Micro crédit amélioré

par Alain Dussarps

L’activité de microcrédit consiste généralement en l’attribution de prêts de faible montant à des personnes qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques. Le microcrédit se développe surtout dans les pays en développement, où il permet de concrétiser des micro projets favorisant ainsi l’activité et la création de richesse mais se pratique aussi bien dans les pays développés ou en transition.

La mise en place du micro crédit dans le monde a été une grande avancée en direction des plus démunis. Notre partenaire la Croix Rouge du Vietnam a adhéré rapidement à cette idée. C’est la Croix Rouge de Norvège qui a formé les premiers cadres de la CR vietnamienne à cette technique en particulier province de Dak Lak. Ces derniers ont ensuite formé les responsables CR des autres provinces. Notre représentante au Vietnam Mme le Professeur Nguyen Thi Hoi nous a proposé ce type d’aide en particulier un programme sur quatre ans en direction des femmes de l’ethnie EDE province de Dak Lak. En 2004 la CCAS a participé à la réalisation d’une étape de cette réalisation de micro crédit classique.

Devant les difficultés de remboursement et la hantise de ne pas pouvoir rembourser très rapidement Mme Hoi a voulu améliorer cette aide certes efficace Elle nous a proposé donc au lieu de prêter de l’argent de donner des animaux femelles : truies, vaches, chèvres, bufflonnes et zébus en fonction des besoins exprimés par les bénéficiaires et des possibilités de les nourrir. Son idée de génie a été de proposer que les bénéficiaires (ethnies minoritaires et victimes AO) s’acquittent de leur dette après les premières naissances en rendant une jeune femelle confiée à son tour à une autre famille (en cas de naissance de male en particulier chez les bovins il sera revendu pour permettre l’achat d’une génisse).

Double avantage : pas d’angoisse de ne pouvoir rembourser et formation aux techniques d’élevages pour ces familles au départ pas destinées à s’investir dans l’élevage. En effet dans le projet est prévu un stage de formation pour un membre de chaque famille bénéficiaire. Les vétérinaires sont associés au projet : ils ont en charge l’achat des animaux, la formation, les vaccinations, le suivi de la santé des animaux et l’insémination artificielle.

Dans chaque projet sont prévus la construction des porcheries ou des étables.

Le projet se fait au niveau du village voire du district. Les bénéficiaires sont choisis d’abord parmi les familles ayant des victimes de l’agent orange, puis celles ayant des handicapés, puis les plus pauvres. Très important ce choix permet la réinsertion des victimes de l’agent orange. Pendant longtemps les autorités vietnamiennes ont caché que la cause de beaucoup d’handicaps était les conséquences de la guerre chimique en particulier l’épandage de l’agent orange-dioxine. Les familles victimes de l’agent orange étaient donc mise à l’écart par leurs voisins valides ; on cachait donc les handicapés très gravement atteints. Depuis récemment ce sujet n’est plus tabou.

Grâce à ce système les victimes, puis les pauvres puis les valides voient leur situation matérielle s’améliorer. De réprouvés les victimes des épandages deviennent ceux par qui un peu d’aisance est arrivée à tous. Avec les truies et les chèvres les familles sortent du seuil de pauvreté en deux ans et demi ; pour les buffles et les vaches c’est plus long, il faut quatre années.

Fin 2019, avec d’autres partenaires comme ACOTEC, la CCAS, l’AAFV a permis le financement de 98 réalisations dans 28 provinces : 45 de vaches dans 22 provinces, 3 de buffles, 1 de zébus, 32 de truies dans 17 provinces et 17 de chèvres dans 8 provinces.

Le total de l’aide apportée en 2019 a été de 558 314 € mais il y a toujours des projets à soutenir c’est pourquoi une cagnotte est lancée pour soutenir un projet dans la commune de
HAO DONG, PROVINCE DE BINH DINH

https://www.helloasso.com/associations/association-d-amitie-franco-vietnamienne-aafv

S’il n’y a pas possibilité de faire de l’élevage nous proposons de faire de l’artisanat comme tissage, vannerie et fabrique de baguettes d’encens. Dans ce cas les bénéficiaires rendent l’argent prêté pour acheter le matériel.L’AAFV a financé huit réalisations dans cinq provinces

Tissage : province de Kien Giang en 2009 et 2010, province de Tien Giang en 2009, province de Binh Dinh en 2012 et 2017

Vannerie : province de Tien Giang en 2010 et province de Khanh Hoa en 2015

Baguettes d’encens : province de Long An en 2008

Toute la production est achetée par des coopératives et une partie est parfois exportée. Les visites sur le terrain ont permis de voir l’efficacité de ce type d’aide. Les familles bénéficiaires ont vu leur revenu multiplié par trois ou quatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *