Une boulimie de défilés de mode - Hervé Fayet

Dernier ajout : 8 décembre 2015.

Une boulimie de défilés de mode et de de concours de beauté

S’il y a bien une chose au Vietnam qui n’est pas prêt de disparaître c’est certainement ce goût très prononcé pour les défilés de mode et les concours de beauté. On pourrait même dire que les deux disciplines se complètent et alternent régulièrement dans les pages des grands quotidiens vietnamiens, des mensuels et à la télévision. De sorte qu’il se passe tout le temps quelque chose dans le petit monde de la Mode vietnamienne ainsi que du côté des concours de beauté. Ces derniers qu’ils soient régionaux, nationaux ou internationaux sont innombrables et le Vietnam s’apprête d’ailleurs à organiser la grande finale du concours Miss Univers Vietnam 2015 à Nhatrang (Province de Khanh Hoà). Oui, vous avez bien lu Miss Univers, les plus belles filles du Vietnam devant 7500 spectateurs, le 8 août prochain, endroit qui avait déjà accueilli le même concours international en 2008. Et un espoir, pour l’une d’entre elles : se qualifier pour le concours Miss Univers Monde. Oui, c’est un fait et une habitude maintenant, le Vietnam participe à toutes ces compétitions, entre dans le grand bal pour faire connaître au monde entier ce que sont « la beauté gracieuse, la volonté, le courage, la bravoure et l’intelligence des femmes vietnamiennes d’aujourd’hui ». En tous les cas, il s’agit d’une réelle opportunité pour toutes les jeunes femmes de nationalité vietnamienne, âgées de 18 à 25 ans, mesurant au minimum 1,65 m et diplômées de l’enseignement secondaire ou supérieur de pouvoir sortir de leur train-train quotidien, de pouvoir connaître autre chose et notamment de voir du monde et…le Monde. C’est ici un reflet et une réelle tendance des jeunes femmes vietnamiennes d’aujourd’hui : un certain besoin d’indépendance, « de grain de folie » tout en gardant ses racines et sa fierté d’être une femme vietnamienne avec ce sens inné de l’esthétisme.

Ce sont les mêmes reines de Beauté qui se retrouvent quelque temps après vedettes des défilés de mode. Chaque couturier, chaque styliste a besoin de son Ambassadrice, de sa Muse qui mettra en valeur son nom, sa marque et son style. Miss Sport 2008, Miss Vietnam 2012 ou Miss Danang 2011 deviennent donc celles qui feront et consolideront la carrière d’un styliste.
Elles ont contribué très largement au développement des écoles de mannequins au Vietnam et bien plus encore à l’affirmation de la mode vietnamienne sur la scène internationale.
Aujourd’hui, Quynh Paris, Ly Qui Khanh, Phuong My, Ly Giam Tiên sont les nouveaux noms à la mode parmi les jeunes stylistes vietnamiens qui ont l’honneur de présenter leurs collections lors d’événements internationaux.
Récemment, la styliste Phuong My a été la seule étrangère présente aux côtés de 12 collègues sud-coréens à la Semaine de la mode de la Corée du Sud 2015. Elle a également été la seule représentante vietnamienne à la Semaine de la mode asiatique (The Mercedes Benz Stylo) récemment organisée en Malaisie. Ses modèles sont désormais disponibles dans de nombreux magasins à travers le monde et sa boutique en plein centre de Hô Chi Minh-Ville à l’angle de la rue Le Thanh Ton ne laisse personne indifférent.

Petit à petit cet univers de la mode est donc pris en main aussi par les femmes et les designers hommes n’ont qu’à bien se tenir. Quelque part, elles le doivent à ses mannequins qui sont incontournables sur tous les tapis rouges du pays. Citations prises au hasard dans un magazine de mode : « Les mannequins habituées des Semaines de mode du Vietnam seront au rendez-vous, comme Miss Vietnam 2008 - Thùy Dung, Hoàng Yên, Thanh Thuy, Olivia, Giang Huong, Thu Hà, Phuoc Hanh, Trang Pham, Bao Ngoc, Bao Anh, Minh Quân, Khac Hoàn... ». Aussi célèbres que des médecins, des ingénieurs ou des éducateurs, les mannequins et les stylistes ont donc gagné leur place dans le vaste espace médiatique vietnamien.
Les mensuels de mode fleurissent au Vietnam et pour être à la pointe dans leur créneau, ils organisent eux aussi leur propre défile de mode. C’est le cas d’un des plus célèbres magazines de mode vietnamien qui porte bien son nom : Dep (La beauté). Et Dep organise depuis 4 ans déjà ce qu’il nomme son « Dep Fashion Runway ». On coure, on vole chez les jeunes et dans les milieux branchés pour avoir son invitation à ce programme qui est désormais l’un des événements de mode annuels les plus attendus au Vietnam. Coupes audacieuses, modèles raffinés, romantisme, charme des femmes, alliance des modes de rue et de luxe, champ de fleurs, c’est un vocabulaire désormais habituel pour décrire cet art qui fait tourner les têtes.

Reste à savoir si ces nouvelles tenues audacieuses, ces nouvelles coupes, ces modèles raffinés feront oublier ou non l’un des plus grands symboles de la femme vietnamienne, l’ao dài. Est-ce que cette tunique vietnamienne exceptionnelle qui elle-même a une coupe audacieuse tiendra la distance et aura encore la préférence du monde féminin dans 10 ans, 15 ans ?
Ce qui est sûr c’est qu’il y a une volonté clairement affichée de mettre en valeur ce vêtement magnifique à travers là-aussi des défilés de modes et des fêtes entièrement dédiées à la célèbre tunique fendue.
La dernière en date marquante c’était à l’occasion de la Journée de la…Femme le 8 mars à Hô Chi Minh-Ville. C’était une belle occasion de rappeler que l’ao dài est et doit rester la référence dans le cœur et les habitudes des femmes vietnamiennes…Oui mais pour combien de temps ? Reste que la tunique reste le souvenir prioritaire des touristes françaises notamment qui la ramènent en grande majorité dans leurs valises, c’est aussi ça la mondialisation.
Hervé Fayet à Hô Chi Minh-Ville