DISPARITION DE RAYMONDE DIEN

C’est avec tristesse et émotion que l’AAFV se souvient de Raymonde Dien

Le 19 août dernier, nous avons appris le décès de Raymonde Dien. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et en particulier à Cathy qui l’a accompagnée avec constance.
De nombreux amis et militants anticolonialistes ont témoigné de l’engagement de toute sa vie pour la paix et pour le Vietnam.
Nous nous associons à toutes celles et tous ceux qui lui ont rendu hommage.
C’était une femme simple, engagée ; nous ne pourrons oublier son héroïsme et sa discrétion.
Le Bureau de l’AAFV

Dans la presse

Dans le journal l’Humanité du 19 août, Pierre Chaillan écrivait : « Avec la mort de Raymonde Dien, vendredi 19 août, c’est une figure contemporaine de l’engagement communiste qui disparaît. En 1950, alors que la jeune femme participait à une manifestation contre la guerre d’Indochine, elle sera jetée en prison. Durant des décennies, elle incarnera en France et dans le monde la lutte pour la paix, pour la dignité humaine et pour la solidarité internationale … » Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, saluait « une grande militante communiste et anticolonialiste ».

Le 20 août, le journal du PC vietnamien Nhan Dan écrivait: « Mme Raymonde Dien est décédée, laissant un profond chagrin dans le cœur des amis français et vietnamiens. Son image d’une grande amie, qui réserve toujours un amour éternel au Vietnam, existera toujours comme un témoignage de la relation et de l’amitié entre les peuples français et vietnamien »

Paris, 20 août dans Vietnam Plus : « Mme Raymonde Dien, membre du Parti communiste français (PCF), un symbole de l’esprit de combat anticolonial et de la guerre injuste en Indochine, une amie intime et fidèle du peuple vietnamien a rendu son dernier souffle le 19 août 2022, à l’âge de 93 ans. Sa vie est une preuve de l’amour indéfectible et de la loyauté envers le pays et le peuple vietnamiens »

C’est en ces mots que ces deux journaux vietnamiens annonçaient avec tristesse la disparition de Raymonde Dien avant de développer sa vie et son combat

Raymonde Dien avec l’Agence vietnamienne d’information, en 2013
(Photo VNA)

Raymonde Huberdeau, née le 13 mai 1929 à Mansigné (Sarthe) est la très jeune épouse de Paul Dien, résistant, lieutenant FTP. Militante active de l’Union des Jeunes Filles de France, elle travaille à la Fédération d’Indre-et-Loire du PCF, comme secrétaire sténo-dactylo. Le 23 février 1950, en apprenant qu’un train, transportant des chars et des armes vers l’Indochine passera par la ville de Saint Pierre des Corps, la Fédération du PCF d’Indre et Loire appelle les travailleurs, les femmes et les jeunes à l’arrêter. Quelques heures plus tard, Raymonde Dien, avec des centaines d’autres membres et sympathisants du PCF étaient présents à la gare de Saint-Pierre-des-Corps pour ralentir la marche du train militaire. La foule occupa la voie de chemin de fer, certains manifestants se couchant sur les rails, dont Raymonde Dien en première ligne. Le train a alors dû s’arrêter à quelques mètres devant elle.
Facilement reconnue par divers témoins, dont des soldats, le soir même, elle couche à la prison de Tours, dans des conditions d’extrême pénibilité : « J’étais totalement isolée, dans une petite cellule. Le lit et le tabouret étaient scellés au mur. Je pouvais tout juste faire un tout petit tour, quelques pas à l’intérieur. Une seule fois par semaine, j’avais le droit de sortir, pour aller à la douche. Je n’avais droit à aucune lecture. Je suis restée ainsi deux mois ».
Raymonde Dien, est condamnée à un an de prison ferme. A la veille de Noël, elle bénéficiera finalement d’une libération anticipée. Pour son action contre la guerre du Vietnam, une très jeune fille, venait de passer dix mois en prison. Lorsqu’on lui a demandé ce qui la motivait, une petite femme de 21 ans à l’époque, à faire un acte aussi courageux, Raymonde Dien a gentiment répondu : « Je ne souhaite que faire quelque chose de spécial pour arrêter le train et faire comprendre au peuple français la nature de la guerre ».

Et depuis lors, elle a toujours soutenu le peuple vietnamien dans la lutte contre les colonialistes français et les impérialistes américains, participant activement aux activités de lutte pour la paix au Vietnam.

Le Président HÔ Chi Minh recevant Raymonde Dien et Henri Martin à Hanoi, en novembre 1956. Photo : NDEL.

