur les questions internationales. Il représentera l’association pour participer à des conférences et forums internationaux.

Trois rencontres de l’ASEAN ont eu lieu à Danang : la 3e conférence du Conseil de sécurité et politique (APSC), la réunion du Conseil de coordination (ACC) et la conférence ministérielle des Affaires étrangères (AMM Retreat) les 13 et 14 janvier.

Le 16e Sommet de l’ASEAN se tiendra en avril à Hanoi.

 --------------------------------------------

 ZONE DE LIBRE ÉCHANGE CHINE/ASEAN

Depuis le 1er janvier 2010, les droits de douane ont été abolis sur 90% des échanges effectués entre la Chine et les cinq membres fondateurs de l’ASEAN (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande + le sultanat pétrolier de Brunei), ainsi que les barrières aux investissements. Pour les membres plus récents (Vietnam, Cambodge, Laos et Myanmar), cela se fera en 2015. Le phénomène n’est en rien exceptionnel, les accords bilatéraux ou multilatéraux de libre-échange ayant proliféré ces dernières années, en Asie tout particulièrement et, dans le cas de l’ASEAN, des accords ont été conclus ou sont en discussion avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et l’Inde. Il n’en demeure pas moins que la zone ainsi créée est la plus peuplée de la planète, avec près de 2 milliards d’habitants, et la plus importante par le PIB cumulé après l’UE et l’ALENA, que cela confirme l’importance acquise par la Chine dans cette région du monde et en conforte apparemment la « centralité ».
S’il convient de relativiser les choses – les tarifs avaient été déjà progressivement réduits entre les Etats concernés, ceux-ci conservent la possibilité de recourir à des clauses d’exception et il n’existe pas de mécanismes rigoureux de règlement des différends -, certaines interrogations sont permises. D’une part, cela risque de renforcer une division verticale du travail – produits manufacturés chinois contre biens primaires de l’ASEAN, exception faite de Singapour -, la concurrence du grand voisin pouvant bloquer l’industrialisation de ses partenaires, qui souffrent par ailleurs de la parité compétitive du yuan. D’autre part, comme le rappelait le professeur Robert Sutter de la Georgetown University, les principaux gagnants seront les firmes transnationales, qu’elles soient à base japonaise, sud-coréenne, américaine ou chinoise d’outremer, ayant déjà constitué (ou étant par là-même incitées à le faire) des filières productives en Asie du sud-est ou avec la Chine, ce qui vient contredire en partie ce qui précède. Patrice Jorland

octobre 2009

Le président de la République, Nguyên Minh Triêt, a fait le 24 septembre à New York une intervention au Sommet du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Non-prolifération des armes nucléaires et la dénucléarisation.
Le chef de l’État vietnamien a affirmé que son pays « a une politique immuable en matière de lutte contre la guerre, fait des efforts pour le désarmement et préserver la paix dans le monde ». Le Vietnam a d’ailleurs ratifié toutes les conventions internationales sur l’interdiction des armes de destruction massive et a été félicité par la communauté internationale pour le respect de tous ses engagements. « Nous nous engageons à contribuer au maximum aux efforts communs pour l’émergence d’un monde plus pacifique ».

Le sénateur américain Jim Webb au Vietnam

Mai - Juin

⇒ Vietnam-Japon : nécessité de coopérer étroitement pour soutenir les PME Les PME vietnamiennes qui font faillite sont celles qui sont devenues obsolètes.

⇒ L’Union européenne (UE) demeure le plus grand marché pour les exportations vietnamiennes.
L’UE avait importé en 2008 près de 12,2 milliards de dollars de produits vietnamiens, dépassant les États-Unis (11,86 milliards de dollars). L’UE donne progressivement au Vietnam un rôle de partenaire important. L’UE est le 4e partenaire du Vietnam pour les importations, occupant 7,9% du chiffre d’affaires.

⇒ Accélérer la coopération économique Vietnam-Laos-Cambodge, car les opportunités d’investissements au Laos et au Cambodge sont immenses et insuffisamment exploitées.
Fin 2008, le Laos a délivré la licence à 157 projets vietnamiens pour un capital total de 811,6 millions de dollars..
Au Cambodge, les investissements vietnamiens restent encore modestes.


Avril 2009

Le Vietnam au 39e Forum économique mondial de Davos examine l’actuelle crise économique mondiale.

Participation vietnamienne à l’UNCTAD (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement).
En 1986, le taux de pauvreté au Vietnam atteignait 60%, après 20 ans il n’ést plus que de 20%.

La Compagnie générale de prospection et d’exploitation de pétrole du Vietnam (PVEP), la compagnie thaïlandaise PTTEP et le Groupe du pétrole de l’Algérie (Sonatrach) ont signé le 10 février à Alger une convention portant sur la création d’une joint-venture.
Elle fonctionnera sur 25 ans. Ses activités d’exploitation pétrolière sont prévues vers fin 2011 et sa production annuelle à 2 millions de tonnes de brut.

Les ministères de la Défense vietnamien et lao
ont signé un protocole de coopération

Le premier salon international de l’éducation
(Lao International Fair Education) s’est tenu récemment à Vientiane (Laos


janvier 2009

Union européenne : réunion du Groupe consultatif des bailleurs de fonds, à Hanoi les 4 et 5 décembre dans un esprit de partenariat et de soutien.

La coopération s’intensifie entre l’Assemblée Nationale du Vietnam et le Congrès National du Peuple de Chine. La délégation parlementaire chinoise conduite par son vice-président Chen Zhi Li a été reçue par Nong Duc Manh, Secrétaire général du PCV et par Nguyen Phu Tuong, Président de l’Assemblée Nationale.

Le Bourgmestre de Tournai (Belgique) a annoncé la mise en place d’une coopération décentralisée entre Tournai et Hué, dans une interview donnée à l’AVI.

Union Européenne -Appel à proposition dans le cadre du programme SWITCH-Asia. Ce programme s’adresse aux autorités locales et aux organisations à but non lucratif d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un pays asiatique éligible au programme (dont le Vietnam). Domaine : production et de consommation "durables.

Commission Européenne : Appel à proposition décentralisé dans le cadre du programme « Acteurs non étatiques et autorités locales dans la coopération au développement » La date limite est le 6 mars 2009. http://www.delvnm.ec.europa.eu/call_for_proposals/2009NSA_LA.html

La Chine et le Vietnam semblent s’être accordés sur la nécessité de mettre fin au conflit concernant la souveraineté sur les îles Spartleys. Les deux pays essayeraient de se mettre d’accord sur une frontière sécurisée et de mettre en commun l’exploration du sous-sol. Jusqu’à présent, la Chine menaçait de rétorsion Exxon Mobil au cas ou cette compagnie aurait passé un accord avec le Vietnam.