Visiter le Viet Nam

Dernier ajout : 5 février 2015.

Heureux vagabondages
« Pour voyager et vivre dans ce pays, il suffit de quitter son esprit cartésien d’Européens nantis et se laisser bercer comme dans un hamac à l’heure de la sieste ». Belle proposition et joli conseil d’une grande amoureuse du Vietnam, Sylvie Brisset.


Découvrons sa passion pour un pays qui n’a pas fini de la charmer.
« Je suis un petit bout de femme de 1m57 pour 49 kg. On me demande souvent si je ne suis pas métisse. Souvent incollable sur le Vietnam, des agences de voyages ou des magazines me commandent des textes. J’ai des tas de photos…Qui suis-je ? » Impossible de jouer son joker. La réponse est Sylvie Brisset. Sa connaissance du Vietnam est si large qu’elle pourrait en parler des heures entières. Elle a en effet sillonné le pays du nord au sud et d’est en ouest lui donnant ainsi l’occasion de rédiger un récit de voyages, de créer un blog spécialisé et enfin de proposer pour ceux qui ne connaissent pas le Vietnam des circuits sur mesure avec guide privé, hors des sentiers battus et en immersion avec la population. Découvrir le Vietnam autrement, comprendre ses habitants, tisser des liens, voilà quelques principes que Sylvie aime suivre. C’est grâce à une personne très importante pour elle qu’elle réalise aujourd’hui tout ça : son père.
Des récits de jeunesse
Sans lui, elle ne se serait peut-être jamais intéressée au Vietnam. Heureusement, son père était un grand conteur. Il a vécu plus de 2 ans dans les régions du nord du Vietnam, que l’on appelait alors le Tonkin pendant la période indochinoise. Comme beaucoup d’autres Français, il en garde des souvenirs émus et Sylvie en a encore certains à l’esprit : les effluves des banians à la tombée de la nuit, l’odeur du jacquier, les H’mong et leur cuisson si particulière des poulets…Le grand livre d’images était donc déjà ouvert, un livre multimédia avant l’heure avec bruits et odeurs spécifiques de l’Asie. Pour compléter ses connaissances, Sylvie se mit à dévorer et archiver toutes informations évoquant le Vietnam. Et un jour, la tentation fut trop forte et elle décida de faire le grand saut vers son futur pays d’adoption. Nous sommes en 2000 et Sylvie part 15 jours avec une agence de voyage. Aujourd’hui, elle se souvient que ce n’était pas vraiment la meilleure façon de s’imprégner du pays et de sa culture mais bon c’était un premier essai ! Puis, elle y est retournée une deuxième fois avec sa famille et puis seule une troisième, quatrième, cinquième fois…
Naissance d’une passion

Entre 2000 et 2004, elle a le temps de coucher sur le papier tous ses sentiments et écrit son premier récit « Vagabondages au Vietnam ». Il sera suivi d’une version multimédia très appréciée le blog : http://www.vietnam-vagabondages.com
Sylvie se rend compte combien son père avait raison même si le Vietnam des années 2000 n’est plus celui de 1945. La passion s’installe durablement. A la question pourquoi ? Sylvie a cette jolie réponse : « Ce pays est resté authentique. C’est du bonheur à l’état pur, de l’émerveillement quotidien. Dans ce pays il n’y a rien qui me gêne, c’est tout simplement une culture totalement différente de la nôtre.
Très vite Sylvie veut se rendre utile et aider les gens qu’elle rencontre dans ses visites.
En presque 10 ans, Sylvie a payé des études à une jeunes fille, participé à la construction d’une maison, habillé des enfants des rues et fourni du matériel scolaire et des médicaments…Inlassable, elle veut toujours en apprendre plus et s’immerger totalement dans la vie vietnamienne. Elle aime à raconter ses visites dans des villages parfois très reculés et la vie originale de quelques minorités ethniques : « mon « guide-chauffeur à moto » m’avait proposé de vivre dans une famille des minorités. La petite famille qui m’a accueillie était très fière de m’inviter chez elle. La mère s’excusait toujours de ne rien avoir à me proposer….Ils étaient un peu gênés mais quand ils ont compris que je me trouvais très bien avec eux, il n’y a eu aucun problème et chacun a repris sa place ».

Des voyages sur mesures
C’est ainsi que Sylvie va se mettre dans la peau de guide elle-même et proposer des circuits personnalisés. En fonction des besoins des clients, elle réfléchit à l’organisation de leur séjour. Devenue ainsi conseillère pour une agence de guide au Vietnam, celle de son grand ami Tien et d’une équipe de guides professionnels francophones, elle fait du sur-mesure.
Il n’y a qu’à lire les commentaires des voyageurs sur son blog pour comprendre que son entreprise est une réussite. Tout le monde est enchanté de sa vision du Vietnam et de sa façon de préparer différents périples. Il semble même que certaines compagnies lui volent ses idées ! Pour l’heure, elle a une autre préoccupation. Comme elle adore écrire, elle prépare un roman. Vous l’aurez compris, il y a une personne qui attend ce dernier avec impatience c’est son père. Il est fort possible qu’il soit présent dans cette belle histoire familiale. H F
Photo 1 : Toujours un œil dans le rétroviseur, pour un voyage hors des sentiers battus.
Photo 2 : Sylvie Brisset toujours sur la route…