En 1956, lors de sa première visite au Vietnam, elle a été accueillie par l’Oncle Hô, une rencontre touchante qu’elle évoque souvent à chaque occasion. En 2004, elle est revenue au Vietnam pour la deuxième fois à l’occasion ducinquantenaire de l’anniversaire de la victoire de Diên Biên Phu. La même année, le 2 septembre 2004, Mme Raymonde Dien s’est vue attribuer la Médaille de l’Amitié décernée par l’État du Vietnam. Une rue de Hô Chi Minh-Ville porte son nom.
Jusqu’aux dernières années de sa vie, malgré sa santé fragile, elle participa à des évènements sur le Vietnam, notamment des activités de soutien aux victimes de l’agent orange et des infortunés vietnamiens.

HOMMAGES et TEMOIGNAGES

Stéphane Peu, Député de la 2ème circonscription de Seine Saint Denis : « Symbole de l’opposition contre la guerre en Indochine, militante de la paix, anticolonialiste et communiste, j’ai eu l’honneur de la rencontrer à plusieurs reprises à la maison de retraite du Laurier Noble à Saint-Denis où elle était pensionnaire. Raymonde Dien était une femme engagée depuis son plus jeune âge et elle avait à coeur de revenir surs son incroyable parcours et le courage infaillible dont elle a fait preuve dans ses luttes avec son livre autobiographique qu’elle m’a d’ailleurs offert il y a quelques années … »

VUFO et AACVF : « Le décès de Raymonde Dien est une grande perte pour nous tous. Le peuple vietnamien a perdu une grande amie, très fidèle, qui a toujours aimé le Vietnam. Au nom de l’Union des Organisations d’Amitié du Vietnam et de l’Association d’Amitié et de Coopération Vietnam – France, nous tenons à adresser nos plus sincères condoléances à l’Association d’Amitié et de Coopération Franco-Vietnamienne, à la famille et aux amis de Raymonde Dien. Elle nous a dit adieu dans sa dernière demeure, mais elle reste pour toujours dans notre mémoire. Sa vie entrera dans les livres d’histoire comme un témoignage de l’amitié entre la France et le Vietnam. L’Union des Organisations d’Amitié du Vietnam et les Organisations d’Amitié du peuple vietnamien continueront de cultiver l’amitié traditionnelle entre le Vietnam et la France, en luttant pour un monde de paix, de liberté et d’égalité, de prospérité et de bonheur. Que Raymonde Dien repose en paix ! » Nguyen Phuong Nha Présidente du VUFO & Nguyen Thi Kim Tien Présidente de l’AACVF

Raymonde Dien était un modèle pour celles et ceux qui luttaient contre la guerre d’Indochine et du Vietnam.
André Menras se souvient qu’à la demande d’anciens prisonniers politiques détenus dans les « cages à tigre » du pénitencier de Côn Đảo (ex Poulo Condor)  qu’il avait invités en France, il organisa une rencontre avec Raymonde Dien et Henri Martin. Elle eut lieu en juin 2007, place du Colonel Fabien. Moments forts et émouvants pour celles et ceux, Vietnamiens et Français, qui luttèrent jusqu’à perdre leur liberté. (crédit photos A.Menras)

Hommage du Comité de Choisy le Roi. Raymonde Dien etait fidèle et attentive à toutes ses actions

Choisy le Roi, 23 mars 2013, année du 40ème anniversaire de la signature de l’Accord de Paris, Raymonde Dien est invitée à cette céremonie. Inauguration de la Stèle pour la paix sur l’Esplanade de l’Accord de Paris à Choisy le Roi en présence de l’Ambassadeur du Vietnam Duong Chi Dung, de Nguyen Thi Binh négociatrice pour l’accord de paix de Paris de 1973 et vice-présidente du Vietnam de 1992 à 2002, du Maire de Choisy le Roi Daniel Davisse, de Hélène Luc présidente d’honneur de l’AAFV, de l’ex-Ambassadeur Trinh Ngoc Thai et Dominique de Miscault. Daniel Davisse avait retenu la maquette proposée par Dominique de Miscault car pour lui, la stèle signifiait la Paix, la liberté et l’unité retrouvées du Vietnam.(crédit photos 1 à 5 comité AAFV de Choisy le Roi-Val de Marne)

Raymonde Dien lors d’une rencontre à Choisy le Roi en 2019 avec le Secrétaire Général du PCV, les responsables de l’association Enfance Partenariat Vietnam (EPVN).  A côté de Hélène Luc, Florence Cavalier la Présidente d’EPVN, Alain Dussarps, vice-président de l’AAFV en charge de la solidarité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *